Les topics dédiés aux différentes formations du peloton international. Pour venir échanger au sujet des équipes World-Tour (Groupama-FDJ, Ag2R-Citroen, etc...), Pro Team (Total Energies, Uno-X, B&B Hôtels) et Conti (Saint-Michel Auber 93, structures de développement, etc...), c'est ici que ça se passe !
  • Page 7 sur 8
  • 1
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
Avatar de l’utilisateur
Par Carolo
#3512286
Interview intéressante de Wellens dans le Soir: https://www.lesoir.be/458691/article/20 ... as-attendu
Spoiler : :
Tim Wellens quitte Lotto Soudal: «Jumbo a dit non, Ineos a réfléchi, UAE n’a pas attendu»
Fameux mouvement du mercato, Tim Wellens (Lotto) va rouler les prochaines années avec Tadej Pogacar. Il nous explique les raisons de son choix

Tim Wellens a traversé la Grande Boucle dans la douleur avant de la quitter prématurément pour cause de Covid. « J’ai été bien affecté, avec de la fièvre. Je me sentais vraiment mal », explique le Belge qui reprend la compétition au Tour de l’Ain, ce mardi. Qui, surtout, après dix saisons pleines chez Lotto, a décidé de changer de crémerie. Les prochaines saisons, c’est chez la ronflante UAE de Tadej Pogacar que le Limbourgeois va évoluer. Avec l’ambition d’aider le Slovène autant que de se retrouver. Entretien exclusif.

Tim, c’est désormais officiel, vous roulerez l’année prochaine chez UAE Emirates après dix saisons pleines d’un mariage heureux chez Lotto. Pourquoi ce choix ?

Parce que les années précédentes, je n’ai pas réalisé ce que je voulais. Depuis 2019, en fait, j’ai la sensation de ne plus avoir vraiment progressé. Je n’ai pas réussi à valider mes objectifs. Si j’avais enchaîné les beaux résultats et gagné de grandes courses, je ne serais pas parti de chez Lotto car j’aime cette équipe. Mais ce n’est pas le cas. D’où cette nouvelle aventure…

C’est en somme, un nouveau départ, un coup de fouet pour sortir de votre zone de confort et relancer votre carrière ?

Relancer, c’est peut-être un peu fort… mais c’est peut-être la vérité aussi. J’en ai besoin.

Besoin ?

Oui, je suis déçu de ce que j’ai réalisé. Je voulais des résultats mais quand ça ne marche pas, c’est compliqué à gérer, surtout mentalement. Je savais que j’avais besoin de quelque chose d’autre. J’en profite pour remercier Lotto pour toutes les chances que j’ai eues. Comme jeune coureur belge, c’était l’équipe parfaite mais, à un certain moment, on ne voit plus que les défauts et les problèmes. Et là, le nouveau départ devient nécessaire. Je crois qu’on peut faire toute une carrière dans la même équipe si les choses tournent. Ça ne m’aurait pas dérangé mais des ambitions, j’en ai beaucoup et là, je sentais que je n’arrivais pas à atteindre ce que je voulais. Je ne mets pas la faute sur Lotto, je la mets sur moi. Dans certains domaines comme le chrono, je peux peut-être un peu blâmer l’équipe car si tu ne t’appelles pas Victor Campenaerts, tu as besoin d’encadrement mais c’est tout… En fait, c’est surtout pendant les classiques wallonnes que j’ai pris ma décision.

L’équipe Lotto a-t-elle fait une offre pour vous retenir ? Vous êtes quand même l’un de ses cadres...

Oui, je savais, via mon manager Dries Smets, que John Lelangue voulait que je reste, en faisant cela étant un petit effort financier, ce qui est logique quand les résultats ne sont pas là. Mais je n’ai pas attendu l’offre de Lotto pour me décider. Je ne voulais pas l’attendre en fait, on n’a pas négocié. Dans ma tête, c’était clair, je voulais partir.

Chez UAE ?

Pas spécialement mais dans une équipe qui a plus de moyens, en tout cas. Je ne voulais pas rester dans un team du niveau de Lotto. Je voulais aller plus haut, dans une équipe où j’étais certain à 100 % que ça allait être mieux. Je suis très ambitieux, j’ai donc demandé à mon manager d’aller toquer à la porte de Jumbo, Ineos et UAE, les trois plus grosses équipes du peloton. Dans mon esprit, je n’avais que les trois plus grandes équipes du monde mais, du coup, les trois plus difficiles pour y entrer. Jumbo a directement répondu : « Merci mais on n’a pas besoin de toi, Tim ». Ineos était fort intéressée, je les ai d’ailleurs rencontrés mais ils n’ont pas pris une décision dans la foulée. UAE, oui, et le feeling est directement bien passé.

Vous avez rencontré Mauro Gianetti ?

Seulement via Zoom, avec Joxean Fernández Matxín. Ils étaient vraiment motivés, pas spécialement financièrement mais plutôt au niveau de la vision globale. Et puis, quand une équipe ne veut pas attendre la fin du Tour de France pour signer un coureur, c’est forcément mieux. A fortiori pour moi qui aime que les choses soient claires fort tôt dans la saison. Je ne sais pas ce qu’Ineos aurait finalement décidé mais je n’ai pas attendu.

Vous avez signé pour combien de temps ?

Deux saisons, avec une option pour une troisième, en fonction de mes résultats.

Vous avez fait toute votre carrière dans la même équipe, du coup, ça va tout de même être un fameux changement pour vous. Quel est le sentiment qui prévaut ?

Oui, c’est vrai, je ne connais pas grand monde chez UAE. Il y a bien cinq ou six coureurs qui habitent à Monaco mais ce n’est pas comme si j’allais rouler tous les jours avec eux. Je quitte une équipe où je fais partie des meubles, si j’ose dire, où je connais tout le monde. J’adore y parler néerlandais et français et là, je vais me retrouver comme seul Belge de l’effectif. Donc, oui, c’est un pas dans l’inconnu mais ce n’est pas embêtant car ce pas, c’est moi qui l’ai voulu. Donc, je n’ai pas spécialement peur de cet inconnu, disons plutôt que je suis curieux.

Pour un aspect en particulier ?

Pour un peu tout, ce sera un environnement complètement nouveau. J’ai hâte de voir comment travaille leur performance manager, par exemple.

Vous connaissez un peu Tadej Pogacar ?

Oui, un peu. Il réside également à Monaco. Il a en tout cas l’air super sympa. Et il est impressionnant. Forcément, quand un gars gagne deux fois le Tour de France, il inspire (sourire). J’aime sa façon de courir, sans trop calculer. Il attaque, il aime faire la course.

Toutes proportions gardées, vous aimez aussi sortir des standards et des stratégies habituelles…

Oui, mais moi, c’est nettement plus rare (rires). Faire mal aux autres, sentir que tu fais plier le peloton, il n’y a rien de plus chouette sur le vélo. Du coup, pour lui, ça doit être le paradis. Je me réjouis de faire partie de son équipe.

Sur le Tour de France ?

Plus d’un an à l’avance, c’est forcément beaucoup trop tôt pour être définitivement affirmatif mais oui, il est question de l’aider, d’être dans l’équipe qui doit le mener vers un troisième Tour de France.

Vous avez déjà esquissé les grandes lignes de votre calendrier ?

L’équipe veut profiter du fait que je suis souvent très bien en début de saison pour engranger sur des courses qui sont importantes pour elle. Genre le Tour d’Oman ou l’UAE Tour, par exemple. Puis théoriquement, j’irai sur les classiques pavées, j’enchaînerai avec les Ardennaises dans la garde de Pogacar. Puis le Tour même si, encore une fois, c’est fort tôt pour élaborer tout ça.

Vous étiez souvent leader chez Lotto, vous risquez de l’être nettement moins chez UAE…

Oui, mais ça aussi, ça a joué dans mon choix. Chez Ineos, je pouvais clairement faire une croix sur toutes mes ambitions personnelles. Chez UAE, je serai un peu plus libre. Quand Tadej sera là, évidemment, mon rôle sera de l’aider. Mais il y aura pas mal de courses où je pourrai jouer ma carte. Ne plus être leader tout le temps ne me dérange pas du tout. Ce n’est même pas plus mal. Avoir les galons, c’est agréable quand tout va bien mais quand ça ne va pas, c’est bien d’avoir d’autres solutions, d’autres gars pour te suppléer. Ce sera le cas chez UAE, plus que chez Lotto c’est certain. De quoi me permettre d’aborder, aussi, certaines courses avec un peu moins de pression. D’ailleurs, ici, même si je me mettais à la planche pour un autre, que je faisais tout pour lui, à la fin, les gens disaient tout de même que Wellens était le leader et qu’il avait mal roulé. Que ce n’était pas assez bien.

Justement, vous avez 31 ans, quand vous jetez un œil sur votre carrière, quel bilan tirez-vous ? Vous êtes tout de même un peu rentré dans le rang ces dernières années.

Oui mais je suis très content de ma carrière. Si on m’avait dit, quand j’ai commencé, que j’allais gagner plus de 30 courses (NDLR : 34 à l’heure actuelle)… Mais c’est certain que j’aurais bien aimé accrocher une grande classique belge. J’ai la Flèche Brabançonne, c’est une très belle course mais on en veut toujours plus. Je rêve des Flandres, des monuments… Ce sera l’objectif. Comme une étape sur les trois Grands Tours. Il ne me manque que la plus difficile des trois… (NDLR : il compte deux étapes du Giro et deux de la Vuelta).


En attendant, vous êtes toujours sous contrat chez Lotto jusqu’à la fin de l’année. Comment sentez-vous ces quelques mois au sein de l’équipe belge qui se bat pour sa survie en WorldTour ?

Je ne sens pas grand-chose parce que j’ai été bien malade (rires). Non, plus sérieusement, il est important pour moi de dire que je ne pars pas fâché. Après plus de dix ans, pas question de partir sur une dispute. Je suis motivé pour prendre un maximum de points. Ça me ferait vraiment mal au cœur de voir Lotto descendre en D2. Du coup, jusqu’à la fin de l’année, j’ai un programme très chargé pour marquer le plus possible. C’est la bonne tactique même si la situation est, il est vrai, compliquée…
Avatar de l’utilisateur
Par Carolo
#3512348
stephwabo a écrit :
08 août 2022, 18:58
Des nouvelles de Ewan?
Au départ de la saison il n'était pas prévu à la Vuelta (mais au Benelux Tour entre temps annulé).
Mais si il se reprend un peu et avec bien moins de concurence qu'au TDF et même au Giro (Merlierbien entendu mais Ackermann , Thijssen, Groves c'est quand même un cran en dessous.) il pourrait rapporter son lot de points UCI.
Il semblerait qu'Ewan soit de la partie demain: https://www.lottosoudal.be/fr/nieuws/de ... anco-belge
Avatar de l’utilisateur
Par stephwabo
#3512420
Carolo a écrit :
09 août 2022, 10:51
Interview intéressante de Wellens dans le Soir: https://www.lesoir.be/458691/article/20 ... as-attendu
Spoiler : :
Tim Wellens quitte Lotto Soudal: «Jumbo a dit non, Ineos a réfléchi, UAE n’a pas attendu»
Fameux mouvement du mercato, Tim Wellens (Lotto) va rouler les prochaines années avec Tadej Pogacar. Il nous explique les raisons de son choix

Tim Wellens a traversé la Grande Boucle dans la douleur avant de la quitter prématurément pour cause de Covid. « J’ai été bien affecté, avec de la fièvre. Je me sentais vraiment mal », explique le Belge qui reprend la compétition au Tour de l’Ain, ce mardi. Qui, surtout, après dix saisons pleines chez Lotto, a décidé de changer de crémerie. Les prochaines saisons, c’est chez la ronflante UAE de Tadej Pogacar que le Limbourgeois va évoluer. Avec l’ambition d’aider le Slovène autant que de se retrouver. Entretien exclusif.

Tim, c’est désormais officiel, vous roulerez l’année prochaine chez UAE Emirates après dix saisons pleines d’un mariage heureux chez Lotto. Pourquoi ce choix ?

Parce que les années précédentes, je n’ai pas réalisé ce que je voulais. Depuis 2019, en fait, j’ai la sensation de ne plus avoir vraiment progressé. Je n’ai pas réussi à valider mes objectifs. Si j’avais enchaîné les beaux résultats et gagné de grandes courses, je ne serais pas parti de chez Lotto car j’aime cette équipe. Mais ce n’est pas le cas. D’où cette nouvelle aventure…

C’est en somme, un nouveau départ, un coup de fouet pour sortir de votre zone de confort et relancer votre carrière ?

Relancer, c’est peut-être un peu fort… mais c’est peut-être la vérité aussi. J’en ai besoin.

Besoin ?

Oui, je suis déçu de ce que j’ai réalisé. Je voulais des résultats mais quand ça ne marche pas, c’est compliqué à gérer, surtout mentalement. Je savais que j’avais besoin de quelque chose d’autre. J’en profite pour remercier Lotto pour toutes les chances que j’ai eues. Comme jeune coureur belge, c’était l’équipe parfaite mais, à un certain moment, on ne voit plus que les défauts et les problèmes. Et là, le nouveau départ devient nécessaire. Je crois qu’on peut faire toute une carrière dans la même équipe si les choses tournent. Ça ne m’aurait pas dérangé mais des ambitions, j’en ai beaucoup et là, je sentais que je n’arrivais pas à atteindre ce que je voulais. Je ne mets pas la faute sur Lotto, je la mets sur moi. Dans certains domaines comme le chrono, je peux peut-être un peu blâmer l’équipe car si tu ne t’appelles pas Victor Campenaerts, tu as besoin d’encadrement mais c’est tout… En fait, c’est surtout pendant les classiques wallonnes que j’ai pris ma décision.

L’équipe Lotto a-t-elle fait une offre pour vous retenir ? Vous êtes quand même l’un de ses cadres...

Oui, je savais, via mon manager Dries Smets, que John Lelangue voulait que je reste, en faisant cela étant un petit effort financier, ce qui est logique quand les résultats ne sont pas là. Mais je n’ai pas attendu l’offre de Lotto pour me décider. Je ne voulais pas l’attendre en fait, on n’a pas négocié. Dans ma tête, c’était clair, je voulais partir.

Chez UAE ?

Pas spécialement mais dans une équipe qui a plus de moyens, en tout cas. Je ne voulais pas rester dans un team du niveau de Lotto. Je voulais aller plus haut, dans une équipe où j’étais certain à 100 % que ça allait être mieux. Je suis très ambitieux, j’ai donc demandé à mon manager d’aller toquer à la porte de Jumbo, Ineos et UAE, les trois plus grosses équipes du peloton. Dans mon esprit, je n’avais que les trois plus grandes équipes du monde mais, du coup, les trois plus difficiles pour y entrer. Jumbo a directement répondu : « Merci mais on n’a pas besoin de toi, Tim ». Ineos était fort intéressée, je les ai d’ailleurs rencontrés mais ils n’ont pas pris une décision dans la foulée. UAE, oui, et le feeling est directement bien passé.

Vous avez rencontré Mauro Gianetti ?

Seulement via Zoom, avec Joxean Fernández Matxín. Ils étaient vraiment motivés, pas spécialement financièrement mais plutôt au niveau de la vision globale. Et puis, quand une équipe ne veut pas attendre la fin du Tour de France pour signer un coureur, c’est forcément mieux. A fortiori pour moi qui aime que les choses soient claires fort tôt dans la saison. Je ne sais pas ce qu’Ineos aurait finalement décidé mais je n’ai pas attendu.

Vous avez signé pour combien de temps ?

Deux saisons, avec une option pour une troisième, en fonction de mes résultats.

Vous avez fait toute votre carrière dans la même équipe, du coup, ça va tout de même être un fameux changement pour vous. Quel est le sentiment qui prévaut ?

Oui, c’est vrai, je ne connais pas grand monde chez UAE. Il y a bien cinq ou six coureurs qui habitent à Monaco mais ce n’est pas comme si j’allais rouler tous les jours avec eux. Je quitte une équipe où je fais partie des meubles, si j’ose dire, où je connais tout le monde. J’adore y parler néerlandais et français et là, je vais me retrouver comme seul Belge de l’effectif. Donc, oui, c’est un pas dans l’inconnu mais ce n’est pas embêtant car ce pas, c’est moi qui l’ai voulu. Donc, je n’ai pas spécialement peur de cet inconnu, disons plutôt que je suis curieux.

Pour un aspect en particulier ?

Pour un peu tout, ce sera un environnement complètement nouveau. J’ai hâte de voir comment travaille leur performance manager, par exemple.

Vous connaissez un peu Tadej Pogacar ?

Oui, un peu. Il réside également à Monaco. Il a en tout cas l’air super sympa. Et il est impressionnant. Forcément, quand un gars gagne deux fois le Tour de France, il inspire (sourire). J’aime sa façon de courir, sans trop calculer. Il attaque, il aime faire la course.

Toutes proportions gardées, vous aimez aussi sortir des standards et des stratégies habituelles…

Oui, mais moi, c’est nettement plus rare (rires). Faire mal aux autres, sentir que tu fais plier le peloton, il n’y a rien de plus chouette sur le vélo. Du coup, pour lui, ça doit être le paradis. Je me réjouis de faire partie de son équipe.

Sur le Tour de France ?

Plus d’un an à l’avance, c’est forcément beaucoup trop tôt pour être définitivement affirmatif mais oui, il est question de l’aider, d’être dans l’équipe qui doit le mener vers un troisième Tour de France.

Vous avez déjà esquissé les grandes lignes de votre calendrier ?

L’équipe veut profiter du fait que je suis souvent très bien en début de saison pour engranger sur des courses qui sont importantes pour elle. Genre le Tour d’Oman ou l’UAE Tour, par exemple. Puis théoriquement, j’irai sur les classiques pavées, j’enchaînerai avec les Ardennaises dans la garde de Pogacar. Puis le Tour même si, encore une fois, c’est fort tôt pour élaborer tout ça.

Vous étiez souvent leader chez Lotto, vous risquez de l’être nettement moins chez UAE…

Oui, mais ça aussi, ça a joué dans mon choix. Chez Ineos, je pouvais clairement faire une croix sur toutes mes ambitions personnelles. Chez UAE, je serai un peu plus libre. Quand Tadej sera là, évidemment, mon rôle sera de l’aider. Mais il y aura pas mal de courses où je pourrai jouer ma carte. Ne plus être leader tout le temps ne me dérange pas du tout. Ce n’est même pas plus mal. Avoir les galons, c’est agréable quand tout va bien mais quand ça ne va pas, c’est bien d’avoir d’autres solutions, d’autres gars pour te suppléer. Ce sera le cas chez UAE, plus que chez Lotto c’est certain. De quoi me permettre d’aborder, aussi, certaines courses avec un peu moins de pression. D’ailleurs, ici, même si je me mettais à la planche pour un autre, que je faisais tout pour lui, à la fin, les gens disaient tout de même que Wellens était le leader et qu’il avait mal roulé. Que ce n’était pas assez bien.

Justement, vous avez 31 ans, quand vous jetez un œil sur votre carrière, quel bilan tirez-vous ? Vous êtes tout de même un peu rentré dans le rang ces dernières années.

Oui mais je suis très content de ma carrière. Si on m’avait dit, quand j’ai commencé, que j’allais gagner plus de 30 courses (NDLR : 34 à l’heure actuelle)… Mais c’est certain que j’aurais bien aimé accrocher une grande classique belge. J’ai la Flèche Brabançonne, c’est une très belle course mais on en veut toujours plus. Je rêve des Flandres, des monuments… Ce sera l’objectif. Comme une étape sur les trois Grands Tours. Il ne me manque que la plus difficile des trois… (NDLR : il compte deux étapes du Giro et deux de la Vuelta).


En attendant, vous êtes toujours sous contrat chez Lotto jusqu’à la fin de l’année. Comment sentez-vous ces quelques mois au sein de l’équipe belge qui se bat pour sa survie en WorldTour ?

Je ne sens pas grand-chose parce que j’ai été bien malade (rires). Non, plus sérieusement, il est important pour moi de dire que je ne pars pas fâché. Après plus de dix ans, pas question de partir sur une dispute. Je suis motivé pour prendre un maximum de points. Ça me ferait vraiment mal au cœur de voir Lotto descendre en D2. Du coup, jusqu’à la fin de l’année, j’ai un programme très chargé pour marquer le plus possible. C’est la bonne tactique même si la situation est, il est vrai, compliquée…
Un Tim pareil à lui même, un gars super sympa qui n'a pas du tout la grosse tête.
il ne m'aurait pas déplus chez Quick Step, je ne lui en veux pas qu'il ne l'ai pas mis dans les 3 premières équipes du monde :green: (au niveau budget il a tout a fait raison) mais vu ses envies il sera sans doute mieux chez UAE.
Cela va faire drôle de ne plus le voir avec ce maillot Lotto. :mouchoir:
Avatar de l’utilisateur
Par stephwabo
#3512421
Super sympa la réaction de Lotto-Soudal Dstny sur les réseaux sociax ;

Forgé au sein de notre équipe de développement de gagner plus de 3⃣0⃣ courses en tant que pro pendant plus d'une décennie au Lotto Soudal, quel honneur cela a été de vous avoir dans l'équipe, Tim Wellens 🤗
Faisons de bons derniers mois ensemble ! 👊
Et oh, prends bien soin de lui, UAE Team Emirates 😉
Par fred30
#3514684
Merci Carolo pour l'interview.
Il y a quand même des choses qui se contredisent dans cet entretien. :spamafote:

J'avais besoin de partir, car des ambitions j'en ai beaucoup.
VS
Ne pas être leader tout le temps ne me dérange pas, c'est agréable d'avoir un autre gars pour te suppléer.

Je rêve de monuments, je vais faire un gros début de saison car je suis souvent bien à cette période. (comme chez Lotto, donc)
VS
Je ferai les ardennaises dans la garde de Tadej.

@Stephwabo : je ne suis pas d'accord avec toi. Si Wellens voulait mettre toutes les chances de son côté, il aurait été mieux chez Quick-Step. Dans une équipe à plusieurs leaders et une tactique agressive comme ils l'ont souvent, il aurait pu tirer les marrons du feu. Là, les seuls moments où il pourra être leader unique, ce sera sur les flandriennes (si Pogacar ne revient pas faire le show sur le Ronde :balloon: ) et sur les ardennaises, il roulera à 50 bornes de l'arrivée pour revenir sur l'échappée matinale en abritant le slovène du vent de face...

J'aurais aimé le voir ailleurs que dans cette équipe, même si je comprends la tentation. Et surtout, j'aurais aimé le voir tester un autre programme de courses, un autre agenda pour programmer des pics de forme différemment. Et ce, avant de quitter Lotto.
Dommage, comme dit plus haut, ça fera très bizarre de le voir sous un autre maillot.
Par fred30
#3514686
Steff Cras qui officialise à son tour son départ. Vers TotalEnergies, en ce qui le concerne.

Le seul coureur de général de l'équipe s'en va. Bon ... Dommage, il n'a que 26 ans et se trouve aux portes du top 10 sur le Tour de Romandie, et top 15 sur le Dauphiné. Avec des gars pour l'encadrer ça aurait pu faire un bon espoir pour des courses comme Paris-Nice par exemple.
Peut-être l'équipe se renforcera-t-elle et se recentrera-t-elle sur les classiques en encadrant Vermeersch et De Lie plus solidement ?

Guarnieri est arrivé pour densifier encore le train d'Ewan ou De Lie, mais un classicman ou deux en plus, ça aurait été bien.
J'imagine que leur position sur un siège éjectable du WT ne va pas aider pour attirer les talents.
Avatar de l’utilisateur
Par stephwabo
#3514690
fred30 a écrit :
18 août 2022, 08:15
Merci Carolo pour l'interview.
Il y a quand même des choses qui se contredisent dans cet entretien. :spamafote:

J'avais besoin de partir, car des ambitions j'en ai beaucoup.
VS
Ne pas être leader tout le temps ne me dérange pas, c'est agréable d'avoir un autre gars pour te suppléer.

Je rêve de monuments, je vais faire un gros début de saison car je suis souvent bien à cette période. (comme chez Lotto, donc)
VS
Je ferai les ardennaises dans la garde de Tadej.

@Stephwabo : je ne suis pas d'accord avec toi. Si Wellens voulait mettre toutes les chances de son côté, il aurait été mieux chez Quick-Step. Dans une équipe à plusieurs leaders et une tactique agressive comme ils l'ont souvent, il aurait pu tirer les marrons du feu. Là, les seuls moments où il pourra être leader unique, ce sera sur les flandriennes (si Pogacar ne revient pas faire le show sur le Ronde :balloon: ) et sur les ardennaises, il roulera à 50 bornes de l'arrivée pour revenir sur l'échappée matinale en abritant le slovène du vent de face...

J'aurais aimé le voir ailleurs que dans cette équipe, même si je comprends la tentation. Et surtout, j'aurais aimé le voir tester un autre programme de courses, un autre agenda pour programmer des pics de forme différemment. Et ce, avant de quitter Lotto.
Dommage, comme dit plus haut, ça fera très bizarre de le voir sous un autre maillot.
Oui il aurait probablement été très bien chez Quick Step et cela m'aurait franchement fais plaisir, mais est ce que Lefevere était intéressé, y-a-il eu un début de discussion?
Avatar de l’utilisateur
Par Carolo
#3514866
fred30 a écrit :
18 août 2022, 08:24
Le seul coureur de général de l'équipe s'en va. Bon ... Dommage, il n'a que 26 ans et se trouve aux portes du top 10 sur le Tour de Romandie, et top 15 sur le Dauphiné. Avec des gars pour l'encadrer ça aurait pu faire un bon espoir pour des courses comme Paris-Nice par exemple.
C'est vraiment inexplicable cette situation avec Cras car qui va entourer le jeune Van Eetvelt l'année prochaine quand la route va s'élever? A quoi joue Lelangue? Il n'y a même pas le début d'une rumeur à propos d'un coureur du même calibre pour remplacer Cras. Il n'y a donc aucune vision dans l'équipe pour les CPE à court terme.
Avatar de l’utilisateur
Par stephwabo
#3514900
Carolo a écrit :
18 août 2022, 17:17
fred30 a écrit :
18 août 2022, 08:24
Le seul coureur de général de l'équipe s'en va. Bon ... Dommage, il n'a que 26 ans et se trouve aux portes du top 10 sur le Tour de Romandie, et top 15 sur le Dauphiné. Avec des gars pour l'encadrer ça aurait pu faire un bon espoir pour des courses comme Paris-Nice par exemple.
C'est vraiment inexplicable cette situation avec Cras car qui va entourer le jeune Van Eetvelt l'année prochaine quand la route va s'élever? A quoi joue Lelangue? Il n'y a même pas le début d'une rumeur à propos d'un coureur du même calibre pour remplacer Cras. Il n'y a donc aucune vision dans l'équipe pour les CPE à court terme.
Autant j'apprécie quand une structure (Lotto et maintenant GFDJ) privilégie "ses" jeunes pour les faire passer pro mais là politique général de recrutement et de "conservation" m'interpelle : Avant Cras il y a eu Tosh Van De Sande, Stan Dewulf et à la rigueur, mais cela se discute Jelle Wallays qui ont été poussés vers la sortie.
Certes la marge de manoeuvre salarial était et est toujours très mince mais c'est aussi à Lelangue de trouver des sponsors.
Paul De Geyter, le prédécesseur de Lelangue - qui a été un peu engagé en catastrophe- est sans doute plus responsable pour la partie financière(et avoir jeté dehors Greipel qui avait un rôle humain important dans l'équipe) : c'est un secret de polichinelle que suite au clash Wout Van Aert - Nick Nuyens, il aurait pu récupérer le coureur et Crelan comme 3e sponsor.
Cela a été le début des soucis financiers et partiellement la cause de ce qui se passe encore aujourd'hui.
Mais Lelangue c'est aussi la vision pour l'équipe...en effet qui pour un classement général?

Faut pas oublié le départ de Wellens :pour les classements généraux des courses de +- 1 semaine c'était l'atout de Lotto-Soudal, cette année il aurait encore du remporter le Tour de Belgique ...et là aussi personne pour le remplacer.

Sur qui Lelangue compte?
Kron? Oui ok il a du potentiel.
Van Gils?: Idem que pour Kron

Vanhoucke : en fin de contrat et je ne sais pas si arrivera à vaincre sa peur dans les descentes.
Xandres Vervloesem? Il est nul part et il même pas certain qu'il reste dans l'équipe.
Viktor Verschaeve? Je ne sais pas comment le situer, il grimpe pas mal et chez les jeunes c'était du niveau de Harm Vanhoucke ...mais comme Vervloesem il est en fin de contrat et n'a rien montré d'encourageant et c'est vraiment un point d'interrogation pour moi ce qui se passe avec lui depuis son passage chez les pros.
Jarrad Drizners ? Première année a ce niveau, on ne peut pas miser sur lui pour remplacer Cras et Wellens.
et ces 5 coureurs sont très jeunes et inexpérimentés.

Alors ou il y a un nouveau soucis financier (Dstny apporte t'il moins que Soudal? c'est fort possible) car après le départ de John Degenkolb il y a maintenant celui de Gilbert et de Wellens comme gros salaires.
il a fallu revaloriser le contrat de Ewan en 2021 pour le faire prolonger et maintenant celui de De Lie, Campenaerts n'a pas du demander énormément pour revenir...alors je me m'interroge.
Mais si c'est un problème financier alors il faut faire attention a qui on garde et a qui on recrute et pour 2023 il fallait un coureur de classement général.

Intermarché-Wanty Groupe Gobert avec peu de moyens aussi ont fait des paris avec Louis Meintjes, Rein Taaramae et Domenico Pozzovivo de prendre des coureurs expérimentés mais que beaucoup qualifiaient sur la pente descendante et on voit cela que cela a donné.

Ne pas prolonger Marc Sergeant a aussi été une erreur, je pense qu'il ne voulait plus être manager général mais on aurait pu lui donner un rôle plus important que "simple" DS mais avec l'égo de Lelangue je pense pas que cela aurait été possible.
Point de vue DS actuels je pense aussi qu'on a pousser-laisser partir des bons pour se retrouver avec Allan Davis, Nikolas Maës (qui est un chouette gars au demeurant mais certainement pas prêt pour ce rôle dans une équipe WT) Cherie Pridham et Maxime Monfort : je suis pas certain qu'ils (et elle) donnent des avis très pertinents à Lelangue.
Par fred30
#3514919
Tout à fait d'accord.
J'ajouterais que Kron et Van Gils ont certes du potentiel, mais ils me paraissent plus puncheurs que de bons grimpeurs capables d'assumer un CG sur une semaine. Alors oui, ça peut passer sur certaines configurations, si le classement se fait principalement à l'issue d'une bosse bien punchy ...
Pour autant ça ne remplace pas un Cras qui sans jamais faire du sale, était toujours là en deuxième rideau pour assurer un top 10-15-20 selon l'adversité et la difficulté de la course. (20ème de la dernière Vuelta, quand même).

Il pouvait encore progresser et il le fera peut-être sous les cieux qu'il vient de choisir.

Moniquet va se sentir bien seul dans son registre. Et pas sûr qu'il ait envie de devenir un coureur de général, malgré une 11ème place sur le dernier Tour de Pologne. (ça parait bien maigre pour considérer que c'est un espoir dans ce registre)
Par Hurlevent
#3514928
Je vous rejoint entièrement. Le départ de Cras est incompréhensible niveau sportif, il faut donc probablement y trouver la raison au niveau financier. Le départ de Lecerf de l'équipe espoir est également un mauvais signal. Il faut croire que l'équipe va tout miser sur les sprints et les courses d'un jour sans grands reliefs. Van Etveelt risque d'avoir directement la pression sur certaines courses.
Beaucoup de coureurs ne confirment pas leurs potentiels cette année. Sweeny(?), Vervoelsem(?).Pour Vanhoucke, cela semble psychologique. C'est terrible comme il traînait sa misère sur le Giro(sauf lors de l'étape remporter par De Gendt). Concernant Verschaeve, il a d'énormes ennuis physiques depuis deux ans.
Les transferts entrants actuels font franchement peur, il serait donc peut être préférable d'abandonner la course au WT...
Avatar de l’utilisateur
Par stephwabo
#3514972
Hurlevent a écrit :
18 août 2022, 20:01
Je vous rejoint entièrement. Le départ de Cras est incompréhensible niveau sportif, il faut donc probablement y trouver la raison au niveau financier. Le départ de Lecerf de l'équipe espoir est également un mauvais signal. Il faut croire que l'équipe va tout miser sur les sprints et les courses d'un jour sans grands reliefs. Van Etveelt risque d'avoir directement la pression sur certaines courses.
Beaucoup de coureurs ne confirment pas leurs potentiels cette année. Sweeny(?), Vervoelsem(?).Pour Vanhoucke, cela semble psychologique. C'est terrible comme il traînait sa misère sur le Giro(sauf lors de l'étape remporter par De Gendt). Concernant Verschaeve, il a d'énormes ennuis physiques depuis deux ans.
Les transferts entrants actuels font franchement peur, il serait donc peut être préférable d'abandonner la course au WT...
Cela me parait impossible: cela ne ferait pas un bon signal pour les sponsors actuels (surtout Dstny) que de laisser filer.
Pour attirer de nouveaux sponsors (tous les principaux on un contrat qui s'arrête en 2024) le World Tour même quand on est dans le dernier quart du classement par équipe c'est plus "sexy".
Lutter chaque année pour être dans les deux premiers pour avoir accès à toutes les courses, cela me parait dangereux avec des équipes comme Total, Uno X, de nouveaux projets (Paris-Bretagne-Pineau) et l'autre équipe qui descendra du WT.

Au contraire avoir une stabilité a ce niveau garanti 3 ans, permettrait à des jeunes coureurs de pouvoir grandir sans une pression excessive chaque année de devoir courir après les points et donc de faire des sélections et un programme articulé autour de cela.

Dans mon poste précédent j'oubliais Moniquet, aussi première année a ce niveau, le voir jouer le général plutôt qu'une étape serait intéressant pour voir comment s'orienter ensuite.
Avatar de l’utilisateur
Par stephwabo
#3515629
La poisse dès cette première étape en ligne : abandon de Stef Cras sur chute!

Le Polonais Malecki, qui ne devrait pas être prolonger et qui le sait sans doute: attitude déplorable, il se relève en prenant son temps, tranquillement va chercher son vélo ...et pas un regard pour son coéquipier au sol , il attend encore pour remettre son compteur, un bidon se retrouve à côté de Cras mais toujours pas un mot, un regard.

Je me demandais quel serait l'apport d'un coureur comme Mathijs Paasschens (arrivée pas encore confirmé) par rapport a certains coureurs actuels : concernant Malecki c'est clair : la mentalité et il a la réputation d'être "un bon copain".
Par _Rimini
#3515635
La grosse poisse. :spamafote:

Demain Hambourg c'est déjà une obligation de résultat pour le maintien non ? Il y a beaucoup de point en jeu mais Ewan sera face à une forte concurrence (Jakobsen, Philipsen, WVA, Laporte, Demare, Groenewegen).
Après cela les occasions de marquer seront rares d'ici la fin de saison. Je ne vois guère que Wellens au Canada.
Avatar de l’utilisateur
Par Carolo
#3515652
Je pense que l'abandon de Cras est synonyme de bascule en Pro Tour. Plus que l'abandon c'est surtout le coup au moral de se dire que toutes les planètes ne sont pas alignees . Je ne vois pas comment ils vont se sortir de cette situation.
Par Hurlevent
#3515655
Carolo a écrit :
20 août 2022, 20:47
Je pense que l'abandon de Cras est synonyme de bascule en Pro Tour. Plus que l'abandon c'est surtout le coup au moral de se dire que toutes les planètes ne sont pas alignees . Je ne vois pas comment ils vont se sortir de cette situation.
Gros coup dur en effet. La Vuelta risque d'être très longue. On va y voir Beullens et Sweeny se batailler pour des tops 15 au sprint mais après... L'équipe va encore devoir compter sur De Gendt qui choisira son étape pour nous faire sa spéciale.
Par contre, n'allons pas trop vite concernant la course au WT. Un top 20 de Cras sur la Vuelta n'aurait rapporté que des miettes.La dynamique est bien meilleure plus au nord avec De Lie, Campenaerts et De Buyst.
Demain sera une journée capitale en Allemagne et en Belgique et j'y vois bien l'équipe y marquer 200 ou 300 points.
J'espère juste qu'Ewan ne se relèvera pas dans le sprint et se battra mêler pour une 9 ième place.
N'oublions pas le calendrier belge où les courses vont s'enchaîner.
Avatar de l’utilisateur
Par stephwabo
#3515684
Hurlevent a écrit :
20 août 2022, 21:08
Carolo a écrit :
20 août 2022, 20:47
Je pense que l'abandon de Cras est synonyme de bascule en Pro Tour. Plus que l'abandon c'est surtout le coup au moral de se dire que toutes les planètes ne sont pas alignees . Je ne vois pas comment ils vont se sortir de cette situation.
Gros coup dur en effet. La Vuelta risque d'être très longue. On va y voir Beullens et Sweeny se batailler pour des tops 15 au sprint mais après... L'équipe va encore devoir compter sur De Gendt qui choisira son étape pour nous faire sa spéciale.
Par contre, n'allons pas trop vite concernant la course au WT. Un top 20 de Cras sur la Vuelta n'aurait rapporté que des miettes.La dynamique est bien meilleure plus au nord avec De Lie, Campenaerts et De Buyst.
Demain sera une journée capitale en Allemagne et en Belgique et j'y vois bien l'équipe y marquer 200 ou 300 points.
J'espère juste qu'Ewan ne se relèvera pas dans le sprint et se battra mêler pour une 9 ième place.
N'oublions pas le calendrier belge où les courses vont s'enchaîner.
Oui d'accord!

Cras, Van Gils c'était des points a prendre (Van Gils n'est pas impliqué dans la chute) lors d'étapes et un certain nombre au CG et cela aurait aidé.
De Gendt, même une victoire d'étape ne le ferait pas rentré dans le top 10 des coureurs Lotto.

Mais ce dimanche et jusqu'à la fin du mois les courses seront déterminantes avec les deux sprinters et les autres (Campenaerts, Vermeersch, Moniquet, De Buyst-qui peut prendre des gros points à gauche et à droite, Wellens, Kron, Vanhoucke) : je pense que au 01/09 on saura si Lotto-Dstny pourra espérer encore être WT ou non.
Avatar de l’utilisateur
Par Ancelin
#3515740
Vous voulez pas de Malecki ?
Ah cool j'aimerai bien le voir chez Mazowsze :rieur:
  • 1
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8

Par contre Rondel j’espère qu&rsquo[…]

BB HOTELS-KTM 2022

Lors d'une discussion off sur le Tour de Vend&eacu[…]

Le détail : https://we.tl/t-VqX2A4YKvH

TOUR OF IRAN 2.1

4e étape 1 https://i.goopics.net/800/k[…]

Toute l'actualité cycliste sur notre site   Accéder au site