Le forum pour discuter du cyclisme et du cyclisme uniquement, entre passionnés . Actualité, transferts, débats, analyses et courses de vélo en direct. Toute les infos sur le forum des fans de la petite reine.

Modérateur : Modos VCN

  • Page 71 sur 72
  • 1
  • 68
  • 69
  • 70
  • 71
  • 72
#3126301
Bradounet_ a écrit :
28 févr. 2020, 16:10

On a aussi eu dans l'histoire un Gourcuff qui s'est pété un os de l'orteil car il avait essayé de faire un amorti du pied avec son flacon de parfum.
Gourcuff s'est blessé en promenant son chien
C'est Canizares, un gardien espagnol, le coup du parfum.
Dernière édition par Kivolanov_Volabov le 28 févr. 2020, 16:52, édité 1 fois.
#3126303
Liam a écrit :
28 févr. 2020, 16:36
Bradounet_ a écrit :
28 févr. 2020, 16:10
Il y a aussi "la théorie de la table basse".
Pinot aurait fait le con tout seul dans sa chambre d’hôtel ou chahutage avec un coéquipier
Les fameux chahutages sur la table basse avec un coéquipier...

Image
Elle vaut bien un Tour de France :green:
#3126514
2020, le bon cru pour Thibaut Pinot ?
28 FÉVRIER 2020 10 h 00 min
...
Vous êtes au sein de la même formation depuis vos débuts professionnels. La Groupama-FDJ est-elle une famille à vos yeux ?
Quand on est dans le milieu, on peut voir ce qui se fait ailleurs. On parle beaucoup entre coureurs et on sait très bien comment sont les équipes. Ici, à la Groupama-FDJ, nous n’avons vraiment pas à nous plaindre. On se sent tous bien, entourés, nous avons tous confiance en Marc Madiot et en l’ensemble du staff. C’est pour cela que des coureurs font toute leur carrière dans cette équipe, cela montre bien qu’il y a quelque chose qu’on ne trouve pas ailleurs.
...
Le programme 2020 de Thibaut Pinot :
Après plusieurs saisons à l’accent italien, marquées par des performances notables sur le Tour d’Italie et un succès sur le Tour de Lombardie, Thibaut Pinot axe désormais son programme sur l’Hexagone. Le leader de la formation Groupama-FDJ a ainsi disputé le Tour de Provence, du 13 au 16 février, avant de s’aligner sur le Tour du Haut Var, du 21 au 23 février. Après Paris-Nice, Thibaut Pinot fera un crochet par l’Espagne afin de s’étalonner sur le très exigeant Tour du Pays Basque, du 6 au 11 avril. Après l’épreuve basque, le grimpeur tricolore fera une coupure avant un stage dans les Alpes. Pour le moment, ni lui ni son équipe n’ont communiqué sur une éventuelle participation au Critérium du Dauphiné, du 31 mai au 7 juin. Pinot sera en revanche bien de la partie à l’occasion de l’édition 2020 du Tour de France, dont le départ sera donné le 29 juin de Nice.

https://www.sportmag.fr/cyclisme/2020-l ... aut-pinot/

Un coup c'est le Pays Basque, un coup c'est la Catalogne, puis ça revient au Pays Basque... :spamafote:
#3126640
dolipr4ne a écrit :
28 févr. 2020, 13:20
Richard a écrit :
28 févr. 2020, 06:19
Nan mais y a encore des gens qui ecoutent serieusement ce que raconte Hinault? Le mec a une tete de lard pas possible, n’ecoute que lui-meme et, comme si ça ne suffisait pas, a l’esprit qui est resté bloqué en 1982. Totalement dépassé.
C’est limite une faute professionnelle du journaliste de l’interroger :wink:
Sinon, concernant Pinot, on n’a pas assez de GT derriere nous pour dire s’il est fiable ou non sur 3 semaines? Enfin, je ne sais pas combien il en a faits en tout, ni combien il peut encore en faire, mais on doit avoir une idée de plus en plus precise quand meme, non?
Ah mais la réalité cruelle des chiffres est là bien sûr !
Néanmoins il y a un phénomène de biais de confirmation qui ignore un peu les évolutions.
Enfin, concernant sa blessure (c’est une reponse generale, pas une reaction specifique à toi, Richard), autant je ne suis pas pour affirmer quoi que ce soit, mais balayer toute lecture psychologique/somatique d’un revers de la main concernant l’experience de Pinot en GT me semble dommage.
Ah mais je suis d’accord et lui-même ne balaie pas ça d’un revers de main.

Je note aussi que son dernier GT terminé + objectifs remplis est la Vuelta 2018, où il allait sans pression... Coïncidence ?
veji2 a écrit :le Lombardie 2018 a quand même été un très gros cap de franchi et ça a contribué à lui faire desserrer le frein à main sur le tour 2019 : il s'est autorisé à croire qu'il pouvait battre les meilleurs, ce qu'il ne se permettait pas avant.
Yes enfin avant il en était conscient mais considerait que c’etait soumis à des circonstances favorables je pense. Et que le déclic a été qu’il s’est rendu compte que ça ne dépendait « que de lui » = qu’à son meilleur niveau il n’avait aucun complexe à faire et qu’il avait vraiment les cartes en main !
jerem9 a écrit :Il y a tout de même une différence entre une angine et un problème direct via un coup qui crée une lésion

Autant je pourrais croire à la somatisation sur ses problèmes bronchiques autant là ça semble difficile
Oui j’ai du mal à croire que tu ne puisses plus monter les escaliers du simple fait d’une somatisation.
Je note qu’il a quand même enchaîné deux GT sans problème de bronches (oui on se rassure comme on peut) et qu’il y a de bonnes raisons d’espérer qu’il ait trouvé la solution au moins là-dessus.
MannyManolo a écrit :Je me concentrerais que sur le Cyclisme et les résultats.
Pinot c'est 1 podium sur 12 GTs.
Aucune victoire en course à étape WT.

Donc, il y a un soit un problème mental, soit un problème de niveau.. ou les deux, je vois beaucoup de personne le qualifier du terme "champion" depuis Juillet mais bon c'est un peu léger même en comptant son Tour de Lombardie (Esteban Chaves l'a gagné et pour moi c'est loin d’être un champion).
Ah oui ben il ne doit pas y en avoir beaucoup à ce compte-là, des champions...
Liam a écrit :Je pense que ça a toujours été le Pays-Basque mais que Pinot a simplement fait un lapsus dans une interview.
Je pensais ça aussi mais Perthuis (dans l’émission « Soquette légère ») parle de Catalogne aussi...
Or il est généralement bien informé - a fortiori s’il a discuté avec Julien Pinot... donc ça m’a mis un doute
#3126643
Je pense qu’on minimise vraiment ce que peut etre la somatisation. Faut-il rappeler que des problemes psychologiques peuvent provoquer des ulcères?
J’ai bien conscience que l’on ne saura sans doute jamais exactement ce qui s’est passé, mais au vu de l’impossibilité à établir un diagnostic physique, et au vu de l’experience (enfin je suppose) des medecins concernés, j’ai personnellement tendance à penser que c’est, en l’etat, l’hypothese la plus probable, ou disons la moins improbable. Sinon, pour quelle espece de raison n’arriverait-on pas à comprendre comment sa douleur s’est développée/intensifiée?

Apres, Bradounet a avancé une hypothese pas completement farfelue non plus. :spamafote:
#3126670
D'accord avec toi. Je dirais que la sommation ça marche aussi dans les deux sens, tu peux persuader ton corps de faire des trucs de malades avec la motivation. C'est pour ça que je pense que le mental de Pinot peut devenir son principal atout. Comme l'a dit Veji, il a passé un cap mentalement avec le Tour de Lombardie. Ca n'a pas marché l'an passé mais on peut espérer que cela marche cette année :pompom:
#3126695
Je viens de lire l'article sur L'Equipe Mag. Je le trouve intéressant.

On sait que les blessures sont multifactorielles et le docteur Maillé indique que les principales causes de la blessure de Pinot sont :

- fatigue
- déshydratation
- stress
- asymétrie musculaire
- déficience en fer ou vitamine D

On sait que Pinot peut facilement cocher les 3 premiers items. Ce n'est pas rien.
Pinot a un système immunitaire fragilisé en 3ème semaine.
Pour la déshydratation, je ne dis pas que Pinot était déshydraté mais il faut se souvenir que le Tour 2019 a été plutôt doux et pas caniculaire pendant 2 semaines. La canicule est en revanche apparue de plein fouet les mardi et mercredi de la dernière semaine. Pinot choppe son truc le lendemain. Hasard ? Simple coïncidence ?

Pour le stress, difficile d'imaginer que Pinot n'ait pas eu le temps de réflechir à la question (de gagner le Tour) les 3 jours précédents sa blessure. Son entretien d'avant Tour est éloquent : il adore sa vie et le fait de devenir un vainqueur du Tour/une star, ça ne l'intéresse pas et lui fait un peu peur quand même.
La science n'est pas assez avancée à l'heure actuelle pour connaitre exactement l'impact de l'effet du mental sur les blessures, les maladies, etc... Mais on sait de plus en plus qu'il y a un vrai lien.

Pinot a besoin mentalement de casser les barrières une à une, petit à petit. Ce n'est que mon avis, mais j'ai l'impression qu'il n'était pas encore prêt mentalement pour gagner le Tour, avec tout ce qui va avec. En revanche, peut être qu'il l'est désormais. Il a cassé une barrière en gagnant le Lombardie. Peut être qu'il devrait casser une autre barrière en gagnant le Giro avant d'être prêt à gagner le Tour.

Le problème, c'est que les années passent. Et que Pinot a perdu pas mal de temps en disant longtemps non à beaucoup de choses : les stages en altitude et sûrement pas mal d'autres choses (préparation invisible ? préparation médicale ?).

Pinot me fait un peu penser à Gael Monfils, qui est un guerrier sur le terrain mais qui a des fragilités et des faiblesses mentalement parlant. Les préparations de Monfils pour Roland Garros, c'est un peu du même ordre que les craquages de Pinot sur le Tour. :hehe: Tu te demandes comment ça peut arriver, et ça n'arrive qu'à lui ou presque ! :green:

Et quand je vois le discours actuel de Monfils, à la trentaine (il a 33 ans), je vois des similitudes avec celui de Pinot. Ils ont pris de la maturité, voient que le temps passe et semblent vouloir mettre tous les arguments de leur côté. Mais ça arrive avec plusieurs années de retard.
Monfils n'a jamais été aussi régulier, il est 3ème mondial à la Race, l'an passé il fait 9ème Mondial (seulement la 2nde fois de sa carrière qu'il finit une année dans le top 10) alors que les autres "Mousquetaires" sont clairement sur la fin (Tsonga est proche de la fin de carrière avec sa blessure, Simon et Gasquet sont au delà de la 50ème place mondiale).

Monfils vient pour la 1ère fois d'accrocher Djoko : il a eu 3 balles de match hier. On dirait que ça commence à venir, mais peut être que c'est un peu tard. :reflexion:
#3126742
Richard a écrit :
29 févr. 2020, 12:28
dolipr4ne a écrit :
28 févr. 2020, 13:20



Ah oui ben il ne doit pas y en avoir beaucoup à ce compte-là, des champions...

Euh bah c'est logique, des champions par décennie ça se compte sur les doigts d'une seule main.
Pour moi, le terme champion ne vient pas à celui qui a gagner une fois quelque chose mais le "champion" c'est celui qui a été sur le toit du monde, a été à un moment le meilleur sur une période.
Chez les coureurs de course à étape, il y en a que deux dans la période 2010-2019 : Froome et Contador.
Le reste ne mérite pas ce terme comme Nibali qui c'est toujours fait dominé lorsqu'il avait en face des grimpeurs d'exceptions.
Pareil pour Quintana qui n'a toujours pas briser la barrière du Tour...

Sinon, Bauke Mollema est un champion et tout ceux qui ont gagné des courses WT le sont... non faut pas dire n'importe quoi, il y a des grands coureurs, des bons coureurs mais pour moi, les champions ce sont des coureurs Hors Catégorie.
#3126847
le coup du mental qui induit des blessures c'est une explication de non connaisseurs, ça fait pas très scientifique et plus charlatanisme. On peut même dire que ya une corrélation : moins on s'y connait plus on se tourne vers des explications "spéciales". En foot dernièrement avec memphis depay on nous a ressorti le coup de la somatisation pour son LCA alors que les experts avancent d'autres explications


bon plus simplement, si on réfléchit on peut classer les blessures en 2 catégories :

- celles qui se produisent brutalement, sans signe avant coureur, et qui sont donc dues à un traumatisme important (fracture, déchirure sans qu'on ne sente rien avant etc...)
- celles qui s'installent progressivement (par exemple une tendinite) ou alors arrivent assez brutalement mais avec des signes avant coureurs. C'est à dire qu'il y a une dégradation d'un tissu ou d'un organe, progressivement. Donc que la charge de travail est trop importante par rapport aux capacités de récupération (le stress peut être un facteur mais un seul parmi tant d'autres car ça entrave les capacités de récupération et que ce n'est pas bon à terme)

dans le discours de pinot on a l'info d'une relance à froid en bas d'un col où il a ressenti quelque chose => là il s'est clairement déchiré ; bon visiblement en vélo c'est rare mais en étant au top de sa forme et s'il a relancé assez brutalement pourquoi pas ? Puis comme dit nostradamus-dans-le-bus (j'approuve au passage l'ensemble de son message) son muscle avait dû refroidir (logique) mais je me dis que le refroidissement était sûrement irrégulier : il y a des parties de muscles plus froides que d'autres( plus on s'éloigne du corps du muscle et plus on se rapproche du tendon plus c'est froid). Donc qui dit variations de température dit variation d'élasticité. Et comme le tissu n'est pas homogène il est plus fragile.
Dans tous les cas ya des fibres qui ont pété et à partir de là le muscle est plus fragile et la situation ne peut qu'empirer si on se repose pas pour laisser le temps au corps de se reconstruire.

après peut être que c'est le coup du guidon qui a pété les premières fibres musculaires ce qui a entraîné une faiblesse/une brèche qui s'est agrandie par la suite

je sais pas si c'est plus de la fragilité ou de la malchance (si c'est le coup du guidon qui a cassé les premières fibres c'est plutôt de la malchance) mais ce n'est pas un problème mental ou de mauvaise prépa, alimentation, hydratation (bref tous les trucs impliqués dans la récup) vu que c'est une blessure qui s'est produite suite à un traumatisme visiblement direct (coup de guidon et/ou relance brutale à froid), d'autant qu'il n'est pas coutumier de blessures musculaires
#3126980
trevorphilips a écrit :
29 févr. 2020, 15:30
monfils et pinot ça n'a rien à voir (d'un point de vue physique). Monfils n'abandonne pas souvent et ses blessures sont localisées aux genoux je crois, ce qui est dû à son style de jeu et à ses caractéristiques physique
Monfils a eu des blessures partout et pas plus au genou qu'ailleurs. Il a eu un paquet de blessures musculaires, des entorses de la cheville, des trucs aux abdos etc...

Et bien sûr que d'un point de vue physique Pinot et Monfils sont différents. Il ne faut pas prendre la comparaison au pied de la lettre.

Ma comparaison portait plus sur leur mental, les attentes qu'ils ont suscitées, leurs craquages et leur niveau global.
#3127034
Wombat a écrit :
29 févr. 2020, 18:41
Tous les scientifiques qui s'emmerdent à faire des études en double aveugle à cause du délirant effet placebo et nocebo (qui n'est jamais qu'une forme de somatisation), ont donc tort et versent dans le charlatanisme. :love:
Heureusement que les réseaux sociaux sont là pour rectifier le tir et mettre en avant que chercheurs, médecins ou tout autres individus ayant une expertise dans un domaine après y avoir consacré sa vie ne sont que des charlatans et des ignares. En tout cas, les experts médicaux foisonnent sur ce forum.

Cela dit, pour avoir une blessure physique, j’ai du mal à voir le côté psychologique comme cause directe. Elle peut rendre plus susceptible à une blessure, avoir un effet amplificateur, mais en être seulement responsable :scratch:. Avis subjectif, je n’y connais rien.
  • 1
  • 68
  • 69
  • 70
  • 71
  • 72

Sans rancune et surtout sortir de ce cauchemar

L'Ecole Richie Porte d'entraînement sur roul[…]

Erik Zabel, pas obligation ! Même Si Cipo o[…]

Très déçu de ne pas voir Non […]

Toute l'actualité cycliste sur notre site   Accéder au site