Le forum dédié aux fans d'histoire du cyclisme, de palmarès de coureurs, de courses, mais aussi de nombreux jeux organisés par nos animateurs. Vous retrouverez aussi ici les débats autour du cycle historique mis en place par David

Modérateur : Modos HP

  • Page 3 sur 10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 10
Avatar de l’utilisateur
Par AlbatorConterdo
#3407356
ETAPE 2 : BERLIN (C.L.M. PAR ÉQUIPES)
40,5 KM. 2 JUILLET 1987




206 partants.
Temps chaud et ensoleillé.
Départs de 4 en 4 minutes. Premier départ : 15h08 CAFE DE COLOMBIA, 15h12 : FAGOR, 15h16 : B.H, ... 15h56 : SYSTÈME U, 16h08 : PANASONIC,... 16h20 : Z, 16h24 : SUPERCONFEX, 16h28 : TOSHIBA, 16h32 : DEL TONGO, 16h36 : CARRERA

Le temps de l'équipe est pris sur le 5e coureur. Les temps réels, plafonnés à un maximum de 5 minutes, sont reportés au classement général.
Les Système U font le 1er temps de référence
Vainqueur l’année dernière, l’équipe de Guimard ne pouvait pas espérer une aussi grande performance cette année car la concurrence est plus relevée
Elle se contentera de la 5ème place à 37’’ des vainqueurs.
Notons toutefois que Fignon , peut être mal remis de sa chute matinale, ne termine pas dans le même temps que ses équipiers et lâche 2" supplémentaires :
« à la limite des 500 ultimes mètres, j’ai pris un relais extrêmement violent et je n’ai pas jugé utile de me replacer dans les roues », s’excuse-t-il devant les journalistes.
Les gagnants : La Panasonic de Millar finit 3ème à 27", et les 2 équipes italiennes : La Del Tongo de Saronni et du maillot jaune résiste à la Carrera en finissant 2ème à 8" de celle ci, ce qui permet à Piasecki de conserver le leadership.
Roche est déjà en embuscade , 3ème du CG, après la victoire de son équipe Les Toshiba de Bernard limitent bien la casse, 4ème à 36"
Mais dans l'ensemble, les écarts ne sont pas rédhibitoires, aucun favoris n'ayant hypothéqué ses chances de victoire, au final.

Le classement de l'étape :

1. CARRERA JEANS en 44'50" (moy : 54.610 km/h)
2. DEL TONGO-COLNAGO à 8"
(Piovani à 20")
3. PANASONIC-ISOSTAR à 27"
4. TOSHIBA-LOOK-LA VIE CLAIRE à 36"
5. SYSTEME U à 37"
(M.Madiot,Y.Madiot, Poisson, Fignon à 39")
6. Z-PEUGEOT à 1'00"
(Gauthier à 1'02")
7. P.D.M à 1'01"
(Theunisse à 5'00")
8. ROLAND-SKALA-CHIORI-COLNAGO à 1'06"
(Capiot à 4'21", Patry à 4'38")
9. 7-ELEVEN-HOONVED à 1'22"
(Pierce à 1'27")
10. SUPERCONFEX-KWANTUM-YOKO-COLNAGO à 1'24"
(Roosen à 1'44", Verhoeven à 3'21")
11. KAS-MIKO-MAVIC à 1'30"
(Sanders à 2'16")
12. REYNOLDS-SEUR-SADA à 1'39"
13. BRIANZOLI-CHÂTEAU D'AX à 1'45"
(Jurco à 4'01")
14. CAJA RURAL-ORBEA à 1'48"
(Le Clerc à 1'54")
15. FAGOR à 1'53"
16. JOKER-EMERXIL-EDDY MERCKX
(Roes à 2'02")
17. HITACHI-MARC-ROSSIN-MAVIC à 2'08"
18. R.M.O-MERAL-MAVIC à 2'19"
19. A.N.C-HALFORDS-LYCRA à 2'33"
(Swart à 2'49", Watson à 4'20")
20. TEKA à 2'34"
21. CAFE DE COLOMBIA à 2'42"
22. RYALCAO-MANZANA-POSTOBON à 3'25"
23. B.H. à 4'22"

Le CG :
1. Lech Piasecki (Pol) en 3h03'40"
2. Guido Bontempi (Ita) à 13"
3. Stephen Roche (Irl) à 19"
4. Erich Maechler (Sui) à 25"
5. Czeslaw Lang (Pol) à 31"
6. Giancarlo Perini (Ita) à 34"
7. Jorgen Pedersen (Dan) à 38"
8. Giuseppe Saronni (Ita) à 42"
9. Silvano Contini (Ita) à 43"
10. Massimo Ghirotto (Ita) à 46"
...
16. Jean-François Bernard (Fra) à 57"
...
20. Robert Millar (Gbr) à 1'01"
...
31. Charly Mottet (Fra) à 1'15"
...
42. Laurent Fignon (Fra) à 1'21"
...
51. Pedro Delgado (Esp) à 1'32"
...
70. Andrew Hampsten (Usa) à 1'54"
...
157. Luis Herrera (Col) à 3'25"
...
160. Fabio Parra (Col) à 3'29"

La védéo :

Avatar de l’utilisateur
Par AlbatorConterdo
#3407496
ETAPE 3 : KARLSRUHE - STUTTGART
174 KM. 4 JUILLET 1987



204 partants.
Temps chaud et lourd
Après une journée de repos, les coureurs se lancent sur cette 3ème étape plutôt accidentée.
- Bontempi s'adjuge le premier sprint à Malsch (km 21.5) et revient ainsi à 7" de Piasecki au CG
Il ne le sait pas encore, mais cet effort sera inutile
Inaki Gaston passe en tête la première côte du jour (cat.3) à Volkersbach (km 27) devant Herrera, Vargas, Roux & Cornillet qui tentent de prolonger leur effort.
Le peloton les chasse et se scinde en deux. Tout rentre dans l'ordre pour le passage à Karlsruhe au km 46
Au pied de la côte de Gondelsheim (km 67), Frédéric Brun (Z) lance les hostilités. Il passe au sommet de la côte de Gochsheim avec 7’ d’avance.
Un passage à niveau le retarde mais il continue néanmoins à accroître son avance.
Mais au km 134, à Heilbronn, il est rejoint puis distancé par Golz, Marc Madiot et Andersen.
Au 157ème km, 4 autres coureurs (Skibby, Anderson, Gomez et Lavainne) vont se joindre aux 3 échappés.
Pas pour longtemps.
Les italiens de Del Tongo roulent à bloc pour revenir le plus vite possible sur eux. Ils y parviennent 10 km plus loin.
Ce qui se révèle être une grossière erreur car, évidemment, de nouveaux contres ne vont pas tarder à être lancés.
C’est au 175ème km que la bonne échappée prend forme. Elle comprend 22 coureurs. Parmi eux, Charly Mottet, vainqueur du Dauphiné Libéré
et outsider sérieux pour le classement final du Tour.
Les écarts se creusent rapidement : 3’5’’ sur 7 contre-attaquants ; 4’52’’ sur le peloton au 200ème km.
Dans la côte de Feuerbacher au km 202, (à 17 km du but), Da Silva se dégage et il est accompagné un peu plus loin par Maechler.
Les deux de tête coopèrent et à dix bornes de l'arrivée, ils ont une marge de 28" sur le groupe
Ils comprennent très vite qu’ils ont tout intérêt à collaborer : le portugais peut ainsi remporter l’étape tandis que le Suisse,
déjà vainqueur à Milan-San-Rémo cette année, vise le maillot jaune.
Le dernier coureur helvétique à porter ce maillot s’appelait Fritz Schaer. C’était en 1953
A l’arrivée, le peloton déboursera 5’55’’ sur le vainqueur et 5’7’’ sur Mottet, _vainqueur moral de cette étape endiablée

Classement de l'étape :
1. Acacio Da Silva (Por) en 5h27'35" (moy : 40.173 km/h)
2. Erich Maechler (Sui) à 2"
3. Jorg Müller (Sui) à 9"
4. Dag-Otto Lauritzen (Nor) à 14"
5. Jean-Claude Leclercq (Fra) à 48"
6. Federico Echave (Esp)
7. Guy Nulens (Bel)
8. Dietrich Thurau (All)
9. Bruno Cornillet (Fra)
10. Eric Caritoux (Fra)
11. Beat Breu (Sui)
12. Charly Mottet (Fra)
13. Ludo Peeters (Bel)
14. Marteen Ducrot (Hol)
15. Giancarlo Perini (Ita)
16. Oscar Vargas (Col)
17. Yvon Madiot (Fra)
18. Christophe Lavainne (Fra) à 2'30"
19. Jesus Rodriguez Magro (Esp) à 3'38"
20. Phil Anderson (Aus)
21. Alan Peiper (Aus)
22. Rudy Patry (Bel)
23. Raul Alcala (Mex) à 4'30"
24. Steve Bauer (Can)
25. Teun Van Vliet (Hol) à 4'34"
26. Pedro Delgado (Esp) à 5'45"
27. Michel Vermote (Bel) à 5'55"

Le CG :
1. Erich Maechler (Sui) en 8h31'42"
2. Jorg Müller (Sui) à 44"
3. Giancarlo Perini (Ita) à 55"
4. Acacio Da Silva (Por) à 1'35"
5. Charly Mottet (Fra) à 1'36"
6. Guy Nulens (Bel) à 1'38"
7. Dietrich Thurau (All) à 1'45"
8. Yvon Madiot (Fra) à 1'49"
9. Dag-Otto Lauritzen (Nor) à 1'50"
10. Jean-Claude Leclercq (Fra) 1'55"
11. Bruno Cornillet (Fra) à 1'58"
12. Marteen Ducrot (Hol) à 2'25"
13. Ludo Peeters (Bel) à 2'32"
14. Beat Breu (Sui) à 3'04"
15. Eric Caritoux (Fra) à 3'13"
16. Christophe Lavainne (Fra) à 3'29"
17. Alan Peiper (Aus) à 4'36"
18. Oscar Vargas (Col) à 4'40"
19. Phil Anderson (Aus) à 4'47"
20. Steve Bauer (Can) à 5'07"
21. Teun Van Vliet (Hol) à 5'09"
22. Federico Echave (Esp) à 5'23"
23. Lech Piasecki (Pol) à 5'28"
24. Guido Bontempi (Ita) à 5'35"
25. Stephen Roche (Irl) à 5'47"

La védéo :
Avatar de l’utilisateur
Par levrai-dufaux
#3407499
Ah, ça y est ! Le criterium berlinois est terminé, place au Tour de France :hehe:

N'empêche, quelle époque différente. Si je résume, sur la première véritable étape de plaine de ce Tour de France, on assiste à une échappée d'une vingtaine d'hommes comprenant : Mottet, vainqueur sortant du Dauphiné, Yvon Madiot, 10e du Tour l'année précédente et 8e de la Vuelta en début de saison, Acacio da Silva, 7e du Giro en 1986, sans oublier Phil Anderson, 5e du Tour en 1985, même si l'Australien ne semble pas en grande forme si l'on en croît sa fin d'étape. Même un Caritoux peut apparaître dangereux.

Et le peloton laisse allégrement 5 minutes de marge à un tel groupe dans le final de l'étape ? :w00t:
Seuls les Hitachi de Criquielion ont l'air de se soucier de l'écart.
Quand on pense que moins de dix ans plus tard, les étapes de plaine se résumeront à des arrivées groupées où les équipes de sprinteurs seront rarement prises en défaut...

A noter également l'attaque a priori anecdotique de Delgado qui reprend 10 secondes aux autres favoris :scratch:

Belle étape en tout cas, le Tour est bel et bien lancé :super:

PS : et la présence de Breu dans le groupe de tête m'avait échappé, surprenant de le retrouver là, lui le vainqueur de l'Alpe d'Huez !
Avatar de l’utilisateur
Par AlbatorConterdo
#3407501
Mottet fait une très belle opération, aurait il déjà tué le Tour ? :reflexion:
Les Del Tongo ont fait n'importe quoi, et une fois qu'ils s'étaient bien grillés, personne n'a voulu réellement prendre la course à son compte
Avatar de l’utilisateur
Par Iguane
#3407502
Il y avait quand même 8 côtes répertoriées au classement des grimpeurs si j'ai bien compté, difficile de vraiment parler d'une étape de plaine. :reflexion:
Avatar de l’utilisateur
Par levrai-dufaux
#3407505
Iguane a écrit :
27 nov. 2021, 17:25
Il y avait quand même 8 côtes répertoriées au classement des grimpeurs si j'ai bien compté, difficile de vraiment parler d'une étape de plaine. :reflexion:
Beaucoup de cotes répertoriées certes, mais pour la plupart, on est plus proche du faux-plat que de la véritable bosse il me semble. Je t'accorde que l'étape n'était pas toute plate, notamment dans son final, mais sur un tel profil, nous aurions à mon avis une arrivée groupée aujourd'hui.

De façon plus générale, j'ai l'impression que les GPM étaient beaucoup plus nombreux ces années-là par rapport aux Tours d'aujourd'hui. :reflexion:
Avatar de l’utilisateur
Par gradouble
#3407506
Etape de plaine?

Je pense que tu n'as pas bien vu le profil :wink:
219 km; 2200 mètres de dénivelée.

Cette étape s'apparente plus à une mini-classique vallonnée plus proche d'un mini-LBL.

Scénario magnifique en tout cas. Improbable, décousu et fou; totalement non maîtrisé.

Plusieurs raisons à cela :
- pas de grand patron sur ce Tour
- équipe réduite de 1 coureur cette année, passant de 10 à 9; personne ne veut user ses forces
- la Del Tongo qui a embrayé beaucoup trop tôt s'usant pour le final, parait-il que Saronni voulait absolument reprendre Golz à l'avant car considéré comme un traître
- et finalement dans l'échappée victorieuse, Fignon avait Mottet, Roche avait Maechler, et Kelly avait Da Silva.

Derrière ce sont surtout Delgado et Jeff Bernard qui ont été piégés.

A noter aussi que Bauer et Alcala ont repris 1'25 au peloton dans un contre dans le final;
et Delgado 10 secondes dans les 2 derniers km.

Très bon pour Mottet, tout ça!
Avatar de l’utilisateur
Par gradouble
#3407507
levrai-dufaux a écrit :
27 nov. 2021, 17:38

De façon plus générale, j'ai l'impression que les GPM étaient beaucoup plus nombreux ces années-là par rapport aux Tours d'aujourd'hui. :reflexion:

Ça c'est vrai.

C'était pour lancer un peu le classement du GPM en plaine; je l'avais déjà remarqué.
Avatar de l’utilisateur
Par levrai-dufaux
#3407512
gradouble a écrit :
27 nov. 2021, 17:39
Etape de plaine?

Je pense que tu n'as pas bien vu le profil :wink:
219 km; 2200 mètres de dénivelée.

Cette étape s'apparente plus à une mini-classique vallonnée plus proche d'un mini-LBL.
Je n'avais pas fait attention au dénivelé total en effet. En revisionnant l'étape, je n'ai toutefois pas eu le sentiment d'assister à un mini-LBL. Le final parcourait de grandes routes bien larges, y compris lorsque cela montait quelque peu. D'ailleurs, le groupe de tête se constitue sur une portion plane, et non dans une ascension.
Enormément de public sur les routes d'ailleurs. :allemagne:
Avatar de l’utilisateur
Par Iguane
#3407517
levrai-dufaux a écrit :
27 nov. 2021, 18:00
gradouble a écrit :
27 nov. 2021, 17:39
Etape de plaine?

Je pense que tu n'as pas bien vu le profil :wink:
219 km; 2200 mètres de dénivelée.

Cette étape s'apparente plus à une mini-classique vallonnée plus proche d'un mini-LBL.
Je n'avais pas fait attention au dénivelé total en effet. En revisionnant l'étape, je n'ai toutefois pas eu le sentiment d'assister à un mini-LBL. Le final parcourait de grandes routes bien larges, y compris lorsque cela montait quelque peu. D'ailleurs, le groupe de tête se constitue sur une portion plane, et non dans une ascension.
Enormément de public sur les routes d'ailleurs. :allemagne:
Sur un mini LBL on aurait eu un ratio plus proche de 200 km/ 3000 m à 3500 m d+.

J'ai en tête les classifications suivantes, sur 100 km:
500 m de d+ ou moins : plat
1000 m de d+ : vallonné
1500 m de d+ : moyenne montagne
2000 m de d+ ou plus : haute montagne
4000 m de d+ ou plus : envoyer un recommandé au service client de Garmin pour leur indiquer que la fiabilité de leurs altimètres laisse à désirer et surtout qu'ils développent un modèle adapté à la pratique cycliste, j'en ai assez de m'arrêter au sommet de chaque côte pour faire les calculs du dénivelé cumulé :pascontent:
Dernière édition par Iguane le 27 nov. 2021, 18:53, édité 1 fois.
Avatar de l’utilisateur
Par gradouble
#3407521
Iguane a écrit :
27 nov. 2021, 18:24
levrai-dufaux a écrit :
27 nov. 2021, 18:00


Je n'avais pas fait attention au dénivelé total en effet. En revisionnant l'étape, je n'ai toutefois pas eu le sentiment d'assister à un mini-LBL. Le final parcourait de grandes routes bien larges, y compris lorsque cela montait quelque peu. D'ailleurs, le groupe de tête se constitue sur une portion plane, et non dans une ascension.
Enormément de public sur les routes d'ailleurs. :allemagne:
Sur un mini LBL on aurait eu un ratio plus proche de 200 km/ 3000 m à 3500 m d+.

J'ai en tête les classifications suivantes, sur 100 km:
500 m de d+ ou moins : plat
1000 m de d+ : vallonné
1500 m de d+ : moyenne montagne
2000 m de d+ ou plus : haute montagne
4000 m de d+ ou plus : envoyer un recommandé au service client de Garmin pour leur indiquer que la fiabilité de leurs anémomètres laisse à désirer et surtout qu'ils développent un modèle adapté à la pratique cycliste, j'en ai assez de m'arrêter au sommet de chaque côte pour faire les calculs du dénivelé cumulé :pascontent:

J'ai le même en simplifié pour ma pratique;
moins de 1000 : plat,
entre 1000 et 2000 : vallonné,
plus de 2000 : montagne.

Oui c'est vrai que j'exagère pour un mini LBL; disons que c'était quand même un parcours intéressant.

C'est surtout que si Hinault avait été là, époque Renault, un tel scénario aurait été impossible.
Avatar de l’utilisateur
Par AlbatorConterdo
#3407809
ETAPE 4 : STUTTGART - PFORZHEIM
79 KM. 5 JUILLET 1987



202 partants.
Temps ensoleillé.
4ème et 5ème étapes aujourd'hui. Les coureurs partent à 10h20.
- Peu après le départ, au km 5, Herman Frison sort du peloton et creuse rapidement l'écart. Au "catch" de Enzweihingen (à vos souhait) au km 17, il passe en tête.
Derrière Colotti et Duclos-Lassalle règlent le peloton à 1'49". Frison ne se désunit pas et augmente encore son avance à 4'58" en haut de la côte de Kieselbronn au km 39.
Brun passe second pour son maillot à pois. L'allure est relancée par de nombreux contres.
- Au km 54, Frison possède encore 4'05" et ne faiblit pas. Les Carrerra et les Roland/Skala mènent la poursuite. Roland Le Clerc s'extirpe du peloton au km 56 à 23 kilomètres du but.. Aux 20 km, Frison est en tête, Le Clerc à 3'37", le peloton à 4'08".
- La dernière bosse, à 11 km de la ligne, est franchie par Frison (qui a course gagnée) devant Le Clerc à 2'38" et le peloton à 3'24". Le peloton se réveille sur la fin et avale Le Clerc aux 2000 mètres. Herman Frison remporte l'étape, Van Poppel règle le sprint du peloton.
Maechler conserve le maillot jaune pour cet après-midi après une matinée somme toute tranquille

Classement de l'étape :
1. Herman Frison (Bel) en 1h49'23" (moy : 43.333 km/h)
2. Jean-Paul Van Poppel (Hol) à 1'28"
3. Stefano Allocchio (Ita)
4. Phil Anderson (Aus)
5. Davis Phinney (Usa)
6. Johan Capiot (Bel)
7. Jozef Lieckens (Bel)
8. Bruno Wojtinek (Fra)
9. Sean Kelly (Irl)
10. Michel Vermote (Bel)

Le CG ne bouge pas

Un point sur les classements annexes :
Maillot vert
Classement général :
1. Dietrich Thurau (All) 55 pts
2. Jorg Müller (Sui) 54
3. Lech Piasecki (Pol) 44
4. Bruno Wojtinek (Fra) 42
5. Jean-Paul Van Poppel (Hol) 39
6. Erich Maechler (Sui) 38
7. Johan Capiot (Bel) 34
7. Federico Echave (Esp) 34
9. Michel Vermote (Bel) 33
10. Jelle Nijdam (Hol) 32

Maillot de la Montagne :
1. Frédéric Brun (Fra) 18 pts
2. Rolf Gölz (All) 12
3. Gilbert Duclos-Lassalle (Fra) 9
3. Acacio Da Silva (Por) 9
5. Marc Madiot (Fra) 8
5. Kim Andersen (Dan) 8
5. Herman Frison (Bel) 8
8. Inaki Gaston (Esp) 7
9. Gerrit Solleveld (Hol) 6
9. Guy Gallopin (Fra) 5
9. Luis Herrera (Col) 5
9. Robert Millar (Gbr) 5

La védéo :
Avatar de l’utilisateur
Par Delgato
#3407814
C'était quand même sympa ces étapes ou demi-étapes courtes, pour trancher avec les très longues :smile:
Avatar de l’utilisateur
Par AlbatorConterdo
#3407841
ETAPE 5 : PFORZHEIM - STRASBOURG
112,5 KM. 5 JUILLET 1987


Pécheux valide ce tracé :jap:
Cette 2ème demie-étape s’annonce difficile en son début du fait de la traversée de la Forêt Noire (côtes de Dennach, de Loffenau, d’Ebersteinburg).
- La course démarre très vite. Après des tentatives de Dietzen et Imboden, Nevens se dégage au km 10. Il est rejoint par M. Madiot, Criquielion, Alcala, Herrera, Hampsten & Roosen. Au km 15, Criquielion passe en tête la côte de Dennach (cat.3) et d'autres coureurs rejoignent le groupe de tête : Rooks, Cornillet, Moncada, Fueret, Lemarchand & Vargas.
Mais tous les échappés sont repris dans la descente, au km 23. De nombreux lâchés sont à signaler.
- Dès la jonction, Julian Gorospe et Marc Madiot attaquent mais ils sont rejoints et dépassés, au km 28, dans la côte de Loffenau par Roche et J. Simon.
Au pied de la troisième bosse, Roche passe en tête au "catch" de Stauferberg au km 39 puis J. Simon et Roche sont rejoints en trois étapes :
Delgado et Gaston, puis Herrera et Millar, et enfin Hampsten !
Le peloton chasse derrière les échappés et revient au km 47 à un kilomètre du sommet de la côte de Ebersteinburg.
M. Madiot & Imboden s'isolent dès la jonction et passent le sommet dans cet ordre.
Mais tout rentre dans l’ordre à partir du 50ème km. Les nombreux lâchés en profitent pour recoller au peloton.
C’est ce moment de répit que Marc Sergeant (Joker) choisit pour porter son attaque. Le voici, au 78ème km, avec 4’10’’ d’avance.
Suffisant pour conserver sur la ligne, à Strasbourg, 13’’ sur le peloton réglé cette fois par Bruno Wojtinek (Z).
Les sprinters ont encore raté le coche. Le périple de 5 jours en Allemagne s’achève.

Classement de l'étape :
1. Marc Sergeant (Bel) en 2h32'29" (moy : 44.267 km/h)
2. Bruno Wojtinek (Fra) à 13"
3. Sean Kelly (Irl)
4. Davis Phinney (Usa)
5. Roberto Amadio (Ita)
6. Martial Gayant (Fra)
7. Jean-Paul Van Poppel (Hol)
8. Rudy Dhaenens (Bel)
9. Jean-Philippe Vandenbrande (Bel)
10. Jozef Lieckens (Bel)

Le CG :
1. Erich Maechler (Sui) en 12h55'15"
2. Jorg Müller (Sui) à 44"
3. Giancarlo Perini (Ita) à 55"
4. Acacio Da Silva (Por) à 1'35"
5. Charly Mottet (Fra) à 1'36"
6. Guy Nulens (Bel) à 1'38"
7. Dietrich Thurau (All) à 1'45"
8. Yvon Madiot (Fra) à 1'49"
9. Dag-Otto Lauritzen (Nor) à 1'50"
10. Jean-Claude Leclercq (Fra) 1'55"

Les védéos :

Avatar de l’utilisateur
Par AlbatorConterdo
#3407979
ETAPE 6 : STRASBOURG - EPINAL
169 KM. 6 JUILLET 1987


Etape idéale pour les baroudeurs
A partir du 20ème km, 10 coureurs s’extirpent du peloton.
Ils passent en tête le sommet du Kreuzweg au 54ème km avec 2’2’’ d’avance.
Une cassure s’opère dans le Champ du Feu. Devos, Ruttiman, Alcala, Lavainne, Bagot et Dominguez semblent supérieurs aux 4 autres
(Vallet, Nijboer, Hermans et Duclos-Lassalle).
Dans la descente, ces 6 hommes creusent l’écart par rapport au peloton : 3’18’’ en bas.
Le colombien Moncada profite de la montée du Donon pour se joindre aux 6 échappés.
Le peloton musarde. Il se retrouve à 8’. Il reste 60 km à parcourir et un col à gravir. 2 solutions s’offrent alors aux Carrera :
Soit défendre le maillot jaune au risque d’y laisser des forces.
Soit perdre la tunique de leader et se réserver pour aider Stephen Roche plus tard.
C’est la 1ère solution que les italiens choisissent.
Même si cela contrarie quelque peu l’irlandais : « J’étais partisan d’attendre que la dernière bosse soit passée pour agir sur les 40 dernières bornes seulement.
Je ne dis rien mais ça m’ennuie un peu car il y a beaucoup d’équipes qui ne roulent pas, et les Système U pas du tout. »
Au km 137, Lavainne se détache du groupe de tête tandis qu'à l'arrière, Steve Bauer est retardé dans une chute au km 138. Lavainne passe devant le catch de Vomecourt (km 146) avec 36" sur ses anciens compagnons et 4'37" sur le peloton. Alcala part en contre au km 148 à la poursuite de Lavainne.
Mais il ne parvient pas à rattraper le français, qui s'était bien économisé jusque là
Celui-ci remporte l'étape et s’installe à la 2ème place du général.
Le peloton termine dans l'aspiration des autres échappés

Classement de l'étape :
1. Christophe Lavainne (Fra) en 4h12'57" (moy : 42.458 km/h)
2. Raul Alcala (Mex) à 1'34"
3. Manuel-Jorge Dominguez (Esp) à 2'34"
4. Gilbert Duclos-Lassalle (Fra)
5. Jean-Claude Bagot (Fra)
6. Nicki Rüttimann (Sui)
7. Hendrik Devos (Bel)
8. Bernard Vallet (Fra)
9. Gerardo Moncada (Col)
10. Jean-Paul Van Poppel (Hol) à 2'37"

Le CG :
1. Erich Maechler (Sui) en 17h10'49"
2. Christophe Lavainne (Fra) à 36"
3. Jorg Müller (Sui) à 44"
4. Giancarlo Perini (Ita) à 55"
5. Acacio Da Silva (Por) à 1'35"
6. Charly Mottet (Fra) à 1'36"
7. Guy Nulens (Bel) à 1'38"
8. Dietrich Thurau (All) à 1'45"
9. Yvon Madiot (Fra) à 1'49"
10. Dag-Otto Lauritzen (Nor) à 1'50"

Le maillot vert :
1. Bruno Wojtinek (Fra) 81 pts
2. Jean-Paul Van Poppel (Hol) 74
3. Dietrich Thurau (All) 73
4. Jorg Müller (Sui) 67
5. Johan Capiot (Bel) 60

Le maillot de la montagne :
1. Hendrik Devos (Bel) 50 pts
2. Raul Alcala (Mex) 50
3. Nicki Rüttimann (Sui) 36
4. Jean-Claude Bagot (Fra) 32
5. Christophe Lavainne (Fra) 22

La védéo :
Avatar de l’utilisateur
Par FabioLullito
#3407986
On peut comprendre Roche, étonnant que Carrera se soit mis autant à la planche pour conserver le maillot...tant mieux pour Mottet. :spamafote:
Avatar de l’utilisateur
Par AlbatorConterdo
#3407993
FabioLullito a écrit :
30 nov. 2021, 15:51
On peut comprendre Roche, étonnant que Carrera se soit mis autant à la planche pour conserver le maillot...tant mieux pour Mottet. :spamafote:
Après le trauma du Giro, l'équipe n'était pas forcément très à l'écoute des desiderata de Roche, qui ne pouvait vraiment compter que sur Schepers, heureusement pour l'Irlandais, un bon grimpeur.
Avatar de l’utilisateur
Par gradouble
#3408047
Y'a un truc difficilement descriptible qui se dégage des vidéos;
un truc qui sent à mort les années 80;
totalement insouciantes, semble t'il vu d'ici.
Un truc très "fun", très léger, coloré; avec des coureurs hyper détendus.

On sent que c'était l'époque de Marty Mac Fly et de New Order; la modernité acidulé, optimiste et décomplexée.
C'est pas que c'était mieux, c'est juste que c'était autre.

Et puis cette course, loin, mais tellement loin des standards actuels; que ça en est incomparable. L'état d'esprit était aux antipodes de celui d'aujourd'hui.
Avatar de l’utilisateur
Par AlbatorConterdo
#3408219
ETAPE 7 : EPINAL - TROYES
211 KM. 7 JUILLET 1987



199 partants.
Météo : temps ensoleillé.
Le français de l’équipe espagnole Téka, Régis Clère profite de la côte du bois de Bourmont pour fausser compagnie au peloton au 72ème km. Herrera, Criquielion et Alcala l’accompagnent un moment puis renoncent. (à noter une attaque infructueuse de J.Bernard peu avant) A partir du 92ème km, le peloton coupe son effort.
Ce qui permet au français de compter 7’53’’ d’avance au 121ème km.
L'équipe Z-Peugeot assume alors la poursuite. Clère remporte le super-sprint (et la prime) à Colombey-les-Deux-Églises au km 139 où il précède le peloton de 4'16"
lequel devance de peu par 3 coureurs intercalés : Jurco, Sergeant & Fignon !
Un groupe plus consistant, sorti du peloton, se forme peu après : Jurco, Fignon, Sergeant, Palov, Achermann, P. Simon, J. Simon, Esnault et Bernard
mais l'équipe Superconfex (Van Poppel) ne laissent pas faire et c'est Clère qui fait les frais de cette accélération : 3' à Lignol au km 146.
Il tient encore au "catch" de Magny-Fouchard (km 170) qu'il remporte devant Cabrera qui est parti en contre.
Mais finalement Clère et Cabrera sont avalés.
Malgré de très nombreuses tentatives dans le final, la ville de Troyes a l’honneur d’assister au 1er sprint de l’année, facilement remporté par Guido Bontempi,
déjà vainqueur à 3 reprises en 1986.
Les Carrera trustent décidemment les succès : maillot jaune pour Maechler, victoire d’étape et nouveau maillot vert pour Bontempi...pendant quelques jours du moins :
on apprendra plus tard le contrôle positif à la testostérone de Bontempi qui sera déclassé,
sanctionné de 10’ de pénalités au classement général et suspendu avec sursis pour un mois. :genance:
Le véritable vainqueur de cette étape est donc espagnol en la personne de Manuel-Jorge Dominguez de l’équipe B.H.


Classement de l'étape :
1. Manuel-Jorge Dominguez (Esp) en 5h08'17" (moy : 41.066 km/h)
2. Jean-Paul Van Poppel (Hol)
3. Jozef Lieckens (Bel)
4. Sean Kelly (Irl)
5. Johan Capiot (Bel)
6. Mathieu Hermans (Hol)
7. Phil Anderson (Aus)
8. Roberto Amadio (Ita)
9. Malcolm Elliott (Gbr)
10. Jean-Philippe Vandenbrande (Bel)

Le CG ne bouge pas

La védéo :
Avatar de l’utilisateur
Par FabioLullito
#3408270
Haha c'était tranquillou Gilou les sanctions à l'époque. :genance:

En tout cas même pour une étape sieste, il se passait des choses à l'époque! :love:
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 10

Equipes reçues: alexceli valverde56 charl[…]

Dopage 2022

pas sûr que ce soit le bon topic, mais v[…]

Pendant ce temps là en 2022

les EF demeurent des irréductibles dans le […]

Bonsoir pouvez vous me donner votre avis sur ce v&[…]

Toute l'actualité cycliste sur notre site   Accéder au site