Le forum pour discuter du cyclisme et du cyclisme uniquement, entre passionnés . Actualité, transferts, débats, analyses et courses de vélo en direct. Toute les infos sur le forum des fans de la petite reine.

Modérateur : Modos VCN

  • Page 70 sur 84
  • 1
  • 68
  • 69
  • 70
  • 71
  • 72
  • 84
#3125864
Bradounet_ a écrit :
27 févr. 2020, 21:02
Des médecins du sport qui racontent n'importe quoi, c'est quand même légion pour connaitre pas mal le milieu.
Par exemple, un mec reconnu comme Gérard Porte qui a fait une thèse sur le cyclisme lors de ses études médicales, je peux te dire qu'il raconte n'importe quoi sur pas mal de sujets avec des diagnostics bien foireux.
Donc Rbl n'a pas tout à fait tort de mettre en doute les propos du Dr. Guillaume.
Pas mal de toubibs n'acceptent pas l'échange et la contradiction et pensent toujours avoir raison sur des questions pas forcément évidentes.
Tu peux remettre en cause les dires d'un médecin (ou de n'importe qui) en argumentant un minimum, sans résumer les choses simplement à "des conneries".
#3125874
Ayant un petit peu de connaissance scientifique et médical en tant que Kiné et plutôt spécialisé dans le sport et ça ne reste que mon avis mais la cause la plus probable pour moi c’est le coup de guidon qui provoque en somme une bonne béquille.
Il a parlé au départ d’un coup de guidon reçu sur l’étape de Nîmes

Le vaste médial est un muscle fort très fort qui est peu lésé par contre le terme lésion et hématome inter aponévrotique peut très facilement s’expliquer avec ce bon coup de guidon qui arrive anatomiquement à cet endroit.
Pour Pinot à chaud il n’a certainement du rien ressentir d’où l’incompréhension mais ça m’est arrivé quelque fois et à froid la douleur n’est pas la même
Si on rajoute un contexte de tour de France avec des W énormes en montagne et de fortes sollicitations des Quadri ça me parait facilement plausible dans ce contexte beaucoup plus que les explications psychologiques

Quand on voit la force qu’il dégageait sur ce tour et la confiance qui allait avec j’ai du mal à y croire

Pour moi on peut dire qu’il a perdu son tour sur de la malchance le reste ..
#3125875
Dans le reportage que FranceTv avait fait sur lui pendant le Tour, on le voit dans le bus avant le départ de l'étape de Valloire. On le sent à la fois relax et impatient d'en découdre. J'ai du mal à croire qu'il jouait la comédie et qu'au fond de lui, il était en train de psychoter ce qui a ensuite provoquer sa blessure lors de l'étape. Pinot est quelqu'un de très naturel. Quand il est bien, ça se voit et quand ça ne va pas, ça se voit aussi. Il ne joue jamais un rôle. Il se montre toujours tel qu'il est. Franchement on voit bien dans ce passage qu'il se sentait fort et qu'il avait hâte que l'étape commence.
#3125928
Pour la blessure à la cuisse on peut mettre ça sur le compte de la béquille, cela est le plus vraisemblable.
Mais qu’il ait refusé de bosser la préparation mentale, si c’est vrai je trouve ça regrettable. Beaucoup de champions utilisent cette technique me semble-t-il.
#3125968
jerem9 a écrit :
27 févr. 2020, 21:48
Ayant un petit peu de connaissance scientifique et médical en tant que Kiné et plutôt spécialisé dans le sport et ça ne reste que mon avis mais la cause la plus probable pour moi c’est le coup de guidon qui provoque en somme une bonne béquille.
Il a parlé au départ d’un coup de guidon reçu sur l’étape de Nîmes

Le vaste médial est un muscle fort très fort qui est peu lésé par contre le terme lésion et hématome inter aponévrotique peut très facilement s’expliquer avec ce bon coup de guidon qui arrive anatomiquement à cet endroit.
Pour Pinot à chaud il n’a certainement du rien ressentir d’où l’incompréhension mais ça m’est arrivé quelque fois et à froid la douleur n’est pas la même
Si on rajoute un contexte de tour de France avec des W énormes en montagne et de fortes sollicitations des Quadri ça me parait facilement plausible dans ce contexte beaucoup plus que les explications psychologiques

Quand on voit la force qu’il dégageait sur ce tour et la confiance qui allait avec j’ai du mal à y croire

Pour moi on peut dire qu’il a perdu son tour sur de la malchance le reste ..
Le coup du guidon me paraît le + probable. En course le coureur doit être très concentré ne serait-ce que pour éviter le risque de chute, sa concentration a fait qu'il n'a pas dû prêter attention à ce mauvais geste. Par contre à froid lorsque l'étape a été terminée, la douleur s'est fait sentir.

Dans mon entourage, j'avais connu une personne qui souffrait du dos. Son médecin lui avait aussi dit que "c'était dans la tête"... sauf que + tard il avait fallu l'opérer.

En tout cas, cet article a des chances de voir un Pinot (s'il en a eu connaissance) avec la rage... de vaincre, ça va le booster pour donner tort au médecin, lui qui ne supporte plus qu'on lui rabâche "son côté mental" !
Dans le reportage de France TV sur le Tour, Thibaut avait bien dit que son mental était peut-être même sa + grande qualité.
#3125974
marooned a écrit :
27 févr. 2020, 21:48
Dans le reportage que FranceTv avait fait sur lui pendant le Tour, on le voit dans le bus avant le départ de l'étape de Valloire. On le sent à la fois relax et impatient d'en découdre. J'ai du mal à croire qu'il jouait la comédie et qu'au fond de lui, il était en train de psychoter ce qui a ensuite provoquer sa blessure lors de l'étape. Pinot est quelqu'un de très naturel. Quand il est bien, ça se voit et quand ça ne va pas, ça se voit aussi. Il ne joue jamais un rôle. Il se montre toujours tel qu'il est. Franchement on voit bien dans ce passage qu'il se sentait fort et qu'il avait hâte que l'étape commence.
+1
Il est franc du collier, et maintenant qu’il n’a plus aucun complexe à évoquer son rapport à la pression, je pense qu’il l’aurait dit après/que ça se serait vu sur les images s’il avait commencé à « mouiller ».

L’article pose de bonnes questions mais rate un peu le coche par ses approximations + en forçant le trait (pré-conçu ?) sur quelque chose qui est impossible à cerner. Il aurait pu être plus prudent et plus subtil.

C’est limite de la complaisance satisfaite à dévoiler une supposée omertà là-dessus au sein de l’équipe... Et à donner la parole à des G.Guilllaume par exemple qui est certainement un brave type mais j’ai du mal à croire que ce ne soit pas un peu la rancoeur qui parle... Quand il était dans l’équipe, je l’ai toujours trouvé assez peu convaincant quand il s’exprimait. Il faisait un peu brave médecin généraliste pas très pointu. Ce qui n’est pas une tare mais dans une équipe qui prétend au haut niveau... J.Maillot m’inspire plus confiance sur ses compétences médicales. Mais ce ne sont que de simples impressions de suiveur de l’équipe sans beaucoup de matière ni de compétences pour en juger.

Dommage que Julien Pinot n’ait pas donné son point de vue....

Ça manque de mise en perspective sinon, les stats d’abandons sont un chiffre brut mais il n’y a pas grand-chose à voir entre 2013 ou même 2015 où la faillite a été sûrement autant physique que mentale, lâché dans la tête... Et les tragédies de 2018 ou 2019.

Sur le fond du sujet, Pinot lui-même a déjà avancé cette hypothèse de la somatisation, ou de la fragilisation de son organisme par le stress, la pression qu’il se met. Même récemment j’ai lu qqpart (l’Equipe je crois) un « vous n’imaginez pas la pression que j’avais en choisissant le Giro deux ans de suite, vis-à-vis du sponsor etc. » ce qui bat un peu en brèche l’idée qu’il y était si tranquille par rapport au Tour.

Impossible pour lui de répondre catégoriquement à cette question de la somatisation évidemment, mais sans l’écarter d’un revers de main, il refusait quand même d’y voir un truc rédhibitoire. Et avait résolu de ne pas trop psychoter là-dessus.

L’article aurait pu creuser d’ailleurs plus cette « obligation d’y croire » qu’il a, que Madiot impulse, que ses coéquipiers, le staff ont aussi, jusqu’où cet impératif peut aller, relever de la méthode Coué... ?

J’ai du mal à croire que la confiance persistante autour de lui relève d’un aveuglement collectif quand même. Je pense que si ses fidèles équipiers ou son staff avaient à la longue un doute sur sa capacité à tenir le choc mentalement et donc physiquement, ça se serait fissuré depuis un moment. Or on observe que chaque coup dur les ressoude encore plus avec l’espoir que ça va bien finir par passer.

Ma religion n’est pas faite sur le sujet, parfois je suis tenté d’adopter la thèse de l’article, avec des pincettes. Mais le plus souvent je me dis que c’est n’importe quoi et qu’il fera un jour la preuve éclatante qu’il peut être à son affaire mentalement et physiquement autrement que par sa résilience (indéniable, elle) et dans une situation de rebond/revanche.

L’avenir dira s’il y a toujours un truc qui foire, ou si un jour il termine trois semaines sans pépin majeur et à son top niveau qui devrait le conduire à nouveau sur le podium d’un GT.

En tout cas j’espère qu’il n’adoptera jamais la pensée magique d’Hinault qui conclut de façon bien médiocre l’article en disant qu’il faut pas se mettre martel en tête avec le général, mais jouer des étapes et prendre du plaisir et que ça vient après :confused:
#3125983
Je vais apporter ma pierre à l'édifice en citant un des plus grands scientifiques du monde du vélo. Vayer dit que c'est valable pour les coureurs qui chutent, alors ça doit l'être aussi pour ceux qui se blessent : s'il s'est blessé, c'est parce qu'il a quelque chose à se reprocher.

Voilà, espérant avoir contribué à élever le débat scientifique.
:elephant:
#3126190
Richard a écrit :
28 févr. 2020, 06:19
Nan mais y a encore des gens qui ecoutent serieusement ce que raconte Hinault? Le mec a une tete de lard pas possible, n’ecoute que lui-meme et, comme si ça ne suffisait pas, a l’esprit qui est resté bloqué en 1982. Totalement dépassé.

Sinon, concernant Pinot, on n’a pas assez de GT derriere nous pour dire s’il est fiable ou non sur 3 semaines? Enfin, je ne sais pas combien il en a faits en tout, ni combien il peut encore en faire, mais on doit avoir une idée de plus en plus precise quand meme, non?

Enfin, concernant sa blessure (c’est une reponse generale, pas une reaction specifique à toi, Richard), autant je ne suis pas pour affirmer quoi que ce soit, mais balayer toute lecture psychologique/somatique d’un revers de la main concernant l’experience de Pinot en GT me semble dommage.
Apres, il y a beaucoup de personnes qui ne croient en rien aux explications de cet ordre, on ne pourra donc jamais les forcer.
Perso, je fais partie de ceux qui y croient. Concernant Pinot, si l’on part du postulat qu’il se serait fait une sorte de béquille, il n’est pas totalement farfelu pour moi de penser qu’il a, évidemment de maniere involontaire, renforcé la douleur en « se fixant dessus », en considerant le truc comme une enieme fatalité. Pardon si les comparaisons vous paraissent foireuses, mais j’avais tendance à developper 2 ou 3 angines par an pendant longtemps. Dès que j’avais un petit mal de gorge, je commençais à ruminer sévère interieurement et me disais, en gros, « bon ben voilà, c’est parti, ça va etre la misère, je vais avoir mega mal pendant x jours etc etc.... ». Et evidemment ça ne loupait pas: les symptomes se développaient exactement comme attendu. Et vas-y que je ruminais davantage, que j’y pensais 256 fois par jour, que je deglutissais trop regulierement, comme pour controler l’evolution de la douleur, bref je passais mon temps à me plaindre et à fixer dessus comme un blaireau. Et vas-y que j’allais chez le medecin, anti-inflammatoires, antibiotiques et compagnie. Et chaque année, rebelote. Et puis, j’ai décidé d’essayer de me detacher un peu de ces reactions « primaires », j’ai essayé de detendre l’atmosphere dans ma tete, en relativisant un max, en me disant qu’il y avait 1000 fois pire, en me concentrant sur autre chose qu’un mal de gorge à la con. Corrélation directe ou pas: je ne fais plus d’angines depuis des années et des années; des maux de gorge de temps à autre, oui, mais pas d’angines hyper douloureuses, et surtout beaucoup moins regulieres.
On pourrait etendre la reflexion sur les malades du cancer par exemple, dont on sait qu’ils peuvent bien mieux combattre la maladie en etant plus solides, psychologiquement parlant. Attention, je ne dis pas que le cancer ne se combat qu’avec de jolies pensées positives, hein.

Bref, est-ce que Pinot a renforcé sa douleur en la « psychologisant » trop? Ça me parait loin d’etre impossible. Dans tous les cas, je pense que personne ne pourra jamais rien affirmer, mais quand un medecin, expérimenté, dit qu’il n’a jamais vu ça et qu’il n’a aucune autre explication qu’une entrée psychologique, j’ai envie de l’ecouter un tout petit peu quand meme. Quand on a du mal à trouver un cas similaire, ça pose question quand meme. Quand on connait la maniere dont Pinot peut « exploser » en GT depuis pas mal de temps, ça pose encore question.

Une seule chose à souhaiter: que Pinot trouve la soluce à ses problemes, quels qu’ils soient...et s’il le peut! Cette impression de force terrible qu’il a développée sur le dernier Tour a envoyé du rêve à un point qu’on n’imaginait pas, mais cela n’a malheureusement que peu de valeur dans une compèt’ de 3 semaines qu’il n’a pu terminée.
Malheureusement, j’ai tendance à voir en Pinot le « loser magnifique » que JFK avait décrit un jour. Esperant avoir tort, ne serait-ce qu’une seule fois concernant Pinot!
#3126213
Je ne sais pas si on peut résumer ça à de la seule « somatisation ». Ce que je veux dire, c’est que, peu importe s’il sait ou non où et quand il s’est fait mal, il a fini par ressentir une douleur. Et en la ressentant, il n’est pas impossible qu’il ait commencé à « psychoter » dessus, et à en renforcer l’intensité par-là meme.

Mais bon, comme je le disais, c’est vraiment propre à chacun les concepts de psychologie, de somatisation etc...Je ne peux pas en vouloir à ceux qui n’arrivent pas à y croire.
Etant travailleur social, j’accorde une enorme importance à la psychologie, mais j’ai plein de collegues qui n’en ont rien à secouer et qui considerent meme que « tout ça, c’est du bullshit ».
Bref, encore une fois, je ne veux rien affirmer, mais je suis pour tout écouter. En cela, « l’analyse » de rbl, à base de « il dit que des conneries », c’est inaudible pour moi.
#3126216
jimmy39 a écrit :
28 févr. 2020, 13:31
Le coup de guidon, il est seulement venu après comme seule explication logique, donc avant la blessure il n'y a jamais pensé, il aurait donc du mal à somatiser non :spamafote:
Ben si il l'a senti ce coup de guidon, je vois pas en quoi il n'aurait pas pu somatiser dessus même si il en a pas parlé autour de lui avant. Sachant que ce n'est pas forcément non plus quelque chose de pleinement conscient cette somatisation.
#3126235
Chez Pinot il y a un mélange d'une vraie fragilité physique, ie c'est une super bécane mais qui tome facilement en panne qui a toujours fait un grosse différence entre des mecs qui peuvent gagner sur un grand jour et ceux qui gagnent beaucoup parce qu'ils sont presque tous les jours dans un bon jour. Mais il y a aussi une composante psychologique indéniable dans ses multiples coups de barre et là je pense que le Lombardie 2018 a quand même été un très gros cap de franchi et ça a contribué à lui faire desserrer le frein à main sur le tour 2019 : il s'est autorisé à croire qu'il pouvait battre les meilleurs, ce qu'il ne se permettait pas avant.
#3126260
Je me concentrerais que sur le Cyclisme et les résultats.
Pinot c'est 1 podium sur 12 GTs.
Aucune victoire en course à étape WT.

Donc, il y a un soit un problème mental, soit un problème de niveau.. ou les deux, je vois beaucoup de personne le qualifier du terme "champion" depuis Juillet mais bon c'est un peu léger même en comptant son Tour de Lombardie (Esteban Chaves l'a gagné et pour moi c'est loin d’être un champion).
#3126269
La meilleure chose que l'on puisse espérer pour Pinot c'est une trajectoire à la Cadel Evans (je l'ai déjà dit un paquet de fois) : un déclic mental qui permet même sur le tard de gagner enfin des grandes courses. Evans le déclic en 2009 avec surtout le titre de lui fait passer un cap sur le tard et même malgré la déception du TDF 2010 avec son coude, il gagne en 2011, il a gagné la flèche en 2010, etc. Avant il était très souvent présent sur des podiums de CG WT, il avait gagné un Romandie certes, mais il trouvait toujours moyen de perdre la course décisive. Pinot, au mieux, il fera une Evans. C'est à dire qu'il ne sera jamais un champion sur la durée ou dominateur, mais si le déclic 2018/2019 se confirme, il nous gagnera des belles courses et si les planètes s'alignent (comme pour Evans en 2011), il peut gagner un TDF, elles ont failli s'aligner l'an dernier, espérons que ce soit le cas cette année ou dans les quelques années qui viennent.
#3126271
Il y a aussi "la théorie de la table basse".
Pinot aurait fait le con tout seul dans sa chambre d’hôtel ou chahutage avec un coéquipier et aurait eu un choc sur la cuisse qu'il pensait anodin sur le coup et après aurait eu un peu honte de révéler la cause de la blessure préférant faire passer ça pour un incident en course (coup de guidon) plutôt qu'un manque de "professionnalisme"..

Actuellement, il y a Niklas Larsen qui est sur la touche et ne peut pas participer à l'épreuve de poursuite par équipes avec le Danemark (possibilité qu'il revienne pour les JO et renforce l'équipe pour l'éventuelle finale à la place de Norman Hansen).
Il s'est cassé la jambe lors du réveillon de Noel après avoir tenté quelques pas de danse. :rieur:
On a aussi eu dans l'histoire un Gourcuff qui s'est pété un os de l'orteil car il avait essayé de faire un amorti du pied avec son flacon de parfum.
#3126272
On voit clairement dans le docu sur Pinot réalisé sur le Tour de France son impatience d' attaquer les Alpes, il avait l' air surmotivé et affichait une grosse envie de se faire plaisir.

S' il avait du craquer mentalement il l' aurait fait sur le Tourmalet, là il était sur un petit nuage.

Il a eu une micro déchirure probablement du à la chaleur et à la malchance, le muscle a refroidit dans la descente de l' izoard et ça a piqué dans une relance.

Pinot n' est plus du tout le meme qu' en 2013, il n' a plus de problème face à la pression.
#3126274
nostradamus--dans--le--bus a écrit :
28 févr. 2020, 16:14
On voit clairement dans le docu sur Pinot réalisé sur le Tour de France son impatience d' attaquer les Alpes, il avait l' air surmotivé et affichait une grosse envie de se faire plaisir.

S' il avait du craquer mentalement il l' aurait fait sur le Tourmalet, là il était sur un petit nuage.

Il a eu une micro déchirure probablement du à la chaleur et à la malchance, le muscle a refroidit dans la descente de l' izoard et ça a piqué dans une relance.

Pinot n' est plus du tout le meme qu' en 2013, il n' a plus de problème face à la pression.
Mais il reste et restera un coureur physiquement fragile, ce qui pour les GT reste une grosse grosse faiblesse.
  • 1
  • 68
  • 69
  • 70
  • 71
  • 72
  • 84
tour de pologne par élimination

trophée e5 degenkolb ptibut 0 mezgec ray […]

Pendant ce temps là en 2020

Je ne retrouve plus le topic en question mais est-[…]

Sports mécaniques 2020

Alors ok la voiture est loin d'être au nivea[…]

... PS: quelqu’un a une video de son attaq[…]

Toute l'actualité cycliste sur notre site   Accéder au site