Le topics dédié aux différentes formation du peloton international. Pour venir échanger au sujet des équipes World-Tour (FDJ, Ag2r-la mondiale, etc...), Conti-Pro (Cofidis, Fortuneo, Delko-Marseille, Direct Energie) et continentales (Armée de Terre, Axeon, Euskadi), c'est ici que ça se passe
  • Page 24 sur 39
  • 1
  • 22
  • 23
  • 24
  • 25
  • 26
  • 39
Avatar de l’utilisateur
Par Ancelin
#3185481
Très bonne nouvelle, pour moi c'était l'une des cibles prioritaires à prolonger, bon rouleur, bon équipier qui peut encore progresser (notamment sur les flandriennes où on l'a pas trop vu alors qu'il peut y faire quelque chose).

Maintenant il faut annoncer Politt et Barbier. :super:
Avatar de l’utilisateur
Par Ancelin
#3185509
Ilnur majka a écrit :
29 juin 2020, 11:48
entonnant je pensais qu'il était parmi ceux qui allait décrocher un nouveau contrat qu’après prestation durant la 2e partie de saison.
Les transferts commençant le 1er août tout comme la reprise des courses WT et en sachant que les équipes on bouclés leur effectif au mois de septembre, je doute que les équipes aient le temps de se basé sur les résultats post Covid.
A mon avis la plupart des prolongations (elles sont peut être déjà tous signées) ont eu lieu pendant le confinement en se basant sur ce qu'on montré les coureurs sur ce (court) début de saison et sur la saison précédente.
Avatar de l’utilisateur
Par Tchmil
#3185670
Ilnur majka a écrit :
25 juin 2020, 18:51
l'équipe pour le Tour de Sibui est disponible.
la première course de Piccoli sera le Tour de Pologne ,je le vois lui plus dans le calendrier italien avec le Giro en point d'orgue
En fait le programme de James Piccoli s'orienterait plutôt sur la Vuelta, avec les ardennaises et Québec-Montréal en préambule (fin de l'article) : http://www.canadiancyclist.com/dailynew ... es-piccoli

Il sera intéressant de le voir sur les ardennaises notamment (Amstel, Flèche) même si je doute qu'il soit leader (plutôt à Québec-Montréal). Sinon une étape sur la Vuelta, son premier grand tour, pour venir confirmer son explosion tardive...
Avatar de l’utilisateur
Par Ancelin
#3186382
C'est au tour de Biermans de prolonger 2 ans.

Comme prévu l'équipe n'attend pas les résultats de seconde partie de saison pour construire son effectif 2021.
J'y vois aussi un signal envoyé un Politt pour qu'il reste, on prolonge un de ses amis (Greipel) et 3 flandriens (Van Asbroeck, Wurtz, Biermans).
Avatar de l’utilisateur
Par Ancelin
#3186656
Les articles sur les prolongations de Wurtz et Biermans (site équipe):

C'est un été spécial pour Mads Würtz Schmidt, et ce sera également un automne fantastique. L'année dernière, en septembre, il a planifié son mariage juste après la saison, le 10 octobre 2020. Cependant, cette année, le dixième du dixième est exactement pendant les «classiques du printemps», qu'il commence avec un nouveau contrat dans sa poche arrière: Würtz a signé un accord de prolongation de deux ans avec Israel Start-Up Nation.

«Dans les deux cas, je n'en doutais pas», rit-il. "Ma future épouse est l'amour de ma vie, et avec ISN, je suis aussi amoureuse."

Le spécialiste des classiques danois est venu de l'équipe Katusha, a rencontré tout le monde de l'équipe lors du camp d'entraînement #VisitIsrael en Israël et est vraiment tombé amoureux de l'équipe lors du camp de Majorque. "C’est là que j’ai réalisé pour la première fois que je rejoignais une équipe super professionnelle. La façon dont tout le monde travaillait ensemble, les coureurs, les directeurs sportifs, les soigneurs et les mécaniciens: cela m'a convaincu que j'ai rejoint l'équipe parfaite. »

Il a découvert qu'il y avait une vision, une structure solide et qu'Israël Start-Up Nation était une équipe sûre pour y être. Würtz: «Pendant ce camp, j'ai découvert qu'ISN est en route vers quelque chose de bien plus grand. J'ai rencontré Paulo Saldanha, notre responsable de la performance de PowerWatts, qui sait vraiment ce qu'il fait. De plus, j'ai rencontré Nicki Sörenson, mon compatriote, et il y avait tout de suite un lien. Tous deux sont de super motivateurs et ont montré leur confiance en moi. »

En particulier, Sörenson s'est avéré d'une grande importance pour Würtz. "Nous ne nous connaissions pas avant ISN, mais nous nous sommes juste compris", raconte le jeune homme de 26 ans. «Nous partageons la même mentalité, il est formidable de parler - également pour des questions privées -, et nous avons modifié certains détails de mon programme d'entraînement au cours de l'hiver. J'ai tout de suite ressenti les améliorations. »

«Le fait d'avoir des gens dans une équipe qui ont pleinement confiance en vous donne un gros coup de pouce», poursuit-il. «Je pense que chaque membre de l'équipe met son énergie personnelle dans ce projet fantastique. La performance d'ISN à Paris-Nice, l'équipe et moi personnellement, a montré que nous ouvrions la porte du WorldTour.

Würtz annonce maintenant rester au moins deux ans de plus avec ISN. «Je fais maintenant partie d'une équipe où tout va bien et dans lequel je peux grandir. Mon objectif avec cette équipe est de gagner un classique et de performer dans des courses d'une journée ainsi que dans des courses par étapes plus petites. Je veux participer aux finales, courir pour les victoires. » Cela ressemble à un match fait au paradis.

Je ferai très probablement le Tour de Flandre et Paris-Roubaix. Une semaine avant la Flandre, je me marierai. Je vais profiter de cette soirée et oublier tout pour une nuit. »

«Je suis tous amoureux de ma future femme et de l'équipe et j'espère que cela me donnera un coup de pouce. Je vais faire une double lune de miel: une avec ma future femme et une aux classiques du printemps avec ISN. »




Jenthe Biermans a hâte de reprendre la saison 2020 où il s'est arrêté - avec confiance en ses capacités, en apprenant de ses erreurs et motivé pour aider son équipe à obtenir des résultats. Et une partie de cet enthousiasme et de cette motivation vient du fait qu'il restera avec l'équipe d'Israël Start-Up Nation pendant encore deux ans.

"Cette prolongation de contrat signifie beaucoup pour moi", a déclaré le joueur de 24 ans. «Cela montre que l'équipe a beaucoup confiance en moi. En cette année difficile, le renouvellement d'un contrat aussi vite montre qu'ils croient beaucoup en moi. »

«Cette équipe est plus qu'une équipe. C'est un groupe d'amis qui prend des décisions difficiles et les soutient ensemble. L'équipe ne pense pas seulement à la course, mais elle écoute aussi les pensées des coureurs. »

Carlström: «Jenthe a fait preuve d'une grande attitude»
Kjell Carlström, team manager de l’ISN, pense que Jenthe peut devenir un grand pilote de soutien dans les classiques et dans certaines courses par étapes. "Il était là lors du week-end d'ouverture en Belgique ainsi qu'à Paris-Nice avec une bonne attitude et vraiment soutenir les objectifs de l'équipe."

"Avec lui qui continue de se développer dans le bon sens, nous le voyons également comme un futur pilote classique qui, par une bonne journée, peut obtenir d'excellents résultats pour lui-même ou pour soutenir l'équipe."

"L'équipe écoute les pensées des coureurs"
Carlström était «très heureux» de la façon dont il a roulé à Omloop Het Nieuwsblad et Le Samyn, se préparant aux très importants Spring Classics.

Paris-Nice était le prochain sur le calendrier, mais c'était le début de la fin. L'équipe a pris la décision de commencer la course, mais alors que «de plus en plus de nouvelles et de rumeurs sur les blocages dans les pays et la fermeture des frontières» commençaient à circuler, il était difficile de rester concentré sur la course.

Avec une étape à parcourir et la dernière étape annulée, le chef d'équipe Kjell Carlström a laissé les trois coureurs restants décider personnellement de rouler ce jour-là ou non. «En tant que groupe, nous avions peur d'obtenir Corona sans connaître et infecter les gens à la maison et les gens qui nous sont très chers, comme nos grands-parents.»

L'équipe a déclaré qu'elle accepterait toute décision prise. «Nous étions libres de choisir. Puis nous avons décidé d'arrêter la course »après cette étape. «Je suis toujours très reconnaissant envers les propriétaires de notre équipe et le manager de nous avoir donné une décision libre et ouverte.»

Rouler régulièrement avec Ben Hermans
Chez lui, il est allé, à la ferme familiale. Il est resté avec ses parents, les aidant à élever des veaux. «J'aidais mon père à la ferme plus que d'habitude, pour être toujours actif et essayer de trouver plus de repos mental après la disparition soudaine de la période importante des classiques. Mentalement, il était difficile que notre vie normale s'arrête et nous sommes arrivés à un mode de vie totalement différent. »

Vivant en Belgique, il pourrait encore s'entraîner avec un autre pilote, toujours le même: son coéquipier Ben Hermans, avec qui il vient de terminer un stage d'entraînement personnel de dix jours en France.

Cette année, les classiques du printemps seront les classiques de la fin de l'été et de l'automne, remplis de nombreuses incertitudes. «La météo peut être encore bonne mais aussi très mauvaise en octobre en Belgique. Donc, toutes ces nouvelles circonstances peuvent être très intéressantes car personne ne sait quel est le meilleur plan de course pour travailler vers les classiques. "

Son objectif n'est pas seulement de remporter sa première victoire professionnelle, mais de le faire avec ISN, ce qui est très important pour lui. «C'est un rêve de gagner une course professionnelle et j'espère réaliser mon rêve avec mes coéquipiers et mon personnel de l'ISN. Je veux me développer davantage dans les classiques pour être un pilote important dans l'équipe classique d'ISN. Que nous pouvons faire de bons résultats et gagner beaucoup de courses en équipe. »

«Je porte mon maillot d'équipe avec fierté. Je suis très fier de faire partie de cette équipe. »
Avatar de l’utilisateur
Par Ancelin
#3187505
Plusieurs infos:

L'équipe réserve sera bien sur la course polonaise Dookola Maowsza qui débute le 15 juin, en majeur parti ca sera des coureurs de la réserve mais Einhorn y est prévu.

Einhorn me fait rebondir sur un autre point, il a annoncé sur Instagram n'être pas sur d'être présent sur sa prochaine course (donc la Dookola Mazowsza) car c'est apparemment compliqué pour les israéliens de se rendre en Europe (il espérait que ça serrai arrangé cette semaine).
On remarque aussi que Goldstein et Sagiv prévu sur le Sibiu Tour ont été remplacé sur PCS par Raim et Turek.
La plupart des israéliens de l'équipe ont des maisons secondaires en Europe où ils sont la majeure partie de la saison mais tous (ceux de l'équipe WT et de la réserve) étaient il y a peu en Israel pour un stage 100% avec les coureurs israéliens, ils sont peut être toujours bloqués là-bas.

Enfin Ben Hermans renonce au Tour de France car il sera trop éloigné de sa famille pendant plusieurs semaines.
On peut donc imaginer le voir en leader sur le Giro.
Avatar de l’utilisateur
Par Ancelin
#3187506
Mathias Brandle prolonge 2 ans de plus avec l'équipe.
Franchement je ne m'attendais pas à cette prolongation.

On apprend également dans l'article du site de l'équipe qu'il sera sur le Giro.


Matthias Brändle n'est pas un homme émotif, mais ces dernières semaines ont été des montagnes russes émotionnelles pour la «locomotive autrichienne» - l'expert du contre-la-montre d'Israël Start-Up Nation.

Le «haut» était la décision pro-gestion de l'équipe de le signer pour une prolongation de deux ans. "Je n'aurais pas pu être plus heureux", se souvient-il. «Pour faire confiance à votre équipe de cette manière, je ne pouvais pas demander plus. Pour moi, ce fut un grand moment. Lorsque l'équipe vous fait tellement confiance, vous redonnez tellement plus. C'est comme ça depuis que j'ai rejoint l'équipe et je suis ravi que le voyage continue. »

Mais quelques jours plus tard, l'ambiance est devenue sombre. Son père, Arnold, a été heurté par une voiture alors qu'il conduisait sa moto et a été laissé dans le coma en soins intensifs. Les «Brändles» ont dû endurer quelques jours d’incertitude et de peur. «La vie est si fragile», a-t-il pensé à plusieurs reprises en s'occupant de son père à l'hôpital, attendant nerveusement la nouvelle. «Bien sûr, je suis habitué à ces changements dramatiques en tant qu'athlète. Vous pouvez être à votre meilleur, puis vous écraser soudainement, et tout est parti. Mais c'était mon père. C'était encore plus difficile. »

Heureusement, l'état de son père s'est amélioré et, bien qu'il doive encore faire face à des mois de rééducation pour un fémur cassé, il est maintenant conscient. «Ce fut un si grand moment de pouvoir lui parler à nouveau», explique Matthias, qui est optimiste quant à la capacité de son père à se remettre complètement. "C'est un cycliste passionné et un combattant, tout comme moi", sourit-il, visiblement très soulagé. «Je lui ai dit, regarde où tu étais il y a une semaine et à quel point tu vas mieux maintenant.»

Pour Matthias, faire face à des hausses et des baisses dans des séquences rapides n'est pas entièrement nouveau. C’est ainsi que la saison s’est déroulée pour lui. Il a commencé très fort, luttant pour une victoire en échappée lors de l'étape 4 du Tour de la Provence et terminant deuxième - avant que toute la saison ne déraille devant ses yeux.

Il était à l'hôtel de l'équipe à Abu Dhabi lorsque la nouvelle est arrivée tard dans la nuit que la course avait été arrêtée en raison du coronavirus. Viennent ensuite les mois d'incertitude. Cependant, il a pu trouver les points positifs: «Franchement, j'ai pu profiter du fait que je peux être à la maison et en dehors de la course pour la première fois depuis de nombreuses années. Beaucoup de gens étaient évidemment stressés par cette crise, mais je sentais que je devais en profiter au maximum et me détendre. En fait, je pense que cela m'a aidé à retrouver ma faim intérieure et ma passion pour la course. Je ne peux pas attendre le redémarrage de la saison et je peux mettre ma belle forme en jeu. "

Il était ravi de découvrir que son équipe n'avait pas besoin de preuves supplémentaires et lui a proposé une prolongation de deux ans. Selon le pro-manager d'ISN, Kjell Carlstrom, cela dépassait ses capacités prouvées en tant qu'artiste TT de l'équipe. «Matthias a toujours une bonne attitude - à la fois sur et hors du vélo. Son enthousiasme et sa positivité garantissent que nous fonctionnons collectivement bien en équipe. »

Matthias a juré de continuer et a déclaré: "Je m'épanouis dans une équipe qui ne se soucie pas seulement des résultats nets ou qui vous juge avec la question" qu'avez-vous fait pour nous ces derniers temps ". Avec ISN, nous sentons que nous sommes une famille et c'est pourquoi je peux donner beaucoup plus - ma motivation frappe le toit. "

Il est confiant que l'équipe se produira au-delà des attentes en tant que première équipe WorldTour de la saison, la saison devant bientôt reprendre. «Nous pouvons rivaliser avec les meilleurs, même si nous n’avons pas les pilotes vedettes des autres équipes.»

Pour lui, le premier test attend au Sibiu Cycling Tour en Roumanie, où l'équipe débutera la saison. La première étape sera un prologue. «J'espère pouvoir apporter la victoire», dit-il. Mais le plus grand défi pour le sextuple champion d'Autriche de TT sera le Giro d'Italia. «Il y a trois étapes TT», se réjouit-il, «c'est parfait pour moi.»hias Brändle n'est pas un homme émotif, mais ces dernières semaines ont été des montagnes russes émotionnelles pour la «locomotive autrichienne» - l'expert du contre-la-montre d'Israël Start-Up Nation.

Le «haut» était la décision pro-gestion de l'équipe de le signer pour une prolongation de deux ans. "Je n'aurais pas pu être plus heureux", se souvient-il. «Pour faire confiance à votre équipe de cette manière, je ne pouvais pas demander plus. Pour moi, ce fut un grand moment. Lorsque l'équipe vous fait tellement confiance, vous redonnez tellement plus. C'est comme ça depuis que j'ai rejoint l'équipe et je suis ravi que le voyage continue. »

Mais quelques jours plus tard, l'ambiance est devenue sombre. Son père, Arnold, a été heurté par une voiture alors qu'il conduisait sa moto et a été laissé dans le coma en soins intensifs. Les «Brändles» ont dû endurer quelques jours d’incertitude et de peur. «La vie est si fragile», a-t-il pensé à plusieurs reprises en s'occupant de son père à l'hôpital, attendant nerveusement la nouvelle. «Bien sûr, je suis habitué à ces changements dramatiques en tant qu'athlète. Vous pouvez être à votre meilleur, puis vous écraser soudainement, et tout est parti. Mais c'était mon père. C'était encore plus difficile. »

Heureusement, l'état de son père s'est amélioré et, bien qu'il doive encore faire face à des mois de rééducation pour un fémur cassé, il est maintenant conscient. «Ce fut un si grand moment de pouvoir lui parler à nouveau», explique Matthias, qui est optimiste quant à la capacité de son père à se remettre complètement. "C'est un cycliste passionné et un combattant, tout comme moi", sourit-il, visiblement très soulagé. «Je lui ai dit, regarde où tu étais il y a une semaine et à quel point tu vas mieux maintenant.»

Pour Matthias, faire face à des hausses et des baisses dans des séquences rapides n'est pas entièrement nouveau. C’est ainsi que la saison s’est déroulée pour lui. Il a commencé très fort, luttant pour une victoire en échappée lors de l'étape 4 du Tour de la Provence et terminant deuxième - avant que toute la saison ne déraille devant ses yeux.

Il était à l'hôtel de l'équipe à Abu Dhabi lorsque la nouvelle est arrivée tard dans la nuit que la course avait été arrêtée en raison du coronavirus. Viennent ensuite les mois d'incertitude. Cependant, il a pu trouver les points positifs: «Franchement, j'ai pu profiter du fait que je peux être à la maison et en dehors de la course pour la première fois depuis de nombreuses années. Beaucoup de gens étaient évidemment stressés par cette crise, mais je sentais que je devais en profiter au maximum et me détendre. En fait, je pense que cela m'a aidé à retrouver ma faim intérieure et ma passion pour la course. Je ne peux pas attendre le redémarrage de la saison et je peux mettre ma belle forme en jeu. "

Il était ravi de découvrir que son équipe n'avait pas besoin de preuves supplémentaires et lui a proposé une prolongation de deux ans. Selon le pro-manager d'ISN, Kjell Carlstrom, cela dépassait ses capacités prouvées en tant qu'artiste TT de l'équipe. «Matthias a toujours une bonne attitude - à la fois sur et hors du vélo. Son enthousiasme et sa positivité garantissent que nous fonctionnons collectivement bien en équipe. »

Matthias a juré de continuer et a déclaré: "Je m'épanouis dans une équipe qui ne se soucie pas seulement des résultats nets ou qui vous juge avec la question" qu'avez-vous fait pour nous ces derniers temps ". Avec ISN, nous sentons que nous sommes une famille et c'est pourquoi je peux donner beaucoup plus - ma motivation frappe le toit. "

Il est confiant que l'équipe se produira au-delà des attentes en tant que première équipe WorldTour de la saison, la saison devant bientôt reprendre. «Nous pouvons rivaliser avec les meilleurs, même si nous n’avons pas les pilotes vedettes des autres équipes.»

Pour lui, le premier test attend au Sibiu Cycling Tour en Roumanie, où l'équipe débutera la saison. La première étape sera un prologue. «J'espère pouvoir apporter la victoire», dit-il. Mais le plus grand défi pour le sextuple champion d'Autriche de TT sera le Giro d'Italia. «Il y a trois étapes TT», se réjouit-il, «c'est parfait pour moi.»
Par shackshack
#3187636
Ben Hermans je le vois plus sur la Vuelta qui lui correspond plus que le Giro.

Il pourra y viser un top 10 et une victoire d'étape.

C'est une façon pour lui aussi d'avoir plus de libertés et de ne pas avoir à larbiner pour Martin sur le Tour.

Du coup, qui sur le Tour?

Martin-Navarro-Sutherland ?

+Hofstetter-Politt-Neilands-Niv-Zabel?
Avatar de l’utilisateur
Par Ancelin
#3187683
shackshack a écrit :
08 juil. 2020, 22:22
Ben Hermans je le vois plus sur la Vuelta qui lui correspond plus que le Giro.

Il pourra y viser un top 10 et une victoire d'étape.

C'est une façon pour lui aussi d'avoir plus de libertés et de ne pas avoir à larbiner pour Martin sur le Tour.

Du coup, qui sur le Tour?

Martin-Navarro-Sutherland ?

+Hofstetter-Politt-Neilands-Niv-Zabel?
Martin-Politt-Hosfstetter-Greipel-Neilandts-Zabel-Wurtz-Niv.
Avatar de l’utilisateur
Par Amady21
#3187687
Ancelin a écrit :
09 juil. 2020, 09:23
shackshack a écrit :
08 juil. 2020, 22:22
Ben Hermans je le vois plus sur la Vuelta qui lui correspond plus que le Giro.

Il pourra y viser un top 10 et une victoire d'étape.

C'est une façon pour lui aussi d'avoir plus de libertés et de ne pas avoir à larbiner pour Martin sur le Tour.

Du coup, qui sur le Tour?

Martin-Navarro-Sutherland ?

+Hofstetter-Politt-Neilands-Niv-Zabel?
Martin-Politt-Hosfstetter-Greipel-Neilandts-Zabel-Wurtz-Niv.
avec cette équipe, Martin ne sera pas bien aidé en montagne
Avatar de l’utilisateur
Par Ancelin
#3187713
Amady21 a écrit :
09 juil. 2020, 10:07
Ancelin a écrit :
09 juil. 2020, 09:23


Martin-Politt-Hosfstetter-Greipel-Neilandts-Zabel-Wurtz-Niv.
avec cette équipe, Martin ne sera pas bien aidé en montagne

Logique, regardons les grimpeurs de l'équipe:
- Hermans initialement prévu a renoncé au Tour car éloigné de sa famille pendant longtemps.
- Navarro je le vois pas du tout sur le Tour, la Vuelta lui ira très bien, il est en bout de souffle, ça sent la retraite.
- Badilati et Schelling trop tendre pour le Tour, faut déjà qu'il commence par un autre GT (Giro et Vuelta)
- Même topo pour Piccoli.

Et c'est tout, pas pléthore de grimpeurs dans l'équipe, Cataford et Sutherland sont plutôt des coureurs passe partout et j'en vois aucun des deux sur le Tour (Sutherland reviens d'une grosse blessure et Cataford est trop tendre je vois plus Giro pour lui).
Avatar de l’utilisateur
Par Ancelin
#3187714
Ah oui sinon Froome rejoint l'équipe la saison prochaine jusqu'à la fin de sa carrière (je dirais 2/3 ans).
Avatar de l’utilisateur
Par Ancelin
#3188199
Une partie de l'équipe (la présélection TDF ?) est actuellement en stage en Andorre.
Avatar de l’utilisateur
Par Ancelin
#3188214
Alexander Cataford prolonge de deux saisons supplémentaires avec l'équipe.
Je pense qu'il est prolongé car il est canadien (même sort pour Boivin et Piccoli ?), mais malgré tout il est intéressant et progresse, un bon petit grimpeur en devenir.

Avec cette prolongation (et celles d'avant aussi) je remarque trois choses:
- On annonce "déjà" les prolongations des équipiers, cela veut dire que soit des coureurs comme Politt et Barbier n'ont pas encore prolongés car ils sont courtisés (ce qui peut se comprendre) soit ils ont déjà trouver ailleurs...
- L'ensemble des prolongations semblent avoir été signées pendant le confinement, l'équipe ne jugera donc pas les résultats de la saison décalée pour se faire une idée, elle c'est déjà qui reste, qui part.
- On remarque que toutes les prolongations sont de 2 ans, ça veut donc dire qu'on aura un "grand" ménage pendant l'intersaison (je tablerai sur 10 départs et arrivées) et que le prochain mercato de l'équipe sera beaucoup plus calme (on peu imaginer que la plupart des recrues signeront au moins 2 ans).

L'article du site sur Cataford:

Alexander Cataford se souvient encore d'avoir participé à ses premières courses WorldTour de sa carrière, le Grand Prix de Montréal et de Québec. «C'était en 2015», dit-il, «avec l'équipe nationale canadienne. Je me souviens du haut niveau de la course. Ce fut une révélation et j'ai découvert à quel point tout était plus difficile, c'était un niveau de course que je n'avais jamais fait auparavant. "

2020 est la première année de Cataford dans une équipe WorldTour, et ce ne sera pas la dernière non plus, car il a signé un nouvel accord de deux ans avec Israel Start-Up Nation.

Cataford est l'un des membres d'Israel Start-Up Nation qui donne une impulsion canadienne à l'équipe. Évidemment, il y a le copropriétaire Sylvan Adams, qui est à l'origine canadien, mais aussi Kevin Ham (propriétaire minoritaire), Paulo Saldanha (entraîneur PowerWatts), Andreas Beckett-Watt (mécanicien) et les deux coureurs James Piccoli et Guillaume Boivin sont dans ISN . «Bien que l'identité soit clairement israélienne», dit Cataford, «il y a une influence canadienne dans l'équipe.»

"C'est tout simplement génial parce que nous partageons régulièrement des histoires sur nos villes natales lorsque nous nous voyons et que nous comprenons d'où nous parlons", poursuit Cataford. «De plus, ISN ressemble à la communauté canadienne que je connais d’Ottawa: tout le monde est amical les uns envers les autres, s’entraide au besoin et il ressemble à une grande famille.»

Le triple canadien: Piccoli, Boivin et Cataford
Il n'y a pas trop de cavaliers canadiens actifs dans le WorldTour, mais dans ISN il y en a trois: Piccoli, Boivin et Cataford. «C'est drôle, car nous faisons les mêmes courses depuis que nous sommes enfants», dit Cataford.

«Bien que nous ne courions pas dans la même catégorie, je me souviens avoir couru à Saint-Martin. C'était toujours la première course de la saison: froide et venteuse. Si quelqu'un, en tant que cycliste, grandissait en Ontario, au Québec, à Montréal, à Ottawa ou ailleurs dans l'est du Canada, on y concourrait. C’est aussi ainsi que j’ai connu James et ‘G’.

«Maintenant, nous sommes tous au niveau WorldTour. Pour moi, être à ce niveau, s'étendre avec ISN, c'est un privilège: c'est l'équipe à laquelle j'appartiens maintenant. "

Kjell Carlström, directeur technique d'ISN, est d'accord avec Cataford: «Alex a progressé avec nous dans tous les domaines en tant que cycliste. Nous croyons vraiment en sa capacité à aider l'équipe et à continuer à devenir un meilleur cycliste. Il donne 100% pour l'équipe tous les jours et c'est très important pour nous. "

La communauté cycliste d’Ottawa

«Peu de coureurs du Canada arrivent au niveau où nous sommes en compétition, c'est un grand pas pour nous, Canadiens. Je suis honoré de faire partie des rares et je dois toujours remercier la grande communauté cycliste d'Ottawa pour cela, car honnêtement sans eux, je n'aurais jamais atteint le niveau auquel je cours maintenant. En fin de compte, étant donné qu'il y a trois Canadiens dans ISN super spécial. ISN se sent même comme «l'équipe à domicile» pendant les deux WorldTour-GP dans l'Est du Canada », dit Cataford.

Les deux GP au Canada, tous deux de niveau WorldTour, ont toujours été spéciaux pour le grimpeur canadien. «Montréal n'est qu'à deux heures de route d'Ottawa, d'où je viens», explique-t-il. «Chaque année, mes amis et ma famille regardent: c'est la course au cours de laquelle je vois les visages les plus familiers. Cela ressemble à ma course à domicile. "

Le coureur de 26 ans est impatient de se développer davantage avec ISN au cours des deux prochaines années. «Je veux être un bon coureur de soutien pour les gars de GC dans l'équipe et continuer le rêve avec ISN. Et puis saisis ma chance quand je les reçois. Oui, évidemment dans ces deux GP: Montréal et Québec.
Avatar de l’utilisateur
Par Ancelin
#3188221
D'ailleurs si on en revient aux prolongations, si la saison prochaine on se base sur un effectif de 30 coureurs et sur 10 arrivées et 10 départs, l'effectif actuel est de 13 coureurs donc 7 prolongations restantes.

Pour les 7 je me pencherai sur 3 israéliens: 3 parce que je pense que l'un va partir (Sagiv ?) et qu'un de la réserve (Ben Mosche, Goldstein ?) va monter dans l'équipe WT
Politt et Barbier me semble impératif et pour les 2 autres je dirais Zabel et Raim. Si Politt et Barbier partent je pense Piccoli et Schelling en plus (après on n'en sait rien peut être que Zabel et Raim vont aussi partir ailleurs)

Du coup en non conservé ça ferai: Navarro (vieux et de moins en moins performant), Hollenstein (capitaine de route mais il faut rajeunir l'effectif et il est pas irremplaçable), Dowsett (il est décevant je pensais le voir faire mieux et il vieillit), Boivin (ne montre pas grand chose et est plus là car il est canadien), Sagiv (le moins bon des israéliens, il a fait son chemin), Rory Sutherland (équipier polyvalent mais qui excelle nulle part, peut être la retraite après sa grosse chute), Badilati (même si j'aimerai qu'il reste il est assez irrégulier et on attendait plus de lui), McCabe (je comprends pas pourquoi l'équipe l'a recruté, il a pas le niveau WT).

Voilà pour ceux qui a mon avis ne resteront, certains pourront être prolonger (Badilati ?) si plusieurs dans la liste des priorités (Politt, Barbier, Zabel, Raim et dans une moindre mesure Piccoli et Schelling) trouvent mieux ailleurs.
Avatar de l’utilisateur
Par Ancelin
#3188760
Rick Zabel prolonge de 2 saisons supplémentaires avec l'équipe.

Il débutera au Tour de Burgos et enchainera avec Milan San Remo, il est dans la présélection du Tour si il n'y est pas sélectionné il sera sur le Giro.


C'est un grand moment en ce moment pour Rick Zabel: il a prolongé son contrat avec Israel Start-Up Nation pour deux ans, est prêt pour ses débuts dans la deuxième moitié de la saison à la Vuelta a Burgos plus tard ce mois-ci et - vient de se marier. Le couple heureux attend son premier enfant plus tard cette année.

Il "est heureux d'être dans le bateau pour quelques années de plus avec cette équipe spéciale", qui "a une histoire spéciale - nous sommes en quelque sorte des ambassadeurs de la paix. J'aime l'histoire de l'équipe et j'aime aussi l'esprit de l'équipe. »

"Nous sommes en quelque sorte des outsiders, mais nous pouvons réaliser de grandes choses et nous pouvons faire mieux que ce que beaucoup de gens pourraient attendre."

Le chef d'équipe Kjell Carlström a déclaré: «Rick n'est avec nous que depuis quelques mois, mais la façon dont il se comporte et comment il renforce en particulier le train de départ est excellente. Il a une excellente attitude et aide vraiment l'équipe à réussir. C'est formidable qu'il choisisse de continuer avec nous. "

Zabel a participé à 15 jours de course en Australie et aux Émirats arabes unis avant que la saison ne s'arrête soudainement. L'Allemagne a fermé ses portes en mars et n'a pas recommencé à rouvrir avant mai. "Bien sûr, c'est une situation folle", dit Rick. "Bien sûr, j'ai suivi les règles, et tous ceux avec qui j'étais étroitement lié, famille et amis, étaient en bonne santé et c'est la chose la plus importante en cette période de folie."

Alors que l'Allemagne a fermé de nombreux aspects de la vie quotidienne, sortir n'était pas l'un d'eux. Il a pu s'entraîner sur la route tout le temps. «Je me suis entraîné assez dur pendant le temps de Corona pour être en bonne forme au redémarrage de cette saison.»

Mais des choses encore plus importantes se sont produites au cours de ces mois, avec l'annonce de ses fiançailles à son partenaire de longue date, suivie de l'annonce qu'ils attendaient un bébé. «J'ai hâte de me marier et de devenir père. J'ai le sentiment que je prends les choses plus au sérieux maintenant, comme je ne le fais pas juste pour moi, je le fais maintenant pour une petite famille. "

Un allemand en israel
Rick a été très impressionné par le camp d'entraînement et la présentation de l'équipe en Israël. «Je ne savais pas à quoi m'attendre quand nous y sommes allés et quand je suis rentré chez moi, pour être honnête, je pense que ce fut l'un des meilleurs voyages que j'ai eu dans ma vie. J'ai beaucoup aimé ça, faire du vélo dans le désert du Néguev, voir les villes de Tel Aviv et de Jérusalem. »

Un moment fort - très émouvant - a été la visite de Yad Vashem, le Centre de l'Holocauste. «C'était émouvant. Je ne l'avais jamais vu d'aussi près auparavant, et c'était difficile et surtout pour un Allemand - au final, c'est l'histoire de mon pays et je le prends très au sérieux. »

«Je pense que c'est un très gros signe qu'un coureur allemand peut être un cycliste professionnel heureux dans une équipe israélienne.»

La saison relancée et au-delà
Pour l'avenir, Rick dit qu'il «s'est entraîné assez dur pendant le temps de Corona pour être en bonne forme au redémarrage de cette saison. Il est non seulement bon pour organiser des sprints pour ses coéquipiers, mais "je pense que j'ai montré lors du UAE Tour que je suis toujours bon pour un résultat aussi, donc je cherche des résultats pour moi-même." Ses objectifs? "Bonne course et être un très bon coéquipier et un coéquipier important dans les situations clés."

"Des objectifs à long terme - bien sûr, je veux faire du Grand Tours et je veux monter des classiques et bien sûr je veux aussi gagner des courses."

Un de ces Grands Tours devrait venir cette année, espère-t-il. Rick est sur la longue liste du Tour de France, mais le Giro d’Italia est également une possibilité. Pendant ce temps, il débutera à la Vuelta a Burgos, suivi de Milan-San Remo.

Enfin, Rick Zabel - le fils de la star du sprint Erik Zabel - a-t-il jamais rêvé de devenir autre chose qu'un cycliste professionnel? «Quand j'étais jeune, je n'avais qu'un seul objectif, devenir cycliste professionnel et je suis heureux d'atteindre cet objectif et de vivre ce rêve maintenant.»
Avatar de l’utilisateur
Par Ancelin
#3188762
Un petit point sur les rumeurs transfert:
- On peut abandonner la piste Jasper Stuyven il a prolongé avec la Trek.
- La prolongation de Dylan Teuns avec Bahrain n'est plus certaine car McLaren est en difficulté financière et pourrait se retirer de l'équipe, ISN est sur le coup mais aura la concurrence d'Ineos.
-L'équipe se serait intéressé à Bob Jungels.
Avatar de l’utilisateur
Par Ancelin
#3189425
Pendant que le groupe grimpeur est en stage en Andorre, le groupe flandrien a débuté hier un stage avec en Belgique, au menu reconnaissance des flandriennes.
  • 1
  • 22
  • 23
  • 24
  • 25
  • 26
  • 39

Et bah voilà, Javier JAMAICA remporte l'&[…]

Giro 2021

On manque de vrais grands monstres, quand me[…]

Cyclisme espagnol

https://www.ciclismoafondo.es/competici ... 6_102.[…]

https://www.ciclismoafondo.es/competicion/noticias[…]

Toute l'actualité cycliste sur notre site   Accéder au site