Le forum dédié aux fans d'histoire du cyclisme, de palmarès de coureurs, de courses, mais aussi de nombreux jeux organisés par nos animateurs. Vous retrouverez aussi ici les débats autour du cycle historique mis en place par David

Modérateur : Modos HP

Avatar de l’utilisateur
Par tuco
#2168703
comme dira chiappucci en 91, disant à propos de lemond q'il ne lui voyait aucune chance de remporter le tour 91 : \"on ne peut pas gagner au loto tous les ans\" !
Avatar de l’utilisateur
Par tuco
#2168704
sinon, j'ai revu l'étape du tourmalet du tour 91, c'est fantastique de voir ces coureurs dans la pampa à des dizaines et des dizaines de km de l'arrivée

le indurain qu'on voit là n'a rien à voir avec le cyborg de 93-95, ça sent encore les années 80. :coeur:
Avatar de l’utilisateur
Par loloherrera
#2168716
Ah oui, Blagnac en 87, c'était épique, les coureurs ayant de l'eau jusqu'au pédalier par endroit !
Avatar de l’utilisateur
Par gradouble
#2169122
Tuco. a écrit :comme dira chiappucci en 91, disant à propos de lemond q'il ne lui voyait aucune chance de remporter le tour 91 : "on ne peut pas gagner au loto tous les ans" !
En 90, Lemond n'a pas du tout volé sa victoire, il était le plus fort, le plus constant en tout cas. Seul Indurain aurait pu le battre s'il n'avait pas été sacrifié pour ce bon vieux Delgado. Et Chiappucci sans la première étape de plat du Futuroscope jamais il ne monte sur le podium. C'est plutôt lui qui avait gagné au loto cette année là.

Et oui pour l'étape du Tourmalet en 91, arrivant à Val Louron, c'est la plus belle que j'ai vécu en direct, truc incroyable. Elle mériterait un résumé de 2 pages à elle toute seule.
Par angelsbdesign
#2169129
gradouble a écrit :
Tuco. a écrit :comme dira chiappucci en 91, disant à propos de lemond q'il ne lui voyait aucune chance de remporter le tour 91 : "on ne peut pas gagner au loto tous les ans" !
En 90, Lemond n'a pas du tout volé sa victoire, il était le plus fort, le plus constant en tout cas. Seul Indurain aurait pu le battre s'il n'avait pas été sacrifié pour ce bon vieux Delgado. Et Chiappucci sans la première étape de plat du Futuroscope jamais il ne monte sur le podium. C'est plutôt lui qui avait gagné au loto cette année là.

Et oui pour l'étape du Tourmalet en 91, arrivant à Val Louron, c'est la plus belle que j'ai vécu en direct, truc incroyable. Elle mériterait un résumé de 2 pages à elle toute seule.
Pour 90 c'est sûr que Chiappucci touche le loto quand on lui laisse prendre 10' d'avance le premier jour... Mais ce sont surtout les autres favoris qui jouent au poker avec lui. Car Chiappucci n'est pas un inconnu cette année-là, ni un coureur négligeable pour le CG : il a fait 7ième de Paris-Nice à 1'41" d'Indurain et 12ième du Giro (avec le classement de la montagne)...
En 91 dans l'étape de Val Louron je me souviens du moment où Lemond craque dans la dernière ligne droite 300 mètres avant le sommet du Tourmalet... Je me dis : "Il a intérêt à rentrer vite dans la descente..." mais il est vraiment cuit et, au contraire, c'est Indurain que les autres laissent partir et qui va faire la jonction avec Chiappucci ! Mais, comme le dit gradouble, il faudrait deux pages pour tout raconter tellement il y a de multiples renversements de situation... ompom:
Par mazinho93
#2169192
L'étape du val louron est mythique, car elle symbolise le changement de génération le passage de l'ère lemond-delgado-fignon à l''ére indurain bugno-chiappuci...et encore une fois c'est les coureurs de la génération lemond qui lance la battaille quand ce dernier accélère à la sortie de barèges...il aura le retour de baton après..

C'est la dernière fois ou le tourmalet a joué un role selon moi ! en tout cas les favoris vont se dépouiller du trourmalet au louron en passant pas aspin , spectacle incroyable avec le retour de fignon laché dans le tourmalet et qui fint quatrième de l'étape....

le vélo comme on l'aime ! c'est une étape style année 80 !
Avatar de l’utilisateur
Par tuco
#2169290
angelsbdesign a écrit :
gradouble a écrit :
Tuco. a écrit :comme dira chiappucci en 91, disant à propos de lemond q'il ne lui voyait aucune chance de remporter le tour 91 : "on ne peut pas gagner au loto tous les ans" !
En 90, Lemond n'a pas du tout volé sa victoire, il était le plus fort, le plus constant en tout cas. Seul Indurain aurait pu le battre s'il n'avait pas été sacrifié pour ce bon vieux Delgado. Et Chiappucci sans la première étape de plat du Futuroscope jamais il ne monte sur le podium. C'est plutôt lui qui avait gagné au loto cette année là.

Et oui pour l'étape du Tourmalet en 91, arrivant à Val Louron, c'est la plus belle que j'ai vécu en direct, truc incroyable. Elle mériterait un résumé de 2 pages à elle toute seule.
Pour 90 c'est sûr que Chiappucci touche le loto quand on lui laisse prendre 10' d'avance le premier jour... Mais ce sont surtout les autres favoris qui jouent au poker avec lui. Car Chiappucci n'est pas un inconnu cette année-là, ni un coureur négligeable pour le CG : il a fait 7ième de Paris-Nice à 1'41" d'Indurain et 12ième du Giro (avec le classement de la montagne)...

je suivais le vélo juste comme un mec lambda à l'époque (roubaix et le tour, quoi) : je connaissais donc pas du tout l'italien. comment tu expliques que le pleoton ai laissé partir chiappucci dans ce cas, vu son début de saison ?
Par -frangin
#2169323
Peut-être parce qu'il n'avait fait que 7e de Paris-Nice et 12e du Giro ( à 23' de Bugno) ce qui à l'époque étaient à peu près ses seules références internationales avec des top 10 sur la Flèche et le Tour de Lombardie. Dans son équipe Carrera on notait davantage les débuts dans le Tour de Giupponi que les siens. \"L'Equipe\", que je n'appelle pas \"Kiplé\" cite son nom lors de la présentation des forces en mentionnant qu'à 27 ans il n'a plus l'âge de jouer les révélations. Finissant par un prémonitoire \"Et pourtant ...\"
Dans cette échappée, on relevait plus les noms de Bauer et Pensec comme dangers potentiels. Fignon par exemple disait de Chiappucci qu'il avait \"montré ses limites lors du dernier Giro\".
Avatar de l’utilisateur
Par tuco
#2169405
(et alors, si on veut l'appeler kiplé ?)



voici les écarts entre 6 coureurs du tour 1990


P

1 LEMOND
2 INDURAIN à 00’17\"
3 BREUKINK à 00’19\"
4 DELGADO à 00’20\"
5 BUGNO à 00’21\"
6 CHIAPPUCCI à 00’22\"

1

1 CHIAPPUCCI
2 LEMOND à 10’13\"
3 INDURAIN à 10’26\"
4 BREUKINK à 10’32\"
5 DELGADO à 10’33\"
6 BUGNO à 10’34\"

2

1 CHIAPPUCCI
2 BREUKINK à 9’10\"
3 LEMOND à 9’37\"
4 BUGNO à 10’55\"
5 INDURAIN à 10’55\"
6 DELGADO à 11’02\"



4

1 CHIAPPUCCI
2 BREUKINK à 9’24\"
3 LEMOND à 9’30\"
4 BUGNO à 11’09\"
5 INDURAIN à 11’09\"
6 DELGADO à 11’16\"



7

1 CHIAPPUCCI
2 LEMOND à 8’52\"
3 BREUKINK à 9’15\"
4 INDURAIN à 9’44\"
5 BUGNO à 10’07\"
6 DELGADO à 10’32\"



11

1 CHIAPPUCCI
2 LEMOND à 7’26\"
3 BREUKINK à 7’50\"
4 BUGNO à 8’41\"
5 DELGADO à 9’27\"
6 INDURAIN à 19’13\"

12

1 CHIAPPUCCI
2 BREUKINK à 6’45\"
3 LEMOND à 7’17\"
4 DELGADO à 8’52\"
5 BUGNO à 10’18\"
6 INDURAIN à 18’51\"

13

1 CHIAPPUCCI
2 BREUKINK à 2’02\"
3 LEMOND à 2’34\"
4 DELGADO à 4’39\"
5 BUGNO à 6’25\"
6 INDURAIN à 14’34\"

14

1 CHIAPPUCCI
2 BREUKINK à 1?49\"
3 LEMOND à 2’21\"
4 DELGADO à 4’26\"
5 BUGNO à 6’03\"
6 INDURAIN à 14’11\"


16

1 CHIAPPUCCI
2 LEMOND à 0’05\"
3 DELGADO à 3’42\"
4 BREUKINK à 3’49\"
5 BUGNO à 7’48\"
6 INDURAIN à 14’54\"




20

1 LEMOND
2 CHIAPPUCCI à 2’16\"
3 BREUKINK à 2’29\"
4 DELGADO à 5’01\"
5 BUGNO à 9’39\"
6 INDURAIN à 12’47\"


« L’américain va probablement gagner le Tour, mais avec une grande équipe que je n’ai pas. Il s’en sort bien, car il ne gagnera pas sur sa propre valeur. Aujourd’hui, il a été sauvé par ses coéquipiers. Il en a toujours eu plusieurs autour de lui, sauf sur la fin. Moi, je me suis retrouvé tout seul dès le premier col. Qu’il ne pavoise donc pas ! J’ai aussi voulu démontrer à toute l’Italie quel coureur je suis. Pour la première fois de ma vie, je suis un leader et j’ai cherché à prouver que je pouvais être un grand leader. »
C.C.
Avatar de l’utilisateur
Par tuco
#2169406
-frangin a écrit :Peut-être parce qu'il n'avait fait que 7e de Paris-Nice et 12e du Giro ( à 23' de Bugno) ce qui à l'époque étaient à peu près ses seules références internationales avec des top 10 sur la Flèche et le Tour de Lombardie. Dans son équipe Carrera on notait davantage les débuts dans le Tour de Giupponi que les siens. "L'Equipe", que je n'appelle pas "Kiplé" cite son nom lors de la présentation des forces en mentionnant qu'à 27 ans il n'a plus l'âge de jouer les révélations. Finissant par un prémonitoire "Et pourtant ..."
Dans cette échappée, on relevait plus les noms de Bauer et Pensec comme dangers potentiels. Fignon par exemple disait de Chiappucci qu'il avait "montré ses limites lors du dernier Giro".


c'est pas faux, cela dit, il n'a jamais été leader de son équipe avant le tour


sur le giro, y('avait des équipiers pour les sprints pour bontempi, et lui visait le mailloty du GPM, donc par définition sacrifiait ses chances au général
Par biquet
#2169481
Super_Cuvet a écrit :D'une certaine façon, LeMond gagne au loto en 90 car sa préparation était quand même indigne d'un futur maillot jaune.
Il a eu un peu de chance. L'abandon de Fignon, la méforme de Mottet ( qui s'est cassé les pattes à essayer de suivre Bugno sur le Giro..), la maladie de Delgado en 3è semaine (il a failli abandonner, d'ailleurs), les erreurs tactiques de Chiappucci..Lemond a été solide sans être brillant, ça suffisait sur ce Tour de niveau moyen.
Par biquet
#2169484
87, c'était un parcours de folie , quand même: 25 étapes, un chrono de 87 bornes, des Alpes de malades ( Ventoux chrono, Villard de Lans, l'Alpe par Laffrey, la grande étape de La Plagne, Morzine), sans oublier des Pyrénées bien corsées ( enchainement Burdin-Soudet-Marie Blanque, puis Marie-Blanque, Aubisque, Luz-Ardiden ), et l'arrivée en haut du Causse de Millau, un autre long chrono la veille de l'arrivée.

Aujourd'hui, tout le monde crierait au crime organisé, si ASO proposait un tel parcours. :lolilol:
Par angelsbdesign
#2169487
-frangin a écrit :Peut-être parce qu'il n'avait fait que 7e de Paris-Nice et 12e du Giro ( à 23' de Bugno) ce qui à l'époque étaient à peu près ses seules références internationales avec des top 10 sur la Flèche et le Tour de Lombardie. Dans son équipe Carrera on notait davantage les débuts dans le Tour de Giupponi que les siens. "L'Equipe", que je n'appelle pas "Kiplé" cite son nom lors de la présentation des forces en mentionnant qu'à 27 ans il n'a plus l'âge de jouer les révélations. Finissant par un prémonitoire "Et pourtant ..."
Dans cette échappée, on relevait plus les noms de Bauer et Pensec comme dangers potentiels. Fignon par exemple disait de Chiappucci qu'il avait "montré ses limites lors du dernier Giro".
+1
C'est vrai qu'à l'époque j'avais été plus étonné qu'ils laissent partir Bauer (la 7eleven avait une grosse équipe de grimpeurs)que Chiappucci... bien que je trouvais l'Italien capable d'un top 10... Je pensais qu'il irait en déclinant à partir des Alpes... En fait ce sont Bauer et Pensec qui ont vite déclinés !
Avatar de l’utilisateur
Par mc-enroe31
#2169503
biquet a écrit :87, c'était un parcours de folie , quand même: 25 étapes, un chrono de 87 bornes, des Alpes de malades ( Ventoux chrono, Villard de Lans, l'Alpe par Laffrey, la grande étape de La Plagne, Morzine), sans oublier des Pyrénées bien corsées ( enchainement Burdin-Soudet-Marie Blanque, puis Marie-Blanque, Aubisque, Luz-Ardiden ), et l'arrivée en haut du Causse de Millau, un autre long chrono la veille de l'arrivée.

Aujourd'hui, tout le monde crierait au crime organisé, si ASO proposait un tel parcours. :lolilol:
Purée, cela me navre de voir les coureurs actuels se plaindre quand tu vois le tracé des grands tours de l'époque.

1 seul jour de repos pour 24 jours de courses.

Ils ont un meilleur entrainement, une meilleure diététique, un meilleur suivi médical, un meilleur matériel et on allège le programme des Grands Tours.

C'est illogique.
Avatar de l’utilisateur
Par runnz
#2169526
mc-enroe31 a écrit :
biquet a écrit :87, c'était un parcours de folie , quand même: 25 étapes, un chrono de 87 bornes, des Alpes de malades ( Ventoux chrono, Villard de Lans, l'Alpe par Laffrey, la grande étape de La Plagne, Morzine), sans oublier des Pyrénées bien corsées ( enchainement Burdin-Soudet-Marie Blanque, puis Marie-Blanque, Aubisque, Luz-Ardiden ), et l'arrivée en haut du Causse de Millau, un autre long chrono la veille de l'arrivée.

Aujourd'hui, tout le monde crierait au crime organisé, si ASO proposait un tel parcours. :lolilol:
Purée, cela me navre de voir les coureurs actuels se plaindre quand tu vois le tracé des grands tours de l'époque.

1 seul jour de repos pour 24 jours de courses.

Ils ont un meilleur entrainement, une meilleure diététique, un meilleur suivi médical, un meilleur matériel et on allège le programme des Grands Tours.

C'est illogique.
C'est pour aider à combattre le dopage. :elephant:
Avatar de l’utilisateur
Par mc-enroe31
#2169527
runnz a écrit :
mc-enroe31 a écrit :
biquet a écrit :87, c'était un parcours de folie , quand même: 25 étapes, un chrono de 87 bornes, des Alpes de malades ( Ventoux chrono, Villard de Lans, l'Alpe par Laffrey, la grande étape de La Plagne, Morzine), sans oublier des Pyrénées bien corsées ( enchainement Burdin-Soudet-Marie Blanque, puis Marie-Blanque, Aubisque, Luz-Ardiden ), et l'arrivée en haut du Causse de Millau, un autre long chrono la veille de l'arrivée.

Aujourd'hui, tout le monde crierait au crime organisé, si ASO proposait un tel parcours. :lolilol:
Purée, cela me navre de voir les coureurs actuels se plaindre quand tu vois le tracé des grands tours de l'époque.

1 seul jour de repos pour 24 jours de courses.

Ils ont un meilleur entrainement, une meilleure diététique, un meilleur suivi médical, un meilleur matériel et on allège le programme des Grands Tours.

C'est illogique.
C'est pour aider à combattre le dopage. :elephant:
Si c'était la vraie raison, ils feraient des étapes de 120 kms sur 14 jours.

C'est juste que le cyclisme actuel est devenu une affaire de bisounours.
Par angelsbdesign
#2169535
mc-enroe31 a écrit :
Purée, cela me navre de voir les coureurs actuels se plaindre quand tu vois le tracé des grands tours de l'époque.

1 seul jour de repos pour 24 jours de courses.

Ils ont un meilleur entrainement, une meilleure diététique, un meilleur suivi médical, un meilleur matériel et on allège le programme des Grands Tours.

C'est illogique.
Tu n'as pas tord : moi aussi ça me navre de voir le cinéma que tout le monde fait dès qu'il y a du vent, de la pluie, de la neige, du soleil, de la chaleur, des chutes, etc.
La victoire d'Hinault sur LBL en 77 ça reste mythique (avec, en plus, le coup de pouce du destin qui fait qu'il n'abandonne pas alors que sa décision est prise comme celle de tous les gros bras de l'époque dans un contexte climatique aussi glacial !)
Et que dire de l'étape du Gavia du Giro 88 qui reste pour moi le summum de ce que j'ai vu comme conditions atmosphériques apocalyptiques (Van de Velde en tête au sommet qui s'arrête et rentre se réchauffer dans un café !)
Il y en a d'autre qui m'ont marqué aussi (la neige sur Paris-Nice et les chaussées glissantes et verglacées... l'étape du Tour 96 qui arrive à Sestrière et dont le départ est donnée à Monêtier-les-Bains après réduction à 46 kms, la Madeleine et le Galibier escamotés pour cause de neige... ce qui n'empêche pas Riijs d'attaquer et de prendre 30" à Indurain !)

Mais, d'autre part, on n'imaginerait pas faire le même genre de remarques aux gens qui ne veulent plus travailler 12 heures par jour, 7 jours par semaine, pas de congés, un salaire de misère pour les ouvriers, les employés de maison, pas de statut pour les agricultrices, etc.
Donc j'essaie de me garder de faire la morale aux autres... Sinon pourquoi ne pas demander aussi la retour des étapes de 400 kms, sur deux jours avec course de nuit... Un tour avec une étape Paris-Brest-Paris, ou entre Bordeaux et Paris... ça aurait de la gueule aussi :cochonti: Moi j'admirais les coureurs capable de faire ce genre d'exploit ! Mais, bon : en spectateur hein ! :whistle: :elephant:
Par mazinho93
#2169585
sur le parcours 1987 il est regrettable que cetains enchainement n'est plus jamais été emprunté par aso, je pense évidemment au typtique budurincucheta-soudet-marie blanque ou a l'étape qui arrive à villard de lans via le col de chalimont, et avant le col bataille, tourniol...une vraie belle étape de moyenne montagne....et évidemment l'arrivée à l'alpe d'huez précédé du col de cucheron, col de coq et de la cote de laffrey
hélas les successeur de felix levitan n'ont daigné reprendre ses enchainement de cols qui servirent à merveille les coureurs attaquants de ce tour 1987;....
Tour de France 2020

Ce serait sympa de retrouver le format du chrono […]

Belle synthèse. :jap: Donc en rés[…]

Logan Currie ça va pas être de la p&a[…]

Astana Pro Team 2019

Dernière étape de la Vuelta aujourd'[…]

Toute l'actualité cycliste sur notre site   Accéder au site