Le forum pour discuter du cyclisme et du cyclisme uniquement, entre passionnés . Actualité, transferts, débats, analyses et courses de vélo en direct. Toute les infos sur le forum des fans de la petite reine.

Modérateur : Modos VCN

  • Page 8 sur 13
  • 1
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 10
  • 13
#3339337
AnatoleNovak a écrit :
08 juin 2021, 19:12

C'était mon calcul aussi.

Si on fait le calcul avec les vitesses ascensionnelles ça nous donne (en utilisant les chiffres de climbing-records):
17 km à 7,4% = 1258 m de dénivelé en 45'14'' = 2714 s pour Padun
L'ascension d'Indurain faisait 17,8 km à 7,3% = 1299 m de dénivelé. Il faudrait donc 1299*2714/1258 = 2802 s à Padun pour les grimper, soit 46'42''.
Résultat: 52'' de retard sur Indurain et 1'17'' d'avance sur le reste du monde (et 5'18'' sur le record détenu par Fignon depuis 1984 jusqu'à l'ascension d'Indurain).
.
Il faudrait calculer le gain avec l'évolution du matériel. Je pense que cela doit se chiffrer à au moins une minute si ce n'est +.

C'est comme quand Coppi réalise 45'22" sur l'Alpe d'Huez en 1952, c'était un chrono stratosphérique!

Un vélo de plus de 12 kg, des pneus au mauvais rendement, une route au rendement pourrie, une chambre à air de rechange sur le dos, une préparation physique préhistorique, un dopage du pauvre, etc...

Je pense que Coppi ce jour là avec les conditions actuelles aurait été sous les 40 minutes.

Image
#3339694
Qu'est ce qu'elle est belle cette photo...

Je ne voudrais pas faire du "c'était mieux avant" (ou du sous-Tuco), mais bordel :love: :love:

L'allure des deux, le masque de souffrance, le Bianchi en grand plateau de 53,
et ce style sur un vélo...
#3339714
albo a écrit :
10 juin 2021, 09:18
Qu'est ce qu'elle est belle cette photo...

Je ne voudrais pas faire du "c'était mieux avant" (ou du sous-Tuco), mais bordel :love: :love:

L'allure des deux, le masque de souffrance, le Bianchi en grand plateau de 53,
et ce style sur un vélo...
.
Ne pas avoir honte de dire que c'était mieux avant.

Aujourd'hui le cyclisme comme tous les sports c'est devenu quoi?

1 - Du business.

2 - Des sports robotisés avec des préparations au millimètre! Où est le plaisir quand tu dois vivre comme un robot 24h sur 24?

3 - Les casques dans les arrivées au sommet, une horreur! Ils se ressemblent tous.

4 - Les lunettes, là aussi pour le business et les sponsors, ils les gardent même quand le temps est pluvieux! (On l'a vu avec Van Der Poel lors de la seconde étape du tour de Suisse, ils ont tous leurs lunettes pour un sprint sous la pluie!!!)

Bien sur que c'était mieux avant, il y avait un côté naturel dans le cyclisme et dans le sport en général, aujourd'hui, tout est devenu artificiel.

Ah je me rappelle quand mon père me racontait les Tour de France des années 50, que d'anecdotes.

La plus inoubliable est celle de Abdel-Kader Zaaf sur le TDF 1950, il était connu pour être souvent la lanterne rouge et cette année là lors de la 13ème étape il s'était échappé et avait pris 16 minutes d'avance sur le peloton en compagnie d'un de ses coéquipiers.

Complètement à bout à cause de la chaleur et des amphétamines, il s'est écroulé contre un arbre. Des vignerons qui étaient dans le coin et qui n'avaient pas d'eau l'ont alors aspergé de vin et n'étant plus lucide, il est reparti en sens inverse ! :rieur:

La légende dira qu'il avait bu du vin mais en fait non, comme ils l'avaient aspergé de vin, il puait la vinasse!

Ce genre d'anecdote ne serait plus possible aujourd'hui! Aujourd'hui, c'est le cyclisme où quand il pleut un petit peu trop sur une chaussée glissante, t'as un gars qui se met en tête dans une descente et qui demande qu'on neutralise. :paf-mur:
#3339741
Arrête de fantasmer mc enroe, si a l'époque de Coppi les verres étaient aussi efficaces il en aurait mis...

Je vois avec mes lunettes perso, pas besoin de les enlever quand il pleut ou qu'il fait gris. Même au contraire, la goutte d'eau dans l'oeil c'est hyper désagréable et peu gêné dans une descente.
#3339745
Moi, j'ai pas honte de le dire, je pense que le cyclisme de l'époque, il ne m'aurait pas trop plus. Enfin, je n'aurais pas apprécié le voir à la télé. C'est un cyclisme qui est fait pour être raconté, pas pour être vu.
#3339759
El_Pistolero_07 a écrit :
10 juin 2021, 11:51
Pareil Teteoo, les envolées de Coppi qui gagnait le tour avec une demi heure d'avance, pas sur que ce soit si plaisant à voir...
Tandis que les mecs qui montent les cols à 30 km/h, et donc recherchent l'aspiration même dans du 10% et plus, et donc restent planqués derrière des équipiers plus de 95% du temps comme les pires des sprinteurs, et donc constituent des équipes en achetant les gars les plus forts pour les réduire à faire le train, ça c'est vachement plaisant. :euh:

Perso, je suis pour qu'on impose un poids minimal des vélos à 12 ou 15 kg. Ça aurait le double avantage d'éviter le lamentable concours de squelettes anorexiques de jockeys rescapés d'Auschwitz, et, en baissant la vitesse en montée, de rendre les trains à peu près inopérants. Et on réduit les délais, donc l'équipier qui bourre comme un âne en tête de train avant de perdre 25 minutes, il ne le fera pas deux fois : soit il le fait et il ne resservira plus du tour, soit s'il veut resservir les jours suivants, il bourrera moins longtemps ou moins fort ; parce que c'est vraiment devenu ridicule, ce système.
#3339771
albo a écrit :
10 juin 2021, 09:18
Qu'est ce qu'elle est belle cette photo...

Je ne voudrais pas faire du "c'était mieux avant" (ou du sous-Tuco), mais bordel :love: :love:

L'allure des deux, le masque de souffrance, le Bianchi en grand plateau de 53,
et ce style sur un vélo...
Le style sur le vélo ? Tu veux dire le vélo tout court, tu mets Pantani, Coppi ou Gaul sur un vélo d'aujourd'hui, ils auraient de grande chance d'avoir l'air moche.
Les vélos avant était plus large, les guidons plus éloignés du coureur ( avec les "cocottes" encore plus éloignés) ce qui donnait un sacré style et y compris lorsque les vélos ont commencé à être super léger dans les années 90 et 2000.

Lorsque tu voyais Ulrich ou Indurain sur leur vélo, malgré leur grand gabarit, on avait l'impression que le vélo était aussi imposant qu'eux mais aujourd'hui, les vélos ont trop l'air trop fins, les guidons trop rapproché et trop court.
Et je ne parle pas des maillots... à ce niveau on peut pas dire qu'ils collent à la peau... il faudra inventer un nouveau terme.
#3341002
Teteoo a écrit :
10 juin 2021, 11:33
Moi, j'ai pas honte de le dire, je pense que le cyclisme de l'époque, il ne m'aurait pas trop plus. Enfin, je n'aurais pas apprécié le voir à la télé. C'est un cyclisme qui est fait pour être raconté, pas pour être vu.
peut être mais cela reste une pure spéculation
moi je crois que ça m'aurait plu

mais bref, il y a un pendant dans cette histoire. Car toute est affaire de comparaison : est-ce que le cyclisme actuel est fait pour être raconté ? je ne crois pas. Est-il fait pour être vu ? Euh c'est pas l'éclate.
On en arrive à un point où les étapes de montagne se terminent comme les étapes de plaine (trains d'équipiers, différents étages de fusée, tout le monde dans la roue, les équipiers dégagent 1 par 1, puis le leader produit son accélération => dans les 200 derniers m en plaine, dans les 500 derniers m en montagne :green: :sylvain84: :rip: )
#3341033
trevorphilips a écrit :
13 juin 2021, 02:51
Teteoo a écrit :
10 juin 2021, 11:33
Moi, j'ai pas honte de le dire, je pense que le cyclisme de l'époque, il ne m'aurait pas trop plus. Enfin, je n'aurais pas apprécié le voir à la télé. C'est un cyclisme qui est fait pour être raconté, pas pour être vu.
peut être mais cela reste une pure spéculation
moi je crois que ça m'aurait plu

mais bref, il y a un pendant dans cette histoire. Car toute est affaire de comparaison : est-ce que le cyclisme actuel est fait pour être raconté ? je ne crois pas. Est-il fait pour être vu ? Euh c'est pas l'éclate.
On en arrive à un point où les étapes de montagne se terminent comme les étapes de plaine (trains d'équipiers, différents étages de fusée, tout le monde dans la roue, les équipiers dégagent 1 par 1, puis le leader produit son accélération => dans les 200 derniers m en plaine, dans les 500 derniers m en montagne :green: :sylvain84: :rip: )
Bien sur que si cce cyclisme est fait pour être raconté.
Faut pas trop romancer les temps anciens ou on ne se souvient que des événements marquant. Mais qui se souvient de la 8eme étape du Tour 1959 ?
Le duel Pogacar / Roglic, niveau dramaturgie, c'est au niveau de Lemond / Fignon (un peu plus d'écart, mais ça paraissait tellement surréaliste). L'étape de Montalcino sur ce Giro, les dernières éditions des Strade et pour remonter un tout petit peu en arrière, Froome au Giro 2018, ça reste légendaire.
Le problème, c'est que lorsqu'on assiste en direct à un fait marquant, t'as cette épée de Damoclès de dopage qui plane au dessus de nos têtes, mais faut pas croire que dans les années 60 et 70, c'était amusant sur toutes les étapes.
#3341036
albo a écrit :
10 juin 2021, 09:18
Qu'est ce qu'elle est belle cette photo...

Je ne voudrais pas faire du "c'était mieux avant" (ou du sous-Tuco), mais bordel :love: :love:

L'allure des deux, le masque de souffrance, le Bianchi en grand plateau de 53,
et ce style sur un vélo...


Très dubitatif sur les "sandales" du photographe à l'arrière de la moto quand même;
le "c'était mieux avant" en prend un sacré coup :elephant:
#3341060
Calisto631 a écrit :
13 juin 2021, 10:42
trevorphilips a écrit :
13 juin 2021, 02:51

peut être mais cela reste une pure spéculation
moi je crois que ça m'aurait plu

mais bref, il y a un pendant dans cette histoire. Car toute est affaire de comparaison : est-ce que le cyclisme actuel est fait pour être raconté ? je ne crois pas. Est-il fait pour être vu ? Euh c'est pas l'éclate.
On en arrive à un point où les étapes de montagne se terminent comme les étapes de plaine (trains d'équipiers, différents étages de fusée, tout le monde dans la roue, les équipiers dégagent 1 par 1, puis le leader produit son accélération => dans les 200 derniers m en plaine, dans les 500 derniers m en montagne :green: :sylvain84: :rip: )
Bien sur que si cce cyclisme est fait pour être raconté.
Faut pas trop romancer les temps anciens ou on ne se souvient que des événements marquant. Mais qui se souvient de la 8eme étape du Tour 1959 ?
Le duel Pogacar / Roglic, niveau dramaturgie, c'est au niveau de Lemond / Fignon (un peu plus d'écart, mais ça paraissait tellement surréaliste). L'étape de Montalcino sur ce Giro, les dernières éditions des Strade et pour remonter un tout petit peu en arrière, Froome au Giro 2018, ça reste légendaire.
Le problème, c'est que lorsqu'on assiste en direct à un fait marquant, t'as cette épée de Damoclès de dopage qui plane au dessus de nos têtes, mais faut pas croire que dans les années 60 et 70, c'était amusant sur toutes les étapes.
ben pour le cyclisme très ancien j'ai rien affirmé avec certitude, j'ai juste l'impression que ça m'aurait plu donc je fantasme rien

en revanche je parle surtout du cyclisme moderne (plus précisément l'ultra récent, à savoir les 5 dernières années, voire les 10 dernières, ce qui correspond bien avec l'arrivée de la sky et de leur train ennuyant)

le duel roglic/pogacar était bien ? euh ah bon ? Chacun ses goûts on va dire. Ce n'était pas vraiment un duel avant les alpes puisque pogacar n'était pas vraiment vu comme hyper dangereux jusque là.
Si je résume le duel pogacar-roglic c'est un duel de sprints (une étape des Pyrénées que pogacar remporte mais où il perd le sprint intermédiaire du sommet juste avant ; + l'arrivée au grand colombier) + le CLM final. Moi je retiens que le CLM final (enfin surtout la parte PDBF). Mais je n'ai rien contre les CLM, là dessus ça n'a pas changé avec les époques (à part la distance) il y a toujours des écarts

Après ma critique, pour préciser, concerne les GT (et en particulier le tdf), c'est là que c'est cadenassé. Les classiques et autres courses d'un jour j'aime bien et je trouve que c'est pas mal ces dernières années.

maintenant, si vous n'êtes pas convaincu, argument imparable l'intérêt sportif vient notamment de l'incertitude. Vu que su les GT c'est ultra stéréotypé (train éternel jusqu'à très proche de l'arrivée), ben c'est ultra chiant.
#3341070
trevorphilips a écrit :
13 juin 2021, 13:10
Calisto631 a écrit :
13 juin 2021, 10:42


Bien sur que si cce cyclisme est fait pour être raconté.
Faut pas trop romancer les temps anciens ou on ne se souvient que des événements marquant. Mais qui se souvient de la 8eme étape du Tour 1959 ?
Le duel Pogacar / Roglic, niveau dramaturgie, c'est au niveau de Lemond / Fignon (un peu plus d'écart, mais ça paraissait tellement surréaliste). L'étape de Montalcino sur ce Giro, les dernières éditions des Strade et pour remonter un tout petit peu en arrière, Froome au Giro 2018, ça reste légendaire.
Le problème, c'est que lorsqu'on assiste en direct à un fait marquant, t'as cette épée de Damoclès de dopage qui plane au dessus de nos têtes, mais faut pas croire que dans les années 60 et 70, c'était amusant sur toutes les étapes.
ben pour le cyclisme très ancien j'ai rien affirmé avec certitude, j'ai juste l'impression que ça m'aurait plu donc je fantasme rien

en revanche je parle surtout du cyclisme moderne (plus précisément l'ultra récent, à savoir les 5 dernières années, voire les 10 dernières, ce qui correspond bien avec l'arrivée de la sky et de leur train ennuyant)

le duel roglic/pogacar était bien ? euh ah bon ? Chacun ses goûts on va dire. Ce n'était pas vraiment un duel avant les alpes puisque pogacar n'était pas vraiment vu comme hyper dangereux jusque là.
Si je résume le duel pogacar-roglic c'est un duel de sprints (une étape des Pyrénées que pogacar remporte mais où il perd le sprint intermédiaire du sommet juste avant ; + l'arrivée au grand colombier) + le CLM final. Moi je retiens que le CLM final (enfin surtout la parte PDBF). Mais je n'ai rien contre les CLM, là dessus ça n'a pas changé avec les époques (à part la distance) il y a toujours des écarts

Après ma critique, pour préciser, concerne les GT (et en particulier le tdf), c'est là que c'est cadenassé. Les classiques et autres courses d'un jour j'aime bien et je trouve que c'est pas mal ces dernières années.

maintenant, si vous n'êtes pas convaincu, argument imparable l'intérêt sportif vient notamment de l'incertitude. Vu que su les GT c'est ultra stéréotypé (train éternel jusqu'à très proche de l'arrivée), ben c'est ultra chiant.
Je trouve ça intéressant justement que le duel Roglic/Pogacar soit cité. Dans un Tour globalement décevant, qui s'est souvent résumé à un sprint dans les 500 derniers mètres, où les étapes difficiles de la première semaine ont été complétement escamotées. On s'est bien ennuyé sur le Tour, et même au matin du dernier CLM, il y avait pas grand monde pour estimer qu'il y avait encore du suspense. Et après seulement un an, on en parle déjà comme un grand moment. Et c'est vrai que ce retournement était un peu fou, et il rentrera sans doute dans la légende s'il est le point de départ d'une grande domination de Pogacar.
Tout ça pour dire qu'après 40-50 ans, seul les souvenirs des hauts faits d'armes survivent au passage du temps et donnent sans doute une version biaisée du réel spectacle de l'époque.
  • 1
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 10
  • 13
Dopage 2021

sauf que non attribué se contentait de r&ea[…]

BB Hotels 2021

Gaumeboss, Noé, Tchang et Charlix : merci […]

Astana-Premier Tech 2021

Puis l’info de la fin de journée c&rs[…]

TotalEnergies 2021

Ça a été un très g[…]

Toute l'actualité cycliste sur notre site   Accéder au site