Pour suivre l'actu cyclisme d'un pays en particulier, rendez-vous sur cette partie du forum des fans de la petite reine (Russie, Italie, France, USA, Mongolie,etc...)

Modérateur : Modos VCN

  • Page 1 sur 102
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 102
Par eljardi
#2044133
Etant totalement d'accord sur le fond (ne pas prendre trop de place sur un topic qui ne lui est pas totalement consacré), je me permets d'ouvrir un sujet sur le cyclisme colombien. Toutes les contributions constructives sont les bienvenues.

Je commence. Hormis le Tour de l'Avenir et la Vuelta, j'ai aussi un oeil sur le junior Daniel MARTINEZ (1996) qui s'éclate depuis qu'il a débarqué au Centre Mondial UCI d'Aigle en juillet. Actuellement, il lutte pour la victoire finale sur le Tour de la Tarentaise (dernière étape ce dimanche), course ouverte aux cat. 1, 2, 3 et aux juniors. Il avait fait un gros mondial à Florence l'an dernier (15ème mais à l'attaque dès le début de la course). Quelques gars du Chambéry Cyclisme Formation ont été impressionnés par son rendement et ses coéquipiers à l'UCI le surnomment le V8.
Par Ademai1
#2044141
Excellente initiative , eljardi. ;)

Jamais entendu parler de ce Daniel Martinez. Ca fait un bon nombre de gamins de 18/19 ans qui sont à suivre, au final. Peut-être qu'aucun ne ressortira du lot ( un Quintana ou un Chavès ne sortent pas tous les ans ), mais on verra. German Chavez court chez Coldeportes-Claro (une bonne référence), Reyes a le style et le gabarit du parfait grimpeur ( il avait gagné la Vuelta Juventud du Vénézuela, je crois :hmm: ), et voilà maintenant ce Martinez. Sans oublier Aguirre et Santifomio, qui rament pour le moment, mais qui sont de Décembre 95.
Par eljardi
#2044152
Aldemar REYES a bien gagné la Vuelta de la Juventud au Venezuela (course pour les juniors) l'an dernier devant Yors SANTOFIMIO. Les derniers à avoir fait 1 et 2 sur cette épreuve sont URAN et HENAO. Je suis d'accord, tous les jeunes Colombiens ne sortiront pas en Europe mais le potentiel global de cette génération est intéressant. Je cite aussi Jorge Ivan GOMEZ (18 ans) qui a gagné la Vuelta al Besaya en Espagne ce printemps.
J'ai aussi un bon feeling avec Egan BERNAL (17 ans), vététiste mais qui devrait un jour choisir la route. Son manager le voit sr la piste pour le moment mais il est plus doué pour le VTT marathon que pour l'épreuve olympique. J'espère qu'il ne fera pas comme PAEZ qui a fait une belle carrière de vététiste en Italie mais qui aurait pu rêver mieux encore sur route.
A un degré moindre peut-être, il y a John Anderson RODRIGUEZ (18 ans), médaillé d'or en duo avec Brandon RIVERA (vététiste) aux Jeux Olympiques de la Jeunesse en Chine cette semaine (il a aussi été meilleur temps du clm sur le relais).
N'en déplaise à certains, il est difficile d'occulter les Colombiens puisque l'équipe masculine de poursuite a été médaillée d'argent aux Championnats du monde junior à Séoul le mois dernier avec notamment \"Nacho\" MONTOYA (17 ans), particulièrement doué.
Par eljardi
#2044634
Victoire finale de Daniel MARTINEZ en Tarentaise devant deux bons amateurs français, Sébastien Founet-Fayard (29 ans) et Julien Liponne (31 ans). Sur les 4 étapes, il en gagne une aux Ménuires le 1er jour et termine 2 fois 2ème sur les difficiles étapes 3 et 4. Il n'a été piégé que sur la 2ème étape, la moins accidentée.
Avatar de l’utilisateur
Par matthmic
#2044666
Désolé si la question a déjà été posée (probablement d'ailleurs) mais pourquoi est-ce que la Colombie sort autant de cyclistes professionnels dont pas mal viennent en Europe et pas ces voisins parfois plus peuplé comme le Venezuela, le Brésil ou les pays des Andes (Chili, Pérou, Bolivie ...) ?
Par Ademai1
#2044670
matthmic a écrit :Désolé si la question a déjà été posée (probablement d'ailleurs) mais pourquoi est-ce que la Colombie sort autant de cyclistes professionnels dont pas mal viennent en Europe et pas ces voisins parfois plus peuplé comme le Venezuela, le Brésil ou les pays des Andes (Chili, Pérou, Bolivie ...) ?
C'est une histoire de culture. La Colombie est passionnée de cyclisme depuis des lustres, et je ne suis pas sûr que les jeunes Brésiliens ou Chiliens soient très imprégnés par ce sport. Si ces pays se prenaient de passion pour le vélo et que les jeunes s'y mettaient un peu ( les structures et les techniciens suivraient), je suis persuadé qu'on y trouverait des supers-coureurs.
Par eljardi
#2044731
Ademai1 a écrit :
matthmic a écrit :Désolé si la question a déjà été posée (probablement d'ailleurs) mais pourquoi est-ce que la Colombie sort autant de cyclistes professionnels dont pas mal viennent en Europe et pas ces voisins parfois plus peuplé comme le Venezuela, le Brésil ou les pays des Andes (Chili, Pérou, Bolivie ...) ?
C'est une histoire de culture. La Colombie est passionnée de cyclisme depuis des lustres, et je ne suis pas sûr que les jeunes Brésiliens ou Chiliens soient très imprégnés par ce sport. Si ces pays se prenaient de passion pour le vélo et que les jeunes s'y mettaient un peu ( les structures et les techniciens suivraient), je suis persuadé qu'on y trouverait des supers-coureurs.
Avec l'équipe FUNVIC, le Brésil peut s'ouvrir au cyclisme. Cette formation a couru récemment aux Etats-Unis avec une bonne performance de son leader DINIZ. Elle s'est offert les services des Colombiens SANCHEZ, TAMAYO et RINCON. Elle a de l'ambition et peut servir de locomotive.
Les organisateurs font aussi l'effort de classer leurs courses 2.2 à l'UCI ce qui est un signe positif de volonté de développement (dans le même temps, le Colombie ne possède que le Tour de Colombie en 2.2).
Le développement économique du Brésil peut donc aussi profiter au cyclisme mais dans quelle mesure?

Pour le Venezuela, c'est différent. Les Vénézuéliens sont les concurrents traditionnels des Colombiens depuis les années 1990. L'Italien Gianni SAVIO a joué un rôle important en "découvrant" Leonardo SIERRA et quelques autres comme MAYA ou PUMAR. Malheureusement, il n'y a pas eu un HERRERA ou un PARRA comme en Colombie pour donner une vraie impulsion (SIERRA a donné des espoirs sur 3 ans avant de décliner). L'avénement de RUJANO aurait pu être le déclic attendu mais sa 3ème place sur le Giro a été un feu de paille pour un coureur imprévisible. Aucun Vénézuélien ne confirme vraiment en Europe: MONSALVE, RODRIGUEZ ont vite stagné voire décliné. Enfin, plus encore qu'en Colombie, il y a l'impression d'un grand n'importe quoi en matière de lutte contre le dopage. Les 63% d'hématocrite de BRICENO le prouvent. Le Venezuela a un calendrier de courses nationales qui semble contenter tout le monde. Il y a quelques années, les dirigeants ont même limité la participation des équipes étrangères (colombiennes surtout) pour ne pas perdre des points UCI sur les courses 2.2. Cette année, le profil de la Vuelta de la Juventud a été raboté pour donner plus de chances de victoire aux locaux et éviter la démonstration des Colombiens l'année précédente. Gianni Savio donne encore l'impression qu'il porte encore le cyclisme vénézuélien mais il en vit plutôt qu'il ne le fait vivre (il avait fait la même chose en Colombie).

Le Pérou, c'est plus simple: pas d'argent! Laurent Fignon avait tenté de lancer le Tour du Pérou avec le local Gilberto Chocce mais en vain. Chocce est devenu l'un des auxiliaire (photographe surtout) pour les Colombiens de 4-72.

Idem pour l'Equateur qui a pourtant une plus grande culture cycliste et de l'ambition comme le prouve la nouvelle équipe continentale. Pour l'instant, elle permet surtout à des Espagnols de se maintenir à un niveau professionnel et hormis GUAMA, rien ne perce vraiment. Pourtant, il y a de bons grimpeurs là bas qui ne demanderaient qu'à être pris sérieusement en main. Les juniors et U23 colombiens ne sont pas toujours à la fête lorsqu'ils vont courir là bas.

La Bolivie voulait aussi une équipe pro avec l'aide de son président mais comme souvent ça a fait pshiiittt. SOLIZ aurait dû être un leader naturel mais c'est en Colombie qu'il poursuit sa carrière. Derrière lui, il y a 2 ou 3 autres Boliviens qui ont de quoi rivaliser aujourd'hui en Am du Sud mais guère plus.

L'Argentine a le Tour de San Luis mais en ce qui concerne l'appui aux coureurs? Une seule vraie équipe et peu d'ambitions internationale.

Le cyclisme chilien n'a jamais percé avec 2 grosses affaires de dopage qui ont même flingué le développement du Tour du Chili et de la seule vraie équipe nationale.

Chaque cas mériterait une analyse plus détaillée mais en gros, de mon point de vue, c'est un peu ça la géopolitique du cyclisme en Am du Sud (et en Am Centrale). Beaucoup de cyclismes repliés sur eux-mêmes par choix ou par nécessité et un seul pays qui a des critères proches de ceux du Vieux continent et qui exporte des coureurs assez bien formés. Actuellement, seul la puissance économique brésilienne semble pouvoir changer a donne.
#2044766
Eljardi, peux-tu nous parler de SEBASTIAN HENAO ?

Et que deviennent Chamorro (invisible !) et Edward Beltran. Tu nous parlais souvent du coureur de Saxo comme d'un futur top coureur. Il paraissait même quasi aussi prometteur qu'un Bétancur non ?
Par eljardi
#2044788
Bradounet_ a écrit :
Ademai1 a écrit :
matthmic a écrit :Désolé si la question a déjà été posée (probablement d'ailleurs) mais pourquoi est-ce que la Colombie sort autant de cyclistes professionnels dont pas mal viennent en Europe et pas ces voisins parfois plus peuplé comme le Venezuela, le Brésil ou les pays des Andes (Chili, Pérou, Bolivie ...) ?
C'est une histoire de culture. La Colombie est passionnée de cyclisme depuis des lustres, et je ne suis pas sûr que les jeunes Brésiliens ou Chiliens soient très imprégnés par ce sport. Si ces pays se prenaient de passion pour le vélo et que les jeunes s'y mettaient un peu ( les structures et les techniciens suivraient), je suis persuadé qu'on y trouverait des supers-coureurs.
C'est la même histoire en roller-course/roller de vitesse.

Les Colombiens et les Colombiennes écrasent le classement des médailles lors des championnats du Monde chaque années depuis 15 ans et dans toutes les catégories surtout sur la piste. Je dois avouer que c'est quelque peu antipromotionnel de voir un pays écraser autant un sport. Heureusement, chez les élites garçons, il y a davantage de concurrence.

Ces dernières années, on voit venir quelques Chiliens, des Argentins, des Vénézuéliens sur les podiums.

Tout ça pour dire qu'en roller, s'il y a autant de médailles, ce n'est pas un hasard, on peut vivre de son sport là-bas bien plus qu'en Europe.
L'Etat rémunère très bien les patineurs à la différence des autres pays. J'ai l'impression qu'il y a une vraie politique en faveur du sport en Colombie avec une partie importante du budget qui lui est alloué et depuis bien avant la création de Coldeportes.
J'ai l'impression qu'en cyclisme, de nombreux départements financent leur équipe (Antioqua avec Arguadiente Antioqueno, Bogota avec Bogota Humana, Boyacá avec Loteria de Boyaca et Boyacá se Atreve, Santander avec Gobernacion de Santander, Cesar avec Gobernacion del Cesar...) comme c'était encore le cas de l'Espagne avant la crise avec Andalucia, Baléares, Burgos encore, Euskadi, Comunidad Valenciana...
Comme tu le dis à juste titre, le cyclisme en Colombie profite de l'appui des provinces et même des simples municipalités (équipes de Tunja ou de Rionegro par exemple). Cette base est la force du cyclisme colombien pour la détection et la formation mais cela a aussi longtemps été sa faiblesse car les rivalités ont longtemps empêché une vraie politique nationale autour du cyclisme. Cette rivalité s'estompe mais reste présente. Entre les différentes ligues cyclistes, la fédé doit jongler.
Par contre, au niveau national, il n'y a pas de vraie politique de soutien au cyclisme avant Coldeportes. Les fans de cyclisme en Colombie se plaignent d'ailleurs souvent du manque de considération.
Ce qui a vraiment changé pour le cyclisme en Colombie depuis le début des années 2000 avec les bons résultats au niveau international, c'est l'apport de quelques sponsors privés qui a permis une augmentation sensible des salaires. Les top coureurs vivent plutôt bien de leur sport et ne cherchent plus à tout prix à partir. Le cyclisme est tout sauf un sport fait pour devenir riche mais avec 3000 euros par mois ( pas pour tout le monde je le répète), l'idée de tenter l'aventure européenne n'est plus aussi présente, sauf pour les plus jeunes bloqués par les trentenaires aux beaux contrats.
Par eljardi
#2044809
-Vélomen- a écrit :Eljardi, peux-tu nous parler de SEBASTIAN HENAO ?

Et que deviennent Chamorro (invisible !) et Edward Beltran. Tu nous parlais souvent du coureur de Saxo comme d'un futur top coureur. Il paraissait même quasi aussi prometteur qu'un Bétancur non ?
HENAO cartonnait en Colombie depuis 3 ans chez les juniors et U23. Comme le fait un Daniel MARTINEZ en ce moment, il titillait déjà les élites à 18 ans dans les clm en côte. Il a certainement profité du coup de pouce de son cousin pour passer si jeune chez Sky mais c'était évident qu'il avait un potentiel énorme. Il n'a pas la grinta de Sergio Luis mais il est plus grimpeur que lui. Par rapport à un QUINTANA, je ne sais pas ce qu'il peut donner. Seuls ses tests réalisés chez Sky pourraient nous donner une idée. Après, s'ils l'ont lancé aussi jeune sur le Giro, ce n'est certainement pas pour rien et je pense qu'il pourra viser des top 10 sur les GT d'ici quelques années voire mieux s'il poursuit sa progression linéaire. Dans les 2-3 ans qui viennent, il faudrait déjà qu'il confirme sur les course escarpées d'une semaine pour grimper dans la hiérarchie chez Sky (ou ailleurs).

Chamorro est c'est vrai assez décevant cette année. Je ne sais pas trop si cela cache un pépin physique ou si c'est un petit blocage psychologique. Passer des U23 aux rangs élite, ça peut chambouler. Pour beaucoup, 23 ans est l'âge auquel il faut avoir trouvé une équipe pro. Je pense que l'échec au Tour de l'Avenir l'an dernier (chute au début) l'a marqué et qu'il comptait sur cette épreuve pour lui donner le coup de pouce nécessaire pour ouvrir les portes d'équipes plus prestigieuses. Espérons que le déclic se produise à nouveau. Par contre, contrairement à HENAO, je ne pense pas que CHAMORRO soit un gros cador. C'est un bon grimpeur "à la colombienne" mais il ne semble pas avoir le moteur lui permettant de viser des merveilles. Des victoires d'étapes et des top 20 sur des courses WT escarpées ou sur des GT (plutôt Giro ou Vuelta) pourquoi pas mais guère mieux. Il est un peu dans le registre d'un ATAPUMA (même province d'origine) en moins fort peut-être.

BELTRAN a manqué le coche après son très bon Giro Bio. En restant au pays (par chois ou par contrainte), il a opté pour l'équipe de Mesa qui est réputée pour privilégier la certitude des trentenaires à la formation des jeunes. BELTRAN a souvent fait l'équipier pour les Sevilla, Pedraza et autres et cela ne l'a pas vraiment incité à viser plus haut. Son passage en WT tient même du miracle. Sans agent, c''est l'appui de Fabrizio Maesani (simple amateur italien et qui écrit des articles en Italie) qui a été décisif dans son arrivée en Italie. Il aurait dû courir en semi-pro dans l'équipe formatrice avant que ses tests n'attirent l'intérêt des managers de Saxo. C'est dingue de voir le chemin pris par un coureur qui pliait régulièrement BETANCUR en montagne. En France ou en Belgique, un jeune comme ça aurait été bichonné dans une équipe pro tout de suite. Sur sa 1ère année en Europe, il n'a certainement pas démontré qu'il avait le potentiel de ce dernier mais il a appris et a travaillé pour ses leaders. Il a débarqué de nulle part dans le WT en mars-avril alors même s'il a déçu en montagne sur le Dauphiné, laissons lui du temps. Il est vraiment dommage que son problème de visa l'ait privé du Giro où il aurait pu apprendre en accéléré son nouveau métier. Je pense qu'il sera plus à l'aise l'an prochain et qu'il pourra viser des top 10 sur des courses escarpées et des victoires d'étape en montagne. Il vaut certainement un ACEVEDO ou un ANACONA voire mieux.
Par eljardi
#2044828
_ChaletReynard a écrit :Vraiment passionnant tout ça, merci à vous.

Eljardi si c'est pas trop indiscret comment ça se fait que tu connaisses aussi bien le cyclisme colombien ?
C'est une vraie passion et j'essaie de prendre tout ce qui passe sur internet. C'est aussi simple que ça. Contrairement à Bradounet, je suis une quiche sur bien d'autres sujets.

Et puis, être passionné de cyclisme colombien en France et pouvoir en parler des heures, c'est la certitude d'être souvent invité à dîner ... Un vrai champion!
#2044832
Merci pour ces précisions, et avec dérision en plus !

Petite question du coup

J'ai roulé un petit peu en Colombie cet été et j'ai trouvé que c'était vraiment pas terrible niveau routes, elles sont la plupart du temps en sale état, et les seules potables sont souvent saturées de voitures/camions/bus... Alors ça dépend peut-être des provinces et bien sûr je ne suis pas allé partout, mais tu sais comment ils se démerdent pour s'entrainer là bas ?
Par eljardi
#2044834
_ChaletReynard a écrit :Merci pour ces précisions, et avec dérision en plus !

Petite question du coup

J'ai roulé un petit peu en Colombie cet été et j'ai trouvé que c'était vraiment pas terrible niveau routes, elles sont la plupart du temps en sale état, et les seules potables sont souvent saturées de voitures/camions/bus... Alors ça dépend peut-être des provinces et bien sûr je ne suis pas allé partout, mais tu sais comment ils se démerdent pour s'entrainer là bas ?
Pour les routes colombiennes, tu en sais certainement plus que moi. Je vis la Colombie devant mon écran d'ordi ... Sur les vidéos, je vois souvent les Colombiens s'entraîner avec une circulation dense c'est vraiIl est fréquent d'avoir des cyclistes percutés par des engins divers et je pense qu'ils ont simplement appris à se débrouiller dans la jungle auto. Uran fait ses gammes sur les pentes de Las Palmas, del Escobero, de Santa Elena, comme tous les cyclos du coin avec les camions et voitures. A Bogota c'est l'Alto de Patios entre autres (qui ressemble à une nationale hyper fréquentée) qui rassemble pros et amateurs. Après, il se peut que cela soit plus calme dans certaines provinces. Je vois moins de monde sur les vidéos du côté de Boyaca.
Un Colombien, Gustavo Duncan, a un site sur lequel il fait découvrir tous les grands cols et côtes de Colombie. Il semblerait que quelques routes soient plus calmes sur ses vidéos. Après, il a déniché une petite route de montagne dans un état correct au Nord de Medellin, le Limonar qui est un petit Zoncolan. Mais c'est un peu perdu dans la cambuse et je pense que pour des raisons de sécurité beaucoup de cyclistes préfèrent s'entraîner sur les axes plus surveillés quitte à être gênés par la circulation.
Par eljardi
#2045643
Du bon LOPEZ aujourd'hui. A 100% je ne sais pas mais ce n'est déjà pas si mal en espérant qu'il n'ait pas le jour sans que je crains toujours chez mes Colombiens lorsqu'ils endossent des responsabilités un peu tôt. J'aurais peut-être préféré que les Pays-Bas prennent la course à leur compte avec ROZO et Brayan RAMIREZ en électrons libres. Là ils risquent fort de devoir encadrer leur leader.
Pour Rodrigo CONTRERAS, je suis un peu mitigé. D'un côté c'est mieux que ce qu'il a fait en montagne depuis le début de l'année mais prendre plus de 5' est indigne du potentiel qu'on lui prête. Il va falloir se pencher un peu sur le cas du bonhomme pour savoir si c'est un problème de potentiel mal évalué ou si cela vient d'un petit problème de sérieux chez un gamin qui s'est vu beau un peu trop tôt. C'est bête car des DS commençaient à s'intéresser à lui. Il ne faudrait pas qu'il nous fasse une DUARTE celui-là.
GAVIRIA et RAMIREZ (Carlos) sont à leur place. Ils ne sont pas lees grimpeurs de l'équipe.
#2045654
_ChaletReynard a écrit :Site très riche en effet merci : [url=http://altimetriascolombia.blogspot.fr/:20jc68xr]http://altimetriascolombia.blogspot.fr/[/url:20jc68xr]

Et je te confirme que quand tu rentres/sors/ ou tout simplement roule dans Bogota, tu comprends pourquoi on entend pas souvent parler d'éventuels problèmes des colombiens pour frotter dans le peloton !
Je pense que c'est assez formateur
Oui, merci pour le site, ça a l'air d'un pays magnifique en plus.
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 102
TRANSFERTS 2019 - 2020 (7E ÉDITION)

Jumbo pourrait être l'élu. I[…]

Vital Concept - B&B Hotels 2019

Sans parler de revenir à un niveau 2011-2[…]

ROUTE 2019: Classements

Classements PRONOSTIQUES Epreuve par[…]

dossard Nom E1 E2 E3 E4 E5 E6 E7 E8 […]

Toute l'actualité cycliste sur notre site   Accéder au site