Le topics dédié aux différentes formation du peloton international. Pour venir échanger au sujet des équipes World-Tour (FDJ, Ag2r-la mondiale, etc...), Conti-Pro (Cofidis, Fortuneo, Delko-Marseille, Direct Energie) et continentales (Armée de Terre, Axeon, Euskadi), c'est ici que ça se passe
  • Page 1 sur 33
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 33
Avatar de l’utilisateur
Par FabioLullito
#3417192
BB HOTELS-KTM 2022 Image
La saison 2021 des hommes de Jérôme Pineau a divisé les suiveurs : raté pour certains au vu du faible nombre de victoires (6) sur des plateaux modestes qui plus est (Tour du Rwanda et Tour Savoie Mont-Blanc) et de la faillite des leaders, réussi pour d’autres en avançant la régularité de l’équipe, sa nouvelle densité d’effectif et un meilleur niveau sur les courses World Tour (en particulier les classiques).

Cependant 2022 semble marquer un tournant pour l’équipe BB Hotels-KTM. Tout d’abord elle a perdu les deux premiers leaders historiques de l’équipe : Bryan Coquard et Quentin Pacher, présents dès la création de l’équipe. Exit aussi d’autres coureurs qui avaient rejoint le projet dès le départ comme Jonas Van Genechten, Bert De Backer ou encore Kevin Reza. Et pour les remplacer, la direction sportive a fait le choix d’un recrutement tourné vers la jeunesse (23,8 ans de moyenne d’âge pour 8 coureurs). Enfin, le départ de Bryan Coquard marquera peut-être un visage plus offensif de l’équipe sur certains profils, à l’image de ce qu’a déjà montré un certain Franck Bonnamour l’an passé.


L’effectif


Image

Franck Bonnamour (26 ans, 566 pts UCI en 2021)

Sur la lancée de sa saison 2021, il sera sans nul doute le leader de l’équipe cette saison. Disposant d’une palette large, il peut briller sur plusieurs terrains et sera la meilleure chance pour l’équipe d’aller une ou plusieurs belles victoires cette saison (une Coupe de France par exemple ou encore une étape en WT). Il semble même disposer encore d’une marge de progression. Reste à savoir s’il arrivera à rester performant sur une saison entière.

Image

Luca Mozzato (23 ans, 526 pts UCI)

Le rapide italien ne cesse de progresser saisons après saisons. Avec le départ de Coquard, il devrait acquérir un programme plus fourni et relevé même s’il semble un peu juste pour rivaliser avec le gratin mondial en sprint, où il a encore de gros progrès à faire (il reste encore très jeune du haut de ses 23 ans). C’est plutôt du côté des classiques, après sa belle campagne 2021, qu’il faudra attendre des résultats pour Mozzato. En fin de contrat en 2022, il sera l’élément prioritaire à prolonger cette saison pour Jérôme Pineau.

Image

Jérémy Lecroq (26 ans, 210 pts UCI)

La révélation 2021 sur les Flandriennes. Tournant souvent autour l’an passé, il court après un gros résultat en WT. On peut penser, vu son aisance sur les secteurs pavés et si la malchance le laisse tranquille (cf Paris-Roubaix et le Tour des Flandres 2021), qu’il a ce résultat sous la pédale. Il devrait sans doute être le leader de l’équipe sur les pavés cette année. Côté sprint, après une très bonne saison en équipier du Coq, il devrait avoir sa chance un peu plus souvent cette année sur les sprints massifs, à moins qu’il n’hérite du poste de lanceur attitré pour Mozzato.

Image

Sébastian Schönberger (27 ans, 160 pts UCI)

Il sort d’une belle fin de saison dernière (3ème du Tour de Vendée, 6ème des Boucles d’Aulne) avec de belles qualités de puncheur. On devrait le retrouver cette année dans un rôle un peu plus protégé notamment sur les Coupes de France vallonnées. Il peut aussi dépanner en leader de courses à étape en classe 1 ou 2 mais semble trop limité en montagne pour espérer mieux qu’un fond de top 10. Arrivant souvent à intégrer les échappées, il pourrait néanmoins lever enfin les bras cette saison sur une échappée victorieuse lors d’étapes sélectives.

Image

Cyril Barthe (25 ans, 136 pts UCI)

Le béarnais progresse marche après marche et lui aussi, le départ de Coquard devrait lui donner quelques libertés supplémentaires, notamment pour faire parler son caractère offensif et son punch. Une valeur sûre de l’équipe, régulièrement aux alentours de la 10ème place mais qui doit encore franchir un palier pour aller chercher un premier résultat référence sous les couleurs Glaz.

Image

Jens Debusschere (32 ans, 132 pts UCI)

Après 18 mois à trainer sa peine, l’expérimenté belge a retrouvé des couleurs l’été dernier (5ème à Heylen Heitse Pijl, 6ème de l’Egmont et 10ème à Denain). Même si Debusschere semble maintenant trop juste pour jouer un rôle sur les Flandriennes WT (en espérant tout de même qu’il puisse être utile à Lecroq ou Mozzato sur ces dernières), il est encore capable de chercher des résultats sur le calendrier belge en Europe Tour et de sortir quelques jolis sprints sur le reste du calendrier Continental.

Image

Alan Boileau (22 ans, 118 pts UCI)

Après son coup d’éclat au Rwanda (3 victoires d’étapes et une 4ème place au général), le petit prince de Kigali a eu du mal à confirmer derrière, avec pour seul fait d’arme une nouvelle victoire d’étape sur le Tour Savoie Mont-Blanc. Même si la performance de remporter 4 victoires pour sa première année pro est remarquable, il faut sans doute laisser encore Boileau progresser et prendre de la caisse avant de fonder de gros espoirs en lui. On suivra sa saison avec attention mais sans y placer de grands espoirs de résultats, cela viendra peut-être plutôt l’an prochain (s’il prolonge avec l’équipe).

Image

Maxime Chevalier (22 ans, 113 pts UCI)

Le natif de St Nazaire, qui a déjà 2 Tours de France bouclés dans la musette à seulement 22 ans, doit franchir un palier. En effet, avec le départ de Pacher et un duo Rolland-Gautier en difficulté, il y a un manque en montagne dans l’équipe et son Ventoux Challenge de l’an passé (11ème avec Bouchard en abordant le pied avec du retard sur le groupe de tête) laisse penser qu’il en a les capacités.

Image

Eliot Lietaer (31 ans, 101 pts UCI)

Le 4x4 belge a rempilé pour 2 saisons en Bretagne après une première année où il a fait le job quand on a fait appel à lui. Malheureusement il n’a pas été épargné par les blessures (comme lors de toute sa carrière d’ailleurs). On devrait lui demander cette saison de viser quelques places en Europe Tour, aussi bien sur des CG que sur des classiques avec du relief.

Image

Thibaut Ferasse (27 ans, 96 pts UCI)

Le puncheur breton a semble-t ’il réussit à trouver sa place en fin de saison dernière (7ème du Tour de Vendée, 4ème du Tour de Bretagne). Il aura sans doute un rôle « d’électron libre » sur la plupart des courses et s’il maintient son niveau de fin de saison dernière, il peut être l’une des bonnes surprises de cette saison.

Image

Jonathan Hivert (36 ans, 82 pts UCI)

Après un début de saison 2021 correct (et pas aidé par la grosse densité de niveau des plateaux), le tourangeau a disparu complètement des radars. Adepte des conditions météos hivernales, on va espérer le voir à son avantage en début de saison mais sans grandes illusions pour la suite de la saison (sa dernière ?).

Image

Cyril Lemoine (38 ans, 78 pts UCI)

Un équipier modèle qui, malgré son âge, garde un très bon niveau lui permettant d’accompagner ses leaders loin dans les courses difficiles. Sa science du placement, sa capacité à frotter et son bon niveau sur les pavés seront un atout pour les flandriens et les sprinteurs de l’équipe. Son dévouement mériterait d’ailleurs un dernier coup d’éclat individuel avant de tirer sa révérence.

Image

Cyril Gautier (34 ans, 70 pts UCI)

Une année 2021 très compliqué pour le breton avec une baisse assez nette de niveau. En espérant qu’il se reprenne cette année pour pouvoir mieux épauler ses leaders quand la route s’élève ou encore pour peser plus dans les échappées qu’il arrive à intégrer.

Image

Pierre Rolland (35 ans, 61 pts UCI)

Comme pour Gautier, une année à oublier pour l’infatigable attaquant de BB Hotels-KTM. Néanmoins, même si l’âge commence à peser sur ses performances, quelques signaux laissent à penser que Rolland a encore les capacités de peser en montagne, au moins en Europe Tour. Il a changé ses habitudes pendant la coupure hivernale pour être performant rapidement cette saison et l’équipe aura bien besoin de lui en montagne vu le déficit de grimpeurs dans l’effectif.

Image

Quentin Jauregui (27 ans, 0 pt UCI)

Une année quasi-blanche pour lui à cause d’une blessure au genou qui a amputé pratiquement toute sa saison. Il a repris en août pour se mettre au service de ses équipiers mais étant encore qu’à 80% de ses capacités. Il est retourné aux sources en effectuant une saison pleine de cyclo-cross afin de retrouver son niveau et peser cette saison sur les courses pour puncheurs.

Image

Julien Morice (30 ans, 0 pt UCI)

Le roule-toujours de l’équipe continuera à épauler les sprinteurs du groupe pour rouler derrière les fuyards audacieux. Cependant quelques pépins physiques l’ont empêché de donner sa pleine mesure l’an passé voir de jouer sa carte lors des rares occasions qu’il a eues.

Image

Glazic (22 ans, 1 Baby Glazic)

Une saison en demi-teinte pour la mouette préférée des enfants : après avoir pomponné en début d’année pour Baby Glazic, un virus dont l’identité n’a pas filtré (grippe aviaire ? Covid ? Usutu ?) a cloué son plumage blanc au lit. On espère tous et toutes évidemment retrouver Glazic au summum de sa forme pour nous gratifier sur les routes de France de ses chorégraphies Kameloualiesques dont elle a le secret.


Les recrues


Image

Jordi Warlop (25 ans, 187 pts UCI)

Une bonne pioche pour le groupe Flandrien. Le belge issu de l’équipe Sport Vlaanderen-Baloise a collectionné les places d’honneur sur le circuit belge d’Europe Tour grâce à sa pointe de vitesse. Il a encore un palier à franchir pour ferrailler sur les Flandriennes WT mais il devrait être utile à l’équipe sur les nombreuses SSR belges du calendrier. On pourrait aussi le retrouver dans un rôle de poisson pilote auprès de Mozzato ou de Barbier.

Image

Pierre Barbier (24 ans, 163 pts UCI)

Suivi depuis plusieurs saisons par Jérôme Pineau, le prometteur sprinteur pose enfin ses valises en Bretagne avec sans doute un statut de sprinteur numéro 2, du moins pour la première partie de saison. En effet, il devrait avoir un calendrier à sa mesure et s’il enchaine rapidement les bons résultats, je ne serai pas surpris qu’il grimpe rapidement dans la hiérarchie des sprinteurs de l’équipe, d’autant plus s’il arrive à engranger quelques succès.

Image

Miguel Heidemann (23 ans, 71 pts UCI)

Jérôme Pineau avait un allemand lors du dernier mercato et soyons honnête, on n’avait pas vu Heidemann venir. Cependant le recrutement n’est pas inintéressant, l’équipe manquant cruellement de rouleurs ou de coureurs capables de rouler longtemps et à un fort rythme pour contrôler des échappées. Il pourra pourquoi pas jouer sa carte sur certaines courses à étapes se jouant sur un clm comme le Tour Poitou-Charentes.

Image

Alexis Gougeard (28 ans, 35 pts UCI)

En perte de vitesse depuis 2 ans, le rouleur en provenance d’Ag2r-Citroën vient se relancer chez les Men In Glaz. S’il a déclaré vouloir briller sur les Flandriennes, c’est plutôt sur les Coupes de France ou encore en baroudeur sur les courses à étapes que je le vois performer à la condition essentielle qu’il retrouve le niveau de ses coups d’éclats chez Ag2R.

Image

Axel Laurance (20 ans, 30 pts UCI)

Sans doute le garçon le plus talentueux sorti du VCP Loudéac ces dernières années. Plusieurs fois appelé en EdF espoirs avec laquelle il a remporté une victoire d’étape sur la Course de la Paix et glané un podium d’étape sur la première étape du Tour de l’Avenir. Il a un profil très polyvalent avec une bonne pointe de vitesse, cette première année pro pourrait nous permettre de mieux affiner son profil. S’il arrive à bien digérer la bascule espoir-professionnel, il pourrait être la bonne surprise de cette saison.

Image

Adrien Lagrée (24 ans, 3 pts UCI)

Issu lui aussi du VCP Loudéac, son recrutement a pu surprendre au départ. Mais il a semblé monter en régime au fil des courses pendant sa période de stagiaire, terminant sur un joli Paris-Tours. On devrait le retrouver en grande partie dans un rôle d’équipier mais il devrait avoir sa chance en baroudeur plusieurs fois cette saison.

Image

Raphaël Parisella (19 ans, 0 pt UCI)
La recrue surprise dans on sait que Florian Dauphin ou encore Jean-Louis Le Ny sont restés à quai. Stagiaire chez Rally-Cycling, Jérôme Pineau a voulu sécuriser la signature du canadien, convoité par plusieurs formations (EF, Rally-Cycling et la conti FDJ). On devrait le retrouver dans les trains de sprint mais aussi dans le groupe Flandrien en ce début de saison.

Image

Victor Koretzky (27 ans, 0 pt UCI)

La bonne idée et la bonne pioche de ce mercato. Le spécialiste du VTT (5ème des JO et numéro 2 mondial en 2021) a sans doute de grosses capacités physiques mais il découvrira le niveau pro sur la route cette saison, difficile donc de déterminer son profil exact (pur puncheur ou grimpeur-puncheur ?). Si Jérôme Pineau place déjà de grosses attentes en lui, on attendra sur cette première année de contrat qu’il s’imprègne des spécificités de la route et qu’il performe sur le circuit Europe Tour avant d’envisager un niveau WT. Après s’il performe de suite en WT, on est bien sur preneur mais restons prudent…


Ce qu’on attend de l’équipe en 2022



• Qu’elle continue à faire progresser ses coureurs, dans la continuité de 2021 (exemples de Bonnamour, Mozzato, Lecroq, Barthe, Schönberger etc…)

• Qu’elle maintienne son rang dans la hiérarchie des Conti Pro (5ème en 2021) : la tâche ne sera pas aisée à première vue avec les pertes de Coquard et Pacher. Mais plusieurs pistes pourraient permettre de compenser leurs départs : les arrivées de Barbier et Koretzky, Bonnamour qui fait une saison complète et la progression constante de plusieurs coureurs de l’effectif.

• Qu’elle améliore la qualité et la quantité de ses victoires. En effet la qualité a surtout manqué l’an passé, on peut espérer que l’équipe remporte enfin une Coupe de France (aucune au palmarès de l’équipe depuis sa création). De manière générale, on peut souhaiter au moins deux victoires sur des courses 1.1 ou 1.Pro mais aussi des étapes sur des courses à étapes en Europe de classe 1 minimum. Difficile par contre de viser des victoires sur des classements généraux vu l’effectif. Un total de 8-9 victoires semble raisonnable.
Avatar de l’utilisateur
Par Nopik
#3417202
Ah merde c'est Bonnamour leur leader ?! :w00t:

Bon j'aime bien ce genre de coureur qui se bat sur tous les terrains, c'est pas le problème. C'est juste pas le même calibre que Sagan on va dire.

Une belle brochette de coureurs expérimentés sur le déclin par ailleurs.
Avatar de l’utilisateur
Par FabioLullito
#3417214
Nopik a écrit :
11 janv. 2022, 12:52
Ah merde c'est Bonnamour leur leader ?! :w00t:

Bon j'aime bien ce genre de coureur qui se bat sur tous les terrains, c'est pas le problème. C'est juste pas le même calibre que Sagan on va dire.

Une belle brochette de coureurs expérimentés sur le déclin par ailleurs.
Après une belle purge a déjà commencé l'été dernier et se poursuivra sans doute l'été prochain, il n'en restera quasiment plus en 2023.

Je comprends que l'effectif ne fasse pas rêver sur le papier en terme de noms mais, faute de moyens financiers, la nouvelle stratégie de recrutement opéré semble être la bonne, c'est-à-dire plus de jeunes coureurs à faire progresser que de noms sur le déclin (à la limite seul Gougeard pourrait entrer dans cette catégorie mais il n'est pas si vieux que ça, il y a une chance qu'il se reprenne).
Avatar de l’utilisateur
Par Agneau
#3417227
Belle présentation Fabio!! :applaud:
L'arrivée de Koretzky donne envie, mais ça manque clairement d'un vrai leader...
Avatar de l’utilisateur
Par FabioLullito
#3417231
Je remet du coup le programme DU LEADER ( :metalhead: ) Bonnamour :

- GP la Marseillaise
- Etoile de Bessèges
- Tour des Alpes Maritimes et du Var
- Boucles Drôme-Ardèche
- Paris-Nice

Pour le coup, c'est un programme qui lui va comme un gant, on sera assez vite fixé sur son état de forme du coup.
Avatar de l’utilisateur
Par Akaion
#3417239
Les coureurs qui la composent rendent l'équipe plus intéressante à suivre que les autres années je trouve.

On a le programme de Koretzky du coup?
Avatar de l’utilisateur
Par blouss_
#3417242
Merci FabioLullito pour cette belle présentation.
Je suis très curieux de voir le comportement de l'équipe cette année. Je vais suivre avec attention, les Barthe, Lecroq, Bonnamour, Barbier, Mozzato... et bien sûr Koretzky, qui peut être une bonne surprise à mon avis.
Avatar de l’utilisateur
Par FabioLullito
#3417248
Akaion a écrit :
11 janv. 2022, 14:33
Les coureurs qui la composent rendent l'équipe plus intéressante à suivre que les autres années je trouve.

On a le programme de Koretzky du coup?
Des quelques infos à droite à gauche j'ai cru comprendre Marseillaise/Bessèges/une course française/Paris-Nice.

Mais à confirmer.
Avatar de l’utilisateur
Par AlbatorConterdo
#3417319
On espère retrouver un Glazic plus fringuant qu'en 2021 :metalhead:
Avatar de l’utilisateur
Par TchangPapado
#3417910
Merci Fabio pour la présentation, impeccable !

Miguel Heidemann, j'oublie à chaque fois qu'il fait partie de l'effectif 2022, c'est incroyable
Je pensais que c'était Schonbi notre leader ! :love:

Plein d'attentes à tous les niveaux cette saison, on a des néo-pros à suivre (Laurence, l'inconnu Parisella), un nouveau leader inattendu (Bonnamour), bcp de gars qui arrivent dans leurs belles années et doivent prendre plus de place (Lecroq, Barthe, Mozzato, Ferasse), des types à relancer (Jauregui, Gougeard, Lietaer), des recrues à découvrir (Barbier, Koretzky, Warlop, Heidemann :elephant: )...

Nos trentenaires coureurs expérimentés sur le déclin qui continuent à alimenter la rubrique "B&B est un mouroir" passeraient presque pour des second couteaux vu qu'en vrai, on en attend plus grand chose non ? Rolland, Gautier, Lemoine... J'aimerai quand même qu'Hivert puisse refaire des coups d'éclat comme en 2019.

Vivement le GP d'ouverture ! :flags:
Avatar de l’utilisateur
Par Quef
#3417954
L'équipe de lance dans l'accompagnement à distance de jeunes coureurs.
https://www.directvelo.com/actualite/93 ... z-academie

À voir ce qui se cache derrière la com'. Ils disent mettre à disposition un vélo CLM, mais je ne sais même pas si tous les coureurs pro en ont (?). A voir aussi la complémentarité avec Loudeac, et combien il y aura de juniors, qui semble être le premier vivier à suivre maintenant.
Avatar de l’utilisateur
Par FabioLullito
#3417958
Pour compléter Quef, voici le communiqué de presse :

La Glaz Académie est ouverte !

Fruit de sa volonté de faire éclore de jeunes talents au plus haut niveau, le B&B HOTELS - KTM lance la Glaz Académie, au sein de laquelle plusieurs coureurs amateurs trouveront un précieux soutien logistique et humain. Pour ces Juniors et Espoirs, il s’agit d’un avant-goût du monde professionnel.


" Ce projet était un de nos objectifs à la création du club, c’est une fierté de le voir enfin se concrétiser. » Il lui aura fallu attendre quatre ans mais Jérôme Pineau peut aujourd’hui se réjouir de la naissance de la Glaz Académie. Le principe en est simple : si le VCP Loudéac est et restera l’équipe réserve du B&B HOTELS - KTM, l’accompagnement des plus jeunes par la structure professionnelle bretonne s’étend désormais à plusieurs clubs amateurs, dans l’Ouest et ailleurs.


« Nous sommes partis du constat qu’un coureur Junior ou Espoir n’a pas forcément intérêt à quitter son environnement avant la fin de ses études ou de sa formation cycliste, explique le manager général des Men in Glaz. Son équilibre psychique et son épanouissement sont aussi importants que ses progrès sportifs. Sans compter que le calendrier de courses d’un club de N1 breton ne correspond pas forcément à tous les profils. Un futur grimpeur s’épanouira naturellement davantage au pied des montagnes que dans notre région et un coureur qui mène un double projet sport-études a tout intérêt à terminer son cursus scolaire avant de s’envoler vers de nouveaux horizons, mais il est important de mettre tous les atouts sportifs de son côté. La Glaz Académie offrira aux coureurs que nous aurons sélectionnés les moyens de progresser tout en restant licenciés dans leur club avant de faire le grand saut. Depuis le début de la crise sanitaire voilà deux ans, les clubs souffrent et si l’on peut les soutenir via ce genre d’initiatives plutôt que les déposséder de leurs meilleurs coureurs, tout le monde y gagnera. »


A quelques encablures du monde professionnel, ils sont nombreux à posséder le talent pour passer à l’échelon supérieur et mériter d’être épaulés au-delà de ce que leur club formateur leur offre. En s’appuyant sur la volonté commune de toutes les parties, il fallait inventer la mécanique la plus vertueuse possible, susceptible de convenir à tous. Aux manettes de cet innovant programme de formation, Steve Arbault, jusqu’alors directeur sportif du VCP Loudéac, sillonnera les routes de France et d’Europe avec sa casquette de scout afin de repérer les talents Glaz de demain. « Nous serons là pour fournir aux académiciens un accompagnement à plusieurs niveaux, confie le technicien. Un vélo de contre-la-montre à domicile, un stage de préparation à l’intersaison ou un séjour en montagne, un suivi en termes d’entraînement, des conseils ou des soins auprès de notre cellule médico-performance, nous serons là pour répondre aux besoins spécifiques des coureurs et à les préparer à leur carrière professionnelle, sur le vélo ou non. En France et sur les épreuves internationales Juniors et Espoirs, j’observerai attentivement les coureurs de l’Académie et ceux susceptibles d’intégrer ce programme. »


Accompagner et promouvoir les académiciens, soutenir leurs clubs en les rendant ô combien attractifs aux yeux des plus jeunes, ouvrir la porte du cyclisme professionnel à ceux qui y ont toute leur place, la Glaz Académie présente bien des avantages. Huit coureurs, pour l’heure, composent la Promotion 2022 puisqu’aux côtés des Espoirs de Nationale 1 Pierre Thierry, Jean-Louis Le Ny (tous deux licenciés chez WB-Fybolia Locminé), Nolann Mahoudo, Florian Dauphin (sociétaires du VCP Loudéac), Aurélien Gilbert et Louis Rouland (nouvelles recrues de Bourg Ain Cyclisme), les Loudéaciens Baptiste Gillet (Junior 2) et Alexandre Léauté, cycliste handisport quadruple médaillé aux récents Jeux Paralympiques de Tokyo complètent l’effectif. Sur les routes de la Costa Blanca, au Sud de l’Espagne, une nouvelle aventure débute en présence de cinq des huit pensionnaires de l’Académie, qui partagent l’entraînement des Men in Glaz. La première pierre d’un édifice que tous - coureurs, clubs formateurs et structure professionnelle du B&B HOTELS - KTM - souhaitent voir grandir le plus vite possible.
Avatar de l’utilisateur
Par FabioLullito
#3417963
Pierre Thierry, vice-champion de France de CLM Juniors derrière Grégoire l'an passé, c'est une bonne surprise pour le coup. Je trouvais aussi les départs l'an passé de Rouland et Gilbert du VCP pour Bourg-en-Bresse Ain surprenant et dommageable mais je comprends mieux maintenant.
Avatar de l’utilisateur
Par TchangPapado
#3418094
Ils nous prennent tlmt pour des jambons dans le communiqué, ça m'agace de fou. Les mecs sont fiers de nous dire qu'ils ont inventé l'eau chaude.

Il aura donc fallu quatre ans pour réaliser qu'un grimpeur s'épanouira plus avec le programme du CC Etupes que celui de Loudéac, wahou ! Et que ne pas déraciner un gamin lui apporte stabilité. Fantastique !

"Cet innovant programme", quel foutage de gueule.
30 novembre 2018 : « Les jeunes auront à nouveau un double projet, sportif et scolaire », confie Yvon Caër, directeur sportif chez Fortuneo-Samsic et référent de l’opération. « Ils bénéficieront d’un apport de technologie, un vélo de route et un vélo de contre-la-montre. On sera en relation avec leur établissement scolaire. L’objectif est de leur faire connaître le milieu professionnel, de créer une dynamique et qu’ils soient également épanouis dans leurs études ».
Arkea a vmt innové par contre en mettant en place leur programme de détection via la data et TrainingPeaks en 2020. Eux aussi ont mis du tps à trouver la bonne formule après s'être cassé les dents en ayant plusieurs équipes réserves (Brest, un certain club nommé Loudéac, Dinan...) avant de suivre et recruter des coureurs de différents horizons depuis 2020/2021....

Donc là, la première génération de l'Académie sont des coureurs espoirs qui évoluent en N1. Je n'y vois aucunement de la formation ni un soutien aux clubs, je vois une méthode low-cost de "formation" où on amadoue les coureurs avec le prêt d'un vélo, un stage en Espagne, l'opportunité de passer pro' et quelques appels en cours de saison pr savoir comment ça va....
Finalement, le concept de la Glaz Academie, c'est juste de faire passer pro' les meilleurs espoirs en laissant leurs clubs les former. Super novateur une nvelle fois :rieur:

Je comprends leur projet mais la façon de le sur-vendre est... naze

Ouais, des fois, je peux être un peu déçu :siffle:
Avatar de l’utilisateur
Par FabioLullito
#3418097
T'es remonté Tchang dis moi. :pascontent: :rieur:

J'avoue que quand j'ai vu "Novateur", je me suis marré en me disant qu'il fallait pas pousser mémés Jacquet dans les orties. :green:
Avatar de l’utilisateur
Par TchangPapado
#3418138
La formation (et la détection), c'est un sujet que j'adore. Pineau a tjs tenu de grands discours à ce propos alors que dans les faits, depuis 4 ans, ils font comme tout le monde, ils tentent de s'approprier les meilleurs espoirs et ne bâtissent rien sur le long terme...

Ils font de la post-formation au pire. Le ton du communiqué m'a vmt fait hérisser le poil. Je finis par rejoindre la team qui trouve que la comm' pousse des fois le bouchon trop loin ahah
Avatar de l’utilisateur
Par FabioLullito
#3418450
Quelques infos à tirer d'un Facebook Live ce soir entre Ferasse/Lecroq et des supporters :

- le programme de Lecroq (et sans doute de la plupart des Flandriens comme Lemoine ou Warlop) : Saudi Tour/Tour d'Oman/Het Nieuwsblad/Kuurne
- le programme de Ferasse : la Marseillaise/Bessèges/Tour du Haut Var/Boucles Drôme Ardèche
- Ferasse a maintenant Jimmy Turgis comme entraineur : souhaitons lui la même progression que Bonnamour ou Barthe...
- d'après Ferasse, le programme de Gougeard serait le suivant (il est son compagnon de chambre sur ce stage) : la Marseillaise/Bessèges/Provence/Drôme Classic (et sans doute Het Nieuwsblad)
- ils ont été bluffé par le niveau de Parisella et ils le voient bien avoir des résultats dès cette saison
- parmi les coureurs qui grimpent le mieux du stage, ils ont cité Koretzky notamment mais aussi Heidemann. J'avoue que je ne voyais pas du tout l’allemand grimper mais bon, on va attendre de voir ce que ça donne en course quand même, hein :green:

Si les épreuves du Moyen-Orient sont maintenues, on pourrait donc avoir constamment 2 fronts sur ce mois de février (voir 3 la première semaine). Cependant vu l'incertitude planant autour de la tenue de ces 2 épreuves, il y a aussi un risque que plusieurs Flandriens arrivent au Het Nieuwsblad sans le moindre jour de course...
Avatar de l’utilisateur
Par FabioLullito
#3418663
DirectVélo a sorti un article assez long sur Koretzky :

https://www.directvelo.com/actualite/93 ... ent-risque

Au final Péraud et son entourage (son frère et son père) sont assez d'accord avec la plupart ici et sur le forum en général c'est-à-dire qu'il lui faudra sans doute une période d'adaptation nécessaire pour être performant.

Est-ce que du coup ils se sont fait engueuler par Jéjé comme la plupart des suiveurs, l'histoire ne le dit pas. :elephant:
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 33

Quand on voit la photo, on peut se dire qu'il n'y […]

ASO n'est quand même pas bien maligne. Cet[…]

Tennis

J'me disais bien qu'il devait être bless&eac[…]

Le Tour à l'envers revient!

Une bien belle récompense pour Moscon, apr&[…]

Toute l'actualité cycliste sur notre site   Accéder au site