Forum dédié au jeu la science de la course

Modérateur : Modos jeux

Avatar de l’utilisateur
Par kelmeur
#3343466
Ahlala ce jeu, et en particulier les CPE, qu'est ce que c'est bon quand même :love:

Ce jeu n'a pas d'équivalent pour moi, c'est tout simplement le meilleur jeu de cyclisme que je connaisse et en plus de ça de très loin. C'est génial. Blouss t'es un grand :love:


J'ai fait équipe avec Caramel ce coup là.
Alors déjà on ne s'est jamais engueulé dans le jeu hein, tout ce qu'on a fait était prévu et accepté par les deux, on a un peu fait semblant par moment pour justifier certaines choses, je vais expliquer ça plus loin.
On le connaît le père Cara, râleur comme pas deux :elephant: , mais souvent le degré d'implication dans quelque chose est évidemment corrélé avec la déception ou l'énervement lors d'échecs, il faut voir que Caramel est investi dans le jeu comme sans doute personne, j'ai eu du mal à suivre :green:
Forcément lorsqu'on s'investit énormément dans un truc qui dure en plus des semaines, c'est plus simple de râler que lorsqu'on passe une fois tous les 3 jours balancer tout le monde en intense, on reconnaîtra le mythique gradouble qui m'aura fait marrer du début à la fin :love:
On a un peu fait une équipe de try hard je l'avoue, je pense que pendant tout le jeu on a du échanger environ 15 000 messages à vue de nez, et j'ignore le nombre d'heures passées à faire des calculs pour Cara :pt1cable:
Le râleur est connu, mais le joueur est exceptionnel, je le souligne.


Au niveau de notre stratégie, Cara s'est occupé de quasi tout, les notes des coureurs, les actions sur le forum, les calculs...
Je n'étais un peu que la cerise sur le gâteau, en gros mon rôle était je dirais de passer une sorte de facteur alpha sur tout son boulot pour essayer de corriger des petites choses, mais je pense qu'au bout du compte j'ai quand même pas mal pesé sur certains points très importants.

Cara m'a présenté les notes de nos coureurs et j'ai demandé si je me rappelle bien quelques changements et affinages.
Les deux principaux étant les suivants :
Aucun de nos coureurs n'avaient de viva, j'ai demandé à ce que notre leader ait 2 de viva, d'une part pour ramasser quelques bonifs mais aussi pour avoir au moins 3 boosts au cas où lors des attaques.
La deuxième chose étant que Caramel ne voulait qu'un seul leader et moi que notre leader soit caché et non celui annoncé, j'ai donc proposé de faire les deux, nous aurions deux coureurs à 24, mais le premier des deux, celui annoncé leader ne serait pas du tout un leader mais un forcené, capable de rouler pour son leader sur tous les terrains.
Voici donc nos notes :

Plaine/Vallon/Montagne/Viva/Endu/Récup

Jay-Raoul Pa : 6-6-6-1-2-3
Gilles Achpatérou : 6-1-6-1-1-3
Kamil Attank-Saspass : 5-5-6-2-3-3
Harald Boldératon : 6-5-1-1-1-3
Jean Branlpaune : 6-1-1-1-2-5
Jay Day-Consign : 6-5-1-1-1-3

(Oui, nous n'avons ni endu, ni récup :elephant: )

Le plan général était le suivant :
Ne rien foutre à l'E1 car aucune endurance, Kamil devait finir avec les leaders.
Raoul avait 2 d'endu pour essayer de faire illusion qu'il était quand même leader mais qu'il avait raté son E1 => c'est pour ça qu'on a fait notre cinéma fin de l'E1 genre on s'engueulait que j'avais pris trop de risques à mettre tout ça en faible sauf Kamil.
Jean avait 2 d'endu juste pour attaquer début E1 et se faire passer pour un leader, comme ça on faisait rien derrière en mode "on est grave serein on a Jean devant les mecs". (full bullshit, pur bluff)
Lors des E2-E3 on devait envoyer là sauce.

Tout s'est très bien passé lors de l'E1.
Lors de l'E2 on a pas été suivi dans notre attaque, du coup c'était la merde.
On a perdu notre énergie là dessus et c'était catastrophique.
Un plan bien plus safe était de ne rien faire encore à l'E2 et envoyer tout à l'E3 mais ça faisait déjà une étape où on avait rien fait et ça saoulait.
Au final on retombe sur nos pattes car ça s'attaque devant, on regroupe tout et on roule à bloc au dernier secteur pour rentrer, une idée à laquelle Cara avait pensé 4 secteurs avant.
J'en ai profité, je l'avoue, pour affiner sa stratégie en faisant du chantage sur CPT et Levrai, on ne faisait ça et on ramenait les leaders du général que si en échange ils n'accentuaient pas leur avance en sprintant, car j'avais peur d'une alliance CPT-Levrai où ils se diraient "Ok on fait pas sprinter les sprinters et on sprintent pour les bonifs avec nos leaders", ce qui d'une part était abusé car on faisait la majeure partie du boulot pour les ramener et d'autre part était hyper risqué car derrière il reste une seule étape et ça devient évident que ça va se jouer aux bonifs...

L'E3 se déroule à merveille, notamment ce mythique sprint inter 1-2-3 des Farnientes envoyés à 9h59, c'est probablement là que j'ai le plus pesé sur la stratégie de l'équipe puisque durant le S3 j'ai proposé la stratégie Modéré-Modéré-Attaque-Intense pour les 3 derniers secteurs et c'est exactement ce que l'on a fait en s'y tenant malgré les attaques et intenses des autres.

Finalement ça se joue aux dés dans un final haletant comme toujours sur la SDLC et on a eu pas mal de chance sur le final à ce niveau, cassure à 4 au S5 puis 50s sur l'attaque au S6, c'était plutôt cool.

C'est, il est vrai non sans une certaine fierté, que grâce à mon camarade je peux ainsi arborer ma deuxième étoile puisqu'après Wallace c'est donc ma seconde victoire sur CPE de la SDLC en autant de participations :love:

Je suis déjà pressé de revenir :w00t:

Superbe partie, orchestrée comme toujours par notre Maestro blouss :wink:

On se retrouve tous bientôt j'espère !

:metalhead:


PS - Le plus grand moment de la course : le sprint de Kika, je riais tellement j'en pouvais plus :rieur:
#3343479
J'ai pas grand chose d'autres à rajouter, je reconnais bien notre course dans le résumé de Kelmeur. :jap:

Quelques précisions du coup :study: Depuis la fin de la première étape jusqu'à le troisième étape, on avait souvent des échos qu'on était sur une très grosse récup et ensuite, très grosse récup puis très fort en plaine vu le début de l'E2. On a joué de cette image qui nous arrangeait un peu, ça évitait qu'on soit trop attaqué sur l'E3. :sylvain84: Et nos actions renforçait cette image : on a jamais roulé sur de la montagne (alors qu'on avait deux 6 équipiers) et une fois sur du vallon mais noyé un peu dans la masse donc pas trop détectable.

On devait utiliser nos coureurs avec parcimonie sur l'E3 : tous à 150 sauf Jean (190) et Jean rate l'attaque :contador1: Alors que c'est le premier désigné pour rouler étant exclusivement plaine (comme Gilles vu qu'on avait plus de montagne). Attaque + Intensif S1, ça fait 70 dépensés, restait 80 donc hors de question de mettre les 4 coureurs restants. S2, on propose un coureur : C'est un 12 (Raoul) mais on ne le dit pas explicitement pour garder notre image de nazes vallons. Je dis juste de nous faire confiance même si on ne met qu'un coureur mais ça bloque donc on laisse tomber. Pas mal de réussite avec le G2 qui rivalise avec le peloton.

Au secteur suivant, on sacrifie le coureur déjà entamé et on en ajoute un hyper tard pour assurer le coup. Au pire, on en aurait mis 3 si besoin, on voulait garder un coureur pour le S6 afin d'avoir un petit quelque chose et pas un éventuel groupe de tête complètement cramé qui roule à 0 et voir des retours de l'arrière.

Le reste, c'est des choix moins impactés par le fait de rester soudés dans le G1 vu qu'avec les étoilés, chacun faisait sa course selon ses notes, son énergie, etc.

Edit : Aucun savoir vivre, j'oublie de remercier Kelmeur :genance: Je me suis globalement bien amusé aussi, je confirme les interminables discussions à base de calcul où on essayait de trouver le meilleur truc possible à faire. Certains trouveraient ça chiant mais moi, j'ai aimé :stereoking: Notre plus grand désaccord, ça a été sur le nom d'un coureur, je crois qu'il m'en veut encore d'ailleurs :elephant:
#3343481
Pour ceux qui ne sont pas sur Discord. :elephant: Voici mon équipe:

Montagne/Plat/Vallon/Vivacité/Endurance/Récupération:

Yuri Trofimov: 6 / 3 / 5 / 1 / 4 / 5
Denis Menchov 5 / 5 / 4 / 1 / 3 / 4
Alexander Kolobnev: 5 / 3 / 5 / 2 / 2 / 5
Vladimir Karpets: 6 / 1 / 1 / 1 / 3 / 4
Vladimir Gusev: 1 / 1 / 6 / 3 / 4
Sergei Ivanov: 1 / 6 / 1 / 3 / 4

Bref personnellement aucune stratégies établies à l'avance juste des rôles établies Trofimov était mon leader, Menchv mo co-leader au cas où Trofimov se trouait, Kolobnev pour jouer les étapes et les autres comme larbins.

Le tirage du parcours ne m'avait pas du tout avantagé car j'avais une équipe de grimpeurs et nulle en plat, seul Menchov étant bon en plat parmi mes coureurs protégés qui devait rester placer le plus longtemps possible en vu de l'étape 3 ou Yuri aurait surement été en souffrance.

Bref première étape je décides de ne mettre personne devant car c'est la première étape et puis de toute façon j'ai un larbin pour chaque secteur donc je pourrais rouler derrière l'échappée, ce que j'ai fait.
Le but était que Trofimov et Menchov finissent devant mais malheureusement Menchov ne pouvant pas suivre la dernière attaque faute d'énergie était déjà out pour le CG.
Première bourde de ma part sur cette E1 je me rend compte après coup que Kolobnev a dépensé trop d'énergie le but étant qu'il arrive blindé à l'E2 pour jouer l'étape avec son récup 5, sa viva et son report. Malheureusement je lui ai fait bouffé la moitié de son report dans l'alliance du S5 avec Thor et Levrai quand il fallait rouler pour distancer Wallace et je sais plus qui (action que je ne regrette pas d'ailleurs, première alliance de ma course).

Ensuite E2 je compte mettre Kolobnev devant mais je vois que Kamil et Almeida à 20" au CG attaquent, du coup je me dit que l'échappée n'ira jamais au bout et je décide de n'envoyer personne et de rouler avec les autres équipes représentées dans le peloton comme je l'ai fait E1.
Comme c'est la dernière étape avec de la montagne je décide d'abord d'envoyer la boucherie sur le premier étoilé montagne mais voyant tout le monde en modéré j'y vais aussi car si ça cassait je me retrouvai seul devant donc impossible de résister.
Arrive enfin le fameux S4 où je me fais piéger car je regardes le rugby :elephant: J'ai envie de tout laisser tomber et d'attende l'E3 c'est alors que je décide de contacter les Farniente eux aussi au fond du trou pour rouler + Levrai et gradouble je crois mais dont je ne mets pas au courant qu'on comptait revenir groupé S7 et non faire notre vie S6, on collabore ensemble. Du coup dernier étoilé montagne je passe en faible avec un gars en intensif pour nous tracter et on continue de rouler.
Devant ça s'attaque (je ne sais pas pourquoi :green: ) et la fameuse cassure fait que Owney est lâché du coup plein d'équipes viennent nous aider S7 et on rentre, au sprint je ne peux espérer au mieux un top10 ce que je réalise.

Viens la 3e étape où Yuri avec son 3 plat aura du mal à résister, je mets alors Menchov dans l'échappée pour jouer l'étape et cette fois ci je ne roule pas dans le peloton.
Et puis vu l'écart je me dis "tiens si je faisais le jump" avec Yuri. J'attaque mais personne ne m'attend car je l'ai fait trop tard.
Alors je décide d'envoyer un MP à gradouble pour qu'il roule G2 après coup j'apprends que Tonton et Thor eux aussi lui avait envoyer un MP. :genance: Miracle devant ça ne roule pas car ça ne s'entend pas et derrière ça roule pas assez pour nous reprendre. Je ratonne ensuite ayant deux coureurs protégés, devant compter sur les autres.
A l'arrière mes coureurs peuvent finir pleine balle avec deux relais intensifs pour on sait jamais revenir au cas où.
Ensuite miracle avec son 3 plat Yuri passe le secteur plaine étoilé car ça ne casse pas.
Second miracle ensuite S7 où Yuri réussi son attaque sans boost. :w00t: Derrière j'étais prêt à rouler au cas où il ratait.
Puis vient le sprint où je fais 3e ce qui me permet de finir 2e au CG contre toute attente.

Edit: D'ailleurs S7 de l'E3 j'étais prêt à me sacrifier en roulant si jamais le G2 roulait beaucoup plus vite que nous, le top5 au CG m'allant très bien.
#3343523
Je suis parti sur une équipe en souhaitant être bon sur tout le secteurs.

Mais j ai un peu trop pris en compte l énergie pour mes équipiers et pas assez sur les autres secteurs .

J'ai, comme sur chaque course, essayé d être devant, et comme dit toit à l heure, Marty doit être un des seuls à avoir été systèmatiquement G1 juste avant les allures du dernier secteurs.

J ai eu pas mal de chances aux dés sur E1 et E2 et un peu poins sur E3.

Je voulais finir sur le podium au général, mais c est loupé.
On reviendra, encore plus fort avec une equipe Russe/Néo-zélandaise
#3343539
Intéressant ces stratégies :super:

Débrief des Duvel.
(Gammvert a quitté le sponsoring en cours d'épreuve, ne voulant pas être mêlé à tout ça :spamafote:)

Globalement, on est content, l'orga est au top, ravitos et hôtels parfaits, rien à dire.
Chambres confortables, petits-déjeuners copieux inclus, belles visites, activités sportives tout niveau (surtout du vélo, on a remarqué), c'était vraiment sympa;
on va revenir.

Coureur par coureur, maintenant :

Gradouble, 40 ans

Image

Le vieux leader a le blues, lassitude et perte d'envie. De moins en moins envie de se faire mal. De plus il ne supporte plus de courir en peloton, il n'est plus intéressé que par l'avant ou par l'arrière de la "course", au mieux le chasse-patate.
Lâché par tous ses équipiers au cours de l'E3, ça a été la goute d'eau qui fit déborder le vase.
Il pense à la reconversion : jardinier, cuisinier ou encore DS.


Jean-René Kronenbourg, âge inconnu

Image

N'étant qu'un vulgaire équipier, Jean-René fut bien plus résistant que ce à quoi on s'attendait. Malgré un surpoids évident, il nous surprit à avoir encore des watts passé la mi-course.
Le meilleur pour aller chercher des victuailles à la voiture; et cousin de Jean-René Grasducul, mystérieusement disparu l'an passé (pour rappel).


Jean-Sven Westmall, 27 ans

Image

Meilleur en cyclocross (photo ci-dessus) que sur la route; son recrutement s'est avéré fichtrement décevant. Premier coureur de l'équipe à ne plus avoir de gaz à chaque étape, alors qu'il n'avait, nous semblait-il, encore quasiment rien branlé :reflexion:
Il reste un mystère. Son esprit d'équipe semble un peu précaire. Probablement non reconduit :spamafote:


Duvel-Triple Jean-Norman, 23 ans

Image

Sélectionné, car étant le neveu du patron (sponsor principal et unique maintenant).
Il s'agit du poisson-pilote des sprinteurs de l'équipe, à l'aise sur les pavés et les ribinous, c'est un flandrien, parait-il :study: . Or il n'y a pas de sprinteur dans l'équipe; et encore moins de pavés et de ribinous :spamafote:
Anonyme parmi les anonymes sur la route, sans watts, et à l'agonie au moindre pont d'autoroute; il a pu sauver son épreuve en fournissant énormément de fûts en tout genre (livrant certaines équipes adverses aussi, dit-on). On le félicite s'il vous plaît!

On passe maintenant aux coureurs à haut potentiel, c'est à dire capables de faire, facile, un top 25 les bons jours. Performance de haut vol pour l'équipe :applaud:

Jean-Robert Cagire, 28 ans

Image

Grimpeur des cimes, originaire des Pyrénées; il nous régale de son accent chantant et de sa bonne humeur.
Très à l'aise dès que la route s'élève, il aime attaquer à tout va. Mais est incapable de tenir dans les vallées et se fait toujours et systématiquement et lamentablement rattrapé.
Bel animateur de l'E2.
Si, l'étape de montagne ayant finie en sprint super-massif; on ne s'en est toujours par remis :ouch:
Le moins gros mangeur de l'équipe, il ne se nourrit quasiment exclusivement que de chocolatines aux graines.
20ème au CG final :applaud: :super: :metalhead:


Chimay Jean-Jean, 22 ans

Image

La belle surprise de l'épreuve. Simple équipier tout-terrain au départ, il s'est vite substitué à un Gradouble défaillant. Il a tenu son rôle.
Une extraordinaire 6ème place lors de l'E1, que l'équipe a trop fêté :pompom: :tonton: :chimay: :champagne: :saoul:
il a vaillamment résisté ensuite pour terminer à une admirable 23ème place (top 25 donc).
Bravo à lui, il est clairement l'avenir de la structure.


Les DS

Image

Jamais à l'heure, en-dessous de tout, ratant le départ de 2 étapes sur les 3; il n'ont pas vraiment favorisé les plans de course; se rattrapant largement sur les ravitos et boissons, heureusement.

Enfin la dernière place de notre prestigieuse équipe au classement par points et au temps ne leur est pas étrangère.


En tout cas, encore merci Blouss!!!

Image
Dernière édition par gradouble le 19 juin 2021, 22:58, édité 1 fois.
Avatar de l’utilisateur
Par Gripp
#3343558
Un des derniers mystères de l'univers va enfin être résolu : voici les notes de la Mercurochrome-Stannah !!! :banana:

P / Va / M / Vi / E / R
5 - 5 - 1 - 1 - 6 - 6 => 24__Richie HÉLIPORTÉ (leader)
1 - 5 - 3 - 1 - 2 - 4 => 16__Egan BERNALZHEIMER
3 - 5 - 1 - 1 - 2 - 4 => 16__Jasper HÉMOPHILIPSAIGNE
4 - 5 - 4 - 1 - 2 - 5 => 21__Ion IZAGIRRADIÉ
3 - 5 - 1 - 1 - 1 - 5 => 16__Nils POLIOMYÉLITT
3 - 5 - 5 - 1 - 4 - 5 => 23__Peter SAGANGRÈNE

Ils faisaient partie de la pré-sélection, mais finalement on ne les a pas pris :
Spoiler : :
Davide CIMOLA => un peu trop cramé
Alessandro COVID => un peu trop médiatique
Cees EMBOLIE => toujours en soins intensifs
Filippo GAGA => faisait doublon avec Egan Bernalzheimer
Tao GEOGHEGAN HARTHRITE => un peu trop rouillé
André GRIPPÉ => définitivement trop rouillé
Marco HALLERGIQUE => ne pouvait pas saquer DiceParser
Julian HEMOPHILIPPE => moins complet que Jasper Hémophilipsaigne
Primoz HYDROGLICÉPHALE => ses problèmes de casque n'étaient pas encore résolus
Valerio INCONTINENT => ambassadeur des gestes barrières, il aurait fait chambre à part et ça aurait nui au collectif
Fabio JAKOBSAIGNE => moins complet que Jasper Hémophilipsaigne, sans parler du fait qu'il risquait d'être freiné par la barrière psychologique
Yves LAMPUTÉ => une jambe au-dessus de tout le monde, c'était le plan parfait pour recevoir une lettre !
Jonathan LASTRAZENECA => il n'a pas su convaincre malgré ses qualités
Emīls LIEPILEPTIQUE => encore un qui n'aurait pas pu tenir en place et aurait couru après les 5 dés ! Non merci !
Thibaut LUMBAGO => son mental posait question
Dan MARTINGALE => un coup de poker trop risqué
Luke MIROWE => voulait venir avec son chien, mais il s'est trompé d'équipe !
Aurélien OPÉRÉ-PEINTRE => toujours convalescent
Ian STANNAH => on avait déjà consenti à prendre le petit-neveu du sponsor, donc ça suffisait !
Bryan STAPHYLOCOQUARD => lui aussi, c'était le plan parfait pour recevoir une lettre
Niki TERPSTRAPLÉGIQUE => pédalait un peu trop avec les oreilles
Daniel TÉTANOSS => idem, une terreur, risque de lettre, toussa...
Geraint TRAUMAS => la supercherie n'a pas duré longtemps : on a vite vu que c'était un bleu !
Diego ULISSYPHILIS => idem, lettre, toussa...



Richie dans ses bonnes oeuvres !


Gripp, 3e participation à la SDLC.

Après la RKO qui a défrayé la chronique avec l'Amadygate puis les toutous intenables de la RAGOUTOUTOU qui s'arrêtaient pisser à chaque borne kilométrique et qui ont bouffé 3 adversaires (le délicieux Charles Otto Freiz, le rembourré Jean-René Grasducul et le bourré Jean-Norman Duvel-Triple), il était temps d'affronter en face la dure réalité de la SDLC et de procéder à une sévère autocritique. C'est pourquoi sur cette édition, on a fait le choix d'aligner une équipe composée exclusivement de coureurs actuels et vermifugés, tous soudés par des broches et des valeurs humaines faites de partage et de dons de sang.

Niveau stratégicle, comme d'habitude, le plus dur a été de dénicher des sponsors sérieux et de faire sortir de l'hôpital des bras-cassés de top niveau libres de toute contracture.
Nous adressons donc toute notre reconnaissance à Eric Caritousse (ancien coureur de la R.K.O.) qui grâce à sa morgue et son assurance, sans parler de son clopinage avec certains pneumologues, nous a ouvert les portes des meilleures ambulances.

Ensuite, Gr s'est occupé des profils lactiques et des points de suture, tandis que ipp a assuré les annonces grâce à ses compétences unanimement reconnues par les professionnels de la profession (premier prix national du concours Alite "dites 59 !"). Par contre aucun des deux n'a voulu se frotter aux calculs rénaux, du coup l'epiuqé roulait souvent à l'aveugle et sans radio.

Au départ, toutes nos attentes étaient concentrées sur notre leader Richie qui ne passe pas un pont d'autoroute sans son hélico mais qui a le coeur sur la main et ne se fait jamais porter pale. En second rideau de douche, notre sprinteur Peter avec sa demi-jambe plus courte que l'autre avait la ferme ambition de se mesurer aux meilleurs fers à repasser du notolep. Egan était notre tête pensante et notre ruoteur attitré, Ion notre éclaireur équipé d'une dynamo de 3 watts toujours à la limite de la perfusion, Jasper notre porteur d'espoirs, de gaze et de bidons de mercurochrome, et Nils était simplement le petit neveu du patron de Stannah. Le fait qu'il soit également de groupe O a fini de tousse nous convaincre.

Durant la course, parfois Gr et ipp n'ont pas été d'accord à sang pour sang sur certaines actions, notamment sur l'ablation du coeur de Richie avant l'entame d'un secteur montagne pour le délester un peu, ou bien sur la question relative à Simone sur la dernière epaté (fallait-il l'attendre ou pas ?) et je crois que cette fébrilité s'est ressentie à 2 ou 3 reprises de sang. Cela dit, l'un dans l'os, je crois qu'on s'est pas mal débrouillés : malgré cette soupe au lait de DiceParser qui a tout fait pour nous mettre des boutons dans les roues, les gagars n'ont jamais hésité à montrer le caillot et notre philosophie de l'offensive croûte que croûte a émerveillé tous nos fans sur le bord des routes. Le sacrifice final de Richie au profit de Peter a notamment provoqué une ola de béquilles et de cannes blanches, et ceux qui n'en avaient pas encore applaudissaient avec leurs moignons dans une ambiance digne du Tour de la Pharmacie Centrale !

Bravo aux vainqueurs, merci à Blouss pour l'orga, et à la prochaine !


:hello:




DiceParser, pris en flagrant délit de barrage contre notre leader Richie !
#3343597
Chez les Tapis, tout est le fruit d'une profonde réflexion sagement menée à bout. Le débauchage de Wallace ? Un écran de fumée. Une victoire au classement général supplémentaire, qu'est-ce que cela nous aurait apporté de plus ? Soyons francs, pas grand chose. Alors on a joué. On a fait attaquer Tonton comme un décérébré, comme si c'était la fête du slip. Le sprint de Kika, les dés foireux, les échappées suicidaires ? Une stratégie pointue afin de pousser notre pion, sagement.

Notre pion ? Oui, Jimjule. Depuis le départ, il était notre carte maîtresse. Feindre le chaos, l'équipe de guignols qui fonce tête baissée dans le premier piège venu, comme Gradouble dans un tonneau de bière, n'avait pour but que de placer ce supposé naze de Jimjule au sprint final de la dernière étape qui, seule, allait rétablir la réputation d'excellence des Tapis. Nous n'avons jamais visé que cet instant fatidique, ce pur instant de frisson cristallin où le crapaud se transforme en prince charmant.

Jimjule était le prince, les Tonton Tapis le charme. Et la magie a opéré, comme convenu. :jap:
#3343602
@Tonton : Je suis à deux doigts de chialer, c'est beau :love: T'as vendu les droits télé à TF1 ou M6 pour qu'ils nous diffusent ça mi-octobre au milieu des téléfilms de Noël de l'après-midi ? :niark:
#3343606
Les droits d'adaptation viennent d'être vendus à Netflix pour un biopic grandiloquent qui, n'en doutons point, viendra secouer chacun d'entre vous jusqu'à des larmes d'allégresse. Bientôt sur vos écrans : DiceParser vs les Tonton Tapis, une production Marvel. :jap:
#3343625
Comme souvent, je suis parti sur une compo hybride avec en son sein un chasseur d'étapes avec une bonne viva et même un sprinteur essentiellement dans le but de tester. J'aime les bouquets je suis comme ça on se refait pas!
Néanmoins, notre leader non déguisé pour le CG était Christopher Royer, seul 24 de l'équipe. Malheureusement, le parcours tiré était le moins favorable à ses qualités.

J'ai façonné mes équipiers de manière assez standard avec une carac forte, une moyenne et une faible. La spécialisation m'a paru assez évidente pour les nazes.

Image


Sur l'E1 je ne mets pas d'échappée et choisis de prendre part à la poursuite sans laisser trop de force.
Et premier coup de théâtre sur le second secteur étoilé, une erreur de ma part, je laisse Royer en faible alors que tout le monde fait du modéré ou de l'intense. Le comble: sur un secteur M où il a 6. Il prend une cassure et c'est la cata: rideau pour mon leader... Heureusement, mon leader bis a roulé en intensif (j'avais un peu mixé mes bonhommes quand même) et a pu prendre le bon wagon. A compter du S6 de l'E1, je prends donc la décision de désigner Brad Owney comme leader tout naturellement. Problème: c'est un 22 et je sais que je pourrais le payer un jour ou l'autre. Avantage par contre, personne ne le sait et je peux cacher aisément cette faiblesse.
Brad fait évidemment le sprint et loupe la victoire d'étape et le maillot jaune d'un boyau. Je suis bien sûr très déçu car cela aurait compensé le fail Royer. La viva de Brad est alors révélée au grand jour à ce moment-là, ce qui n'a pas étonné grand monde à mon avis.

L'E2 démarre alors et après un début d'étape mouvementé où l'on a ramené les Farniente à la raison :elephant: , un coup de force est lancé incluant Owney avec notamment Coppi, Christophe, Thor/Haas ou encore Wallace.
Vient ce fameux S6 terrible dramaturgie... Je suis obligé de révéler un premier 3 suite à mon intensif à mes partenaires d'échappée en leur disant faudra pas que ça casse à 4...
Premier dé 5 3 cassures aie... 2, 6 et le dernier dé... 4. Catastrophe pour Brad et aussi pour le groupe qui voit Royer dans leurs pattes et qui ne collabore plus. La victoire aurait été laissée à Wallace en échange d'un relais intensif 6 sur le dernier secteur mais je me désunis de cette alliance puisqu'on a pris l'option de ne pas attendre Brad Owney.
Je choisis donc naturellement de redescendre Ickhx et de collaborer avec le peloton afin de favoriser un regroupement général. Si d'aventure le groupe de devant tenait bon, Royer aurait disputé le sprint à Wallace (j'ai été voir Tonton en privé, il l'a très bien compris). Bon regroupement et Matros joue sa carte (et pas Owney suite à un deal musclé disons) et c'est une nouvelle 2e place et une nouvelle fois très serré contre le même adversaire. Dommage encore.
Owney est encore placé au CG l'essentiel est là.

L'E3 je choisis de lancer les hostilités dès le S1 avec une attaque collective. J'ai dans l'idée que d'autres leaders vont tenter et en effet il y a des piégés à l'arrière dont le maillot jaune et Grospik notamment.
Brad a démarré l'étape avec 155 et comme je voyais les autres avec bien plus (coucou les Farniente), j'avais opté pour cette attaque prématurée et misé sur un tassement ensuite afin d'économiser au max Brad. Ce qui s'est produit puisque durant 3 secteurs, ce fut une bataille entre les 2 groupes avec du travail d'équipier uniquement. Donc 20 points en 3 secteurs le contrat était rempli pour moi.
Je passe évidemment le S4 en intensif ça c'était obligatoire avec mon 3P et les dés me sourient.
J'attaque au début du S5 (ce qui après coup était peut-être une erreur car j'aurais pu ainsi garder une attaque pour S6) puis passe le secteur vallons modéré, largement suffisant vu que je constate que mes principaux rivaux font de même. Inutile donc de faire une force 15.
Brad à l'entrée du S6 est ainsi idéalement situé à 30 sec du seul Haas dans un petit groupe.
Mais malheureusement il ne reste que ... 30 au malheureux. Il ne peut donc pas produire une 3e attaque. Voyant Gripp unir ses forces autour de Sagangrène, je choisis de rester avec lui ce qui était la moins pire des solutions pour moi. Par chance Tosach et Baygon adoptent la même stratégie (d'autres ont été envisagé, notamment redescendre à 1'28 dans le groupe Amady: voilà pourquoi je t'avais contacté Amady) et le groupe limite bien la casse (27 contre 23) et grâce à des bons dés, échoue à 7 petites secondes du G1.
S'ensuit le dénouement que vous savez tous, Brad parvient bien malgré lui à sauver son podium grâce au résultat du sprint.

Une fin heureuse et un bilan honnête pour moi même si on espère toujours un peu mieux.
Avatar de l’utilisateur
Par Wald
#3343628
Debrief simple, la Bianchi a fait de la Bianchi. Les résultats sont dans la norme de ce que fait la Bianchi en général.

On a voulu mettre en avant Blouss mais il n’à pas été à la hauteur. Wald a été excellent vu les moyens qu’on lui a donné en signant un top3. Bon le pigeon aura une interprétation différente mais qui croit en un pigeon pour diriger une équipe. :elephant:

Deux conclusions importantes:
- Coppi a fait du Coppi donc il est en ligne avec la strategie de la Bianchi.
- Blouss, je te :love: et un grand merci pour l’organisation :smile: et surtout un grand plaisir de jouer avec toi :love:
#3343676
On est parti sur cette course avec 2 leaders, en donnant toutefois la priorité à notre leader historique Coppi.

nom Profil Plaine Vallon Montagne Vivacité Endurance Récupération total
Fausto Coppi Grimpeur 4 5 6 1 4 4 24
blouss Prim Puncheur 3 5 5 2 4 5 24
Wald Gimondi Rouleur 5 3 1 3 5 3 20
Knut Knudsen Rouleur 5 3 1 1 3 3 16
Giuseppe Sartore Rouleur 4 4 1 1 3 3 16
Jan Ullrich Grimpeur 2 3 4 1 3 3 16

La course débute par un tirage de merde avec le 3ème parcours. La 1ère étape se passe plutôt bien. C'est une course par élimination et nos deux leaders sont devant. On choisit toutefois de faire travailler blouss pour Coppi en fin d'étape. blouss finit cette étape 3ème, mais en ne reportant que 5 points d'énergie pour la suivante. La 2ème étape commence par une tentative avortée avec l'attaque manquée de Coppi, qui aurait été accompagné de 3 coéquipiers. Le manque d'énergie de blouss et cette attaque manquée (qui coutera 40 points au final) vont nous faire subir la course sur toute cette étape. Mais la course par élimination semble continuer et on est toujours devant. Mais ça continue à s'attaquer devant et on est limité en énergie. On choisit finalement de continuer à suivre les attaques à l'avant avec Coppi et de relever blouss. On a finalement un regroupement général et on prend la 3ème place de l'étape avec Wald. blouss est toujours bien placé au général en ayant pris des bonifs et aura pas mal d'énergie avec son 5 en récup pour la 3ème étape. Il devient clairement la meilleure carte de l'équipe, mais il a 3 en plaine.
La 3ème étape débute comme la 2ème avec une attaque ratée d'un de nos leaders sur le 1er secteur et cette fois c'est blouss. Mais blouss est accompagné de 4 coéquipiers, dont le valeureux Wald. Mais il s'avèrera que ce dernier sera bien trop naze pour le ramener à l'avant. Dès lors, on fait le taf devant avec Coppi en choisissant de marquer les Magic Farniente, qui semblent collectivement les plus forts. Au final, une 5ème place sur l'étape et une 4éme au général. On peut être satisfait sans connaître non plus l'ivresse de la victoire.

On avait choisi de donner à nos coéquipiers des profils plutôt réalistes. Pas de 6 1 6 chez nous, mais finalement on n'a jamais pu vraiment les utiliser efficacement. :spamafote:
Les qualités de nos 2 leaders étaient assez bien réparties. Mais notre point faible était la plaine et ce parcours n'était pas vraiment fait pour nous.
#3343929
Composition de l’équipe :
Endurance / Récup / Montagne / Plaine / Vallon / Vivacité / Total
Eugène Christophe (leader) 3 / 6 / 6 / 4 / 4 / 1 / 24
Baygon 4 / 4 / 5 / 3 / 5 / 3 / 24
Mattia Cattaneo 1 / 3 / 6 / 1 / 4 / 1 / 16
Mirko Celestino 1 / 2 / 1 / 5 / 6 / 1 / 16
Tosach 1 / 2 / 1 / 6 / 5 / 1 / 16
Louis Trousselier 2 / 4 / 5 / 3 / 5 / 1 / 20

Nous avons misé sur un leader unique Gégène, grimpeur, sur lequel nous avons nettement privilégié la récupération à l’endurance. L’idée était de laisser les autres se fatiguer sur l’étape 1 (Il devait simplement suivre) et miser sur cette récupération sur la 2ème étape et encore plus sur la 3ème.
Baygon de son côté était plutôt l’électron libre. Il ne joue pas spécialement le général. Il tente des coups ou suit si nécessaire pour essayer de jouer les étapes avec sa vivacité 3. Là on a misé sur un équilibre entre endurance et récupération, histoire qu’il soit opérationnel dès la 1ère étape.
Pour les encadrer 3 équipiers à 16 points. Tous les 3 ont 1 en endu et 2 en récup (ou 3 pour Mattia). Ba là pour eux c’est simple, si on oublie les reports (qui ne sont pas nécessaire en fait) et bien ils ont 90 points par étape. A partir de là, on module comme on veut selon les besoins. Mattia était le grimpeur qui pouvait passer son précieux relais sur un secteur montagneux non étoilé. Mirko et Tosach eux ce sont les « gros culs » qui ne passent pas un col mais précieux ailleurs : 5P 6V pour l’un 6P 5V pour l’autre.
Et enfin, Trousselier un équipier un peu plus complet et avec un peu plus d’énergie (130 par étape). On le voyait bien accompagner Baygon dans les différents coups.

Le Choix du parcours :
On tombe sur le parcours 3. Comme d’autres, c’est le pire pour nous… Entre une première étape où on est en manque d’énergie pour notre leader et la 3ème où il n’y a pas un secteur montagneux. On prend avant le départ la décision radicale de tout miser sur l’étape 2. En clair, tous les équipiers doivent obtenir le report maximal pour être au top sur l’étape suivante. Ainsi, les 3 équipiers les plus faibles ne devaient rien faire (juste le sprint inter à la limite :elephant: ) sauf situation d’urgence. Troutrou avait lui droit à un relai intensif. Bien sûr Gégène et Baygon restent sur leurs stratégies respectives.

A noter également qu’en plus d’Eugène et Mattia, logiquement nommés grimpeurs, Baygon et Troutrou se voit également qualifié de grimpeurs là où ils auraient pu être puncheur. Ca nous affiche d’entrée comme équipe de grimpeurs. Pas forcément top…

Etape 1 :
Dès le départ (secteur 2), Troutrou chute et perd 25 points. Il n’a plus que 25 points de rab. Ce n’est plus forcément utile mais on ne sait jamais. Finalement on ne l’utilisera pas. De même les 3 équipiers gardent leur report de 80 points. Du côté d’Eugène rien à signaler, il a fait la course souhaitée. Il termine dans le premier groupe avec, comme on pouvait s’y attendre, un report moyen (45 points). Mais on n’a pas plus consommé d’énergie que les autres leaders. Notre déficit du report sera compensé sur les prochaines étapes par la récup.
Baygon, quant à lui, a pris l’échappée du début de course, mais a été débordé par le groupe des favoris dans un secteur étoilé (S4 il me semble) en même temps que les tonton tapis.
Ce n’est pas cette fois-ci qu’il jouera l’étape. Mais concernant le CG tant pis, on ne faisait pas une fixette dessus.

Etape 2 :
Comme déjà dit, c’était clairement l’étape où on pouvait et voulait faire des différences. On avait pour idée d’attaquer très tôt avec toute l’équipe. Le problème c’était le secteur 1, un secteur plat, et la plaine ce n’est pas notre fort… D’autre part on avait identifié l’équipe farniente, qui comme nous s’était fortement économisée sur la première étape, comme client pour sortir d’entrée. On les savait fort en plaine (mais pas à ce point…). C’est ainsi qu’on a décidé de s’allier à d’autres équipes pour ne pas attaquer au S1 et de rouler ensuite.
Dans notre idée, on se voyait revenir à la fin du S1 et on contrait au S2.
Ce ne fut pas le cas. On a dû prendre une décision cruciale pour la suite. Attaquer à notre tour, avec l’espoir qu’on nous attende mais au risque de se retrouver en chasse patate un peu seuls, ou bien accepter de continuer à travailler dans le peloton. On a longtemps hésité pour final opter pour la 2ème solution.
Par la suite on revient et on distance les farniente par l’intermédiaire d’une bonne cassure.
A partir de là, dans notre esprit il est clair que l’on doit attaquer et même plusieurs fois. On doit faire sauter les « faibles ». Malheureusement le timing n’était pas le bon. On aurait sans doute du continuer à collaborer au S4 (pour mettre les largués loin) et lancer les hostilités seulement au S5.
S’en suit des cassures au mauvais endroit avec un brad (9 avec son intense) qui lâche. Dommage, parce que sinon tous les autres leaders s’étaient entendus pour se situer à 10 ou 12 et s’attendre après ce secteur. On avait en plus 2 locomotives pour nous tracter si possible : Gégène à 18 et Haas à 15
Derrière S7, on a beau calculer dans tous les sens, on ne voit que 2 solutions : soit attendre le groupe Trofimov, soit rouler ensemble dans le groupe de tête. Aucune des solutions ne semble avoir de grandes chances de fonctionner. Dans notre équipe on est partagé, Baygon était plus sur l’idée d’attendre Trofimov, moi sur l’autre solution. Vu que la majorité de nos compagnons d’échappée était sur la 1ère solution, on se ralliait à celle-ci. Mais il fallait que tout le monde suive, ce qui n’a pas été le cas.
Et puis il y a eu cette proposition des farniente qui voulaient faire une sorte de chantage aux équipes de sprinteur (Levrai, CPT, Bianchi). Il nous demandait de nous isoler d’eux et de tenter leur coup de poker.
On n’a jamais bien cru à ce truc, mais vu que dans notre groupe aucun accord n’a été trouvé, finalement cette solution était sans doute celle qui avait le plus de chance de réussir (même si c’est de l’ordre de 0 ,5% :elephant: )
Bref regroupement général. On ne fait pas le sprint avec Baygon pour qu’il garde 35 points de report.
Gégène a ses 40, tout comme Mirko et Tosach, nos 2 meilleurs équipiers pour la dernière étape. Enfin Troutrou qui a été largué dès la 1ère attaque, n’a rien foutu de l’étape. On le désigne pour faire le sprint. Il termine 13ème… Grande réussite pour cette étape qui devait être notre meilleure chance :rieur:

Etape 3 :
Plus trop de stratégie au départ si ce n’est de s’aligner plus ou moins sur les farniente. Au vu de leurs notes de plaine (et on les imaginait encore blindé d’énergie…) ils semblaient avoir les clés de l’étape.
D’entrée, on s’engage sur l’attaque massive qui finalement ira au bout. Une offensive où l’on perd malheureusement Mirko notre puncheur. Par contre Mattia, 1 en plaine, qui avait 30% de chance de passer en comptant les boosts, réussit son attaque… :euh:
Sur les 3 secteurs, on n’est pas des plus efficaces. Hors de question de rouler avec Gégène ou Baygon. On sacrifie Troutrou et Mattia, mais ce ne sont pas des gros relais… La question était pour Tosach que finalement on préservera malgré la pression de CPT. Il sera finalement bien heureux en fin de course de l’avoir avec lui pour lui offrir son podium :rieur:
Au premier secteur étoilé, on décide une nouvelle fois de préserver Tosach pour qu’il puisse suivre notre future attaque, passer le 2ème étoilé et rouler derrière… Le dé nous est favorable
Derrière on tente l’attaque s5. On pensait être un peu plus suivi. On avait toujours l’idée que les farniente avait de l’énergie et pourrait tenter la double attaque s5 et s6.
Arrive les allures de ce s5 et là on comprend qu’il faudra attaquer de nouveau au s6 pour gégène. On tente le modéré (8 points) pour qu’en plus de l’attaque ils puissent sprinter. Au point où on en était on n’avait plus grand-chose à perdre. Mauvaise cassure et Gégène est dans la pampa :sweat:
On mise désormais tous sur Baygon pour l’étape. Bien sûr, notre meilleure chance c’est de voir l’attaque derrière nous ne faire que 1… Au passage Baygon pouvait attaquer mais il lui restait 0 point derrière… Tosach aussi mais il avait juste 15
On est donc doublé par les autres leaders. On collabore avec les autres largués. Si le groupe rentre sans le relais de Baygon on a de grandes chances de gagner. Mais malheureusement on n’a aucune chance de rentrer ainsi. On met donc Baygon en modéré et la suite on la connait…

Bilan :
Ba niveau résultat : rien :sweat:
Mais, on s’est bien amusé et on le doit encore une fois à Blouss. Merci à lui :jap:
Et bien sûr, félicitations à tous :wink:
#3346755
Bravo pour vos debriefs :super:
Je vais faire bien plus court et me contenter de communiquer les notes de mon équipes s'il y avait encore des doutes pour certains. Dans l'ordre, on trouve Plaine/Vallon/Montagne/Vivacité/Endurance/Récupération :
- Dufaux : 3/4/6/3/4/4 (24 points)
- Virenque : 2/4/5/1/5/5 (22 points)
- Brochard : 4/4/3/1/4/4 (20 points)
- Rous : 5/3/3/2/3/2 (18 points)
- Laukka : 1/3/5/3/3/1 (16 points)
- Wust : 4/2/1/6/2/1 (16 points)

J'avais misé sur une équipe de grimpeurs, on ne peut pas dire que le parcours me satisfaisait :genance:
Heureusement que le choix de la vivacité s'est avérant payant !
Cyclisme et télévision 2021

Arte repasse sa série "les grands […]

Euh Umba, pas Lopez. :genance: Abner San[…]

NBA saison 2016/ 2017

l'avalanche de 3 points (depuis le logo certain […]

Vu d'Ille-et-Vilaine : "4h pour faire 57km […]

Toute l'actualité cycliste sur notre site   Accéder au site