Le forum cyclisme des pratiquants et cyclosportifs. Pour tout savoir sur le matériel vélo, l'entraînement, la préparation des courses, les récits de vos exploits, ou encore ce qui concerne des outils comme Zwift ou Strava.
Avatar de l’utilisateur
Par JohanMusée
#3263345
Sacré défi en effet. Je serai curieux de voir comment tu as digéré ça si tu le réalises :super:

Pour ma part je sors à peine de ma coupure hivernale, donc régularité, légèreté et diversité au programme. Un chien pas tenu en laisse est malheureusement venu contrarier ma première semaine de reprise... Heureusement, le chien et moi semblons bien nous en tirer avec de grosses contusions sur les flancs. Par contre, légère sensation de frottement au pédalier suite à la chute et, vu la fermeture des commerces non essentiels qui risque d'être prolongée ici en Belgique, je suis forcé d'utiliser mon ancien vélo pour un certain temps. J'espère pour le maître du chien qu'il n'y aura rien de grave parce que c'est lui qui va casquer.

J'ai un gros objectif en juin prochain : le Bikingman France (https://bikingman.com/fr/france-2021-fr/). 1030km en autonomie, 20.000m de dénivelé positif en passant par le Ventoux, le Vars et la Bonnette. La course risque d'être épique ainsi que la préparation.
Question préparation justement, même si j'ai déjà fait une course d'ultra l'an dernier, celle -ci est bien plus dure et je compte faire ça de manière moins artisanale. J'ai déjà effectué un test à l'effort cet été pour voir où j'en étais et où étaient mes lacunes, j'en referai un en février sur base duquel on me fera un programme d'entraînement personnalisé. Les résultats de ce premier test étaient assez encourageants (61 de VO2MAX mais des lacunes évidentes à travailler) et c'est ce qui me motive à faire ça bien, histoire d'un peu exploiter le moteur.
Ma principale inquiétude est mon inexpérience dans les grands cols. Je peux faire autant d'exercices ciblés que possible, si ma maigre expérience en la matière m'a bien appris une chose, c'est que seule la pratique et l'expérience sur le terrain pouvaient vraiment bien préparer à ce genre d'effort. Je grimpe bien, mais pour le moment je ne sais pas si mes qualités se limitent à des côtes de type ardennais ou si elles se vérifient aussi en montagne
Avatar de l’utilisateur
Par On3
#3263364
Tous les ans, on voit des amateurs du plat pays (ou de son voisin les Pays-Bas) débarquer sur les grosses cyclos d'été françaises et mettre à mal les meilleurs amateurs français qui s'entrainent toute l'année dans le Vercors ou les Alpes. Ils le font sans spécialement de temps au préalable dans nos beaux alpages (un peu quand même histoire d'avoir le coup de pédale).

Néanmoins, tu peux travailler l'effort "montée" de col sans en avoir à côté de chez toi.
Il y a évidemment la solution du HT sur une appli comme Zwift (ou en plus de l'effort, tu y simuleras également la pente).
Puis sans même parler HT, tu te trouves de belles routes bien longues et rectilignes avec un bon vent défavorable et tu y roules au seuil.

Et à côté de ça, même réponse que pour ToxinoMane, il faut évidemment faire du volume horaire ... mais je suppose que je ne t'apprends rien !
Enfin, ne pas négliger le travail dans les intensités hautes en fin de cycle. Clairement tu ne vas pas rouler à PMA sur ton objectif annuel, mais ça permet de gonfler le moteur de manière générale.
Avatar de l’utilisateur
Par ToxinoMane
#3263367
On3 a écrit :
25 nov. 2020, 09:13
ToxinoMane a écrit :
24 nov. 2020, 17:23


Oui voilà, là j'essaie de faire du volume en conservant un peu d'intensités, et au printemps je ferai plus d'intensités et plus de dénivelé, par exemple je prévois de faire les cinglés du Ventoux (3 faces) en mai ou juin en guide de test, et oui j'aime ça !
Les cinglés du Ventoux, ça doit faire ~135km pour ~4300m de D+. Donc pour bien faire, c'est 4 fois qu'il faudrait le faire, et non 3. :wink:
Si le test est aussi dur que l'objectif alors ça devient l'objectif en lui-même et il n'y a plus de test aha :rieur:
Avatar de l’utilisateur
Par ToxinoMane
#3263410
JohanMusée a écrit :
25 nov. 2020, 11:26
Sacré défi en effet. Je serai curieux de voir comment tu as digéré ça si tu le réalises :super:

Pour ma part je sors à peine de ma coupure hivernale, donc régularité, légèreté et diversité au programme. Un chien pas tenu en laisse est malheureusement venu contrarier ma première semaine de reprise... Heureusement, le chien et moi semblons bien nous en tirer avec de grosses contusions sur les flancs. Par contre, légère sensation de frottement au pédalier suite à la chute et, vu la fermeture des commerces non essentiels qui risque d'être prolongée ici en Belgique, je suis forcé d'utiliser mon ancien vélo pour un certain temps. J'espère pour le maître du chien qu'il n'y aura rien de grave parce que c'est lui qui va casquer.

J'ai un gros objectif en juin prochain : le Bikingman France (https://bikingman.com/fr/france-2021-fr/). 1030km en autonomie, 20.000m de dénivelé positif en passant par le Ventoux, le Vars et la Bonnette. La course risque d'être épique ainsi que la préparation.
Question préparation justement, même si j'ai déjà fait une course d'ultra l'an dernier, celle -ci est bien plus dure et je compte faire ça de manière moins artisanale. J'ai déjà effectué un test à l'effort cet été pour voir où j'en étais et où étaient mes lacunes, j'en referai un en février sur base duquel on me fera un programme d'entraînement personnalisé. Les résultats de ce premier test étaient assez encourageants (61 de VO2MAX mais des lacunes évidentes à travailler) et c'est ce qui me motive à faire ça bien, histoire d'un peu exploiter le moteur.
Ma principale inquiétude est mon inexpérience dans les grands cols. Je peux faire autant d'exercices ciblés que possible, si ma maigre expérience en la matière m'a bien appris une chose, c'est que seule la pratique et l'expérience sur le terrain pouvaient vraiment bien préparer à ce genre d'effort. Je grimpe bien, mais pour le moment je ne sais pas si mes qualités se limitent à des côtes de type ardennais ou si elles se vérifient aussi en montagne
Chapeau, le Bikingman c'est quelque chose :love:
Tu as fait quoi comme ultra ?
Mon père est plus ou moins un spécialiste, ayant fait top 60 sur PBP, 2 fois le 1000 du Sud, et vainqueur en duo de la Route du Diable cette année, sur sa préparation déjà il roule quasiment tous les jours de l'année (vélotaf aidant) et il fait en général plusieurs 300 (jusqu'à 500-600) dans les 6 mois avant un objectif. Outre la préparation purement physique, je peux lui demander de t'écrire ici plein de petites astuces utiles au niveau de l'organisation, gestion, sommeil etc.. si tu veux :wink:
Avatar de l’utilisateur
Par JohanMusée
#3263418
ToxinoMane a écrit :
25 nov. 2020, 13:35
Chapeau, le Bikingman c'est quelque chose :love:
Tu as fait quoi comme ultra ?
Mon père est plus ou moins un spécialiste, ayant fait top 60 sur PBP, 2 fois le 1000 du Sud, et vainqueur en duo de la Route du Diable cette année, sur sa préparation déjà il roule quasiment tous les jours de l'année (vélotaf aidant) et il fait en général plusieurs 300 (jusqu'à 500-600) dans les 6 mois avant un objectif. Outre la préparation purement physique, je peux lui demander de t'écrire ici plein de petites astuces utiles au niveau de l'organisation, gestion, sommeil etc.. si tu veux :wink:
J'ai fait l'Equinoxe des Trappistes en Belgique. Une course 725km sur un parcours passant par toutes les abbayes trappistes de Belgique à terminer en moins de 48heures durant l'équinoxe de septembre. C'est une petite organisation très sympa. L'esprit y est au top et c'était parfait pour une première expérience. D'ailleurs je n'écarte pas l'idée de m'y réinscrire l'an prochain (celle de cette années a été annulée). J'avais aussi fait un Tour de Suisse en autonomie dans lequel je m'étais un petit peu approché des conditions de ce genre de course.
PBP, ça m'intéresse moins, même si j'avoue que l'idée d'accrocher un tel mythe à sa liste est tentant. Pour le moment j'ai en effet en tête un 300 et un 450/500. A voir si ils seront insérables dans le programme qu'on me fournira.
J'ai un ami qui a déjà plusieurs Bikingman, la TransAm et la Transcontinentale comme expérience mais je suis évidemment preneur pour tous les conseils :smile:
Au niveau sommeil je ne sais pas encore exactement si je peux en faire un point fort ou un faible. Lors de l'Equinoxe j'avais dormi 1h30, mais je me demande si je n'aurais pas pu faire sans. Je sais aussi que je peux beaucoup progresser sur les pertes de temps ravitaillement et autres
Avatar de l’utilisateur
Par ToxinoMane
#3263687
JohanMusée a écrit :
25 nov. 2020, 13:52
ToxinoMane a écrit :
25 nov. 2020, 13:35
Chapeau, le Bikingman c'est quelque chose :love:
Tu as fait quoi comme ultra ?
Mon père est plus ou moins un spécialiste, ayant fait top 60 sur PBP, 2 fois le 1000 du Sud, et vainqueur en duo de la Route du Diable cette année, sur sa préparation déjà il roule quasiment tous les jours de l'année (vélotaf aidant) et il fait en général plusieurs 300 (jusqu'à 500-600) dans les 6 mois avant un objectif. Outre la préparation purement physique, je peux lui demander de t'écrire ici plein de petites astuces utiles au niveau de l'organisation, gestion, sommeil etc.. si tu veux :wink:
J'ai fait l'Equinoxe des Trappistes en Belgique. Une course 725km sur un parcours passant par toutes les abbayes trappistes de Belgique à terminer en moins de 48heures durant l'équinoxe de septembre. C'est une petite organisation très sympa. L'esprit y est au top et c'était parfait pour une première expérience. D'ailleurs je n'écarte pas l'idée de m'y réinscrire l'an prochain (celle de cette années a été annulée). J'avais aussi fait un Tour de Suisse en autonomie dans lequel je m'étais un petit peu approché des conditions de ce genre de course.
PBP, ça m'intéresse moins, même si j'avoue que l'idée d'accrocher un tel mythe à sa liste est tentant. Pour le moment j'ai en effet en tête un 300 et un 450/500. A voir si ils seront insérables dans le programme qu'on me fournira.
J'ai un ami qui a déjà plusieurs Bikingman, la TransAm et la Transcontinentale comme expérience mais je suis évidemment preneur pour tous les conseils :smile:
Au niveau sommeil je ne sais pas encore exactement si je peux en faire un point fort ou un faible. Lors de l'Equinoxe j'avais dormi 1h30, mais je me demande si je n'aurais pas pu faire sans. Je sais aussi que je peux beaucoup progresser sur les pertes de temps ravitaillement et autres
(le père)

Bonsoir,
Avant de développer un peu je voudrai préciser 2 définitions qui font consensus :
longue distance : cela commence à 200 km
ultra distance: cela commence à 24 heures (soit à partir de 400 - 700 km suivant le D+ et jusqu'à...... beaucoup)

Je dirai qu'une sortie longue distance est accessible à quasiment tout cycliste "du dimanche" un peu entrainé et motivé.

Par contre, pour l'ultra distance, d'autres paramètres entrent en jeu, roulage de nuit, gestion de l'alimentation/ravitos, gestion du sommeil, chargement.... Et là, il faut 3 qualités, le mental, le physique et l'expérience. on dit même souvent : "s'il te manque une de ces qualités, ça va être dur, s'il t'en manque 2, ne part pas..."

Sur une épreuve ultra, il y a 2 façons d'être finisher. La première que je nommerai "race" concerne le cycliste qui veut "faire un temps", un bon classement. La seconde, mode "rando", consiste à diviser la distance par le délai maxi et ainsi avoir un tableau de marche de x km à faire par tranche de 24 heures.
Le cycliste "race" aura pour principal objectif de limiter au maximum les arrêts, une course ultra ne se gagne pas avec une grande vitesse de roulage, mais avec des temps d'arret réduits.
Sur un bikingman, en mode rando, il faut en général compter sur 200 / 250 km par 24 heures, ce qui est tout a fait abordable pour un cycliste peu expérimenté, et celà lui permet de s'améliorer beaucoup sur ce paramètre (l'experience).

En préparation, il peut être sympa de faire des BRM de 200/300/400 km pour l'endurance. Ne pas oublier aussi de faire du rythme sue des sorties de 100 à 200 km, c'est important.

Quelques petites astuces en vrac :
- s'alimenter de façon régulière (liquide et solide)
- ne pas tourner que sur des produits énergétique, au bout d'un moment, ça ne passe plus, alors qu'un arrêt "boulangerie" permet de diversifier les goûts, quiche, sandwich, flan, et cookies à manger plus tard sur le vélo...
- être hyper visible la nuit, accessoires rétro-réfléchissant au chevilles, gilet de haute visibilité... + lumière avant arrière (frontale en plus, bien visible en zone urbaine, et très utile en cas de bricolage nocturne...)
- bien maîtriser la trace et son gps (fontaines, point de ravito / achat possible suivant les heures de passage...)
- couverture de survie, multi-tools...
- lors d'un arrêt nocturne, (repas ou sommeil), dès que l'on commence à avoir froid, il faut repartir. C'est pour celà, qu'il faut essayer de s'arreter au pied de la prochaine bosse, jamais en haut....
Avatar de l’utilisateur
Par jimmy39
#3263779
Merci pour ce témoignage et pour les conseils. Même si je ne ferais jamais d'ultra, c'est intéressant d'en connaître un peu plus :jap:
Avatar de l’utilisateur
Par JohanMusée
#3263893
ToxinoMane a écrit :
25 nov. 2020, 21:59
(le père)

Bonsoir,
Avant de développer un peu je voudrai préciser 2 définitions qui font consensus :
longue distance : cela commence à 200 km
ultra distance: cela commence à 24 heures (soit à partir de 400 - 700 km suivant le D+ et jusqu'à...... beaucoup)

Je dirai qu'une sortie longue distance est accessible à quasiment tout cycliste "du dimanche" un peu entrainé et motivé.

Par contre, pour l'ultra distance, d'autres paramètres entrent en jeu, roulage de nuit, gestion de l'alimentation/ravitos, gestion du sommeil, chargement.... Et là, il faut 3 qualités, le mental, le physique et l'expérience. on dit même souvent : "s'il te manque une de ces qualités, ça va être dur, s'il t'en manque 2, ne part pas..."

Sur une épreuve ultra, il y a 2 façons d'être finisher. La première que je nommerai "race" concerne le cycliste qui veut "faire un temps", un bon classement. La seconde, mode "rando", consiste à diviser la distance par le délai maxi et ainsi avoir un tableau de marche de x km à faire par tranche de 24 heures.
Le cycliste "race" aura pour principal objectif de limiter au maximum les arrêts, une course ultra ne se gagne pas avec une grande vitesse de roulage, mais avec des temps d'arret réduits.
Sur un bikingman, en mode rando, il faut en général compter sur 200 / 250 km par 24 heures, ce qui est tout a fait abordable pour un cycliste peu expérimenté, et celà lui permet de s'améliorer beaucoup sur ce paramètre (l'experience).

En préparation, il peut être sympa de faire des BRM de 200/300/400 km pour l'endurance. Ne pas oublier aussi de faire du rythme sue des sorties de 100 à 200 km, c'est important.

Quelques petites astuces en vrac :
- s'alimenter de façon régulière (liquide et solide)
- ne pas tourner que sur des produits énergétique, au bout d'un moment, ça ne passe plus, alors qu'un arrêt "boulangerie" permet de diversifier les goûts, quiche, sandwich, flan, et cookies à manger plus tard sur le vélo...
- être hyper visible la nuit, accessoires rétro-réfléchissant au chevilles, gilet de haute visibilité... + lumière avant arrière (frontale en plus, bien visible en zone urbaine, et très utile en cas de bricolage nocturne...)
- bien maîtriser la trace et son gps (fontaines, point de ravito / achat possible suivant les heures de passage...)
- couverture de survie, multi-tools...
- lors d'un arrêt nocturne, (repas ou sommeil), dès que l'on commence à avoir froid, il faut repartir. C'est pour celà, qu'il faut essayer de s'arreter au pied de la prochaine bosse, jamais en haut....
Merci :super:

Ce qui me rassure, c'est que tous ces conseils sont déjà pas mal enregistrés pour moi. Je suis pareil que ton père pour l'alimentation, au bout d'une journée max il me faut quelque chose d'autre que de l'alimentaire purement sportif. Par contre le vainqueur du championnat Bikingman de cette année, Laurent Boursette, a remporté la manche du Portugal avec 40 gels pour unique ravitaillement sur les 37h qu'il a mis pour terminer :w00t: (une de ses forces est qu'il ne s'arrête presque pas, vu qu'il a tout son ravitaillement dès le départ sur lui). Le type doit avoir un estomac incroyablement solide...
Où je recherche des conseils, c'est surtout sur des protocoles à m'imposer pour différent types d'arrêts afin de les rendre les plus rapides et efficients possibles. Et ça permet d'éviter des oublis aussi
Avatar de l’utilisateur
Par ToxinoMane
#3264000
JohanMusée a écrit :
26 nov. 2020, 17:03

Merci :super:

Ce qui me rassure, c'est que tous ces conseils sont déjà pas mal enregistrés pour moi. Je suis pareil que ton père pour l'alimentation, au bout d'une journée max il me faut quelque chose d'autre que de l'alimentaire purement sportif. Par contre le vainqueur du championnat Bikingman de cette année, Laurent Boursette, a remporté la manche du Portugal avec 40 gels pour unique ravitaillement sur les 37h qu'il a mis pour terminer :w00t: (une de ses forces est qu'il ne s'arrête presque pas, vu qu'il a tout son ravitaillement dès le départ sur lui). Le type doit avoir un estomac incroyablement solide...
Où je recherche des conseils, c'est surtout sur des protocoles à m'imposer pour différent types d'arrêts afin de les rendre les plus rapides et efficients possibles. Et ça permet d'éviter des oublis aussi
(le père)

Laurent, est un très bon rouleur, et effectivement son estomac est en béton...
Après la "route du diable" de cet été, j'ai pas mal discuté avec Kristoff A. vainqueur de cette belle épreuve (et de tellement d'autres dont 2 fois la TCR). Il me disait qu'avant un arrêt achat bouffe, il liste dans sa tête ce qu'il doit acheter et il s'arrête le plus souvent possible dans un magasin 'Lidl' parce que dans tous les pays, la disposition des rayons est la même, ce qui lui permet (sa liste en tête) d'optimiser au maximum son temps d'arrêt.
La différence est entre autre là. Mais pour ma part, bien souvent, lorsque je rentre dans un commerce, je ne sais pas ce que je veux, et l'envie vient en voyant les produits....
Si possible, faire aussi attention à l'heure d'arrêt, par rapport au monde.... éviter la grosse boulangerie à 12h15. Mieux vaut s'arrêter à 11h30 ou après 14h00.
Prendre aussi de l'alimentation facile à manger sur le vélo.
Si l'on veut optimiser les batteries d'éclairage, mieux vaut s'arrêter après la tombée de la nuit plutôt qu'un peu avant.
Bonne préparation....
Avatar de l’utilisateur
Par Thejul
#3265800
J'adore l'ultra endurance, c'est un domaine qui me fascine, pour tous les sports. J'ai remarqué qu'au niveau vélo ça avançait bien, que ça devenait même un peu tendance.

Si vous avez du temps, écoutez Guillaume Artus, un mec qui coure et fait un peu de vélo, qui a fait la via Alpina en développant une grille de compétences à acquérir avec des arbres de décisions qu'il a baptisé "MENA" de mémoire pour Mental/Endurance/Navigation/Autonomie. Toujours intéressant de croiser les approches à ce niveau.
Avatar de l’utilisateur
Par Teteoo
#3268928
L'hiver sur Zwift continue de bien se passer (même si ça me coûte cher en pneu cette connerie :rieur:)
Je sens que je deviens plus fort et d'ailleurs, je viens de battre mon record de puissance sur 5 minutes ! Je suis un plan d'entraînement depuis un mois, mais je me fais des sorties virtuelles à côté histoire d'accumuler un peu de plaisir. Je ne remercierai jamais assez On3 pour m'avoir inciter à acheter un appareil interactif, ça change vraiment tout.

J'avais une petite question matériel : est ce que vous connaitriez un pneu qui tient à la fois bien sur la route et sur HT ? Quand le temps sera moins froid, j'aimerais bien alterner entre les deux chaque semaines, et j'ai franchement la flemme de changer de pneu à chaque fois.
Avatar de l’utilisateur
Par Teteoo
#3269055
Rahlala je vais devoir apprendre à changer une cassette également du coup. Merci quand même !
Avatar de l’utilisateur
Par On3
#3269073
Pas mieux. Une roue d'occaz ou pure entrée de gamme pour y mettre un pneu HT spécifique.
Et par la même occaz, t achètes une cassette pour ta roue histoire de pas avoir à changer à chaque fois ...
Par nicoman1
#3272722
Salut à tous !
Comme certains le savent, j'ai était accidenté dee la route en juillet 2019. Pour faire simple j'ai était confondu avec une quille par une voiture...
Bref, on attaque 2021 et je reprend tout doucement, les douleurs au genoux sont persistantes mais bon je m'en fou a force.
Tout ça pour dire que je compte bien me relancer comme défi de réussir,une nouvelle fois, le DFU.
Cette année le parcours attaque directement par la bonnette pour se dirigé sur la col de Vars et reprendre le parcours traditionnel par la suite.
Au final je vais essayer de voir poure faire au minimum 7 à 8 mille km d'ici juin. Ça va pas être évident, surtout que j'accuse un surpoid de 13 kg acquis depuis l'accident...
Donc si vous avez des idées des conseils pour m'aider dans cette "aventure" je suis preneur 😉
Avatar de l’utilisateur
Par ToxinoMane
#3272728
nicoman1 a écrit :
31 déc. 2020, 17:20
Salut à tous !
Comme certains le savent, j'ai était accidenté dee la route en juillet 2019. Pour faire simple j'ai était confondu avec une quille par une voiture...
Bref, on attaque 2021 et je reprend tout doucement, les douleurs au genoux sont persistantes mais bon je m'en fou a force.
Tout ça pour dire que je compte bien me relancer comme défi de réussir,une nouvelle fois, le DFU.
Cette année le parcours attaque directement par la bonnette pour se dirigé sur la col de Vars et reprendre le parcours traditionnel par la suite.
Au final je vais essayer de voir poure faire au minimum 7 à 8 mille km d'ici juin. Ça va pas être évident, surtout que j'accuse un surpoid de 13 kg acquis depuis l'accident...
Donc si vous avez des idées des conseils pour m'aider dans cette "aventure" je suis preneur 😉
Salut, beau défi bravo déjà pour la motivation :super:
Je connais pas toute l'histoire mais en te lisant, je me dis que tu ferais peut-être mieux de reprendre d'abord avec pour 1er objectif de te faire plaisir sur le vélo, pourquoi pas viser par exemple un 200 quand tu sens que t'as progressé pour voir comment tiennent les genoux sur du long, et à partir de là tu pourrais vraiment te mettre le dfu en tête plutôt que de t'entêter sans être sûr que ça passera ;)
A toi de voir bien sûr je te dis juste ce qui me vient
Par nicoman1
#3272738
ToxinoMane a écrit :
31 déc. 2020, 17:34
nicoman1 a écrit :
31 déc. 2020, 17:20
Salut, beau défi bravo déjà pour la motivation :super:
Je connais pas toute l'histoire mais en te lisant, je me dis que tu ferais peut-être mieux de reprendre d'abord avec pour 1er objectif de te faire plaisir sur le vélo, pourquoi pas viser par exemple un 200 quand tu sens que t'as progressé pour voir comment tiennent les genoux sur du long, et à partir de là tu pourrais vraiment te mettre le dfu en tête plutôt que de t'entêter sans être sûr que ça passera ;)
A toi de voir bien sûr je te dis juste ce qui me vient
Merci pour cette réponse 😉
Disons que je veuxe donner un point de mire bien précis, histoire de me redonner une motivation.
Je ne veux pas passer pour un prétentieux, mais le 200, sera forcément une étape, objectif réalisé en 2021, du moins dans ma tête il ne peux pas en être autrement.
J'ai toujours marché à l'excès, je ne me sent moi même seulement lorsque je réalise ou échoue un défi plutôt conséquent.
C'est simple ma compagne a réussi à me convaincre de ne faire que le DFU cette année et peut être une ou deux cyclo....
Bref... J'ai besoin de me retrouver moi même
Giro 2021

Pinot is back :metalhead: :metalhead: Si en […]

Il est vraiment mal placé pour donner […]

Jérémy Roy rejoint le staff en quali[…]

Challenge 2021 - les Equipes

C'est bon pour moi

Toute l'actualité cycliste sur notre site   Accéder au site