Le forum cyclisme des pratiquants et cyclosportifs. Pour tout savoir sur le matériel vélo, l'entraînement, la préparation des courses, les récits de vos exploits, ou encore ce qui concerne des outils comme Zwift ou Strava.
Avatar de l’utilisateur
Par El_Pistolero_07
#3014692
J'ai souvenir d'avoir regarder sur Internet à l'époque et ils annonçaient 1h30 comme un temps correct pour un cyclo moyen. A l'époque, avec mon peu de km, mon vieux Look, j'avais mis 1h18 !

Mais j'ai jamais eu envie de la refaire. Même pour faire "un temps", j'ai peur de passer un mauvais moment au final.
Avatar de l’utilisateur
Par Xav_38
#3014777
Mancebo82 a écrit :
29 mai 2019, 11:52
Je viens de retrouver ma trace de quand j'avais grimpé l'Alpe, en 2013 lorsque j'ai commencé le vélo, à l'occasion de la Mi-Marmotte (Galibier + Alpe), il faisait plus de 30 degrés dans l'Alpe c'était affreux j'avais mis quasiment 1h30. :green:

Faudra que je revienne y mettre une marque...j'ai quelques petits kilos en moins depuis. :elephant:
Perso les dernières fois que je l'ai fait, cela m'a pris autour de 1h20. Mais de mon côté c'est plutôt que j'ai quelques kilos de plus (et de trop) par rapport à il y a 20-30 ans. Je regrette de ne m'être jamais chronométré là dessus lorsque j'avais 25 ans , ça allait beaucoup plus vite mais aucune idée des temps que je faisais.
Avatar de l’utilisateur
Par Super_Cuvet
#3014944
El_Pistolero_07 a écrit :
28 mai 2019, 19:46
Super_Cuvet a écrit :
28 mai 2019, 19:08
J'imagine que pour le Ventoux, tu n'as regardé que le versant Bedoin, mais il y a les 2 autres qui amènent du monde en plus. Tu n'as pas le même effet à l'Alpe.
Oui j'ai regardé que Bédoin, mais je pense que ça rajoute pas tant de monde que ça, en général ceux qui font les autres versants ont déjà fait Bédoin au moins une fois. :wink:
Je ne serai pas aussi certain que toi. Le segment entre Chalet Reynard et le sommet a 95 000 passages.
Par Fusagasuga2
#3015129
Bon je suis content de mes chronos sur l'Alpe que j'ai fait deux fois alors. La première autour de 58.30/59 la deuxième deux ans plus tard 1h03 (j'étais pas trop bien, un peu malade, d'ailleurs j'avais renoncé au dernier moment à participer à la Louison Bobet ). Les deux fois c'était en montée directe, après un petit échauffement.
J'ai adoré ma première montée. Je sortais d'un mois de vacances en montagne où j'avais grimpé une orgie de cols. Je pesais 65kg . J'avais trouvé la montée super agréable, avec de dizaines et des dizaines de gars peu habitués que je rattrapais, les lacets qui offrent un petit moment de répit à chaque fois, je n'avais absolument pas souffert, un de mes plus beaux souvenir de vélo. La deuxième fois où j'étais un peu malade les sensations ont été très différentes évidemment.
Par contre quand j'y pense mon braquet était totalement ahurissant (42*28 en minimum, il n'y avait pas de petit plateau de 39 à l'époque je crois et je n'ai jamais imaginé mettre un triple). En fait j'étais habitué et je trainais ce braquet sans trop de soucis sur un col par contre quand il s'agissait d'en monter plusieurs c'était une autre paire de manche.
Tout ça c'était il y a bien longtemps, 25 ans, là aujourd'hui avec le braquet de l"époque et mon peu d'entrainement je n'arrive pas en haut à mon avis
Avatar de l’utilisateur
Par Xav_38
#3015132
Fusagasuga2 a écrit :
30 mai 2019, 11:33

Par contre quand j'y pense mon braquet était totalement ahurissant (42*28 en minimum, il n'y avait pas de petit plateau de 39 à l'époque je crois et je n'ai jamais imaginé mettre un triple). En fait j'étais habitué et je trainais ce braquet sans trop de soucis sur un col par contre quand il s'agissait d'en monter plusieurs c'était une autre paire de manche.
Tout ça c'était il y a bien longtemps, 25 ans, là aujourd'hui avec le braquet de l"époque et mon peu d'entrainement je n'arrive pas en haut à mon avis
A l'époque je trainais un 39*25, et ça c'était ma roue de montagne que je n'utilisais que pour m'attaquer au grand col. Pour les sorties habituelles, dans les montée autour de Grenoble ou de Gap, c'était 39*22 sur ma seconde roue. Ça me fait délirer aujourd'hui, je pense qu'avec un développement pareil je m'arrête au bout de 1km de l'Alpe d'Huez :ambulance:

Mais on tournait beaucoup moins les jambes que maintenant.
Avatar de l’utilisateur
Par didoudidoute
#3045988
Je n'avais jamais monté de grand col et voila qu'après l'Alpe, j'ai monté Joux Plane. C'est quand même vraiment sympa de monter un grand col :smile:
1h13, tout en régularité. Un seul moment un peu dur, juste après la passage a 13%, j'ai bien cru que j'allais devoir m’arrêter mais c'était hors de question. Et la vue sur le Mont Blanc au sommet, ça vaut le coup !

Image

Image

Maintenant ma belle mère (qui n'a un vélo de route que depuis 6 mois et qui n'a fait que 4 sorties) veut monter le Galibier l'été prochain :w00t:
Donc il y a de grandes chances pour que ce soit le prochain gros objectif :smile:
Avatar de l’utilisateur
Par Xav_38
#3045996
didoudidoute a écrit :
23 juil. 2019, 12:30

Maintenant ma belle mère (qui n'a un vélo de route que depuis 6 mois et qui n'a fait que 4 sorties) veut monter le Galibier l'été prochain :w00t:
Donc il y a de grandes chances pour que ce soit le prochain gros objectif :smile:
Pratique-t-elle d'autre sports à bon niveau ? Parce que sinon cela ne ma paraît pas raisonnable de se lancer dans le Galibier sans entrainement et a un certain age... C'est sur de ne pas finir et on peut se faire mal.
Avatar de l’utilisateur
Par SchleckRivals
#3046003
Bravo didou pour Joux Plane, je ne connais pas mais à ce qu'on m'a raconté, il est bien coriace.

Le Galibier pour ta belle mère c'est surement très violent. Mais si elle roule assez régulièrement jusqu'à l'année prochaine c'est jouable.

En titre d'expérience j'ai une amie qui a voulu tenter l'Alpe d'Huez sans jamais avoir bien roulé en vélo de sa vie. Mais elle est sportive (Judo, Cap) et elle a réussi a le grimper. Bon la moyenne c'est du 5km/h et elle a vomis en pleine monté mais elle a réussie :sylvain84:
Avatar de l’utilisateur
Par Xav_38
#3046006
SchleckRivals a écrit :
23 juil. 2019, 13:25

En titre d'expérience j'ai une amie qui a voulu tenter l'Alpe d'Huez sans jamais avoir bien roulé en vélo de sa vie. Mais elle est sportive (Judo, Cap) et elle a réussi a le grimper. Bon la moyenne c'est du 5km/h et elle a vomis en pleine monté mais elle a réussie :sylvain84:
Du coup je ne suis pas certain que ce soit un exemple à suivre...

Et le Galibier c'est autre chose niveau difficulté que l'Alpe. Si tu as du mal à finir l'Alpe, tu craques à mi-pente du Galibier. Enfin je parle ici bien sur du Galibier côté Valloire. Si c'est côté Lautaret c'est sur que c'est moins dur, c'est surtout l'altitude qui devient difficile.
Avatar de l’utilisateur
Par didoudidoute
#3046014
Xav_38 a écrit :
23 juil. 2019, 12:57
didoudidoute a écrit :
23 juil. 2019, 12:30

Maintenant ma belle mère (qui n'a un vélo de route que depuis 6 mois et qui n'a fait que 4 sorties) veut monter le Galibier l'été prochain :w00t:
Donc il y a de grandes chances pour que ce soit le prochain gros objectif :smile:
Pratique-t-elle d'autre sports à bon niveau ? Parce que sinon cela ne ma paraît pas raisonnable de se lancer dans le Galibier sans entrainement et a un certain age... C'est sur de ne pas finir et on peut se faire mal.
Elle ne faisait genre absolument aucun sport il y a 10 ans et elle s'est mise a courir, au début très tranquille, 1 fois par semaine 8 km, puis il y a 4-5 ans elle a monté le niveau --> elle fait 5 ou 6 semi marathons par an et elle en est a son 3eme marathon. Mais le vélo c'est vraiment totalement nouveau
Avatar de l’utilisateur
Par Xav_38
#3046015
didoudidoute a écrit :
23 juil. 2019, 13:46
Xav_38 a écrit :
23 juil. 2019, 12:57


Pratique-t-elle d'autre sports à bon niveau ? Parce que sinon cela ne ma paraît pas raisonnable de se lancer dans le Galibier sans entrainement et a un certain age... C'est sur de ne pas finir et on peut se faire mal.
Elle ne faisait genre absolument aucun sport il y a 10 ans et elle s'est mise a courir, au début très tranquille, 1 fois par semaine 8 km, puis il y a 4-5 ans elle a monté le niveau --> elle fait 5 ou 6 semi marathons par an et elle en est a son 3eme marathon. Mais le vélo c'est vraiment totalement nouveau
OK, donc là c'est gérable :wink:
Avatar de l’utilisateur
Par didoudidoute
#3046018
SchleckRivals a écrit :
23 juil. 2019, 13:25
Bravo didou pour Joux Plane, je ne connais pas mais à ce qu'on m'a raconté, il est bien coriace.

Le Galibier pour ta belle mère c'est surement très violent. Mais si elle roule assez régulièrement jusqu'à l'année prochaine c'est jouable.

En titre d'expérience j'ai une amie qui a voulu tenter l'Alpe d'Huez sans jamais avoir bien roulé en vélo de sa vie. Mais elle est sportive (Judo, Cap) et elle a réussi a le grimper. Bon la moyenne c'est du 5km/h et elle a vomis en pleine monté mais elle a réussie :sylvain84:
Merci :smile: Oui c'est coriace niveau pourcentage, et y'a franchement pas beaucoup de moment pour souffler mais j'ai bien aimé :smile:
Bon, merci pour ton exemple, je vais surveiller pour qu'elle s’entraîne assez :wink:
Avatar de l’utilisateur
Par didoudidoute
#3046020
Xav_38 a écrit :
23 juil. 2019, 13:47
didoudidoute a écrit :
23 juil. 2019, 13:46


Elle ne faisait genre absolument aucun sport il y a 10 ans et elle s'est mise a courir, au début très tranquille, 1 fois par semaine 8 km, puis il y a 4-5 ans elle a monté le niveau --> elle fait 5 ou 6 semi marathons par an et elle en est a son 3eme marathon. Mais le vélo c'est vraiment totalement nouveau
OK, donc là c'est gérable :wink:
Oui, en fait elle a l’habitude des efforts longs. L'endurance ne sera pas un problème je pense, mais mine de rien c'est pas le même effort que la course a pied. Après, elle s'en fiche du temps qu'elle mettra, je pense qu'elle fera des pauses, elle ne cherche pas le perf chronométrée.
Avatar de l’utilisateur
Par -Zabel21-
#3048218
Du coup, j'ai enchainé le Télégraphe et Galibier pour aller voir le TDF aujourd'hui.
C'est cool de monter le jour du Tour, y'a plein de cyclos ! J'ai eu l'impression de voler dans le Télégraphe vu le nombre de personnes que je doublais ! Mais en faite pas tant que ça :green:

Le galibier... vent de face ou 3/4 sur la partie un peu plus plate, pas simple à gérer surtout que j'ai pas trouvé un cyclo avec un rythme proche du mien... A partir de Plan Lachat ça se corse sérieusement, la bonne idée de remplir ses bidons malgré la petite foule massée vers la fontaine. Le final je l'ai trouvé très dur, surement un combo de la fatigue et de l'altitude, certains passages me collaient à la route.

https://www.strava.com/activities/2562403909

Sinon, ce plaisir d'admirer ces paysages ! J'ai adoré, j'ai trouvé ça magnifique !

Je passerais sur la descente... Bouchon au sommet, la pluie et la grèle après quelques kilomètres... Bien content de m'être arrêter à Valloire, j'avais la chance que mon frère puisse me descendre ^^
Avatar de l’utilisateur
Par On3
#3048343
51' dans le Télégraphe, c'est tout à fait respectable. ;)
Avatar de l’utilisateur
Par damienleflahute
#3048348
De mon côté, je m'approche dangereusement de mon triptyque savoyard Croix de Fer/Iseran/Cormet de Roseland (en 3 étapes hein)

Je ne roule qu'une fois par semaine maxi (très peu roulé en juin) mais j'essaye d'accumuler du dénivelé et du pourcentage, et je vais en remettre d'ici là. Je sens ma condition s'améliorer.

L'Iseran me fait un peu peur, j'ai beau me dire que ça équivaut à "seulement" 5 fois la belle bosse que je me suis faite lundi et que j'ai passé assez facile, et que je ne fixe pas d'objectif de temps, c'est l'altitude qui m'inquiète, n'ayant jamais foutu mes roues à plus de 1500 m.
Avatar de l’utilisateur
Par damienleflahute
#3066825
Ca y est, après 27 ans de vélo, j’ai enfin comblé ce manque de n’avoir jamais escaladé de vrai grands cols.

C’est un objectif que je m’étais fixé cet hiver, et l’on avait donc choisi le lieu de nos vacances en famille en fonction de cela (merci Madame). Problème, ca fait une dizaine d’années que je roulotte plus que je ne roule, que je me contente de 1 ou 2 heures de vélo par semaine quand tout va bien, et au grand max 3h. Donc il fallait que je m’y remette un peu plus sérieusement, histoire de ne pas trop subir. Souffrir oui, subir non. J’ai donc été un peu plus assidu cette année (max une sortie par semaine néanmoins), terminant ma « prépa » par une sortie au Champ du Feu dans les Vosges, 104 km, chose que je n’avais plus fait depuis si longtemps.

Direction la Savoie, et mon premier objectif, la Croix de Fer. J’avais hésité avec la Madeleine, mais le premier permettait de pouvoir faire une boucle (j’aime pas les allers retours). Je suis donc parti de La Chapelle, en Basse-Maurienne, direction Saint-Jean, mais en prenant soin d’inclure les lacets de Montvernier dans la boucle. Ceux-ci, montés sans forcer en 23 minutes, tout en m’arrêtant pour des photos (ratées), m’ont laissé croire que j’étais en forme. Par contre, à la sortie de St-Jean, lorsque je suis passé devant la borne des 28 km, je me suis dit que ça pourrait être très long. Et ça l’a été, la chaleur aidant, j’ai trouvé la 1ère partie assez hostile, avec beaucoup de roches. Un peu déçu de ne pas voir un seul cycliste avant les tout derniers kilomètres. Si bien qu’arrivé à St Sorlin, j’étais déjà complètement cuit. J’ai du coup moyennement appréciés les derniers kilomètres, pourtant sublimes, obligé de faire une pause aux 6 km, me faisant donc doubler ici par un 1er cyclo, puis au 2 km (doublé par un 2ème), puis à la flamme rouge. A 100 m du sommet, alors que je commençais à apprécier mon "exploit", un 3ème cyclo, plein de sacoches m’a doublé tout en souplesse. C’est d’ailleurs lui, un espagnol je crois, que j’ai sollicité pour la photo au sommet. Je pense avoir monté en 2h40, mais ma montre GPS, pas vraiment autonome a laché à 1km du sommet. Au final, en haut, je suis partagé entre le plaisir d’avoir gravi ce monstre, mais déçu d’avoir tant subi, alors que pourtant je ne m’étais pas enflammé. Je me suis forcé à manger un croque monsieur en haut, mais je n’ai jamais faim après avoir tant donné. Il fait beau, je reste une heure à profiter du lieu et gérer les crampes qui arrivent maintenant que je suis attablé :sylvain84: , j’essaie de discuter avec mes moyens avec des anglais (il y’en a beaucoup de cyclistes au sommet, beaucoup semblent préférer la montée via le Glandon). C’est le moment de descendre, les crampes reviennent de plus belles dès le 1er coup de pédale, je me dis que ça va me gâcher la descente, mais ça passera vite. Je trouve les paysages bien plus beaux de ce côté-ci, fait toute la 2ème moitié de la descente dans le sillage d’une moto prudente, bref, je reprends du plaisir. Au retour, j’ai un dernier effort à faire avec 700m à 17% pour retourner où nous logeons, ma femme me double à mi-pente, me propose de m’accrocher mais j’ai ma fierté, et aussi j’ai retrouvé quelques forces, ma gosse m’attends en haut et m’encourage :pompom: , la sortie se termine bien.

A suivre…
Avatar de l’utilisateur
Par damienleflahute
#3066875
L’Iseran est mon deuxième objectif. Je viens de passer 3 jours à me dire que ça ne pourrait pas être pire que la Croix de Fer, car c’est quand même vachement moins long et pas plus dur côté pourcentage. Je redoute quand même un peu l’altitude qui est pour moi une parfaite inconnue. J’ai aussi passé les derniers jours à manger du fromage et de la charcuterie. Nous logeons entre le Mont-Cenis et la frontière italienne, à 1800 m d’altitude, et j’ai prévu d’aller jusqu’aux alentours de Val d’Isère, avant que ma petite famille, qui prendra la même route, me récupère, direction le Beaufortain.

Mais la météo n’est pas optimiste ce matin, il a beaucoup plus hier soir, et il pleut ce matin. Je ne suis pas transcendé à l’idée de partir, mais c’est une occasion unique de monter le plus haut col de France (d’Europe ?), pas question de renoncer. A la première éclaircie, je file, et monte les 3 derniers kms du versant italien du Mont Cenis. Un bon échauffement. Étonnement, la route est plutôt sèche, mais je me fais un peu peur dans un virage de la descente qui est resté très mouillé. Je passe Lanslevillard, et le petit col de la Madeleine, où je me sens plutôt bien. Je pense à Tibopino qui avait abandonné quelques kilomètres en amont. Je double un couple de cycliste (la fille est sans casque est porte un gros sac à dos, le gars a un casque mais ne s’est pas encombré). Je pense qu’ils vont à Bonneval. J’arrive dans le village, en fait le tour pour faire du tourisme et faire coucou aux miens qui viennent de me doubler et qui vont manger là. Je repars sans tarder, car j’aimerais monter le col au sec.
La suite est très différente de ce que j’ai vécu à la Croix de Fer. Déjà, c’est très vert, y a des biquettes et des vaches sur le bas côté, ce sont des paysages magnifiques et qui m’émerveillent vraiment. Et je sens que les jambes vont plutôt très bien. Après 2 km je double le couple d’amoureux, la fille semble avoir du mal à suivre, mais c’est toujours elle qui porte le sac. :siffle: A 6 km du sommet on fait face à d’immense glacier, c’est magique. Je double un peu plus tard un cycliste, qui semble d’un certain âge, pousse difficilement un vieille randonneuse, à un gros strap au mollet droit et semble boiter. Je me demande comment il est arrivé là. Pris de pitié, je le regarde en le doublant et lui demande si ça va. Je vois qu’il arbore un large sourire et me lance un « oui, bravo! » aux consonances hollandaises. Je suis rassuré pour lui. Les paysages sont de plus en plus jolis, les pentes des 2 derniers kilomètres sont bien raides, mais ça va plutôt pas mal. Je tente une photo de 2 marmottes qui jouent en contrebas de la route, raté. J’en fini, je suis super fier. Dès que je m’arrête en haut où il fait pas plus de 10°, j'enfile mon coupe vent. Pas un cycliste, la météo incertaine à dû en refroidir plus d’un, c’est un motard qui prendra la photo souvenir. Strava m’annonce 1h19’57’’ ce qui me place à 44’ de K. Je m'en contente aisément.
Je mets mon K-Way fluo, mon journal sur le torse, et file dans la descente. Je passe quelques zones de brouillard. Je cherche un resto, mais je suis déjà en station de Val d’Isère, je décide de continuer un peu, mais j’arrive déjà en bordure du lac de Tignes, je sens que je vais me prendre la flotte. Je passe, pas rassuré du tout, la succession de tunnel et paravalanche, mal ou pas éclairés, je ne m’attendais pas à ça au pied d’un col si fréquenté, je passe tout ça quasiment au sprint pour être exposé le moins longtemps possible aux bagnoles. Dès que je sors du dernier tunnel, je me fais rincer. J’espère trouver un petit village, mais je dois attendre Sainte-Foy. Il est 15 heures, je mange des lasagnes, trempé jusqu’aux os, dans un hôtel restaurant du village. Je n’ai plus qu’à attendre ma voiture.

A suivre

Quelqu'un sait quand l'encodage des équipes[…]

Running

:applaud: J'aime assez ces conditions: celles o&[…]

Cofidis (CaramelMou)

J'ai quelqu'un dans le viseur pour Sagan donc j'[…]

Paris sur le cyclisme

ATTENTION AUX OFFRES DE DEPOT « Je […]

Toute l'actualité cycliste sur notre site   Accéder au site