Le forum pour discuter du cyclisme et du cyclisme uniquement, entre passionnés . Actualité, transferts, débats, analyses et courses de vélo en direct. Toute les infos sur le forum des fans de la petite reine.

Modérateur : Modos VCN

Avatar de l’utilisateur
Par gradouble
#3363832
Iguane a écrit :
27 juil. 2021, 09:56
gradouble a écrit :
26 juil. 2021, 19:31



Je n'ai pas encore tout lu (notamment un pavé de Dolipr4ne qui s'annonce...);
mais je pense que c'est beaucoup plus la lassitude que physique.

Car à un niveau bien inférieur (Ufolep, cyclosport, ultra-distance, mais aussi en trail etc...), les plus âgés sont meilleurs que les plus jeunes et ce, pour certains, jusqu'à 50 balais bien tapés.
Je pense pas que la comparaison soit pertinente.
Les meilleurs jeunes ils courent pas en ufolep et sur les cyclo, ils ont une licence en 1 ou 2 FFC. Alors que les meilleurs cinquantenaire, à part Rebellin, tu les retrouve pas à ce niveau. Tu mets les quadra et les quinqa qui gagnent en ufolep ou en cyclo avec les peloton des jeunes en 1/2 FFC, la lassitude change de camp rapidement :rieur: :rieur:

Ultra-distance c'est très particulier comme discipline, on est sur de l'endurance et de la résistance et l'explosivité est inutile donc effectivement des qualités qu'on retrouve plus facilement chez des sportifs un peu agé que chez des très jeunes, mais j'ai souvenir des compte-rendus du Sucre que celui qui a éclaté tout le monde sur la dernière transcontinale, il n'a pas la trentaine?

Oui tu as raison,
mais je ne voulais pas comparer les cyclos et les pros quand même :green:

Il me semble, mais peut-être ai-je tort, que les pros arrêtent aussi beaucoup par lassitude;
la lassitude des sacrifices, d'être loin de sa famille à l'âge ou on commence à avoir des enfants plus grands, ce qui entraîne aussi une plus grande peur du danger de la course sur route etc...
J'ai l'impression que s'il le voulaient vraiment, beaucoup pourrait être au top plus longtemps.
Avatar de l’utilisateur
Par Iguane
#3363838
Oui tu as raison je pense sur la lassitude.

C'est un sport ingrat, où il y a plus d'échecs que de victoires, même pour les tout meilleurs.

C'est un sport de souffrance aussi, plus tu te fais mal et plus tu vas vite.

Donc l'usure mentale est là, parfois la passion ne suffit plus à contrebalancer la douleur et les déceptions. Certains se mettent des barrières pour se protéger et ne vont pas aussi haut qu'ils pourraient, mais ils durent, exemple type de gendt mais il y en a plein. D'autres y vont à fond quelques temps, a un moment ça lâche, exemple sagan. Pour sagan ça l'a lâché dans sa vie personnelle aussi, quand tout va mal tu peux pas te faire mal comme il faut sur le vélo. :jap:

Après l'âge fait que physiquement tu es moins bien, normalement j'avais lu que passé 35 ou 40 ans tu perds 1% de tes capacités physique par ans... Ca fait peut-être 4 ou 5 watts au seuil par an, ils sont là, si tu l'acceptes, que tu vises un peu moins haut, je pense que c'est gerable. Faut l'accepter c'est tout, certains préfèrent arrêter au top, d'autres comme rebellin, valverde, acceptent cette lente régression et font avec. Plusieurs copains cyclistes quadra/quinqua, des ex premières, à qui j'en parlais et qui courrent toujours m'ont plus ou moins confirmé cette théorie du 1%

Pour ça que quelque part, la théorie de la grosse dépression du cav et son retour, j'y crois un peu... Même un peu moins fort qu'avant mais avec le moral et le mental... Mais bon, c'est gros quand même et les come back dans le vélo, certains ont trop exagéré pour qu'on croit spontanément à toutes les belles histoires :rieur:
#3363947
Dire que Pogacar n'est pas un monstre de polyvalence :pt1cable: sur route c'est celui qu'il ait le plus, par contre, oui, il ne touche pas aux autres disciplines ce qui ne veut pas dire qu'il ne serait pas extraordinaire.
Par biquet
#3364575
dolipr4ne a écrit :
26 juil. 2021, 20:02
En fait, ce qui m’étonne, c’est que certains semblent ne s’étonner à peu près de rien, en mode « nan mais c’est pas si terrible, c’est pas si rare ».
Comme le rappelle Dreki, et quand bien meme j’avais effectivement oublié des noms comme Sagan, Evans, Peraud ( :elephant: ) arrivant du vtt, ces mecs ont arrêté complet une fois qu’ils se sont mis à la route. Et malgré leurs qualités/talents respectifs, il n’y a que Sagan qui a montré une tres belle réussite sur route. Et on le considerait d’ailleurs comme un phénomène quand il est arrivé, à savoir un truc qu’on avait du mal à comprendre: un mec avec des mollets monstrueux et qui sprintait donc super bien mais qui etait aussi capable de passer les bosses et les longues distances.
Tu prends un WVA, il a deja tout ça mais il est en plus excellentissime en chrono, tres bon en montagne (meme si ce n’est que sur un jour ou sur une semaine, Sagan ne fait pas le dixieme de ce dont est capable WVA dans les cols), enfile les courses comme des perles et va gagner la moitié des cx en hiver. Ajoutons un element important rappelé par je ne sais plus qui: Wout se débrouille souvent seul et abat un boulot de dingue sur les courses d’un jour, ce qui lui coûte d’ailleurs pas mal’de victoires depuis un moment (tant mieux en un sens :genance: ).

Bon, moi, ça me fait me pincer chaque jour, là où ça semble « mouarf » pour d’autres. On n’a pas les memes lunettes, va. :green:
N’empeche, le débat est super interessant. Et merci pour le rappel de ce formidable palmarès de De Vlaminck! :love:
+ 1 :super:
Par albo
#3364634
Iguane a écrit :
27 juil. 2021, 09:49
Berti a écrit :
27 juil. 2021, 09:13
C'est quoi la norme, est-elle définie quelque part :study:
C'est une bonne remarque :super:

Pour la question de la polyvalence, la tendance des années 2000 était l'hyper-spécialisation, avec coureurs de grands tours vs classicmen et à l'intérieur des classicmen plein de sous-catégorie (genre rouleur flandrien sans giclette experts en pavés saillants avec joints moussus, il disparait si l'hiver a été trop sec et que les pavés sont plus empoussiérés que moussus; ou bien puncheur ardennais suceur de roue option grenouille amphibie, sèche au soleil et se transforme alors en larbin de base option assistance à l'enfilage de surveste par grand vent), mais dans les années 90 ce n'était pas aussi vrai même si on commençait à voir apparaitre cette spécialisation, ça l'était encore moins dans les 80 et je pense dans les années 70 pas du tout en dehors des trois catégories grimpeurs / sprinteurs / rouleurs.

Donc clairement pour la polyvalance si on compare aux années 80 les coureurs cités par Dreki restent des rigolos. Ce qui est intéressant c'est l'inversion de tendance cependant.

Mais je me demande si même cette inversion de tendance n'est pas à pondérer. La mode de l'hyper-spécialisation a conduit les coureurs à élaborer des calendriers de courses très précis. Or quand ces coureurs modifient leur calendrier, on s'aperçoit finalement qu'ils peuvent être très bons sur des types de courses qui ne leur correspondent pas à priori. Par exemple avec Nibali, Valverde et à un degré moindre Bardet sur les courses flandriennes. On peut raisonnablement penser que si Valverde s'était essayé plus tôt au Tour des Flandres, il en aurait remporté un. On le voit aussi sur un rdv type JO, avec Van Avermaet qui gagne à Rio alors qu'on attendait les grimpeurs. Autre exemple de coureur polyvalent (de manière générale, je pense à des Benoot, Wellens, De Gendt, etc, les belges sont assez experts pour produire des coursiers performants sur des terrains variés... Nous on sort du Alaphilippe, c'est mieux, c'est pas la même catégorie)

Autre fait à considérer, l'impact du Covid. En effet avec l'annulation de nombreuses courses, tous les meilleurs coureurs se retrouvaient sur les même rendez-vous lors de la saison 2020. Avec le couteau entre les dents car il y avait peu de courses et peu d'occasions de gagner donc. En 2021 le calendrier a été plus étalé mais encore une fois bien allégé, donc le phénomène de la concentration des talents sur des même rendez-vous. Du coup des coureurs qui potentiellement se seraient fait un calendrier classique "campagne flandrienne, dodo, Tour, Mondiaux" étalé sur l'année se sont retrouvés à courir sur trois mois tout ce qui bougeait, ou pour cette année à vouloir rafler un max dès le début de l'année dans la crainte de voir les courses du printemps annulées. Un exemple marquant pour moi c'est le regain d'intérêt des coureurs de grands tours pour Liège en 2020 et 2021, Roglic gagne en 2020, alors qu'avant il n'avait jamais fait Liège et c'est pas faute d'en avoir eu l'opportunité. Ce serait bien du coup de faire le bilan après quelques saisons "normales"

Après on parlait de polyvalence entre disciplines, ok van der poel avec route / vtt / cyclo, c'est qch d'assez inédit (quoique dans les courses féminines, ça épaterait pas grand monde), mais des routiers / pistards, c'est très courant, historiquement Wiggins, Boardman, Moser, Vandenbroucke, Bracke, Altig, Anquetil, Rivière, Coppi etc et actuellement Ganna, Viviani, Cavendish, Morkov, Gaviria, Thomas, Kluge, etc.
FYP :jap:
Avatar de l’utilisateur
Par Iguane
#3364636
albo a écrit :
29 juil. 2021, 11:40

FYP :jap:
Alaphilippe il a été cité par dreki, il est en comparaison avec MVDP et WVA.

La à comparer Benoot, Wellens, Naesen et tout, ben on tombe sur Calmejane, Gallopin, toussa.

Barguil est pas mal en polyvalent aussi, un grimpeur qui sprinte bien.
Avatar de l’utilisateur
Par Iguane
#3364646
jimmy39 a écrit :
29 juil. 2021, 12:01
Quand on va voir débarquer Thibau Nys, le fils de. Hier il gagne un sprint massif :pt1cable:
Ca a quelque chose d'incroyable ?

Voir des espoirs 1 qui font du cyclo-cross gagner des Elite ou équivalent évidemment c'est prometteur mais ça arrive finalement assez souvent et ça ne préjuge pas de la suite. Voir Arnaud Jouffroy, Aurélien Duval, Clément Venturini, Julian Alaphilippe, ils l'ont tous fait et ont pas tous eu la même carrière. :jap:
#3365225
Iguane a écrit :
27 juil. 2021, 19:49
Oui tu as raison je pense sur la lassitude.

C'est un sport ingrat, où il y a plus d'échecs que de victoires, même pour les tout meilleurs.

C'est un sport de souffrance aussi, plus tu te fais mal et plus tu vas vite.

Donc l'usure mentale est là, parfois la passion ne suffit plus à contrebalancer la douleur et les déceptions. Certains se mettent des barrières pour se protéger et ne vont pas aussi haut qu'ils pourraient, mais ils durent, exemple type de gendt mais il y en a plein. D'autres y vont à fond quelques temps, a un moment ça lâche, exemple sagan. Pour sagan ça l'a lâché dans sa vie personnelle aussi, quand tout va mal tu peux pas te faire mal comme il faut sur le vélo. :jap:

Après l'âge fait que physiquement tu es moins bien, normalement j'avais lu que passé 35 ou 40 ans tu perds 1% de tes capacités physique par ans... Ca fait peut-être 4 ou 5 watts au seuil par an, ils sont là, si tu l'acceptes, que tu vises un peu moins haut, je pense que c'est gerable. Faut l'accepter c'est tout, certains préfèrent arrêter au top, d'autres comme rebellin, valverde, acceptent cette lente régression et font avec. Plusieurs copains cyclistes quadra/quinqua, des ex premières, à qui j'en parlais et qui courrent toujours m'ont plus ou moins confirmé cette théorie du 1%

Pour ça que quelque part, la théorie de la grosse dépression du cav et son retour, j'y crois un peu... Même un peu moins fort qu'avant mais avec le moral et le mental... Mais bon, c'est gros quand même et les come back dans le vélo, certains ont trop exagéré pour qu'on croit spontanément à toutes les belles histoires :rieur:
Thomas De Gendt est un très bon exemple pour montrer en quoi le mental et l'ambition jouent. J'ai lu pas mal de gens dire que sa troisième place sur le Grio 2012 était une surprise. C'est vraiment mal connaitre le gaillard, car il était annoncé comme un tout bon (ce qu'il est d'ailleurs), et sa troisième place sur ce Giro n'a pas étonné grand monde en Belgique. Enfin si, son podium était exceptionnel, mais on le voyait largement top 5-10, car déjà son année 2011 (ainsi que son début d'année 2012) présageait d'un tout bon niveau.

Pourquoi n'a-t-il jamais réédité cette performance ? Certains à cause de ça on sous-entendu que c'était une comète, avec tout ce que ça implique... Mais lui a tout simplement expliqué qu'il avait mal ressenti cette pression constante que demande le fait de jouer un classement général d'un GT.
C'est quelque chose sur lequel on réfléchit peu, mais un coureur de GT, il doit être concentré pendant 3 semaines, pour éviter les chutes, pour éviter de se mettre dans le rouge, pour éviter de présumer de ses forces. Du coup, Thomas De Gendt a préféré devenir un baroudeur qui fait des exploits sur certains étapes.
Un jour quelqu'un a demandé s'il était préférable d'enchainer les victoires sur des SSR ou de faire un jour un podium sur un GT, je pense que TDG a vite répondu à cette question, c'est limite si lui-même n'a pas oublié son podium sur ce GT. D'ailleurs beaucoup de suiveurs occasionnel ou de suiveurs moins geeks de vélo que nous, on oublié ce podium, par contre ils ont été plus marqué par ses multiples échappées.

Bref, c'est un coureur que j'adore, probablement qu'il aurait pu enchainer des top 10 sur les GT facilement, mais il a préféré un autre choix de carrière, et au fond c'est surtout excellent pour lui que ses employeurs aient pu le comprendre. Mais ça montre l'importance du mental, et pour revenir sur le sujet, ça montre que performer jeune c'est peut-être aussi une question de mental, autant que lorsqu'on performe vieux.

Pour un sportif de haut niveau, s'il s'entraine bien, son corps va décliner beaucoup moins vite que celui d'un homme lambda. Par contre, en cas de pépin physique, revenir en très grande condition devient de plus en plus difficile, et là on entre dans une spirale infernale car suite au déclin physique (dût au manque d'entrainement), le mental peut aussi décliner. Je pense par exemple que sans ses chutes, Philippe Gilbert aurait un tout autre niveau aujourd'hui (lui-même explique qu'il a très difficile à revenir au top car il doit faire plus de km qu'autrefois pour rattraper le temps perdu après ses accidents, ce qui est logique quand on prend de l'âge).
Dernière édition par PuncheurFou le 30 juil. 2021, 22:04, édité 1 fois.
#3365228
albo a écrit :
29 juil. 2021, 11:40
Iguane a écrit :
27 juil. 2021, 09:49


C'est une bonne remarque :super:

Pour la question de la polyvalence, la tendance des années 2000 était l'hyper-spécialisation, avec coureurs de grands tours vs classicmen et à l'intérieur des classicmen plein de sous-catégorie (genre rouleur flandrien sans giclette experts en pavés saillants avec joints moussus, il disparait si l'hiver a été trop sec et que les pavés sont plus empoussiérés que moussus; ou bien puncheur ardennais suceur de roue option grenouille amphibie, sèche au soleil et se transforme alors en larbin de base option assistance à l'enfilage de surveste par grand vent), mais dans les années 90 ce n'était pas aussi vrai même si on commençait à voir apparaitre cette spécialisation, ça l'était encore moins dans les 80 et je pense dans les années 70 pas du tout en dehors des trois catégories grimpeurs / sprinteurs / rouleurs.

Donc clairement pour la polyvalance si on compare aux années 80 les coureurs cités par Dreki restent des rigolos. Ce qui est intéressant c'est l'inversion de tendance cependant.

Mais je me demande si même cette inversion de tendance n'est pas à pondérer. La mode de l'hyper-spécialisation a conduit les coureurs à élaborer des calendriers de courses très précis. Or quand ces coureurs modifient leur calendrier, on s'aperçoit finalement qu'ils peuvent être très bons sur des types de courses qui ne leur correspondent pas à priori. Par exemple avec Nibali, Valverde et à un degré moindre Bardet sur les courses flandriennes. On peut raisonnablement penser que si Valverde s'était essayé plus tôt au Tour des Flandres, il en aurait remporté un. On le voit aussi sur un rdv type JO, avec Van Avermaet qui gagne à Rio alors qu'on attendait les grimpeurs. Autre exemple de coureur polyvalent (de manière générale, je pense à des Benoot, Wellens, De Gendt, etc, les belges sont assez experts pour produire des coursiers performants sur des terrains variés... Nous on sort du Alaphilippe, c'est mieux, c'est pas la même catégorie)

Autre fait à considérer, l'impact du Covid. En effet avec l'annulation de nombreuses courses, tous les meilleurs coureurs se retrouvaient sur les même rendez-vous lors de la saison 2020. Avec le couteau entre les dents car il y avait peu de courses et peu d'occasions de gagner donc. En 2021 le calendrier a été plus étalé mais encore une fois bien allégé, donc le phénomène de la concentration des talents sur des même rendez-vous. Du coup des coureurs qui potentiellement se seraient fait un calendrier classique "campagne flandrienne, dodo, Tour, Mondiaux" étalé sur l'année se sont retrouvés à courir sur trois mois tout ce qui bougeait, ou pour cette année à vouloir rafler un max dès le début de l'année dans la crainte de voir les courses du printemps annulées. Un exemple marquant pour moi c'est le regain d'intérêt des coureurs de grands tours pour Liège en 2020 et 2021, Roglic gagne en 2020, alors qu'avant il n'avait jamais fait Liège et c'est pas faute d'en avoir eu l'opportunité. Ce serait bien du coup de faire le bilan après quelques saisons "normales"

Après on parlait de polyvalence entre disciplines, ok van der poel avec route / vtt / cyclo, c'est qch d'assez inédit (quoique dans les courses féminines, ça épaterait pas grand monde), mais des routiers / pistards, c'est très courant, historiquement Wiggins, Boardman, Moser, Vandenbroucke, Bracke, Altig, Anquetil, Rivière, Coppi etc et actuellement Ganna, Viviani, Cavendish, Morkov, Gaviria, Thomas, Kluge, etc.
FYP :jap:
Très bon poste, néanmoins j'ai l'impression qu'il m'a plagié. :elephant:

J'en avais parlé sur un autre topic, en montrant en quoi Valverde était exceptionnel pour son époque (je pense que c'était plutôt pour rappeler en quoi en réalité la polyvalence de WVA n'a rien de surprenante et c'est plutôt l'hyperspécialisation des années 2000 qui n'était pas la norme dans le cyclisme pendant longtemps).

Bon aucun soucis, je taquine Iguane qui a peut-être simplement eu la même analyse que moi (et je reviendrais volontiers là-dessus), car encore une fois très bon post, très bien développé ! :super:
Avatar de l’utilisateur
Par runnz
#3365275
PuncheurFou a écrit :
30 juil. 2021, 21:40
Iguane a écrit :
27 juil. 2021, 19:49
Oui tu as raison je pense sur la lassitude.

C'est un sport ingrat, où il y a plus d'échecs que de victoires, même pour les tout meilleurs.

C'est un sport de souffrance aussi, plus tu te fais mal et plus tu vas vite.

Donc l'usure mentale est là, parfois la passion ne suffit plus à contrebalancer la douleur et les déceptions. Certains se mettent des barrières pour se protéger et ne vont pas aussi haut qu'ils pourraient, mais ils durent, exemple type de gendt mais il y en a plein. D'autres y vont à fond quelques temps, a un moment ça lâche, exemple sagan. Pour sagan ça l'a lâché dans sa vie personnelle aussi, quand tout va mal tu peux pas te faire mal comme il faut sur le vélo. :jap:

Après l'âge fait que physiquement tu es moins bien, normalement j'avais lu que passé 35 ou 40 ans tu perds 1% de tes capacités physique par ans... Ca fait peut-être 4 ou 5 watts au seuil par an, ils sont là, si tu l'acceptes, que tu vises un peu moins haut, je pense que c'est gerable. Faut l'accepter c'est tout, certains préfèrent arrêter au top, d'autres comme rebellin, valverde, acceptent cette lente régression et font avec. Plusieurs copains cyclistes quadra/quinqua, des ex premières, à qui j'en parlais et qui courrent toujours m'ont plus ou moins confirmé cette théorie du 1%

Pour ça que quelque part, la théorie de la grosse dépression du cav et son retour, j'y crois un peu... Même un peu moins fort qu'avant mais avec le moral et le mental... Mais bon, c'est gros quand même et les come back dans le vélo, certains ont trop exagéré pour qu'on croit spontanément à toutes les belles histoires :rieur:
Thomas De Gendt est un très bon exemple pour montrer en quoi le mental et l'ambition jouent. J'ai lu pas mal de gens dire que sa troisième place sur le Grio 2012 était une surprise. C'est vraiment mal connaitre le gaillard, car il était annoncé comme un tout bon (ce qu'il est d'ailleurs), et sa troisième place sur ce Giro n'a pas étonné grand monde en Belgique. Enfin si, son podium était exceptionnel, mais on le voyait largement top 5-10, car déjà son année 2011 (ainsi que son début d'année 2012) présageait d'un tout bon niveau.

Pourquoi n'a-t-il jamais réédité cette performance ? Certains à cause de ça on sous-entendu que c'était une comète, avec tout ce que ça implique... Mais lui a tout simplement expliqué qu'il avait mal ressenti cette pression constante que demande le fait de jouer un classement général d'un GT.
C'est quelque chose sur lequel on réfléchit peu, mais un coureur de GT, il doit être concentré pendant 3 semaines, pour éviter les chutes, pour éviter de se mettre dans le rouge, pour éviter de présumer de ses forces. Du coup, Thomas De Gendt a préféré devenir un baroudeur qui fait des exploits sur certains étapes.
Un jour quelqu'un a demandé s'il était préférable d'enchainer les victoires sur des SSR ou de faire un jour un podium sur un GT, je pense que TDG a vite répondu à cette question, c'est limite si lui-même n'a pas oublié son podium sur ce GT. D'ailleurs beaucoup de suiveurs occasionnel ou de suiveurs moins geeks de vélo que nous, on oublié ce podium, par contre ils ont été plus marqué par ses multiples échappées.

Bref, c'est un coureur que j'adore, probablement qu'il aurait pu enchainer des top 10 sur les GT facilement, mais il a préféré un autre choix de carrière, et au fond c'est surtout excellent pour lui que ses employeurs aient pu le comprendre. Mais ça montre l'importance du mental, et pour revenir sur le sujet, ça montre que performer jeune c'est peut-être aussi une question de mental, autant que lorsqu'on performe vieux.

Pour un sportif de haut niveau, s'il s'entraine bien, son corps va décliner beaucoup moins vite que celui d'un homme lambda. Par contre, en cas de pépin physique, revenir en très grande condition devient de plus en plus difficile, et là on entre dans une spirale infernale car suite au déclin physique (dût au manque d'entrainement), le mental peut aussi décliner. Je pense par exemple que sans ses chutes, Philippe Gilbert aurait un tout autre niveau aujourd'hui (lui-même explique qu'il a très difficile à revenir au top car il doit faire plus de km qu'autrefois pour rattraper le temps perdu après ses accidents, ce qui est logique quand on prend de l'âge).
J'aime bien ce DeGendt, l'un des meilleurs baroudeurs de sa génération, avec quelques victoires d'étapes, mais rarement sur les GT. Au niveau de l'Histoire du cyclisme par exemple, seul son podium sur le Giro restera après lui. :spamafote:
#3365287
runnz a écrit :
31 juil. 2021, 08:38
PuncheurFou a écrit :
30 juil. 2021, 21:40


Thomas De Gendt est un très bon exemple pour montrer en quoi le mental et l'ambition jouent. J'ai lu pas mal de gens dire que sa troisième place sur le Grio 2012 était une surprise. C'est vraiment mal connaitre le gaillard, car il était annoncé comme un tout bon (ce qu'il est d'ailleurs), et sa troisième place sur ce Giro n'a pas étonné grand monde en Belgique. Enfin si, son podium était exceptionnel, mais on le voyait largement top 5-10, car déjà son année 2011 (ainsi que son début d'année 2012) présageait d'un tout bon niveau.

Pourquoi n'a-t-il jamais réédité cette performance ? Certains à cause de ça on sous-entendu que c'était une comète, avec tout ce que ça implique... Mais lui a tout simplement expliqué qu'il avait mal ressenti cette pression constante que demande le fait de jouer un classement général d'un GT.
C'est quelque chose sur lequel on réfléchit peu, mais un coureur de GT, il doit être concentré pendant 3 semaines, pour éviter les chutes, pour éviter de se mettre dans le rouge, pour éviter de présumer de ses forces. Du coup, Thomas De Gendt a préféré devenir un baroudeur qui fait des exploits sur certains étapes.
Un jour quelqu'un a demandé s'il était préférable d'enchainer les victoires sur des SSR ou de faire un jour un podium sur un GT, je pense que TDG a vite répondu à cette question, c'est limite si lui-même n'a pas oublié son podium sur ce GT. D'ailleurs beaucoup de suiveurs occasionnel ou de suiveurs moins geeks de vélo que nous, on oublié ce podium, par contre ils ont été plus marqué par ses multiples échappées.

Bref, c'est un coureur que j'adore, probablement qu'il aurait pu enchainer des top 10 sur les GT facilement, mais il a préféré un autre choix de carrière, et au fond c'est surtout excellent pour lui que ses employeurs aient pu le comprendre. Mais ça montre l'importance du mental, et pour revenir sur le sujet, ça montre que performer jeune c'est peut-être aussi une question de mental, autant que lorsqu'on performe vieux.

Pour un sportif de haut niveau, s'il s'entraine bien, son corps va décliner beaucoup moins vite que celui d'un homme lambda. Par contre, en cas de pépin physique, revenir en très grande condition devient de plus en plus difficile, et là on entre dans une spirale infernale car suite au déclin physique (dût au manque d'entrainement), le mental peut aussi décliner. Je pense par exemple que sans ses chutes, Philippe Gilbert aurait un tout autre niveau aujourd'hui (lui-même explique qu'il a très difficile à revenir au top car il doit faire plus de km qu'autrefois pour rattraper le temps perdu après ses accidents, ce qui est logique quand on prend de l'âge).
J'aime bien ce DeGendt, l'un des meilleurs baroudeurs de sa génération, avec quelques victoires d'étapes, mais rarement sur les GT. Au niveau de l'Histoire du cyclisme par exemple, seul son podium sur le Giro restera après lui. :spamafote:
Oui, sa victoire sur le Ventoux est par exemple éclipsée par la course de Froome, celle à Sainté par le numéro de Pinot/alaph... :spamafote:

Mon gros problème avec De Gendt c'est son utilisation par son équipe, tirer des bouts droits pour Ewan... :neutral: :neutral: :sweat:
Avatar de l’utilisateur
Par dolipr4ne
#3365364
PuncheurFou a écrit :
30 juil. 2021, 21:45
c'est plutôt l'hyperspécialisation des années 2000 qui n'était pas la norme dans le cyclisme pendant longtemps
Je ne demande qu’à te croire. L’avenir nous le dira.
Je ne sais plus qui aussi se disait qu’il n’etait pas impossible que les phenomenes se remettent à refaire quelque chose des etapes de plaine sur les GT, en y foutant le bordel et en eparpillant le peloton pour faire des ecarts que les etapes en montagne se font plus (hors numeros de Pogi). Là aussi hein, puisse-t-il avoir raison. :jap:
#3365370
dolipr4ne a écrit :
31 juil. 2021, 11:52
PuncheurFou a écrit :
30 juil. 2021, 21:45
c'est plutôt l'hyperspécialisation des années 2000 qui n'était pas la norme dans le cyclisme pendant longtemps
Je ne demande qu’à te croire. L’avenir nous le dira.
Je ne sais plus qui aussi se disait qu’il n’etait pas impossible que les phenomenes se remettent à refaire quelque chose des etapes de plaine sur les GT, en y foutant le bordel et en eparpillant le peloton pour faire des ecarts que les etapes en montagne se font plus (hors numeros de Pogi). Là aussi hein, puisse-t-il avoir raison. :jap:
C'est moi (je suis content il y a des gens qui me lisent :elephant: ), en tout cas je l'espérais dans le cas de Wout Van Aert (mais peut-être d'autres forumeurs ont aussi émis cette hypothèse), qui limite bien en montagne, mais qui devrait faire comme un certain monsieur Eddy Merckx ou un certain Bernard Hinault, et foutre le boxon dans les étapes de plaines. En tout cas ça serait génial, car nous qui sommes des spectateurs post-années 1990, on n'a jamais vu de leader jouer les étapes de plaines (ou du moins s'y découvrir), alors qu'avant cette décennie, toutes les étapes étaient bonne à prendre (j'ai vu une interview du Blaireau où il le rappelait d'ailleurs).

Donc il y a de grands espoirs qu'on revienne à un cyclisme plus polyvalent, plus à l'ancienne (pas de là à voir Pogaçar disputer des sprints massifs, même s'il n'est pas mauvais, il y aura toujours des spécialistes je pense).

N'oublions pas qu'il aurait pu gagner le Mondial[…]

Caja Rural-Seguros RGA 2021

Un très solide Lazkano sur le Tour du L[…]

CRO Race (2.1) du 28 septembre au 3 octobre […]

Movistar Team 2021

Je ne trouve pas l'information pour IGC. Une lien […]

Toute l'actualité cycliste sur notre site   Accéder au site