Rendez-vous sur ce forum pour discuter d'autres sports que le cyclisme, comme le football, le tennis, le rugby, le basket, le biathlon, NBA, NFL, NHL, handball, volley, voile, athlétisme, golf, F1, jeux olympiques...

Modérateur : Modos VCN

  • Page 71 sur 73
  • 1
  • 69
  • 70
  • 71
  • 72
  • 73
Avatar de l’utilisateur
Par Thejul
#3109196
Globalement quand tu passe à un drop réduit, t'as une phase d'adaptation de ta foulée qui passe notamment par l'augmentation de la cadence et la pose médio pied. Du coup suivant ta foulée "naturelle", tu es peut être un peu surpris.

Sinon en passant, après 9 mois de transition, je suis super bien en drop zéro. J'ai découvert les Altra Lone Peak pour le trail, c'est juste la chaussure la plus confort que j'ai jamais eu.
Avatar de l’utilisateur
Par Thejul
#3111362
Premier dossard de l'année hier dans le Lot, au dessus de Cahors, pour le trail de l'Aqueduc. Ca donne au final 28 km et 1500 de D+.

L'ambition au départ est de faire un point sur la prépa, de tester un peu matos et corps. L'objectif était vraiment de gérer. J'étais avec deux compères, on fait les premières bornes ensemble mais rapidement je les laisse filer, car j'ai les bronches qui sifflent depuis un rhume choppé le lundi (zéro activité de la semaine...). Je profite du cadre et du tracé qui est juste superbe et assez technique avec des descente en devers bien compliquée. Les montées se font biens par contre, et je me confirme que souvent la marche rapide est plus économe et pas forcément pénalisante en terme de temps.

Au 25ème, arrive la partie la plus technique où tu peux tout simplement pas trottiner. Surtout quand tu tombes sur le paquet du petit parcours, qui est composé de coureurs coureuses du dimanche. J'arrive à doubler en demandant poliment, jusqu'à ce que je tombe derrière un gars pas à l'aise du tout qui fini par glissé 2 mètres plus bas. On va le chercher avec un autre, on le remonte. Bilan, perte de temps et crampounette qui arrive. Merci l'ami. :green: La suite est composé de kms très trsè compliqués, surement les plus compliqués que j'ai vu, avec des pierriers, montées glissantes à 30%, cordes, etc, etc mais c'était superbe.

Je fini en 4h20, classé 115 sur 200 environ, en ayant la sensation de pouvoir enquiller encore quelques bornes. Mes potes ont fini dans les 80 à peine 15 minutes avant. Du coup j'suis satisfait du résultat, je sais quoi bosser (VMA ascensionnelle, musu avec chaise/fente/squats).
Avatar de l’utilisateur
Par CPTmatros
#3111446
Merci pour le récit.
Mon père est à Cahors je connais bien le coin.
C'était quoi la course? De quel village ça partait?
Avatar de l’utilisateur
Par CPTmatros
#3111449
Sinon un peu pareil que toi...
J'arrive au bout de mon plan pour mon 10 qui a lieu dimanche.
Et je viens de choper une bonne crève. Ca me ferait bien chier d'avoir passé 6 semaines à faire de l'AS10 pour déclarer forfait ou pour ne pas être à 100%.
Avatar de l’utilisateur
Par Allobroges
#3111454
Bravo Jul :super:

Effectivement, période compliquée où t'as plus à perdre qu'à gagner...

De mon coté, je galère plus que prévu pour suivre la prépa envisagée: je m'entretiens sans plus alors que je devrais faire beaucoup plus de foncier.
A vélo, le coup de pédale semble s'améliorer significativement mais il me reste à allonger mes sorties puis à faire du D+; à pied, j'ai l'impression d'être à la rue passé l'heure de footing...
Probablement suis je en sur-régime par rapport à ce que je devrais faire: cette semaine, il faut que je fasse un semi à 10 à l'heure, on verra bien...

En plus, je ne peux pas participer à ma course de mi février (complète) qui devait constituer mon point d'étape; du coup, je n'aurai aucun repère avant mon tri... :scratch:
Avatar de l’utilisateur
Par Thejul
#3111457
C'était le trail de l'Aqueduc, à Cours.

Si tu sais pas quo faire mi février, viens à gruissan :green:
Avatar de l’utilisateur
Par Thejul
#3111490
Un 40 (qui fait un poil plus), assez dur, surtout à cette période de l'année.
Avatar de l’utilisateur
Par Allobroges
#3111605
C'est tentant mais je ruine la suite du coup... :rieur:

Je me suis fait complètement avoir (bon, j'suis pas le seul): ils ont basculé 100 dossards de la course solo vers les duos, du coup, mouvement de foule sur les quelques places restantes sur le solo et bim, complet... :w00t:

C'est pas grave mais j'aurai souhaité apprécier ma progression sur ce trail vu que ca fait 2 ans que j'y participe...
Du coup, je leur souhaite un temps et un terrain bien pourri, tiens... :evil: (ca mange pas de pain...)
Avatar de l’utilisateur
Par Liam
#3111608
Bravo Jul :super:

De mon côté j'ai commencé la prépa pour le marathon de Paris depuis 15 jours. Schéma de prépa classique sur 12 semaines avec des cycles de 3 semaines de travail + 1 de régénération. Je viens de faire les deux premières semaines, 5h20 de course sur la première et 5h40 sur la deuxième, je devrais toucher les 6 heures cette semaine si tout se passe comme prévu. Jusqu'ici ça se passe bien, je suis assez content de mes capacités de récup. J'avais peur d'avoir du mal à enchaîner une charge que je n'avais jamais faite mais même si je n'en suis qu'au début et que le gros mois sera février je ne sens pas encore trop de fatigue. Par contre faut se motiver pour sortir le soir à la frontale et dans des conditions (température + humidité) pas toujours agréables. Mais je suis motivé !

Encore du mal à définir quelle sera l'allure marathon, elle a d'ailleurs le temps d'évoluer en cours de prépa selon la forme et les sensations. Pour l'instant je tâtonne en fonction de la fréquence cardiaque du jour et ce que je suis théoriquement capable de tenir sur un marathon. Hier j'ai pu tourner entre 5'15 et 5'05 sur les phases à allure cible. A voir comment ça évolue au fil de la prépa, même si je m'attends à rencontrer des sensations plus difficiles dans les semaines à venir avec la fatigue.
Avatar de l’utilisateur
Par Allobroges
#3111632
Liam, je t'encourage à lire le lien sur l'hydratation que j'ai posté la page précédente: ce peut être très bénéfique pour la récup et pour le jour J essentiellement...

Bon courage pour la prépa :wink:
Avatar de l’utilisateur
Par Liam
#3111671
Merci :wink:

Et je l’ai bien lu :smile:

Très intéressant en effet. Un marathon c’est d’abord un gros défi métabolique. Et c’est vraiment la très grosse part d’inconnu puisque ce sera le premier et que je vais toucher des zones d’effort que je n’ai jamais touché. Donc entre la théorie de ce que je suis capable de tenir comme allure et la pratique il se peut qu’il y ait de la marge.

Donc j’essaye de faire attention à tout l’entraînement invisible : l’hydratation déjà (quantité d’eau, zéro alcool...), ainsi que l’alimentation et le sommeil (gros point d’amélioration pour moi, je suis un couche tard/lève-tôt).
Avatar de l’utilisateur
Par CPTmatros
#3111843
Tu as fait un test VMA? Si tel est le cas tu peux t'appuyer là-dessus pour ton AS42.
Ou alors en pourcentage de ta FCmax et tu recoupes.

Tu sais pas encore quel temps tu voudrais faire du coup?
Après attention à pas définir une allure cible trop rapide. J'ai un copain qui a subi un mur de plein fouet pour son premier marathon. Il est parti sur une allure de 5'00 et il a fini en 4h36!
Pourtant son record sur semi lui permettait de partir à cette allure comme quoi.
Avatar de l’utilisateur
Par Allobroges
#3111880
J'ai également cette expérience il y a 10 ans sur le marathon d'Annecy: je suis parti avec les 4h, autant voud ire que ca n’avançait pas; j'ai pris les rennes au km 21; j'ai du leur mettre 2-3 mn, j'ai explosé au km 32 et j'ai revu passer les minettes et vieillards à 5 km du but...
Résultat: 4h15 :pt1cable:

Surtout ne pas tabler sur ces temps à l'entrainement ou alors s'y mettre dans les 10 derniers km (5'/km me paraissant très ambitieux pour un 1er marathon...
Avatar de l’utilisateur
Par Liam
#3111892
@CPT > Je connais ma VMA et ma FCMax théoriques oui. C'est ce que je disais dans mon post précédent, pour l'instant les blocs à allure cible je les fais selon ce que je suis censé tenir en terme de FC. Mais je précise bien que c'est théorique. Je suis à la deuxième semaine de la prépa donc je tatonne comme je le dis, j'essaye pour voir ce que ça donne.

Je n'ai pas d'expérience marathon et un bon pote à moi qui a des références correctes sur 10 et semi (1h25) n'a jamais fait mieux que 3h35 sur trois marathons. Il a même fait New-York avec sa mère et c'est elle qui le traînait sur la fin alors qu'elle ne fait "que" 1h45 au semi. J'ai bien conscience que c'est une épreuve particulière. Je le dis également c'est un défi d'abord métabolique. Et les références sur les distances plus courtes peuvent vite voler en éclat. La préparation est vraiment importante.

Dans mon idée de début de prépa j'avais comme allure cible 5'20/5'15. Il n'y a pas de raison que ça change fondamentalement. L'idée est de travailler pour pouvoir les tenir sur la longueur pas pour tenter de l'améliorer miraculeusement de 15 secondes comme ça. Et l'allure cible est d'abord un guide pour bosser pour l'instant pour avoir un repère pour les exos. L'objectif il sera défini après les dernières sorties test à 3 semaines de la course.
Avatar de l’utilisateur
Par Thejul
#3111924
Je trouve pas que le marathon soit vraiment un défi métabolique. Pour moi l'aspect le plus compliqué est plutôt physique, à savoir comment tu vas encaisser la répétition des chocs au niveau des articulations, tendons, etc. Finalement, finir un marathon, c'est pas compliqué, viser un chrono c'est déjà plus ambitieux. Beaucoup d'ailleurs en font un pour le finir, et un pour faire une marque.

Pour le fameux "mur", c'est souvent parce que l'on a été trop gourmand, qu'on ne se connaît pas bien et qu'on oublie de se ravitailler.
Avatar de l’utilisateur
Par Liam
#3111950
Thejul a écrit :
28 janv. 2020, 12:02
Je trouve pas que le marathon soit vraiment un défi métabolique. Pour moi l'aspect le plus compliqué est plutôt physique, à savoir comment tu vas encaisser la répétition des chocs au niveau des articulations, tendons, etc. Finalement, finir un marathon, c'est pas compliqué, viser un chrono c'est déjà plus ambitieux. Beaucoup d'ailleurs en font un pour le finir, et un pour faire une marque.

Pour le fameux "mur", c'est souvent parce que l'on a été trop gourmand, qu'on ne se connaît pas bien et qu'on oublie de se ravitailler.
Quand je parle de défi métabolique c'est être capable de courir un marathon "vite" en utilisant le maximum de ton potentiel. Pas juste finir. N'importe quel coureur régulier est capable de finir 42km en y allant tranquillement. Réaliser un chrono en étant régulier et en ayant exploité son potentiel c'est autre chose. Et ça passe quand même par tout un tas d'adaptation métabolique que tu n'as pas l'habitude de travailler lorsque tu t'arrêtes généralement à des distances plus courtes.
Avatar de l’utilisateur
Par CPTmatros
#3111953
Selon ma VMA, je peux faire 3h34 sur marathon. Et pour l'instant j'en reste à 4h08...
Alors certes je valais moins que cela l'an dernier, je n'avais pas un plan adapté pour le préparer et puis c'était mon premier. Mais tout de même difficile de se fier uniquement à la théorie sur cette distance phare.
Cela dit, partir trop lentement n'est pas bon non plus car tu ne reproduiras pas un second semi à la même allure a priori. Courir longtemps, ca fatigue, c'est con mais c'est vrai.
Avatar de l’utilisateur
Par MickaelKael11
#3111964
Tu peux courir un marathon en negativ Split, c'est ce que j'avais réussi à faire à Nantes en 2016 pour mon avant dernier, avec une douleur terrible à la hanche :w00t: :genance: .

Néanmoins le marathon je n'arrive pour l'instant pas à le dompter. 3h18 avec un record sur semi de 1h24 et 10km en 37' ...
Moi mon gros soucis c'est l alimentation en course ... et comme je suis très mince, je n'ai plus de carburant au-delà des 30km .
Ça va être un de mes gros travaux de travailler cela pour mes ultra et le marathon qui viendra en fin d année.

En tout cas, je vous suis bien attentivemen :wink: :applaud:
Avatar de l’utilisateur
Par Liam
#3111975
Je ne peux pas trop me prononcer pour vous mais le problème de mon pote dont je parle plus haut c'est d'abord, à mon sens, qu'il ne respecte pas assez les volumes et les allures d'endurance fondamentale à l'entraînement. J'en ai discuté bien souvent avec lui et ça l'emmerde. Du coup il a beau faire du volume, il le fait "mal" et lorsqu'il arrive sur marathon et tout ce que ça implique d'adaptations physiologiques et métaboliques il cale. Sur des distances plus courtes ça passe très largement parce qu'il a naturellement un niveau correct mais je reste persuadé que la première règle d'or pour réussir sur ces distances c'est de respecter ce volume et ces allures d'endurance de base pour tout ce qu'elle apporte en terme d'adaptation. J'essaye donc d'être très attentif à ça et de respecter chaque semaine un volume de 70 à 75% de temps à 60/65% de VMA.
  • 1
  • 69
  • 70
  • 71
  • 72
  • 73
Total Direct Energie 2020

En Andalousie, première étape et pr[…]

Ta vidéo montre un cadre acier Orbea[…]

Team Cofidis 2020

Je ferais toujours passer les intér&eci[…]

Astana Pro Team 2020

1ère étape également ce mercr[…]

Toute l'actualité cycliste sur notre site   Accéder au site