Le forum pour discuter du cyclisme et du cyclisme uniquement, entre passionnés . Actualité, transferts, débats, analyses et courses de vélo en direct. Toute les infos sur le forum des fans de la petite reine.

Modérateur : Modos VCN

#3636245
Toujours pour le compte de nos confrères de Direct Vélo, le président de l'UCI a évoqué la possibilité d'effectuer des changements dans l'ordonnancement du calendrier UCI. Une bonne idée à saluer, qui pourrait permettre de mieux séquencer la saison, et l'occasion pour Velo-Club de se pencher sur le sujet. Voici donc nos propositions, des propositions qui ne tiennent forcément pas compte des contraintes des différents organisateurs, que nous ne pouvons forcément pas toutes connaître.

La Vuelta en avril, le Giro en septembre

Inspirée d'une période que les plus jeunes ne connaissent logiquement pas, cette idée d'un retour de la Vuelta à la fin du mois d'avril pourrait faire sens, d'autant plus à l'heure du réchauffement climatique, où il pourrait s'avérer de plus en plus compliqué de courir dans le sud de l'Europe durant l'été.

Cela permettrait aussi de basculer le Giro fin août. Un basculement qui aurait deux avantages, celui de créer une continuité avec les classiques de fin de saison tout d'abord, mais aussi d'éviter le stress continuel d'avoir à affronter les potentielles annulations de montées en mai à cause de la météo.

Paris-Roubaix en octobre, mais pas le Tour des Flandres

Une seconde séquence de classiques pavées en automne, c'est le souhait de nombreux fans de cyclisme, surtout après l'édition 2021, qui avait du être décalée pour les raison que tout le monde connaît. Dans les faits, c'est peut-être également le changement le plus simple à opérer au sein du calendrier, car le mois d'octobre n'est pas le plus rempli, loin de là. Cela pourrait aussi permettre le déplacement de quelques épreuves françaises du printemps, dans une période de l'année où il y a une forte concurrence.

En vrac, on pourrait citer le Grand Prix de Denain, le Tro Bro Leon, et pourquoi pas les 4 Jours de Dunkerque, qui bénéficieraient toutes d'un plus gros plateau, en tant qu'épreuves de préparation pour l'Enfer du Nord. Sans oublier le fait que certaines épreuves tricolores de fin de saison pourraient elles aussi attirer plus de grands noms grâce à Roubaix. On pense à Paris-Tours notamment qui a du mal à séduire.

Par contre, on voit d'un mauvais oeil le déplacement du Tour des Flandres en fin de saison, l'idée étant d'avoir deux périodes pour les coureurs de classiques, et pourquoi pas grâce au déplacement de Paris-Roubaix, de créer un espace pour de nouvelles épreuves Europe Tour en avril.

Tirreno-Adriatico au mois d'août, Burgos en avril, et la Pologne avant le Dauphiné

Parmi les autres changements possibles, figurent un inversement logique de Tirreno-Adriatico et de la Vuelta Burgos. Celui-ci permettrait deux choses, tout d'abord, mettre fin au chevauchement de l'épreuve italienne avec Paris-Nice, mais aussi replacer Burgos au printemps pour conserver l'idée de course de préparation pour la Vuelta.

Dans le même temps Tirreno pourrait aussi arrêter de souffrir de la météo du mois de mars, et servir de dernier réglage avant le Giro, alors que le Tour de Pologne lui, viendrait combler le trou à la fin du mois de mai, ceci afin de servir de transition entre la Vuelta et le Dauphiné.

Quelques pistes comme ça, histoire de créer le débat :smile:
#3636246
Il y a des choses intéressantes dans ce que tu proposes, juste pour pointer quelques points plus compliqués :

- pas évident de dire que le réchauffement climatique va rendre difficile de courir en été dans le sud de l'Europe (pour décaler la Vuelta au printemps) et proposer de courir Tirreno Adriatico en aout.

- Remettre la Vuelta en avril peut avoir du sens, mais cela encourage la voie des montée à fortes pentes à basse altitude. Les montées au sommet de la Sierra Nevada ou sur les plus hauts cols des Pyrénées deviennent risquées.
#3636256
Merci pour l'exercice @Charlix :jap:

2-3 idées en vrac:
- pareil que Xav, la Vuelta en avril ça va limiter la montagne. Je suis plus pour la pousser d'1 mois, fin septembre/début octobre, et garder le Giro dans ses dates historiques. Ce serait dommage de se priver des murs de neige dans les cols mythiques :love: en plus avec le changement climatique y'a moyen que les annulations se raréfient
- on pourrait imaginer une relaxe en août post-TDF, avec les courses norvégiennes et canadiennes par ex
- avec l'allégement en août et le report de la Vuelta, on pourrait étaler la saison d'1 mois plus tard, et imaginer en point d'orgue final un diptyque Paris-Roubaix/Paris-Tour
#3636259
Sujet tres délicat mais tres interessant tout de meme.
En ce qui me concerne, je suis vraiment de plus en plus convaincu qu’il faudrait redynamiser la fin de saison ou plutot la seconde moitié de saison. Désolé si je vais en choquer certains sur la valeur de telle ou telle course, mais la seconde partie fait tellement cheap par rapport à la premiere:

- la Vuelta est le GT le moins interessant, le moins visé par des coureurs en début de saison, bref le GT qu’on attend le moins. Et je pense qu’à part 2/3% de coureurs, c’est clairement celui dont ils se fichent le plus. C’est quand meme un peu « le GT de rattrapage ».
- je suis un amoureux des classiques belges, surtout les flandriennes, et s’il est vrai que j’adore l’orgie du printemps (un pied monumental, cette période!), c’est quand meme dommage d’avoir toutes ces grandes courses au printemps.
- 4 des 5 Monuments se courent sur l’espace d’un mois (!), un poil dommage là aussi, non? D’autant que le 5eme se retrouve, quant à lui, completement isolé en toute fin de saison, au point que meme des cadors le zappent/snobent. Triste pour le Tour de Lombardie qui me semble perdre peu à peu de son prestige (impression au doigt mouillé).
- Montréal, Quebec, Plouay, mouais…….franchement c’est gentil, ok, ça passe le temps…….mais ça n’a jamais fait de grandes courses, faut pas déconner, les scenarios sont souvent les memes et ne donnent pas envie de se plonger dans une diffusion en intégralité dont on goûterait chaque kilomètre comme sur une flandrienne.
- J’ai une tendresse particuliere pour la Clasica parce qu’elle va à ravir à mon poulain préféré parce que son parcours est vraiment sympa et que la course y est souvent belle, contrairement aux parcours à la noix dans le genre de Francfort ou de la Cyclassics (sérieux totalement rien à secouer de ces courses :sleep: ), mais ça fait bien bien peu.

En gros, une fois le Tour terminé, et ça a été encore plus vrai pour moi depuis cette année, c’est un sentiment de « petite mort » qui m’envahit: je ne peux m’empecher de me dire « Bon, restera la Clasica, le Lombardie et surtout les ChdM. Y aura aussi la Vuelta pour me divertir mais pas pour véritablement m’enthousiasmer et puis, et puis…….punaise et puis c’est tout. »
Alors oui, je sais bien, y a le Renewi qui est sympa, mais qui sonne creux à cette période, y a le Tour de Pologne…dont tout le monde se fout, non (Ancelin patapé)? Y le Guanxi, certes, là je m’incline: tellement géniale cette course….qu’elle n’est pas diffusée.
Paris-Tours, j’aime bien…..mais elle interesse combien de coureurs, au final? Elle aussi me semble plus ou moins snobée, là où les mecs vendraient leur mère pour une classique belge de printemps.
Restent les classiques italiennes qui sont pour beaucoup vraiment sympa, mais ce n’est pas et ce ne sera jamais l’intensité qui règne et meme qui précède des semaines entieres les grandes classiques du printemps. Et l’intensité, c’est un truc absolument incomparable pour le spectateur que je suis!

A cause de ce sentiment de petite mort que je ressens de plus en plus année apres année, et aussi parce que j’ai l’impression qu’un paquet de coureurs débranche quasi completement une fois le Tour fini, pour ne viser plus qu’une seule ou deux courses en fin de saison, et que je trouve ça pas joli joli, j’ai envie de dire que je suis pour à peu près n’importe quelle proposition pour faire péter ce mega déséquilibre avant et apres Tour.
Avec une petite retenue: ça m’embêterait de bouger toutes les classiques belges d’un coup: c’est quand meme beau les courses dans le froid du début de printemps :love:
Pour les GT, j’avoue ne pas etre capable d’estimer ce qui serait le mieux, d’autant que je ne serai ni objectif ni rationnel avec le Giro que je voudrais voir bouger pour le revaloriser, et que je ne voudrais pas voir bouger pour avoir encore des images comme celles-là et qui me semblent indispensables pour la continuité de l’histoire du vélo:
Spoiler : :
Image

Image
Pour conclure, il me semble que la Vuelta est moins muritesque qu’il y a quelques années et quelque part je trouve ça dommage: ça ne m’embêterait absolument pas qu’elle retrouve cette vraie identité, avec peu de grands cols mais une blinde de muritos de dingue, alors qu’elle me parait essayer de ressembler de plus en plus aux deux autres…
#3636268
dolipr4ne a écrit :
27 nov. 2023, 16:34


- la Vuelta est le GT le moins interessant, le moins visé par des coureurs en début de saison, bref le GT qu’on attend le moins. Et je pense qu’à part 2/3% de coureurs, c’est clairement celui dont ils se fichent le plus. C’est quand meme un peu « le GT de rattrapage ».

Le Giro n'intéresse personne, il n'y a que des équipes B qui y vont, et encore, par obligation
On pourrait le supprimer , ça ne ferait râler que quelques déclinistes qui bientôt n'auront plus voix au chapitre de toutes façons. :spamafote:
#3636271
dolipr4ne a écrit :
27 nov. 2023, 16:34
Sujet tres délicat mais tres interessant tout de meme.
En ce qui me concerne, je suis vraiment de plus en plus convaincu qu’il faudrait redynamiser la fin de saison ou plutot la seconde moitié de saison. Désolé si je vais en choquer certains sur la valeur de telle ou telle course, mais la seconde partie fait tellement cheap par rapport à la premiere:
La question générale que je me pose c'est, est ce qu'elle fait "cheap" parce que cela manque de belle course, ou est-ce parce que la densité du peloton n'est plus la même car la plupart des coureurs n'arrivent pas à rester au même niveau une fois l'été passé. Si c'est le second cas, tu auras beau y mettre de belle course, tu n'auras pas la même densité en émotion que au printemps.
#3636277
Y a surement qu’en essayant qu’on pourra tirer des conclusions mais j’ai tendance à penser que si on étale davantage les grandes courses, les coureurs n’auront pas le choix que de s’adapter. Alors, ça n’empechera pas un Vingo de ne plus rien foutre apres juillet, mais les classicmen devront bien s’adapter, non, si on bouge 50% des courses qu’il vise en deuxieme partie de saison. Ca roulera sans doute moins vite, mais perso, je m’en fiche tant que la course est belle. :wink:

Si tous les coureurs sont logés à la meme enseigne, mis à part des monstres comme Vingo pouvant limite réduire leur carriere vélo à enquiller des Tours (grand bien lui fasse, je ne serai jamais supporter de ce genre de coureurs), j’ai vraiment en tete que la bagarre aura bel et bien lieu une seconde fois en septembre/octobre, meme si elle sera sans doute moins intense qu’au printemps.
Apres, aucune certitude hein, si ça se trouve, je serai le premier à hurler à un retour en arriere d’ici 3 ans. :sylvain84:
#3636278
Xav_38 a écrit :
27 nov. 2023, 16:56
dolipr4ne a écrit :
27 nov. 2023, 16:34
Sujet tres délicat mais tres interessant tout de meme.
En ce qui me concerne, je suis vraiment de plus en plus convaincu qu’il faudrait redynamiser la fin de saison ou plutot la seconde moitié de saison. Désolé si je vais en choquer certains sur la valeur de telle ou telle course, mais la seconde partie fait tellement cheap par rapport à la premiere:
La question générale que je me pose c'est, est ce qu'elle fait "cheap" parce que cela manque de belle course, ou est-ce parce que la densité du peloton n'est plus la même car la plupart des coureurs n'arrivent pas à rester au même niveau une fois l'été passé. Si c'est le second cas, tu auras beau y mettre de belle course, tu n'auras pas la même densité en émotion que au printemps.
Peut-être que cela rendrait votre idée de véritable pause en août mis à part au Nord encore plus pertinente. On pourrait retrouver de la fraîcheur au moment d'aborder la fin de l'été, et de l'envie aussi ?
#3636284
Ca me parait quand meme plus que probable qu’une grosse partie des coureurs soient bien plus motivés pour aller chercher un PR, un LBL, un GW, ou je ne sais quoi d’autre de cette valeur, que n’importe quelle course actuelle de l’apres-Tour (Lombardie et ChdM exceptés).

@Albator: vas-y, continue d’égratigner le plus dur des 3 GT, et tu vas avoir ton gourbi cramé au lance-flammes, un de ces quatre…. :metalhead:
#3636286
dolipr4ne a écrit :
27 nov. 2023, 17:42
Ca me parait quand meme plus que probable qu’une grosse partie des coureurs soient bien plus motivés pour aller chercher un PR, un LBL, un GW, ou je ne sais quoi d’autre de cette valeur, que n’importe quelle course actuelle de l’apres-Tour (Lombardie et ChdM exceptés).

@Albator: vas-y, continue d’égratigner le plus dur des 3 GT, et tu vas avoir ton gourbi cramé au lance-flammes, un de ces quatre…. :metalhead:
C'est le plus dur, oui, mais c'est bien celui dont tout le monde se branle.
#3636699
Globalement d'accord avec les propositions de Charlix.

Une seule réserve cependant, qui n'a pas d'autre raison autre que l'habitude et la tradition.
Ca m'embêterait de voir Paris-Roubaix "séparée" de sa cousine le Ronde, en plaçant l'Enfer du Nord à l'automne.
Quelque part, c'est un diptyque qu'on a toujours eu plaisir à suivre. Et certains coureurs, rares, se permettent de faire le doublé et ainsi de rentrer dans l'histoire.

En revanche, vu l'embouteillage de (belles) courses en avril en Belgique, pourquoi ne pas déplacer à l'automne l'Amstel, avec en guise de course un peu similaire, la Flèche Brabançonne et / ou A travers la Flandre.
Ou à la rigueur, exiler Liège-Bastogne-Liège à l'automne une ou deux semaines avant le Lombardie.

Pour l'inversion Giro / Vuelta, ça me paraît évident que c'est la chose à faire. Et il me semble que ce n'est qu'une question de temps avant que cela se mette en place. Aux nostalgiques des murs de neige sur le Stelvio ou le Gavia, on pourra dire qu'il n'est pas impossible de voir de mauvaises conditions en Espagne en avril aussi.
#3636722
J'ai un petit pincement au cœur à l'idée de séparer Paris-Roubaix et le Tour des Flandres. C'est un peu comme séparer le beurre de la baguette, non ? :euh: :rieur:

Pour le Giro et la Vuelta, inverser les dates, ça peut être une bonne idée, mais ça risque de chambouler pas mal les habitudes. Y'a une magie dans les cols enneigés du Giro, ça serait dommage de perdre ça. Après à voir si ça peut rendre la fin de saison plus palpitante. La deuxième partie de l'année, c'est souvent un peu le désert après le Tour... :siffle:
#3636781
fred30 a écrit :
30 nov. 2023, 18:48
Aux nostalgiques des murs de neige sur le Stelvio ou le Gavia, on pourra dire qu'il n'est pas impossible de voir de mauvaises conditions en Espagne en avril aussi.
Certes….mais il n’y a aucun Stelvio ou Gavia en Espagne. :mouchoir:

Mais je pense que tu as raison, ce sera sans doute le sens de l’Histoire.
Encore que, en rapport avec ma question sur la marge de manoeuvre de l’UCI, les organisateurs voudront-ils changer? Pourra-t-on les y forcer? :reflexion:
#3636790
La Vuelta en avril, pourquoi pas. Mais attention aux effets collatéraux. Déjà en même temps que les ardennaises, c'est clair que c'est problématique. Et ça veut dire réaménager tout le calendrier car tu ne peux pas non plus avoir le Tour de Catalogne, le Tour du Pays basque, le Tour de Burgos et la Vuelta qui s'enchainent à la suite. Il faut forcément déplacer certaines de ces courses plus tard dans la saison pour mieux répartir les courses espagnoles tout au long de l'année.

Tu peux aussi déplacer les ardennaises plus tard dans la saison mais si ça oblige à devoir choisir avec le Giro que tu as décalé, ça ne fait pas non plus avancer le problème.

Les courses à étapes WT "historiques" d'une semaine ne se chevauchent pas avec les grands tours ce qui est une autre contrainte à prendre en compte.

Le diable est dans les détails donc il faudrait poser un calendrier complet (au moins des courses WT) pour voir ce que ça pourrait donner.
#3636800
Inverser le Giro et la Vuelta dans le calendrier serait une bien mauvaise nouvelle pour le Tour d'Italie : ce serait inverser la hiérarchie entre les 2 GT et faire du Giro le "GT de rattrapage" de fin de saison, bien loin de ses lettres de noblesse.
Une solution plus simple pour éviter la canicule sur le Tour d'Espagne me paraît plutôt de le décaler en septembre/début octobre, ce qui ne pose pas grand problème puisque le calendrier est vierge de courses par étapes WT à cette période (il faudrait simplement réfléchir à l'agencement avec les Championnats du monde et le Lombardie). L'enchaînement Tour-Vuelta serait rendu plus facile (les cadors pouvant récupérer un peu après le Tour), ce qui pourrait rendre l'épreuve plus attractive qu'aujourd'hui.
Visma-Lease a bike 2024

Merci pour cette très belle présenta[…]

En fait Powless était en tête de la d[…]

6 02/03/2024 02/03/2024 Strade Bianche P4 GR&Eacut[…]

Et si ces 5 coureurs sont acceptés, je joue[…]

Toute l'actualité cycliste sur notre site   Accéder au site