Rendez-vous sur ce forum pour discuter d'autres sports que le cyclisme, comme le football, le tennis, le rugby, le basket, le biathlon, NBA, NFL, NHL, handball, volley, voile, athlétisme, golf, F1, jeux olympiques...

Modérateur : Modos VCN

Avatar de l’utilisateur
Par Bradounet_
#2842399
manu74annecy a écrit :
11 juin 2018, 12:56
Par ailleurs, je ne suis pas spécialiste, mais se doper dans les sports peu "techniques" comme le vélo, le marathon, permet sans doute plus aisément de franchir 10000 paliers d'un coup que dans le tennis ou le foot.
Dans le tennis, la technique est bien plus essentielle, et là ya que l'entrainement, la classe naturelle qui peut te permettre d'atteindre les sommets.
Le Bjaarne Riis ou le Piotr Ugrumov n'a pas d'équivelent dans le tennis...... :smile:
C'est une vision assez biaisée pour aborder ce problème.
Si on prend une personne lambda qui n'a presque jamais joué au tennis et fait de sport d'endurance, il est évident que faire une cure d'EPO va lui permettre de décoller en vélo alors qu'en tennis, ça ne lui servira pas à grand chose s'il n'a pas un minimum de technique de frappe et de connaissance de placements.
Mais si on prend un sportif pro ou de niveau national, je pense déjà que les progrès permis grâce à des cures de stéroides/hormones de croissance et d'EPO ne sont pas loin d’être équivalent à ceux en vélo.

On a pu voir le niveau d'un Federer sous mononucléose, ce n'était plus le même joueur, ou encore Djokovic actuellement qui physiquement est bien diminué ou Nadal quand il était gêné par son genou.
Sans le physique actuellement dans le tennis moderne, tu ne peux prétendre à rien.

On parle d'entrainement, de classe naturelle en tennis indispensable pour atteindre les sommets, mais en vélo, c'est exactement pareil. Tu peux donner un fourgon d'EPO à Grégory Barteau ou à Ramon Carretero, ils seront à peine capable de finir une étape de la Ronde de l'Oise.
Faut pas croire qu'un Bjarne Riis sans dopage, c'est un naze, pareil pour un Lance Armstrong, à la base, ce sont des déjà des athlètes exceptionnels dans la population (une naissance sur 100 000 maximum).

Si la technique était tellement si prégnante en tennis, alors on devrait voir bien plus souvent des types au-delà des 45 ans remporter des grands chelems ou proche de la victoire comme on en voit régulièrement en golf (Tom Watson à 59 ans, Greg Norman à 53 ans pas loin d'une victoire en GC). Or en tennis, la moyenne d'age du top50 est même plus basse qu'en vélo, signe que le déclin physique joue une part essentielle dans la performance en tennis et que le dopage peut y avoir toute son importance (et il peut même concerner une palette de caractéristiques plus grande qu'en vélo : force, vitesse, endurance)
Avatar de l’utilisateur
Par Wald
#2842511
C’est amusant que les gens conservent cette perception des sports où il y a une part de technique comme protègés du fléau du dopage. Le dopage peut vraiment aider partout. Tetoo a bien fait de mentionner le curling, qui ne requiert pas des facultés physiques hors normes et qui pourtant peut être aussi touché par le dopage.

Concernant le tennis, c’est bien beau d’être le meilleur au niveau technique, mais il faut quand même être capable de courir comme un lapin trois heures tous les deux trois jours, continuer à maîtriser des coups très techniques sans être impacté par la fatigue, avoir une puissance énorme... Ce sport présente tous les critères pour qu’un dopage soit super efficace.

Je rejoins également Bradounet, les Armstrong ou Froome, même si son cas est confirmé, sont des athlètes hors normes. L’apport du dopage lourd est énorme, mais il ne transforme pas un cycliste du dimanche en vainqueur de GT.

Sur leur fréquence dans la population, je ne m’avancerait pas autant, d’où tires-tu cette estimation, Bradounet ?
#2842621
Oui les gars vous avez raison.
Mais je resterai en partie sur mon avis.
Bien entendu que le physique fait partie de l'ensemble des sports, mais suivant le sport, il est une composante plus ou moins essentielle voire totale.
Pour le vélo, on peut jouer sur le matériel, la position en contre la montre, la reconnaissance, la valeur d'une équipe et l'aspect tactique, mais plus on est fort, plus on récupère vite et bien, plus on peut dépenser de cartouches, prendre le vent, plus on va vite au sprint...et plus on est performant...
Pour le Tennis, bien sur que le physique est nécessaire, quand nadal et djoko s'affront 6h à l'OA, ya forcément du foncier derrière..Mais, ça fait partie d'un ensemble.
Un mec qui se dope en tennis ne va pas franchir autant de pallier que la génération EPO des années 90.

L'exemple de Froome, bien que nous n'ayons aucune preuve me parait quand même finalement intéressant pour supposer un parallèle. Je vais choisir par pur hasard Evgeny Donskoy, honnête tennisman russe de 28 ans qui stagne entre la 60ème et la 100ème place mondiale.. Qui pourrait l'imaginer gagner l'ensemble des GC demain?
Les trajectoires à la Froome, à la Jaskula, à la Rumsas, à la Wiggins, à la Kohl, à la Ugrumov, à la riis, à, la landis, à la armstrong, à la berzin, à la bobrik, à la jaja, à la ricco, à la virenque etc... etc.... --> eh bien désolé, je ne vois pas (hormis gros coup de chances one shot (clement, cecchinato, verkerk, johansson...)) d'équivalent dans le tennis.

Donc ça me parait quand même impossible de comparer
Avatar de l’utilisateur
Par GATO
#2842661
Transju27 a écrit :
11 juin 2018, 09:09
Sinon, onze Roland-Garros et client reconnu du Dr Fuentés, personne dans les médias ne se pose la question du "carburant" utilisé ? Alors, qu'un cycliste qui gagne deux courses de suite, c'est louche …

Il y a quelques années l'Espagnol souffrait à Roland et les médecins lui faisaient des piqûres pour le remettre d'aplomb. Tous les médias encensaient son courage face à la souffrance, les mêmes qui fouillent dans les poubelles des hôtels du Tour à la recherche de seringues. :tonton:
pour beaucoup moins que ca la ministre francaise ...
le site pourrait avoir de gros problemes
car pas une mais trois difamations ...
charlix ...
voulant aider
Avatar de l’utilisateur
Par Bradounet_
#2842721
L'écart de niveau entre un Donskoy et le numéro un mondial en tennis est bien plus important qu'entre un Bernhard Kohl, un Ugrumov, un Jaskula, un Rumsas avant leur premier podium en GT et un vainqueur de GT.
C'est méconnaître leur palmarès et à une époque pour certains où l'EPO n'avait pas intégré les pelotons.
Donskoy faudrait plutôt le comparer à un Igor Pugaci de l'époque.

En vélo, on ne voit jamais des mecs semi-amateur semi-pro rivaliser avec l'élite mondiale.
En tennis, on voit encore des Tennis Sandgren en 1/4 de GC. Comment ça se fait ? Sa technique ne s'est pas améliorée prodigieusement en 6 mois ?
Le dernier équivalent en vélo, ce serait Jonathan Tiernan Locke, passé de réparateur de cycles au sommet de l'élite ou presque en un an, mais il a vite du arrêter son petit jeu parce qu'il se savait contrôlé en WT.

En tennis, on a bien un Stanislas Wawrinka qui décolle à 28 ans pour enchaîner 3 GC alors qu'il végétait entre le 13e et 21e rang mondial entre ses 22 et 27 ans.
Un Mardy Fish qui se décide à perdre 15 kg à 30 ans en 2011 et bondir à la 7e place mondiale en un été.
Une Konta qui se décident à gravir les marches 4 à 4 après avoir pas mal stagné autour de la 100-150e place.
Une Sara Errani qui d'un seul coup se met à enchaîner les derniers carrés de GC après ses consultations chez Del Moral l'ancien toubib de l'US Postal et des Once.
#2842770
manu74annecy a écrit :
12 juin 2018, 11:44

L'exemple de Froome, bien que nous n'ayons aucune preuve me parait quand même finalement intéressant pour supposer un parallèle. Je vais choisir par pur hasard Evgeny Donskoy, honnête tennisman russe de 28 ans qui stagne entre la 60ème et la 100ème place mondiale.. Qui pourrait l'imaginer gagner l'ensemble des GC demain?
Les trajectoires à la Froome, à la Jaskula, à la Rumsas, à la Wiggins, à la Kohl, à la Ugrumov, à la riis, à, la landis, à la armstrong, à la berzin, à la bobrik, à la jaja, à la ricco, à la virenque etc... etc.... --> eh bien désolé, je ne vois pas (hormis gros coup de chances one shot (clement, cecchinato, verkerk, johansson...)) d'équivalent dans le tennis.

Donc ça me parait quand même impossible de comparer
C'est marrant ce parallèle avec Donskoy.
On a pourtant eu un cas équivalent à Donskoy en tennis il y a quelques années : Mariano Puerta.
Puerta a végété la plupart de sa carrière au-delà de la 100ème place. Il a certes fait une bonne saison 2000 qui le voit brièvement intégrer le top 20, mais ensuite il disparaît très rapidement du top 100.
Et pourtant en 2005, à 27 ans justement, il intègre subitement (et après une première suspension pour prise de... clenbuterol) le top 10 et atteint la finale de Roland Garros en battant Canas (qui devait être tout aussi chargé que lui en passant) et Davydenko au termes de matches en 5 sets où il les écoeure physiquement (à chaque fois il est mené 2 sets à 1).
A ce jour, il est probablement le finaliste de Roland Garros qui a posé le plus de difficulté à Nadal, n'oublions pas qu'il avait obtenu sur son service 3 balles de 2 manches partout à 5-4.
Fin 2005, on apprend qu'il a été contrôlé positif sur ce tournoi de Roland Garros.

Je pense que le cas Puerta offre une parfaite illustration de l'effet que peut avoir le dopage dans un sport "technique" : d'anonymes du circuit, il devient finaliste de Grand Chelem. Un peu comme si un fidèle équipier lambda faisait le podium d'un Grand Tour.

Pourquoi mes coureurs sont toujours à l&rs[…]

Gabriel Muller, qui a commencé le velo […]

JEU DE L'OIE 2020: inscriptions

65 AG Driedaagse Brugge-De Panne 1 damienle f[…]

Conditions incroyables en tête de course dep[…]

Toute l'actualité cycliste sur notre site   Accéder au site