Pour suivre l'actu cyclisme d'un pays en particulier, rendez-vous sur cette partie du forum des fans de la petite reine (Russie, Italie, France, USA, Mongolie,etc...)

Modérateur : Modos VCN

  • Page 1 sur 177
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 177
Par Nonoms
#2093790
On en parle?

Salut à tous. Content d'être de retour. Je matais un peu le CQ ranking et je trouve le top 10 italien pathétique. A l'époque ils étaient tous dans les 30 et avaient tous une CdM ou belle course par étape au palmarès.
J'ai bien l'impression que l'Italie entre dans une période de crise comme la France de ces 15 dernières années...

A part Aru, je ne vois aucun fuoriclase. Ulissi? Mais il risque d'être surveillé.
Derrière je n'en vois aucun capable de faire partie des meilleurs dans un quelconque domaine. Quelques coureurs peuvent peut-être gagner une ex CdM ou WT d'une semaine sur un malentendu ou finir l'année proche de la dizaine de gagnes mais je ne vois aucun cador.
Formolo semble le plus prometteur mais c'est faible par rapport aux fuoriclasse des génération précédentes.
Après pour ceux qui peuvent approcher le top 20 dans leur domaine je vois Viviani, Modolo, Malori, Nizzolo, Trentin, Oss, Pelucchi, Guardini, Puccio, Cimolai (mais ils ne sont plus si jeunes),Colbrelli, Vilella, Bonifazzio, Bongiorno, Zardini, Sbaragli, Bataglin.
Ce sont plus des vainqueurs potentiels de classe .1 voir .HC que de WT.

C'est loin du niveau de la génération précédente (Petacchi, Cunego, Pozzato, Ballan, Visconti, Nibali, Pozzo, Ricco, Basso, Di Luca, Bennati, Peli) qui était déjà en dessous de celle d'encore avant (Pantani, Bartoli, Bettini, Cippo, Tafi, Simoni, Rebellin, Casagrande, Ballerini, Piepoli...) (Je ne savais pas trop ou mettre DL, Peta, Basso)
Les coureurs moyens de ces générations type Frigo, Nardello, Nocentini seraient leader incontestables de la Squadra aujourd'hui.

J'ai la flemme de faire des stats mais si l'on compte le nombre de victoires dans une grande classique, GT, etapes de GT et WT d'une semaine par génération, la chute est spectaculaire.
Le cyclisme italien n'a jamais été aussi mauvais de son histoire.

Juste pour se faire du mal:

Image

Image

Image

Image
Dernière édition par Nonoms le 08 oct. 2017, 18:26, édité 1 fois.
Avatar de l’utilisateur
Par Bradounet_
#2093796
Il y a encore 2/3 ans je pense que j'aurais tiré le même constat que toi sur la décrépitude du cyclisme ritalien.

La semaine dernière encore, je me disais que l'Australie avait peut-être bien le plus beau vivier de coureurs pour l'avenir (sprint : Ewan, Matthews - GT : Dennis, Power voire Haig ou Storer, CLM : ça se passe de commentaires, classiques : Power) avec la France.
Mais peu à peu, je me rendais compte qu'il y a encore pas mal de nations susceptibles d'avoir des cracks mondiaux sur plusieurs terrains :
la Colombie (Quintana, Betancur, Chaves, Lopez, Gaviria voire Seb.Henao ou Estrada)
l'Allemagne (sprint : Kittel, Degenkolb qui sont encore jeunes, Bauhaus, GT : Kämna en attendant peut-être Bokeloh pour les flandriennes/sprint et un sursaut de Herklotz)
la Belgique (Wellens, Teuns, Vervaeke, Benoot, Enzo Wouters pour les sprints + tous ceux qui partagent ou ont partagé le même paillasson que Daniel_H)
les Pays-Bas (Dumoulin, MVDP, Keldermann, Teunissen, Hofland)
le Danemark (Valgren Andersen, Cort Nielsen, Klaris voire Larsen, Andreassen s'il se met à la route et perd son baby fat)

J'ai beaucoup de mal à envisager encore une nation vraiment dominante sur tous les terrains (à la limite, la Colombie pourrait le faire en montagne) comme il y a une dizaine d'années avec l'Espagne et l'Italie qui se goinfraient.
Le cyclisme est de plus en plus mondialisé et cela dès les juniors, l'Italie n'est plus la référence ultime, et on ne reverra plus trois équipes italiennes en WT. Les derniers bastions de la résistance sont la France et la Belgique.
Les écrasantes dominations d'antan semblent vraiment impensables aujourd'hui, c'est pourquoi, il faut éviter de vouloir comparer à ce qu'il se faisait il y a 15/20 ans. On n'est plus dans le même système.

Mais rien qu'avec Aru et Formolo (et sachant que Nibali n'est pas encore proche hôpital), l'avenir en GT s'annonce quand même loin d'être en crise, c'est podium de GT assuré chaque année. Sur les classiques et en chrono, là, je te rejoins, c'est le grand vide. Chez les espoirs, ça me semble être assez moyen, je n'ai pas repéré de cracks, chez les juniors, Affini (plus que Ganna) m'a l'air très très intéressant.

Sinon, il y a aussi un gros problème sur une majorité des courses espoirs en Italie : on retrouve bien trop de courses en circuit d'à peine 100 km et dénuées de toutes difficultés. Ce n'est pas un hasard si l'on voit émerger un nouveau type de sprinteur italien chichien chez les pros (grosse pointe de vitesse, faible endurance, petit moteur : les derniers en date : Guardini, Mareczko, Marini, prochainement Xhuliano Kamberaj...) car recrutés d'après un palmarès trompeur chez les espoirs. J'ai l'impression que le niveau des courses espoirs en Italie n'est plus celui qu'il était.

C'est aussi le système de formation qu'il serait bon de revoir, une majorité de bons Italiens (comme en Espagne) courent chez eux chez les espoirs dans des formations pour certaines très structurées et qui n'ont rien à envier à des continentales. Cependant, avec la drastique disparition des courses espoirs en Italie voire juniors (les deux plus belles chez les juniors : Basilicata et Lunigiana à la trappe l'an passé), ce système connaît ses limites à présent et il serait bon de monter des continentales pour permettre aux jeunes coureurs d'aller se faire les dents sur des courses UCI. Mais ça demande de l'argent, et le cyclisme italien est en crise.
Un pas a été fait déjà l'an passé avec une équipe espoirs et juniors envoyée sur certaines manches de la coupe des nations.

Où sont passés également les poursuiteurs italiens, où sont les descendants des Collinelli, des Trentini, des Capelli ?
Sur ce point, il y a le même phénomène qu'en France, qui attend toujours son nouveau Ermenault ou Moreau. La piste est formatrice mais elle semble être complètement délaissée, il n'y a guère que le fils Martinelli qui fait illusion, mais ça ne casse pas trois pattes à un dérailleur, et Viviani.

Par contre, chez les nanas, il y a encore pas mal de matière avec Elisa Longo, Cecchini et surtout Ratto la rivale annoncée de PFP.
Par Nonoms
#2093798
Oui trop de courses disparaissent et pas seulement chez les espoirs. Le problème aussi c'est le plateau des semi-classiques. Ca fait mal au coeur de voir les 3 vallees varesines se disputer entre seconds couteaux. Avant c'etait une belle ligne dans un palmares a l'instar d'un Plouay, Paris-Tours ou Het Volk.

Tu parles de Ratto chez les feminines, j'ai oublie Daniele, il aura 26 ans cette annee je crois, il est temps de franchir un palier.

La piste n'est pas/plus dans la culture cycliste italienne malheureusement et c'etait deja le cas quand l'Italie dominait ces dernieres annees.

C'est triste de voir les italiens absents des classiques alors que c'etait justement leur point fort et qu'ils dominaient outrageusement la coupe du monde, meme dans le nord. Le plus gros vide je crois que c'est justement sur les flandriennes. Pozzato etait presque monstrueux puis il a disparu d'un coup et derriere c'est le vide. On attendait Oss ou Trentin mais ca n'a pas l'air de venir. Bennati a ete un enorme gachi aussi. Surement le plus gros gachi du cyclisme italien ces 15 dernieres annees (avec Basso, mais lui c'est le jeu). A son top il etait tellement impressionnant sur tous les terrains (sprints, paves, prologues, parcours un peu vallones, passant super bien la montagne).

Pour Nibali, il a accompli la prophetie, maintenant je pense que le gros de sa carriere est derriere. S'il arrive a gagner un quatrieme GT et 2-3 course d'un semaine ca sera deja enorme. Un monument serait le top pour diversifier son palmares.
Avec un peu de reussite/retenu il aurait pu en accrocher au moins un ou deux entre MSR/Liege/Lombardie/CDM. Avec un monument et un CDM en plus, il serait l'un des plus beaux palmares du cyclisme et passerai dans la categorie supperieure.

PS: desole pour les accents, je suis sur un qwerty.
Par aldafi3
#2093802
Parmi les non-cités, il y a 2-3 ans, je croyais en Barbin, Villella, Wackermann qui semblent plafonner.
Côté malentendus, les deux Caruso peuvent conclure sur une Classique ou un Tour d'une semaine...
Par rapport à la France, nous ne sommes pas forcément mieux lotis: un Aru et un Formolo vaudront bien un Pinot et un Bardet.
Pour les sprints, Nizzolo et Viviani ne sont pas si loin de Bouhanni-Demare..
J'espère en une belle progression de Colbrelli cette année sur les courses d'un jour, à commencer par ce week-end voire pour San-Remo...
Par ***Milanello***
#2093805
Les jeunes italiens font de la piste Mangeurdepattes/Bradounet, certes ce ne sont pas de grands poursuiteurs, mais leur permet d'améliorer certaines de leurs qualités en vue des sprints.

D'ailleurs en parlant de sprinteurs, leur jeune génération est tout bonnement excellente!
Federico Zurlo, Paolo Simion, Jakub Mareczko, Nicolas Marini viennent déjà après quelques courses ou étapes de rentrer dans les classements, au sein des 5 ou 10 premiers (pour Zurlo c'était en tant que stagiaire sur une semi-classique).
Il ne reste que Liam Bertazzo (qui est plus un finisseur voire poursuiteur, adepte de la piste) qui ne s'est pas encore montré. D'autres arriveront encore l'an prochain dont le fils de Nicola Minali.
L'an passé Nicollo Bonifazio (qui s'entraîne parfois avec D.Rebellin) et Nicola Ruffoni avaient réussi à remporter des courses (ou étapes) à seulement 21 ans.

Si l'on ajoute leurs aînés de la \"génération 87-89\" (à savoir A.Guardini/S/Modolo/G.Nizzolo/E.Viviani/J.Guarnieri/M.Pelucchi) on a là une pleiade de coureurs qui vont décrocher des trophées, des sprints ces prochaines années (ou même prochaines courses/étapes).
Avatar de l’utilisateur
Par On3
#2093817
Dans l'ensemble, je suis d'accord avec ce qui a été dit. Il y a 2/3 ans, le cyclisme italien était vraiment au fond du gouffre. Là avec Aru, Formolo puis la ribambelle de sprinteurs (qui doivent s'imposer/confirmer -Colbrelli en tête-), il y a quand même de quoi faire.

Si je compare avec l'Espagne, l'Italie a une génération de champions du monde en puissance. :jap:
Par brunobasto
#2093821
c'est vrai que l'Espagne fait un peu pitié...

une fois que la génération Purito Valverde Contador sera partie...pas grand chose à l'horizon hormis Ruben Fernandez..

curieux quand même de voir Castroviejo en coureur protégé sur certaines courses par étape d'une semaine avec CLM

Enfin j'ai encore lu hier que Manolo S est pret à reprendre/créer une WT

:paf-mur:
Avatar de l’utilisateur
Par Macro
#2093822
pierrefromalsace a écrit : Le vainqueur du Tour est italien, la France est loin d'avoir réussi ça.
En France, on a une génération très très prometteuse, mais qui reste, à ce jour en seconde ligne.

- Bouhanni qui claque 5 étapes de GT mais ne tombe pas encore les 3-4 "top" sprinters"
- Demare qui semble s'écarter un peu plus du sprint "pur' (pour lequel il a moins de références que Bouhanni je trouve) pour les classiques...Mais là encore, même s'il a montré de bonnes prédispositions, il faut confirmer...
- Gallopin, qui claque une classique...mais ce n'est "que" San Sebastian. Il n'a pas encore atteint le Top 10 sur les monuments.
- Pinot, Roland, voire Bardet qui font de bons CG sur les GT mais...pas en première ligne (hormis cette année sur le Tour, dans des circonstances à part)
- On pourrait encore citer Coquard ou Barguil mais il leur faut encore passer un niveau....

Bref, ils sont jeunes, c'est encourageant, mais il manque encore un truc.


Désolé pour le HS
Par _AlbatorConterdo
#2093888
Pour Villella, on peut encore lui laisser cette saison pour voir s'il peut franchir un palier.Il avait plutôt bien finit l'année 2014.
Dans l'ensemble, ce n'est pas si mal; beaucoup de pays aimeraient connaitre ce type de \"crise\", mais l'Italie partait de très haut avec sa \"génération dorée\" des années 2000 . C'était en fait cette situation qui était hors-norme.
(d'ailleurs, l'effondrement de l'Italie dans les sports est général, le cyclisme est moins touché que d'autres )
Par Nonoms
#2093915
C'est pas faux, même le rugby qui était en plein boum semble régresser comme le foot, la moto, le volley, la natation, le tennis feminin, le marathon, la marche, l'aviron. Ca commence à faire beaucoup.

Sinon, pour l'Espagne c'est vrai que les 3 tops se font vieux, mais pour l'instant à eux 3 ils scorent énormément.
En Italie, si Nibali se blesse ou fait une saison blanche, c'est le quasi néant en WT.
Avatar de l’utilisateur
Par kentinmania_
#2093917
brunobasto a écrit :c'est vrai que l'Espagne fait un peu pitié...

une fois que la génération Purito Valverde Contador sera partie...pas grand chose à l'horizon hormis Ruben Fernandez..
Je ne m'y connais que très peu en cyclisme historique mais l'Espagne avant les années EPO c'était le quasi néant à part Bahamontes non? De là à y voir un lien... (comme dans tous le sport espagnol d'ailleurs)
Peut-être ont-il souffert du franquisme avant.

Pour l'Italie le nombre d'équipes est vraiment préoccupant, et puis Lampre qui recrute exotique au lieu de promouvoir les jeunes du pays...
Par _AlbatorConterdo
#2093919
Sans Nibali, il reste encore Pozzovivo, Aru, Formolo, voire Modolo, Viviani pour ramener des points en WT.
ça me semble encore suffisant pour avoir 9 coureurs aux CDM, même sans Nibali.
Avatar de l’utilisateur
Par Lonesome_Cowboy
#2093922
kentinmania_ a écrit : Je ne m'y connais que très peu en cyclisme historique mais l'Espagne avant les années EPO c'était le quasi néant à part Bahamontes non? De là à y voir un lien... (comme dans tous le sport espagnol d'ailleurs)
Peut-être ont-il souffert du franquisme avant.
On peut quand même citer quelques grands cyclistes comme Delgado, Ocana, Poblet, Arroyo (Angel, pas David), Fuente, Berrendero etc... le cyclisme espagnol n'est pas apparu dans les années 90.
Par -Vélomen-
#2093926
Le cyclisme Italien est moins mal en point que prévu je trouve. Aru à lui seul peut être l'arbre qui cache la forêt. Sa saison 2014 est monstrueuse.

Et mieux vaut avoir un monstre que plusieurs bons coureurs. En tennis, la France échangerait volontiers Tsonga, Monfils, Gasquet et Simon contre un Roger ou un Djoko...

Dans les années 2000, la France n'avait pas d'Aru, juste des baroudeurs à la Casar, Fédrigo,, Chavanel ou Voeckler.
Par brunobasto
#2093928
Lonesome_Cowboy a écrit :
kentinmania_ a écrit : Je ne m'y connais que très peu en cyclisme historique mais l'Espagne avant les années EPO c'était le quasi néant à part Bahamontes non? De là à y voir un lien... (comme dans tous le sport espagnol d'ailleurs)
Peut-être ont-il souffert du franquisme avant.
On peut quand même citer quelques grands cyclistes comme Delgado, Ocana, Poblet, Arroyo (Angel, pas David), Fuente, Berrendero etc... le cyclisme espagnol n'est pas apparu dans les années 90.
Marino L , Julian G, Chozas, Echave , Pino et Pello RC quand même
Avatar de l’utilisateur
Par Steph86
#2093935
brunobasto a écrit :
Lonesome_Cowboy a écrit :
kentinmania_ a écrit : Je ne m'y connais que très peu en cyclisme historique mais l'Espagne avant les années EPO c'était le quasi néant à part Bahamontes non? De là à y voir un lien... (comme dans tous le sport espagnol d'ailleurs)
Peut-être ont-il souffert du franquisme avant.
On peut quand même citer quelques grands cyclistes comme Delgado, Ocana, Poblet, Arroyo (Angel, pas David), Fuente, Berrendero etc... le cyclisme espagnol n'est pas apparu dans les années 90.
[b:15gmanho]Marino L , Julian G[/b:15gmanho], Chozas, Echave , Pino et Pello RC quand même
Bernarhino en avait d'ailleurs bavé face aux 2 premiers nommés pour gagner la Vuelta 83.
Par profff
#2093957
la crise du cyclisme italien va être pire dans le future
il n y plus des courses , il n y a plus des jeunes qui désire devenir des pros.
le cyclosportives marche très fort, il y a un boom des gran fondo e le velo est cool pour le gars over 35.
mais la fédération n' existe pas, il n y a aucun projet , la mission italien au championnat du monde c' est fait seulement de burosaures amis a la fédération et di rocco uses l' argent seulement pour garantir la re élection.
en piémont il y avait 150 under 23 dans les 90 , maintenant il sont moins des 12. il y avait beaucoup des joli courses pour les jeunes , maintenant il y a 3 courses peut être dans tout l' année .
on reste quelque chose en toscana, lombardia et veneto, dans tout les reste du pays ( meme en emilia..) la filiere c' est complètement arrête'.
le giro bio, tous les jolie course pour les jeunes disparaissent , le vivaio c' est mort.
il font seulement des petit course en circuit,très petit circuit sans difficulté parce que c' est très difficiles' organizer , avoir la permission pour fermer le routes etc.
il y a maintenant 1/12 des jeunes coureurs dans le categorie junior et under que dans les année 90...
le problem c' est sa, c' est pas nibali et aru qui vont gagner encore des belles courses.
c' est que vous voyez c' est seulement le sommet de l' iceberg.
les vrai difficulté du cyclisme italien vais se montrer dans le prochaine future

je m ' excuse pour la qualité de mon français
Par _AlbatorConterdo
#2093963
Oui, c'est un peu ce que disait un ancien forumeur comme Vieri75, très pessimiste pour le futur du cyclisme transalpin.
Moins d'argent, moins de courses, moins d'équipes, donc forcément moins de vocations, moins de coureurs, le filon s'épuise peu à peu.

Par contre, Proff, tu t'es déjà excusé pour ton français, tu peux arrêter, surtout qu'il n'est pas si mauvais. ;)
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 177

Le CLM n'est pas considéré comme une[…]

Je reviens aussi sur le commentaire remarquant l'u[…]

Tom Paquot sans surprise mais aussi Laurenz Rex qu[…]

Lapsus du jour : Anne-Claire Coudray au 20h : &quo[…]

Toute l'actualité cycliste sur notre site   Accéder au site