Le forum pour discuter du cyclisme et du cyclisme uniquement, entre passionnés . Actualité, transferts, débats, analyses et courses de vélo en direct. Toute les infos sur le forum des fans de la petite reine.

Modérateur : Modos VCN

  • Page 16 sur 38
  • 1
  • 14
  • 15
  • 16
  • 17
  • 18
  • 38
Par -Vélomen-
#3144698
Booze a écrit :
05 avr. 2020, 11:08
-Vélomen- a écrit :
05 avr. 2020, 11:03


Pourtant Ullrich dans le Galibier prend des relais mais sans plus. Il reste constamment dans le groupe de 10, sans changer de rythme et sans chercher à se détacher.
Mes souvenirs sont sans doute confus. J'ai lu le bouquin il y a longtemps déjà. L'idée essentielle reste celle-là : pour Riis, Ullrich a fait n'importe quoi et était dans un état catastrophique. Après sur le comportement en course, je me trompe sans doute. Je n'ai pas votre mémoire.
Ma mémoire est mauvaise (en plus j'avais 10 ans pour le Tour 1998), mais j'ai revu les images de la montée du Galibier récemment.

https://www.youtube.com/watch?v=-21_HTVrjH0
#3144708
Sur les premières minutes il est tout le temps en tête de groupe, mais il me semble (ça fait longtemps que j'ai pas revu cette étape, promis, je me la fait sur le HT dans la semaine) que Julich va vite relayer car l'écart grandit très vite. Pantani passe au sommet avec 3 minutes d'avance sur le maillot jaune. Plus de 30 secondes reprisent au km ! Il était au dessus du lot ce jour là.
Par -Vélomen-
#3144729
Pantani passe bien avec 3 min sur le groupe Ullrich, assez fourni en haut du Galibier. Le Pirate fait un numéro monstrueux, dans son style mains en bas du guidon. Un truc de fou !

Ullrich n'a aucun équipier dans le groupe de 10. Ca serait impossible dans le cyclisme actuel. D'ailleurs Pantani avait une équipe très faible. Il n'a aucun bon grimpeur à ses côtés (Marco Vélo et Garzelli ne sont pas sur le Tour 98).
Avatar de l’utilisateur
Par loloherrera
#3144733
En 98, au Plateau de Beille, Ullrich crève au pied, et tu sens que Pantani se retient, et laisse rentrer l'allemand avant d'attaquer. Peut-être que Booze confond avec cette étape, car Ullrich essaie effectivement de répondre au démarrage du pirate alors qu'il vient de faire un effort assez violent pour revenir sur le groupe. Il le paie un peu ensuite, mais pas tant que ça, je ne me souviens plus des écarts en haut, mais ça devait être de l'ordre de la minute. Ullrich était très fort dans les Pyrénées.
La montagne n'était d'ailleurs pas terrible cette année là, et Pantani bénéficie clairement du mauvais temps lors de l'étape des 2 Alpes. Ullrich n'aimait pas la pluie et le froid, sa classe n'a pas suffit. Et effectivement, le lendemain, il met une de ces mines :pt1cable: dans la Madeleine, seul Pantani le suit.
D'ailleurs, l'italien peinait à le relayer sur le plat précédant l'arrivée tellement Ullrich était surpuissant.

Concernant son duel avec Armstrong, il s'est clairement fait bouffer mentalement...et parfois tactiquement. Mais c'est un autre débat.
Avatar de l’utilisateur
Par angelsB
#3144746
El_Pistolero_07 a écrit :
05 avr. 2020, 11:41
Sur les premières minutes il est tout le temps en tête de groupe, mais il me semble (ça fait longtemps que j'ai pas revu cette étape, promis, je me la fait sur le HT dans la semaine) que Julich va vite relayer car l'écart grandit très vite. Pantani passe au sommet avec 3 minutes d'avance sur le maillot jaune. Plus de 30 secondes reprisent au km ! Il était au dessus du lot ce jour là.
Je me souviens très bien de cette étape (qui empruntait dans son intégralité des routes chargées de souvenirs pour moi) et Ullrich contrôle apparemment sans difficulté tout le début de l'ascension, il me semble qu'il intervient chaque fois qu'un coureur fait mine d'attaquer ( dans mon souvenir Leblanc essaie deux fois après Plan Lachat ?) mais quand Pantani se dresse sur les pédales quand la pente se redresse dans la partie finale il est nettement plus décisif et fait un trou qui ne cesse de s'agrandir… Le rythme d'Ullrich est manifestement très insuffisant pour juguler l'hémorragie et c'est là que Julich vient le relayer !
Avatar de l’utilisateur
Par Booze
#3144754
loloherrera a écrit :
05 avr. 2020, 12:00
En 98, au Plateau de Beille, Ullrich crève au pied, et tu sens que Pantani se retient, et laisse rentrer l'allemand avant d'attaquer. Peut-être que Booze confond avec cette étape, car Ullrich essaie effectivement de répondre au démarrage du pirate alors qu'il vient de faire un effort assez violent pour revenir sur le groupe. Il le paie un peu ensuite, mais pas tant que ça, je ne me souviens plus des écarts en haut, mais ça devait être de l'ordre de la minute. Ullrich était très fort dans les Pyrénées.
:super:

Oui, c'est ça. Je commençais à m'inquiéter : j'avais des images en tête d'Ullrich en chasse derrière Pantani. J'ai mélangé les étapes :pt1cable:
#3144759
angelsB a écrit :
05 avr. 2020, 12:11
El_Pistolero_07 a écrit :
05 avr. 2020, 11:41
Sur les premières minutes il est tout le temps en tête de groupe, mais il me semble (ça fait longtemps que j'ai pas revu cette étape, promis, je me la fait sur le HT dans la semaine) que Julich va vite relayer car l'écart grandit très vite. Pantani passe au sommet avec 3 minutes d'avance sur le maillot jaune. Plus de 30 secondes reprisent au km ! Il était au dessus du lot ce jour là.
Je me souviens très bien de cette étape (qui empruntait dans son intégralité des routes chargées de souvenirs pour moi) et Ullrich contrôle apparemment sans difficulté tout le début de l'ascension, il me semble qu'il intervient chaque fois qu'un coureur fait mine d'attaquer ( dans mon souvenir Leblanc essaie deux fois après Plan Lachat ?) mais quand Pantani se dresse sur les pédales quand la pente se redresse dans la partie finale il est nettement plus décisif et fait un trou qui ne cesse de s'agrandir… Le rythme d'Ullrich est manifestement très insuffisant pour juguler l'hémorragie et c'est là que Julich vient le relayer !
L'attaque est énorme quand même, l'écart créé est énorme. Pantani se paye même le luxe d'attendre Leblanc en roue libre sur 2/3 secondes. A chaque fois que je fais le Galibier, j'y pense, en étant à fond vers "Les Granges" (kilomètre à plus de 9% de moyenne) que Pantani a fait de la roue libre ici ! :genance:
Avatar de l’utilisateur
Par Kaou
#3144769
Ullrich s'est retrouvé rapidement isolé dans cette étape il me semble. Il a retrouvé Bolts et Riis au début des 2 Alpes.

Son équipe semblait un peu faiblarde en 1998. Je crois me souvenir que dans la Croix de Fer en début d'étape il se retrouve même tout seul car les Cofidis (Roland Meier) n'arrêtent pas de secouer le peloton
Avatar de l’utilisateur
Par angelsB
#3144773
Kaou a écrit :
05 avr. 2020, 12:24
Ullrich s'est retrouvé rapidement isolé dans cette étape il me semble. Il a retrouvé Bolts et Riis au début des 2 Alpes.

Son équipe semblait un peu faiblarde en 1998. Je crois me souvenir que dans la Croix de Fer en début d'étape il se retrouve même tout seul car les Cofidis (Roland Meier) n'arrêtent pas de secouer le peloton
Il n'avait pas Bolts avec lui quand il s'arrête dans la descente ?
Il me semble que Godefroot le fait se relever dans la montée des Deux alpes pour attendre Ullrich qui n'avance plus et qu'il fait de la roue libre durant TRES longtemps (un ou deux km !) sans voir apparaitre le duos des leaders !
Avatar de l’utilisateur
Par Kaou
#3144776
Pour en revenir a 1997, lors du chrono de St Étienne qui faisait office de liaison entre Pyrénées et Alpes, Ullrich écrase tout. Mais derrière les écarts entre les autres favoris sont assez faibles pur un chrono de cette longueur (55 bornes et un col à gravir). Entre Virenque second et Casagrande 6ème, il n'y a qu'une cinquantaine de secondes d'écart.

On peut retrouver un certain VDB en 7ème position avec 4'44 de retard :balloon:

Intéressant de remarquer que Virenque ne réalise même pas le top 10 chrono de la montée du col. Il doit notamment sa perf grâce à Ullrich qu'il le double et qui fera office de point de mire pour Virenque.
Par -Vélomen-
#3144807
angelsB a écrit :
05 avr. 2020, 12:32
Kaou a écrit :
05 avr. 2020, 12:24
Ullrich s'est retrouvé rapidement isolé dans cette étape il me semble. Il a retrouvé Bolts et Riis au début des 2 Alpes.

Son équipe semblait un peu faiblarde en 1998. Je crois me souvenir que dans la Croix de Fer en début d'étape il se retrouve même tout seul car les Cofidis (Roland Meier) n'arrêtent pas de secouer le peloton
Il n'avait pas Bolts avec lui quand il s'arrête dans la descente ?
Il me semble que Godefroot le fait se relever dans la montée des Deux alpes pour attendre Ullrich qui n'avance plus et qu'il fait de la roue libre durant TRES longtemps (un ou deux km !) sans voir apparaitre le duos des leaders !
Il me semble que dans la montée vers les Deux Alpes, Ullrich est rattrapé par Riis, puis par Bolts, qui était pourtant lâché tôt dans le Galibier.
#3144812
-Vélomen- a écrit :
05 avr. 2020, 13:04
angelsB a écrit :
05 avr. 2020, 12:32

Il n'avait pas Bolts avec lui quand il s'arrête dans la descente ?
Il me semble que Godefroot le fait se relever dans la montée des Deux alpes pour attendre Ullrich qui n'avance plus et qu'il fait de la roue libre durant TRES longtemps (un ou deux km !) sans voir apparaitre le duos des leaders !
Il me semble que dans la montée vers les Deux Alpes, Ullrich est rattrapé par Riis, puis par Bolts, qui était pourtant lâché tôt dans le Galibier.
J'aurais plus tendance à avoir ce même souvenir... Réponse dans la semaine !
Avatar de l’utilisateur
Par angelsB
#3144821
-Vélomen- a écrit :
05 avr. 2020, 13:04
angelsB a écrit :
05 avr. 2020, 12:32

Il n'avait pas Bolts avec lui quand il s'arrête dans la descente ?
Il me semble que Godefroot le fait se relever dans la montée des Deux alpes pour attendre Ullrich qui n'avance plus et qu'il fait de la roue libre durant TRES longtemps (un ou deux km !) sans voir apparaitre le duos des leaders !
Il me semble que dans la montée vers les Deux Alpes, Ullrich est rattrapé par Riis, puis par Bolts, qui était pourtant lâché tôt dans le Galibier.
Je suis quasiment sûr que justement un Telekom est encore devant Ullrich (c'est Bolts) et comme il monte plus vite que ses leaders derrière (Ullrich a rejoint Riijs dans les premiers mètres de l'ascension !) il est obligé de s'arrêter pour les attendre !
Vu le temps de l'arrêt d'Ullrich dans la descente du Galibier il n'est pas étonnant que Riijs et Bolts l'ai rattrapé et doublé durant cet arrêt, pensant qu'il les reprendrait dans la montée finale et qu'ils l'aideraient à ce moment-là !
Avatar de l’utilisateur
Par Booze
#3144836
Psyonix76 a écrit :
05 avr. 2020, 13:06
Jusqu'en 2003 ou 2004 , Cofidis était l'une des meilleures équipes du monde =)
Pas sur les GT. Le TDF 98 est clairement une anomalie dans l'histoire de l'Equipe. De 99 à 2007, elle a du signer 4 top 10 en GT. Donc Rinero, Julich et Meier égalisent quasiment à eux seuls sur une seule épreuve le bilan des 9 années suivantes.
Dernière édition par Booze le 05 avr. 2020, 13:37, édité 1 fois.
  • 1
  • 14
  • 15
  • 16
  • 17
  • 18
  • 38

Rué, c'était un bon équipier […]

Et je reviens encore sur le résultat du […]

challenge anti covid 2: 1986-1991

C'est pour ça que je suis surpris d'&[…]

Calendrier 2020

Giro : Sûrs : Vincenzo Nibali, Remco Ev[…]

Toute l'actualité cycliste sur notre site   Accéder au site