Un forum entièrement consacré au cyclisme amateur (Coupe de France, épreuves élites, régionales), ainsi qu'aux catégories de jeunes espoirs et juniors. Pour partager vos impressions, analyses et résultats, c'est par ici
Par LGDens37
#3230516
AlbatorConterdo a écrit :
19 sept. 2020, 17:52
3 Belges aux 3 premières places
La Belgique, la nouvelle Colombie. :elephant:
:genance: Après, je ne trouve pas le plateau si élevé cette année (bon, l'E2 Henri Vandenabeele semble très prometteur quand même).

Valentin Paret-Peintre a gagné à la pédale ou pas ?
Avatar de l’utilisateur
Par Bradounet_
#3230662
Finn :love: :love: :love:
Il confirme enfin ses qualités de brutasse en Europe.
Je suis content car ça lui fait une grosse référence chez les jeunes que je pourrai ressortir lorsque ses 75 kg dans les cols écœureront l'intégralité du forum VCN sur le TdF 2027.
Avatar de l’utilisateur
Par Orodreth
#3230716
jimmy39 a écrit :
19 sept. 2020, 17:30
Orodreth a écrit :
19 sept. 2020, 16:45
Je me demande comment les Lizarte ont pu faire 3e hier. Alors Raúl García et Iván Cobo sont de bons rouleurs mais ils sont plusieurs à être malades. Très étonné du résultat du coup. C'était sans doute leur meilleur résultat sur un TTT à ce niveau.
Mais pourquoi PCS les met 3ème alors qu’ils auraient plutôt fait 12 :reflexion:
C'est exact. Je me suis contenté du classement de PCS sans allé vérifier. Je suis plutôt rassuré du coup. :elephant:
Avatar de l’utilisateur
Par Orodreth
#3230723
LGDens37 a écrit :
19 sept. 2020, 18:56
AlbatorConterdo a écrit :
19 sept. 2020, 17:52
3 Belges aux 3 premières places
La Belgique, la nouvelle Colombie. :elephant:
:genance: Après, je ne trouve pas le plateau si élevé cette année (bon, l'E2 Henri Vandenabeele semble très prometteur quand même).
Il y avait/a les futurs professionnels de la Kern Pharma quand-même. :elephant:
Par Quintala
#3231631
Au final changement de Belge en tête, avec 2 Lotto rouges aux deux premières places.

(Ne connaissant rien au cyclisme de compétition amateur / semi-pro, je n'ai aucune valeur ajoutée à apporter, désolé.)

Je les ai vu passer aujourd'hui. Brièvement parce que je croyais m'être placé dans une petite butte, mais eux n'ont pas remarqué qu'il y avait une butte ; et comme c'était avant le premier col, ils roulaient encore comme des dératés (si c'est comme dans les éditions précédentes où je les voyais plus haut, ensuite il y en a un paquet qui explose dès que ça monte).

Comme tous les ans, je me dis qu'il faudrait vraiment qu'ils mangent, les garçons. Quelle maigreur. Ça fait longtemps que je n'ai pas vu de pro en vrai, mais dans mon souvenir c'était moins prononcé chez les pros que ça ne l'est chez quasiment tous ces espoirs de la grimpette. Au moins cette fois, la course étant en Septembre, ils étaient un peu moins livides que d'habitude (je ne comprends pas comment on peut passer des heures et des heures dehors à rouler et pourtant être quasi-unanimement blancs comme des culs).

Sinon, j'ai une question sur laquelle vous, qui fréquentez ce milieu ou connaissez ces principes et ses mentalités, pourrez sûrement m'éclairer. Ce qui m'étonne à chaque fois c'est le nombre d'abandons sur la dernière étape. On a toujours des coureurs qui plient les gaules, sans problème handicapant, alors qu'après 3 ou 4 jours de course il ne reste qu'une montée à faire (ou même pas). Parmi les engagés, beaucoup ne perceront jamais, et ce sera probablement la seule course de leur vie où ils auront eu l'occasion de se frotter au très haut niveau (en outre il y a très peu de courses de ce type) ; il me semble qu'à leur place j'aurais à cœur de terminer, si possible dans les délais, mais même hors-délais ; en plus ils ont déjà fait le plus dur ... De surcroît, si je prends le cas d'aujourd'hui le dernier qui est allé jusqu'à la fin est arrivé avec 10 minutes d'avance sur le délai limite, il y avait de la marge pour d'autres. Il semble donc y avoir soit un aspect pratique, soit un état d'esprit, qui m'échappe.
Avatar de l’utilisateur
Par Bradounet_
#3231661
Quintala a écrit :
20 sept. 2020, 23:36
Au moins cette fois, la course étant en Septembre, ils étaient un peu moins livides que d'habitude (je ne comprends pas comment on peut passer des heures et des heures dehors à rouler et pourtant être quasi-unanimement blancs comme des culs).
Ben justement, ils ne s'entrainent pas autant qu'ils le devraient.
On reconnait le jeune coureur français à son teint pale généralement, il y a quelques exceptions mais après c'est de l'ordre congénital.
Quintala a écrit :
20 sept. 2020, 23:36
Sinon, j'ai une question sur laquelle vous, qui fréquentez ce milieu ou connaissez ces principes et ses mentalités, pourrez sûrement m'éclairer. Ce qui m'étonne à chaque fois c'est le nombre d'abandons sur la dernière étape. On a toujours des coureurs qui plient les gaules, sans problème handicapant, alors qu'après 3 ou 4 jours de course il ne reste qu'une montée à faire (ou même pas). Parmi les engagés, beaucoup ne perceront jamais, et ce sera probablement la seule course de leur vie où ils auront eu l'occasion de se frotter au très haut niveau (en outre il y a très peu de courses de ce type) ; il me semble qu'à leur place j'aurais à cœur de terminer, si possible dans les délais, mais même hors-délais ; en plus ils ont déjà fait le plus dur ... De surcroît, si je prends le cas d'aujourd'hui le dernier qui est allé jusqu'à la fin est arrivé avec 10 minutes d'avance sur le délai limite, il y avait de la marge pour d'autres. Il semble donc y avoir soit un aspect pratique, soit un état d'esprit, qui m'échappe.
Les coureurs pas bien bronzés donc ceux du gruppetto, si tu m'as bien suivi, risquent le gros coup de soleil, exposés trop longtemps dans les cols (l'albédo des montagnes est important), ils préfèrent alors vite s'abriter à l'ombre ou s'arrêter pour se repasser une couche d'écran total mais le dernier jour, le flacon est souvent vide, alors pas le choix, ils sont obligés de repartir en voiture, souvent dans le coffre quand le soleil est encore trop violent. On a eu des cas de combustions spontanées les années précédentes avec des coureurs du dernier gruppetto, des Bretons, qui jouaient trop avec les délais sur la dernière étape. Depuis, plus personne n'a envie de rigoler avec ça.
Par Quintala
#3231780
Je savais que je pouvais compter sur vos lumières (UV).
Bradounet_ a écrit :
21 sept. 2020, 01:56
Quintala a écrit :
20 sept. 2020, 23:36
Au moins cette fois, la course étant en Septembre, ils étaient un peu moins livides que d'habitude (je ne comprends pas comment on peut passer des heures et des heures dehors à rouler et pourtant être quasi-unanimement blancs comme des culs).
Ben justement, ils ne s'entrainent pas autant qu'ils le devraient.
On reconnait le jeune coureur français à son teint pale généralement, il y a quelques exceptions mais après c'est de l'ordre congénital.
Je me demande si ce n'est pas au contraire l'absence d'équipe russe cette année qui a joué sur la coloration moyenne.
Sinon, j'ai une question sur laquelle vous, qui fréquentez ce milieu ou connaissez ces principes et ses mentalités, pourrez sûrement m'éclairer. Ce qui m'étonne à chaque fois c'est le nombre d'abandons sur la dernière étape. On a toujours des coureurs qui plient les gaules, sans problème handicapant, alors qu'après 3 ou 4 jours de course il ne reste qu'une montée à faire (ou même pas). Parmi les engagés, beaucoup ne perceront jamais, et ce sera probablement la seule course de leur vie où ils auront eu l'occasion de se frotter au très haut niveau (en outre il y a très peu de courses de ce type) ; il me semble qu'à leur place j'aurais à cœur de terminer, si possible dans les délais, mais même hors-délais ; en plus ils ont déjà fait le plus dur ... De surcroît, si je prends le cas d'aujourd'hui le dernier qui est allé jusqu'à la fin est arrivé avec 10 minutes d'avance sur le délai limite, il y avait de la marge pour d'autres. Il semble donc y avoir soit un aspect pratique, soit un état d'esprit, qui m'échappe.
Les coureurs pas bien bronzés donc ceux du gruppetto, si tu m'as bien suivi, risquent le gros coup de soleil, exposés trop longtemps dans les cols (l'albédo des montagnes est important),
Non mais on parle d'une course qui a lieu dans les Pyrénées, qui plus est finissant dans le Couserans. Le soleil y est aussi fréquent qu'en Bretagne et la pluviométrie plus élevée, puisque tu parles des Bretons plus bas. L'arrivée du Tour de France dans la région en troisième semaine y est généralement saluée par les commentateurs TV par la fameuse phrase « Premier jour de pluie sur le Tour de France depuis le départ ! »

L'albédo, on ne connaît pas : ici c'est le domaine du bédo. D'ailleurs ça m'inquiète pour le voisin Sivakov, qui a passé 3 semaines à l'arrière de la classe en compagnie des peluts de Direct Energie à :tonton: , ça m'étonnerait pas qu'en rentrant à la maison il fasse comme tout le monde, se mette à planter de la ganja dans le jardin familial et troque un vélo contre un camtar aussi fumigène que son conducteur.
ils préfèrent alors vite s'abriter à l'ombre ou s'arrêter pour se repasser une couche d'écran total mais le dernier jour, le flacon est souvent vide,
Dernier jour qui tombe bien sûr un dimanche donc tout est fermé.
alors pas le choix, ils sont obligés de repartir en voiture, souvent dans le coffre quand le soleil est encore trop violent.
D'après mes observations ils préfèrent monter à 70 km/h accrochés aux portières :rieur: Le coffre n'est utilisable que par les colombiens et il n'y avait pas d'équipe colombienne engagée cette année. Notons que le colombien apprécie également les moyens traditionnels, ne dédaignant pas d'invoquer à de nombreuses reprises l'ancien dieu Inca ¡Empuja Me!

Belle victoire de Sid :applaud: De notre c&ocir[…]

De la Parte, c'est quand même un coureur q[…]

J'y crois pas :banana: Grâce à Alme[…]

Cyclocross 2019/2020

Quid de Pidcock ? Il fait la saison ou vise d&eacu[…]

Toute l'actualité cycliste sur notre site   Accéder au site