Le topics dédié aux différentes formation du peloton international. Pour venir échanger au sujet des équipes World-Tour (FDJ, Ag2r-la mondiale, etc...), Conti-Pro (Cofidis, Fortuneo, Delko-Marseille, Direct Energie) et continentales (Armée de Terre, Axeon, Euskadi), c'est ici que ça se passe
  • Page 22 sur 24
  • 1
  • 20
  • 21
  • 22
  • 23
  • 24
Par LeBreton
#2907020
Fortuneo invité sur le Tour de Lombardie , ça sera l'objectif prioritaire Barguil si il est pas au CDM , ce qui serait incompréhensible vu sa forme récente !
Par greglemond
#2907092
LeBreton a écrit :
14 sept. 2018, 19:27
Fortuneo invité sur le Tour de Lombardie , ça sera l'objectif prioritaire Barguil si il est pas au CDM , ce qui serait incompréhensible vu sa forme récente !
Tout à fait d'accord :super: . Par contre il a annoncé faire des semi classiques italiennes mais il n'est pas inscrit dans celles du week end contrairement à Bardet et malgré la présence de Fortunéo. Sans doute vise-t-il celles qui ont moins de chances e finiri au sprint ? Sur ce qu'il a démontré en Allemagne puis en Belgique, il est capable de décrocher quelque chose de bien sur cette fin de saison
Par LeBreton
#2907958
Belle 7ème place pour Delaplace sur la Coppa Agostoni :super: c'est le moment de briller pour l'équipe sur les courses italiennes si elle veut une WC l'an prochain sur le Giro avec Greipel comme tête de gondole .
Par LeBreton
#2908760
Assez sceptique , il a a eu beaucoup de DNF cette année , ça sent le coureur qui n'a plus le niveau :reflexion:
Avatar de l’utilisateur
Par Psyonix76
#2909002
Les réactions sur Facebook à l'annonce de l'arrivée de Wagner :genance: :rieur:
Avatar de l’utilisateur
Par Noé
#2909018
LeBreton a écrit :
17 sept. 2018, 15:20
Assez sceptique , il a a eu beaucoup de DNF cette année , ça sent le coureur qui n'a plus le niveau :reflexion:
Pas que cette année d'ailleurs, quand on regarde sa fiche PCS.
En 2015, il avait cumulé 12 DNF :ouch:
Et en 2016, il a eu sa saison la plus complète dans un passé proche, avec uniquement 3 courses non terminées; il faut aller jusqu'en 2009 pour trouver une saison avec moins de DNF que ça :genance:
Par Beobachter
#2909020
Psyonix76 a écrit :
17 sept. 2018, 22:07
Les réactions sur Facebook à l'annonce de l'arrivée de Wagner :genance: :rieur:
Facebook est quand même une sacrée déchetterie :carton:
Que Wagner soit tout sauf clinquant, c'est une évidence; que sa saison soit moyenne (en étant gentil), pareil. Mais il fallait de toute façon bien prendre quelqu'un pour accompagner Greipel. Wagner, un homme de confiance et d'expérience, il fait tout à fait le taf' pour ça. Son contrat ne dure qu'un an, donc prise de risque nulle ici.

Au demeurant, Wagner a l'air d'un chic type sur tous les plans: simple, sympa, conscient de ses limites.
A ce titre, je renvoie d'ailleurs à ce que j'ai posté plus tôt aujourd'hui sur le forum d'en face:
Une interview de Wagner: https://www.radsport-news.com/sport/spo ... 111532.htm
C'est un coureur que je ne connais guère mais si on se base sur cette interview, ça a l'air d'être un type sympa et simple :super:

Greipel avait droit à un coureur, et il a choisi Wagner avec qui il était chez les juniors et les espoirs et avec qui il s'entraîne.

Wagner trouve ça tout à fait normal qu'il n'ait qu'un an de contrat. Il sait que ce sera à lui (ainsi qu'à Greipel et à Fortuneo dans son ensemble) de montrer que sa place dans l'effectif a du sens. Il faudra faire ses preuves et il le sait. C'est une mentalité appréciable :super:

Outre Greipel, il connaît un peu Feillu de leur temps commun chez Leopard. Et avec Welten, il devrait prendre contact puisqu'apparemment le jeune Hollandais est le cousin de son coéquipier actuel Danny Van Poppel (un fait que j'ignorais).

Et c'est un type qui n'hésite pas à blaguer. Ainsi au moment d'aborder la question d'une participation au Tour de France, il finit par dire que de toute façon la question de sa participation dépendant de celle de Greipel, il faudra que les organisateurs commencent par élargir les délais des étapes de montagne :mrgreen:

Enfin, dernier point notable, sur la communication avec Hubert, Hubert lui a envoyé un message en Français. Wagner après avoir traduit celui-ci lui a répondu qu'il parlait allemand, anglais et hollandais seulement pour l'instant. Et Hubert a continué de lui répondre en français :moqueur:
Mais apparemment, avec Google trad, Wagner se débrouille et il est maintenant en contact journalier avec Hubert. Donc cette barrière de la langue ne lui pose pas tellement de problèmes, ça l'amuse plus qu'autre chose ;)
Et il est déjà à apprendre le français :super:
Bref, pour moi, inutile de le juger trop vite :wink:
Avatar de l’utilisateur
Par Nopik
#2909022
C'est sûr que Wagner commence à être un peu cramé (pas qu'un peu), mais il est évident aussi que depuis la saison 2017 il a fortement régressé dans la hiérarchie Lotto Jumbo... et du coup en 2018 il a fait le bouche trou, sans responsabilités ou attribution évidente, et j'imagine que ca conduit aussi à un déficit de motivation. (+ courses en circuit ou courses "dures" qu'il ne sert à rien de finir dans un grupetto).
Mais à part ca il a toujours été un équipier apprécié, il connait les ficelles du métier, ca fera un bon capitaine de route pour le train de Greipel. J'sais pas en revanche s'il aura encore les jambes pour être vraiment le poisson pilote, peut être plutôt n°3 ou 4 avec par exemple un Welten en n°2.
Avatar de l’utilisateur
Par Noé
#2909023
Noé a écrit :
17 sept. 2018, 22:22
LeBreton a écrit :
17 sept. 2018, 15:20
Assez sceptique , il a a eu beaucoup de DNF cette année , ça sent le coureur qui n'a plus le niveau :reflexion:
Pas que cette année d'ailleurs, quand on regarde sa fiche PCS.
En 2015, il avait cumulé 12 DNF :ouch:
Et en 2016, il a eu sa saison la plus complète dans un passé proche, avec uniquement 3 courses non terminées; il faut aller jusqu'en 2009 pour trouver une saison avec moins de DNF que ça :genance:
Ok. J'ai compté toutes les courses qu'il n'a pas terminé sur PCS.
Eh bien, depuis 2005, soit 13 ans qu'il est pro, il a cumulé 69 courses inachevées (n'y voyez aucun signe) :ouch: :ouch: :ouch:
On doit être pas mal au niveau des records pour les coureurs en activité, non ? :genance:
Avatar de l’utilisateur
Par Nopik
#2909026
Heu Marc Fournier à 23 ans il dépasse déjà les 60 dnf... :genance:

Tu prends n'importe quel coureur de type équipier c'est un peu pareil je pense ? Surement un peu plus chez ceux qui font les courses d'un jour que chez les abonnés aux GT.
Par Beobachter
#2909027
Noé a écrit :
17 sept. 2018, 22:33
Noé a écrit :
17 sept. 2018, 22:22


Pas que cette année d'ailleurs, quand on regarde sa fiche PCS.
En 2015, il avait cumulé 12 DNF :ouch:
Et en 2016, il a eu sa saison la plus complète dans un passé proche, avec uniquement 3 courses non terminées; il faut aller jusqu'en 2009 pour trouver une saison avec moins de DNF que ça :genance:
Ok. J'ai compté toutes les courses qu'il n'a pas terminé sur PCS.
Eh bien, depuis 2005, soit 13 ans qu'il est pro, il a cumulé 69 courses inachevées (n'y voyez aucun signe) :ouch: :ouch: :ouch:
On doit être pas mal au niveau des records pour les coureurs en activité, non ? :genance:
Bof, Devriendt en a 74, et ce que depuis 2015. A côté, Wagner fait pâle figure :genance:
Avatar de l’utilisateur
Par Noé
#2909030
Nopik a écrit :
17 sept. 2018, 22:38
Heu Marc Fournier à 23 ans il dépasse déjà les 60 dnf... :genance:

Tu prends n'importe quel coureur de type équipier c'est un peu pareil je pense ? Surement un peu plus chez ceux qui font les courses d'un jour que chez les abonnés aux GT.
Mais Fournier est hors-catégorie, lui :genance:

Ah ben je ne sais pas, en fait. C'est vrai que je regarde peu les fiches des équipiers, d'habitude, mais je ne me rendais pas compte qu'il pouvait y avoir autant d'abandons que ça. Là, sur le coup, ça me semblait énorme, mais au final, j'ai peu d'éléments de comparaison, c'est vrai.
Avatar de l’utilisateur
Par twisty
#2910698
Barguil non sélectionné par Guimard pour les CM, c'est une sacré tarte dans la gueule tout de même.

Il lui reste juste la Lombardie et quelques classiques italiennes pour sauver sa saison du zéro pointé.
Avatar de l’utilisateur
Par daizenshu_
#2910702
twisty a écrit :
21 sept. 2018, 17:30
Barguil non sélectionné par Guimard pour les CM, c'est une sacré tarte dans la gueule tout de même.

Il lui reste juste la Lombardie et quelques classiques italiennes pour sauver sa saison du zéro pointé.
Peut-être qu'il sera un peu revanchard et trouvera des ressources supplémentaires du coup pour être performant sur ses dernières occasions de l'année.
Il a vraiment donné l'impression d'être un peu en dedans toute la saison, voire même en dilettante. Je pense que c'est une bonne chose justement cette tarte dans la gueule.
Par greglemond
#2917213
Au départ du tour de Vendée aujourd'hui, dernière course de la saison pour Pichon et dernière course tout court pour Fonseca, qui avait cette course de belle manière en 2014 devant Le Gac et Voeckler.
Sinon nouvelle longue interview de Barguil, après celle donnée à l'Equipe juste avant le mondial, il a répondu cette semaine au journal le Télégramme. Il repète un peu ce qu'il a dit dans les interviews précédentes mais donne aussi quelques nouvelles réflexions et informations. En vrac :
-il lui reste deux courses cette année : Milan-Turin et le tour de Lombardie
-il reprendra l'entrainement un mois plus tot que l'an passé et que les années précédentes, à savoir début novembre (il précise qu'il n'en a pas moins fait l'an passé mais qu'il n'avait pas travaillé l'intensité comme avant)
-il reconnait avoir été très (trop) affecté par les commentaires négatifs à son sujet et que son manque de confiance a autant affecté ses résultats que ses problèmes physiques de début de saison.
-il avoue n'avoir pas mesuré toutes les conséquences de signer dans une équipe non WT, il a mal vécu son absence à la vuelta qu'il adore et qui correspond à ses attentes
-il dit ne pas être responsable ed la séparation avec Look, pour lui c'est un problème entre Look et son équipe, si look lui avait posé problème, il n'aurait pas signé dans cette équipe (ce n'est pas faux)
-il avoue avoir fait n'importe quoi au tour de France en attaquant tout le temps. Il exprime deux regrets précis : ne pas s'être réservé pour une étape précise et , plus intéressant, admet qu'il aurait pu ou du jouer le classement général (1-parce qu'il était bien classé après la 1ère semaine et 2-parce qu'il fait 17e sans jouer le général). Il dit lui même qu'il aurait peut etre pu accrocher un top 10 cette année en courant plus intelligemment).
Je trouve que cette dernière info peut avoir son importance pour l'année prochaine car Warren disait vouloir attendre quelques années avant de jouer le général, en reconnaissant son erreur de cette année, il laisse peut être la porte ouverte pour un changement de tactique en 2019.

Dans l'interview de l'equipe, vous avez du lire ça, Madiot et Vasseur surtout se sont renseigné à son sujet. Barguil dit bien qu'il sera 100% fortuneo en 2019 mais ne parle pas de 2020, son contrat lui laissant je crois une porte de sortie pour 2020. Vasseur a déjà prévenu que Barguil l'intéressait, notamment en 2020 où Cofidis souhaite remonter en WT.

En conclusion, Barguil sera (j'espère) intéressant à suivre en 2019 car en reconnaissant toutes ses erreurs, il devrait avancé et la présence de Greipel devrait l'aider à avoir moins de pression...
Par greglemond
#2917501
Je n'ai pas voulu mettre l'article au départ car le journal était en vente aujourd'hui (respect pour le travail effectué par le Télégramme concernant le cyclisme) mais puisque la journée se termine, voici cette interview de Barguil :

Il ne s’était pas confié depuis longtemps… Avant de s’envoler pour l’Italie où, la semaine prochaine, il disputera les deux dernières courses de sa saison, Warren Barguil s’est livré, mercredi après-midi, à deux pas de la Cité de la voile Eric-Tabarly, à Lorient. Sans éluder aucune question. Le meilleur grimpeur et double vainqueur d’étape sur leTour de France 2017 attendait autre chose de la « saison d’après ». Il sait qu’il bénéficie de circonstances atténuantes. Affecté par les critiques, le Morbihannais se dit également persuadé qu’il en sortira plus fort.

> Warren Barguil, vous avez abandonné les Mondiaux d’Innsbrück sur chute, dimanche dernier. Prenons d’abord de vos
nouvelles ?

Je me suis bien brûlé sur tout le côté droit, ma tête a également tapé le sol, je suis encore un peu courbaturé mais ça va. En Autriche, j’étais davantage touché moralement que physiquement.

> Racontez-nous votre chute et ses conséquences…
Je venais de changer de vélo, je remontais la file des voitures et, dans un virage à angle droit, ma roue arrière s’est dérobée. Je n’ai pas trop compris. Il y avait une pellicule de peinture sur la route, c’est peut-être dû à cela. Plus tard, j’ai appris que Roglic était tombé au même endroit et Tony (Gallopin) m’a avoué qu’il avait également failli partir à la faute
dans ce virage. Sur le coup, j’étais un peu sonné mais j’espérais reprendre ma place dans le peloton. Malheureusement pour moi, un commissaire a fait barrage. Je lui ai montré que j’étais éraflé de partout, il n’a rien voulu savoir, j’ai été contraint d’abandonner. Roglic, lui, a pu bénéficier de l’abri des voitures pour rentrer. Deux poids, deux mesures. C’est frustrant.

> Quand vous vous êtes retrouvé à terre, vous paraissiez dépité, comme si une sorte de malédiction ne vous quittait pas
cette saison…

C’est exactement ça… Dans ma tête, je me disais que ce n’était pas possible, que je n’avais vraiment pas de chance. Depuis le Tour d’Allemagne (6e),j’étais reparti sur de bonnes bases, j’avais obtenu un podium en Wallonie (3e), j’avais répondu présent en Italie (deux places de 10e), j’étais parti en stage à Nice, j’avais bien travaillé afin de réussir ce come-back, j’avais eu cet ascenseur émotionnel avec ma non-sélection puis ma sélection pour les Mondiaux et là, je tombe ! L’an dernier, je ne serais jamais tombé dans ce virage.

> Dimanche soir, n’étiez-vous pas tenté de tourner la page et de mettre un terme à votre saison ?
Non, surtout pas ! Franchement, si je m’étais arrêté à cela, j’aurais pu finir ma saison après le Tour de France. Certains l’ont déjà fait. Moi, je ne lâche rien, je ne lâcherai rien ! À cette période de la saison, beaucoup ont débranché. Personnellement, je suis encore super motivé. Je vais disputer Milan-Turin, mercredi, et le Tour de Lombardie, samedi.

> Ce sera le point final d’une saison qui n’a pas été simple….
Pour ne rien vous cacher, je m’attendais à vivre une année compliquée. J’en avais parlé avec mon entourage, je sais très bien que ce n’est jamais facile de confirmer. Bon, je ne m’attendais quand même pas à cette saison un peu galère. L’an dernier, tout me souriait, j’avais réalisé un super Tour, j’avais été super encouragé, je m’étais marié. Cette année, je
n’ai pas eu les résultats espérés, j’ai connu des problèmes de santé, j’ai perdu ma mamie et j’ai été énormément critiqué. Énormément.

> On vous sent blessé…
La critique était parfois justifiée, mais beaucoup de gens ont profité des réseaux sociaux comme d’un défouloir et je leur ai servi de punching ball. Cela m’a blessé, c’était parfois d’une telle violence, c’était cruel. Toutes ces conneries m’ont flingué. Bon, c’est un peu de ma faute, je leur ai donné beaucoup trop d’importance. Ma femme me l’a dit, je me suis beaucoup trop pris la tête avec tout ça. C’est fini, je saurai désormais faire la part des choses.

> Sportivement, pourquoi ça ne l’a pas fait ?
En termes de résultat, je n’ai jamais été à la rue, j’étais souvent parmi les 20-30 premiers. J’étais même assez régulier (il sourit). Évidemment, j’attendais beaucoup mieux que ça, j’espérais des tops 10. Après, tout s’explique. Sans chercher
d’excuses, j’ai changé d’équipe, de matériel, d’entraîneur et j’ai re-changé d’entraîneur en cours de saison. Et puis, je n’ai pas été épargné : j’ai eu cette bactérie à l’estomac en mars qui m’empêchait de monter dans les watts, j’ai été embêté par mes allergies au pollen en avril et il y a eu le décès de ma grand-mère avant le Tour de France.

> Avez-vous l’impression de vous êtes dispersé l’hiver dernier ?
Il ne faut jamais rien regretter dans la vie. Maintenant, j’ai peut-être un peu trop décompressé en fin de saison dernière. J’ai également voulu profiter au maximum de ma lune de miel, je n’ai repris l’entraînement que fin novembre. Est-ce que cela a joué sur mes résultats ? Je n’en sais rien. J’aurais peutêtre dû parfois dire non à certaines sollicitations. Maintenant, contrairement à ce que j’ai pu lire, je ne me suis pas moins entraîné, j’ai été aussi studieux, j’ai juste effectué moins d’intensité. Au haut niveau, cela se joue tellement sur des détails : il ne me manquait peut-être que 5 % pour terminer dans
le top 10 de Paris-Nice et du Tour de Catalogne. Et ces 5 %, je les ai sans doute perdus sur l’aspect mental, en me prenant la tête sur les réseaux sociaux ou pour des raisons diverses. Je ferai bien attention à tout cela en 2019.

> Vous aviez surpris tout le monde, l’an dernier, en signant chez Fortuneo-Samsic. Regrettez-vous votre choix ?
Je suis assez grand pour me fixer ma ligne de conduite. Soyons clairs, je n’ai jamais regretté ma décision. Chez Fortuneo-Samsic, j’ai trouvé ce que j’étais venu chercher, je m’y sens bien. Même si mon choix d’équipe m’a empêché de disputer le
Tour d’Espagne et que j’avais un peu les boules de le suivre dans mon canapé, je n’ai aucune intention de partir.

> Avant le Tour d’Espagne, il y a eu le Tour de France où vous étiez attendu au tournant. Comment jugez-vous votre
prestation ?

Correcte. Après le décès de ma mamie, je ne voulais pas aller au Dauphiné. J’y suis quand même allé, j’ai réalisé un prologue complètement nul, je n’avais pas la tête à cela et je me suis encore fait assassiner sur les réseaux. J’ai relevé la tête aux championnats de France (7e) puis je me suis mis beaucoup trop de pression sur le Tour à vouloir aller toujours dans les échappées. J’aurais dû cibler davantage, j’ai fait un peu n’importe quoi.

> Vous auriez peut-être dû jouer un bon classement général, non ?
Oui, je reconnais que j’ai fait une erreur. J’aurais dû me prendre au jeu du général. Quand je vois que je termine 17e du Tour sans avoir joué le classement général, je me dis que j’aurais peut-être fini dans le top 10 si je m’étais concentré là-dessus. Physiquement, je n’étais sans doute pas très loin de mon niveau de 2017. Malheureusement, je suis arrivé avec une confiance quasi nulle au départ. Je me suis battu avec mes moyens.

> Et sur votre nouveau vélo… Cette histoire (Fortuneo-Samsic a cassé son contrat avec Look dix jours avant le Grand
départ de Vendée) vous a-t-elle perturbé ?

Qu’est-ce que j’en ai entendu, là encore… Ce n’était pas un caprice de ma part. Si j’avais eu un problème avec cette marque, je ne serais jamais venu chez Fortuneo-Samsic. Il y avait des soucis entre l’équipe et Look, le contrat a été rompu, point. Je n’en suis pas responsable.

> On vous imagine déjà revanchard en 2019…
Je l’espère. Je vais d’abord bien me reposer, physiquement et mentalement. J’en ai besoin. Je reprendrai ensuite l’entraînement début novembre, presque un mois plus tôt que d’habitude. Evidemment, Je pense déjà à la saison prochaine. Je sais que je ne suis pas fini.
:smile:
Avatar de l’utilisateur
Par pascal94100
#2917512
Très intéressante cette interview de Barguil. Il semble reconnaître ses erreurs, et en faire une analyse assez fine. J'aime beaucoup ce qu'il dit sur son "raté" du Tour de France, où il aurait pu cibler un Top 10.
Il va être intéressant à suivre en 2019. :super:
Par flahutes12
#2917544
pascal94100 a écrit :
06 oct. 2018, 22:00
Très intéressante cette interview de Barguil. Il semble reconnaître ses erreurs, et en faire une analyse assez fine. J'aime beaucoup ce qu'il dit sur son "raté" du Tour de France, où il aurait pu cibler un Top 10.
Bon si j'ai bien compris il a eu une intersaison un peu mouvementé. On comprend toujours de ses erreurs. Laissons sa chance pour la nouvelle année.
Par Quef
#2917677
Merci pour l’ITW !

Elle me rend plutôt optimiste. Je suis toujours convaincu qu’aller chez Fortuneo était une erreur et qu’associé à cette volonté de jouer les étapes on avait tous les ingrédients pour une saison en demi-teinte. Je ne changerai pas d’avis, même si cela fait de la peine au coureur, d’autant que pour le moment la saison est même ratée.
Mais qu’il s’exprime sur ses erreurs et qu’il choisisse de changer de braquet, on va peut-être retrouver notre Warren :smile:
Il sera sans doute insuffisamment entouré et managé pour faire de grandes choses, mais pour réussir 2020 il faut se remobiliser dès 2019.
  • 1
  • 20
  • 21
  • 22
  • 23
  • 24

Almeida est bien évidemment nettement au de[…]

Running

Perso, 45 min, c'est exactement la barre et l'ob[…]

Je viens de relire tout le topic, je commence &agr[…]

TRANSFERTS 2020 - 2021 (8E ÉDITION)

ca parle de nibali chez ineos en 2022

Toute l'actualité cycliste sur notre site   Accéder au site