Le forum pour discuter du cyclisme et du cyclisme uniquement, entre passionnés . Actualité, transferts, débats, analyses et courses de vélo en direct. Toute les infos sur le forum des fans de la petite reine.

Modérateur : Modos VCN

  • Page 1 sur 15
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 15

Qui va remporter cette classique des feuilles mortes ?

Pogacar
20
43%
Vingegaard
4
9%
Mas
5
11%
Valverde
4
9%
Pozzovivo
Aucun vote
0%
Uran
Aucun vote
0%
Bardet
1
2%
A.Yates
1
2%
Gaudu
1
2%
Nibali
1
2%
Woods
1
2%
Mollema
Aucun vote
0%
Chaves
Aucun vote
0%
Mohoric
1
2%
Bilbao
1
2%
Vlasov
3
7%
Alaphilippe
1
2%
Fuglsang
Aucun vote
0%
Martin
1
2%
Un autre coureur
1
2%
Avatar de l’utilisateur
Par Delgato
#3529020






116° GIRO DI LOMBARDIA :italia:


Samedi 08 Octobre 2022 (1.UWT)

















HISTOIRE




Le Tour de Lombardie (en italien : Giro di Lombardia), officiellement nommé Il Lombardia, fut créé en 1905. La course est traditionnellement la dernière des cinq classiques dites « monuments » de la saison. Elle se dispute à l'automne, le plus souvent le deuxième ou troisième week-end d’octobre, ce qui lui vaut le surnom de Classique des feuilles mortes, qu'elle partage avec Paris-Tours. Elle est considérée comme l'une des courses d'un jour les plus prestigieuses du cyclisme sur route. Elle se court sur un parcours difficile entre les lacs et les montagnes de Lombardie, et est donc considérée comme une classique pour grimpeurs, bien qu'elle favorise aussi les coureurs complets et bons descendeurs. La montée la plus célèbre de la course est la Madonna del Ghisallo, en haut de laquelle se trouve la chapelle du même nom, lieu de pélérinage du cyclisme. Sans oublier le mythique et redoutable Mur de Sormano (1,7km à 16% et ses passages à 27%). La première édition a lieu en 1905. Depuis sa création, le Tour de Lombardie est la grande classique avec le moins d'interruptions, seules les éditions de 1943 et 1944 ont été annulées en raison de la guerre. L'Italien Fausto Coppi détient le record de succès avec cinq victoires.




Spoiler : :

Le Tour de Lombardie est créé à la suite d'une idée du journaliste sportif Tullo Morgagni. Morgagni veut donner au coureur milanais Pierino Albini l'occasion de se venger après sa défaite face à Giovanni Cuniolo lors de la « Coppa del Re » (Coupe du Roi). Son journal, La Gazzetta dello Sport, organise une nouvelle course en tant que « revanche » le 12 novembre 1905, intitulée Milan-Milan (Milano-Milano en italien). La course attire de grandes foules le long du parcours et se termine à Milan par la victoire de Giovanni Gerbi, à l'époque une des stars du cyclisme. Il remporte la course 40 minutes devant Giovanni Rossignoli et Luigi Ganna :






La course est rapidement devenue un événement incontournable en tant que clôture de la saison cycliste italienne et européenne. Elle a rapidement attiré des coureurs étrangers, et un Français, Gustave Garrigou s'y est imposé dès 1907, l'année où elle est renommée Tour de Lombardie. Après des années pionnières, la course est dominée à tour de rôle par le Français Henri Pélissier et les héros locaux Gaetano Belloni et Costante Girardengo, qui ont tous remporté la course trois fois.




Pélissier (1911)









Girardengo




Des années 1930 aux années 1950, Alfredo Binda, Gino Bartali et Fausto Coppi, icônes du cyclisme italien, sont les protagonistes principaux et immortalisent la course avec leurs exploits. Coppi a remporté la course 5 fois (dont 4 victoires consécutives) et Binda 4 fois. Coppi termine en solitaire lors de chacune de ses victoires, avec une stratégie immuable d'attaquer sur la Madonna del Ghisallo et de maintenir son avance jusqu'à l'arrivée à Milan. Gino Bartali obtient un record de 9 podiums (3 victoires, 4 deuxièmes places et 2 troisièmes places).




Binda (1926)





Bartali (1935)





Coppi (1950)




La course de 1956 reste une bataille particulièrement notable dans l'histoire de la course. À 60 kilomètres de l'arrivée, une échappée se forme avec Fausto Coppi, à la recherche de sa sixième victoire. Le coureur italien Fiorenzo Magni absent de l'échappée, se retrouve plus loin derrière lorsqu'une voiture le double avec Giulia Occhini, la célèbre maîtresse de Coppi, assise à l'arrière. Les deux ne s'entendaient pas et lorsque la voiture le dépasse, Magni la voit se moquer de lui. Enragé, il se lance dans une improbable poursuite et réussit à ramener le peloton sur les échappés dans les derniers kilomètres. Alors que Coppi et lui se disputent la victoire sur le Vélodrome Vigorelli, André Darrigade réalise un sprint resté dans la légende, reléguant ainsi Coppi et Magni aux deuxième et troisième places :






En 1961, l'arrivée du Tour de Lombardie est déplacée de Milan à Côme et l'identité de la course change fondamentalement. Le classique final plat de l'arrivée à Milan est remplacé par une spectaculaire arrivée au lac de Côme, à seulement six kilomètres du sommet de la dernière ascension. Malgré un retour occasionnel à Milan, la course développe une nouvelle identité, définie par une série de montées difficiles dans un paysage montagneux.

Au fil des ans, la course est dominée principalement par des coureurs italiens. Le Français Henri Pélissier et l'Irlandais Sean Kelly sont les seuls coureurs étrangers à gagner la course trois fois. La légende du cyclisme Eddy Merckx remporte trois victoires consécutives de 1971 à 1973, mais sa dernière victoire est annulée après un contrôle antidopage positif :police: et est attribuée à Felice Gimondi initialement deuxième.




Merckx (1971)




L'édition 1974 donne naissance à une autre anecdote mémorable. Eddy Merckx veut prendre sa revanche, mais son compatriote belge Roger De Vlaeminck attaque tôt dans la course, ce qui pousse Merckx à faire en sorte que son équipe travaille à sa poursuite. De Vlaeminck, qui n'a pas vraiment l'intention de continuer en solitaire, s'arrête et se cache derrière un buisson pour laisser passer le peloton. Il retourne à l'avant du peloton et demande en plaisantant à un Merckx surpris « Qui sont-ils en train de pourchasser ? ». :rieur: De Vlaeminck remporte finalement la course au sprint devant Merckx.

Pendant près de 70 ans, la course est baptisée "il Mondiale d'Autunno" en Italie (le « championnat du monde d'Automne »), le véritable championnat du Monde ayant lieu à la fin de l'été. Il perd ce rôle particulier en 1995 lorsque l'Union cycliste internationale (UCI) révolutionne le calendrier cycliste international et déplace le championnat du monde d'août à octobre, une semaine avant le Tour de Lombardie. Elle reste néanmoins la dernière course importante de la saison européenne, et s'affirme progressivement comme une des courses d'un jour majeures du calendrier.


De 1988 à 2004, le Tour de Lombardie est la dernière étape de la Coupe du monde et est souvent la course décisive de cette compétition. En 1997, Michele Bartoli devait devancer Rolf Sørensen dans la course pour remporter le général de la Coupe du monde 1997. Pendant 30 kilomètres, il effectue seul le travail dans une échappée de quatre coureurs, sacrifiant ses chances de remporter le sprint. L'édition est remportée par le Français Laurent Jalabert, Bartoli terminant quatrième et s'adjugeant la Coupe du monde :






En 2005, elle rejoint le nouveau calendrier ProTour, où elle fait partie des cinq monuments des classiques, avec Paris-Roubaix, le Tour des Flandres, Milan-San Remo et Liège-Bastogne-Liège. À la suite des tensions entre l'UCI et l'organisateur de l'épreuve, la course quitte le ProTour à partir de 2009, et intègre le Calendrier mondial UCI. En 2011, elle intègre l'UCI World Tour.

La course est devenue la plus importante des Classiques d'automne avec Paris-Tours en France, remportée principalement par les sprinteurs ou des baroudeurs. Cependant, au début du 21e siècle, Paris-Tours perd son statut de course du UCI World Tour et le Tour de Lombardie reste la grande classique de l'automne, l'unique classique « Monument » de la fin de l'année. Triple vainqueur entre 2004 et 2008, Damiano Cunego devient le dernier à rejoindre la caste des coureurs à trois victoires.




Cunego (2004)




En 2006, la course célèbre sa 100e édition, remportée par Paolo Bettini, une semaine après être devenu champion du monde. L'édition est particulièrement émouvante car le frère de Bettini est décédé dans un accident de voiture cinq jours seulement avant la course et l'Italien s'est montré ému lorsqu'il a franchi la ligne d'arrivée. Bettini est l'un des sept coureurs à avoir remporté le Tour de Lombardie après être devenu champion du monde plus tôt la même année. Les six autres sont Alfredo Binda, Tom Simpson, Eddy Merckx, Felice Gimondi, Giuseppe Saronni et Oscar Camenzind.






Valverde et Bettini (2008)




Depuis 2012, le championnat du monde et le Tour de Lombardie sont placés fin septembre ou début octobre selon les années, alors que le nom de la course est officiellement devenu Il Lombardia. La course est désormais la classique par excellence pour permettre aux coureurs de se venger du championnat du monde ou de réaliser une "Double victoire d'automne". Dans les années 2010, Philippe Gilbert, Joaquim Rodríguez et Vincenzo Nibali ont tous remporté la course à deux reprises.




Gilbert (2009)





Rodriguez (2012)





Nibali (2015)




En 2016, Esteban Chaves devient le premier colombien à remporter un monument :














STATISTIQUES




Les 10 derniers vainqueurs :







Palmarès



Spoiler : :









Records



Spoiler : :









ÉDITION 2021









Parcours et déroulement de la course :



Cette édition 2021 relie les villes de Côme à Bergame (première fois depuis 2016) sur 239 kilomètres, modifiant largement le parcours de l'année précédente mais incluant tout de même six grandes ascensions pour un dénivelé de 4 500 m. D+. La dernière grosse montée du jour, le Passo di Ganda, dont le sommet culmine à 30 kilomètres de l’arrivée, présente un pourcentage moyen de 7% sur 9 km. La dernière côte, le Colle Aperto (1,3 km – 7%), se situe à environ 3 bornes de la ligne.

La course se joue à 36,5 kilomètres de l'arrivée dans l'ascension du Passo di Ganda, lorsque Vincenzo Nibali accélère en tête, aussitôt suivi par Pavel Sivakov et Tadej Pogačar. Bientôt, Pogačar se retrouve seul devant. Il est toutefois rejoint dans la descente du col par Fausto Masnada qui collabore peu avec le Slovène, ayant dans son équipe le champion du monde Alaphilippe situé dans le groupe derrière. Les deux hommes se présentent ensemble à l'arrivée à Bergame où Pogačar l'emporte facilement au sprint.

Sources Wikipédia



Dernière édition par Delgato le 02 oct. 2022, 15:44, édité 1 fois.
Avatar de l’utilisateur
Par Delgato
#3529021
LE PARCOURS 2022









Après la victoire de Pogacar à Bergame l'an passé sur un tracé peu commun, la Classique des feuilles mortes s'achèvera cette fois sur les rives du lac de Côme (comme ce fut le cas entre 2017 et 2020) au terme d'un parcours exigeant (253,5 km et 4863m de D+). L'épreuve s'élancera cette fois de Bergame et offrira au peloton une série de cinq ascensions dans les pré-Alpes autour de la ville durant la première moitié du parcours. Ce début de course sera plus musclé que d'ordinaire, et empruntera notamment le Passo di Ganda (9,2 km à 7,3 %) juge de paix de l'édition 2021. Une section plate mènera ensuite les coureurs vers le lac de Côme, dont ils s'éloigneront pour escalader le célèbre col de Ghisallo (9,4km à 6 %, passages à 14 %). Une descente rapide les conduira ensuite vers le circuit final où ils monteront une première fois San Fermo della Battaglia (2,8km à 6,6 %), franchiront une première fois la ligne, puis grimperont le mythique Civiglio (4,1km à 9,8 %) avant d'attaquer une seconde fois San Fermo, dont le sommet situé à cinq kilomètres de l'arrivée. Le parcours évite donc, comme l'an passé, le Mur de Sormano et sa dangereuse descente où de nombreux coureurs ont chuté, parfois gravement, à l'image de Remco Evenepoel qui avait basculé dans le ravin en 2020.




CARTES :

Spoiler : :















LE PROFIL







LES PRINCIPALES ASCENSIONS




PHOTOS :

Spoiler : :





















PHOTOS :

Spoiler : :























Coppi et Bartali immortalisés





PHOTOS :

Spoiler : :










TEMPS D'ASCENSION :

Spoiler : :


2019:4,1 km@9,8%---12:48---average speed 19.37 km/h(Carapaz-Nibali-Carthy)
---13:00---average speed 18.92 km/h(Roglic-Landa-Lopez)
2018:4,1 km@9,8%---13:00---average speed 18.92 km/h(Dan Martin)
---13:06---average speed 18.78 km/h(Thibaut Pinot)
---13:24---average speed 18.36 km/h(Vincenzo Nibali)
2017:4,1 km@9,8%---12:45---average speed 19.29 km/h(Nibali-Pinot)
2015:4,1 km@9,8%---13:13---average speed 18.61 km/h(Rosa-Pinot-D.Moreno-Valverde-Nibali-Chaves-Nieve)




PHOTOS :

Spoiler : :
















LES DERNIERS KM :








Dernière édition par Delgato le 02 oct. 2022, 15:46, édité 1 fois.
Avatar de l’utilisateur
Par Delgato
#3529022
LES CONCURRENTS AU DÉPART













LES ÉQUIPES INVITÉES












START-LISTE











LES FAVORIS




⭐⭐⭐⭐⭐



⭐ ⭐ ⭐ ⭐



⭐ ⭐ ⭐



⭐ ⭐



⭐








COTES DES BOOKMAKERS






...










Dernière édition par Delgato le 07 oct. 2022, 19:34, édité 4 fois.
Avatar de l’utilisateur
Par Delgato
#3529024
HOMMAGE VALVERDE & NIBALI
















En l'honneur de Vincenzo Nibali et d'Alejandro Valverde :champagne: qui disputeront ce samedi 08 Octobre 2022 la dernière course de leur longue et incroyable carrière, voici un petit retour sur leurs palmarès respectifs sur les Tour de Lombardie.




Vincenzo Nibali




2 victoires (2015 & 2017)

2e en 2018

• (5e en 2010)




















Alejandro Valverde Belmonte




• 10 participations

3 deuxièmes places (2013, 2014, 2019)

• 2 top 5 (4e en en 2015, 5e en 2021)

• 6e en 2016























Dernière édition par Delgato le 02 oct. 2022, 15:49, édité 2 fois.
Avatar de l’utilisateur
Par Delgato
#3529025
INFOS PRATIQUES





LES HORAIRES



Heure de départ : 10h10

Arrivée : 16h30 / 17h30



Spoiler : :





PRÉVISIONS MÉTÉO





BERGAME





CÔME








Dernière édition par Delgato le 07 oct. 2022, 23:02, édité 3 fois.
Avatar de l’utilisateur
Par Delgato
#3529026
PRÉSENTATION HISTORIQUE ET CULTURELLE









BERGAME

















Bergame (en italien : Bergamo /ˈbɛːrgamo/, en lombard : Bèrghem ou Bergum) est une ville italienne, d'environ 122 000 habitants, capitale de la province du même nom, située en Lombardie, région de la plaine du Pô, à environ 50 km au nord-est de Milan.

Par sa population, Bergame constitue la quatrième commune de la région, et son aire urbaine compte 481 519 habitants, pour un total de 1 100 000 habitants dans la province qui porte le même nom.

La ville de Bergame est composée d'un centre historique fortifié, connu sous le nom de Città Alta (« Ville haute »), et de l'expansion moderne de la ville des plaines en contrebas, appelée Città Bassa « Ville basse ». La ville haute est encerclée par des fortifications vénitiennes inscrites au patrimoine mondial depuis le 9 juillet 2017.

Bergame est reliée aux autres grandes villes d'Italie par l'autoroute A4, vers Turin, Milan, Vérone, Venise et Trieste. La ville est desservie par l'aéroport international Il Caravaggio, le troisième aéroport d'Italie, avec 12,3 millions de passagers en 2017. Bergame est la deuxième ville la plus visitée de Lombardie après Milan.





CHRONOLOGIE HISTORIQUE


Spoiler : :


Avant Jésus-Christ

• ~ 100.000 : première apparition des hommes dans les vallées bergamasques.

• ~2500 : selon la légende, le chef ligure Cydno fonde Barra (Bergame).

• ~1200 : vraisemblablement la fondation de Barra par une tribu Ligure.

• ~550 : première destruction de Barra par les Gaulois « Cenomane », les conquérants changent le nom de Barra en « Bèrghem ». En dialecte, la ville est ainsi nommée.

• ~428 : seconde destruction de Bergame par les Gaulois « Senoni » commandé par leur chef Brenno.

• 196 : victoire des Romains sur les tribus gauloises, les Bergamasques deviennent sujets romains. Bèrghem devient Bergomum.

• 49 : Jules César accorde la citoyenneté romaine à la ville.


Après Jésus-Christ

• 290 : martyre de saint Alexandre, patron de la ville.

• 402 : Bergame est détruite par les Wisigoths conduits par Alaric Ier.

• 450 : le « fléau de Dieu » Attila détruit la ville.

• 476 : les Byzantins occupent Bergomum. Mais pour peu de temps, car les Ostrogoths les battent et dominent la ville.

• 569 : arrivée des Lombards.

• 774 : victoire de Charlemagne sur les Lombards, il devient le maître de Bergame.

• 894 : saccage de Arnulf.

• 904 : Adalbert (it) est nommé évêque-comte de Bergame.

• 1098 : commencement de la période communale.

• 1145 : installation des templiers qui fondent une commanderie.

• 1156 : Frédéric Barberousse accorde à Bergame de battre monnaie. Première bataille entre Bergame et Brescia.

• 1167 : naissance de la Ligue Lombarde à Pontida près de Bergame.

• 1176 : défaite de Frédéric Barberousse à la bataille de Legnano.

• 1183 : paix de Constance, l'empereur Frédéric Barberousse est accueilli triomphalement à Bergame.

• 1191 : bataille entre Bergame et Brescia à Cividate.

• 1206 : commencement de lutte pour le pouvoir à Bergame. Les nobles Suardi sont du côté guelfe contre les « populaires » guibelin.

• 1264 : Filippo della Torre (it) devient le premier maire de Bergame. La lutte continue entre les Colleoni (guelfes) et les Suardi (devenus gibelins).

• 1295 : la famille de Suardi demande de l’aide à Mathieu Ier Visconti, seigneur de Milan. Les Colleoni sont chassés de Bergame. Mais la lutte entre les diverses familles continue de plus belle.

• 1331 : arrivée de Jean de Luxembourg, roi de Bohême et de Pologne.

• 1332 : début de la domination des Visconti, seigneurs de Milan.

• 1395 : naissance de Bartolomeo Colleoni.

• 1419 : arrivée de saint Bernardin de Sienne.

• 1428 : Bergame passe sous la domination de la « Sérénissime » Venise ».

• 1458 : Bartholomé Colleoni nommé capitaine général des troupes vénitiennes.

• 1475 : mort de Bartolomeo Colleoni.

• 1509 à 1529 : Bergame devient champ de bataille entre Venise, la France et l'Espagne.

• 1561 : commencement des murs vénitiens.

• 1595 : Torquato Tasso originaire de Bergame, couronné poète à Rome. Il a écrit Jérusalem libérée.

• 1630 : arrivée de la peste. La polenta fait aussi son apparition à cette époque; elle deviendra le plat principal des paysans.

• 1796 : les troupes révolutionnaires françaises arrivent à Bergame. La domination vénitienne est finie.

• 1797 : naissance de la République bergamasque le 13 mars et de Gaetano Donizetti le 29 novembre. Venise organise une contre-révolution avec l’appui fidèle des habitants de Valle Imagna.

• 1797 : après quelques mois, la ville entre dans la République cisalpine.

• 1805 : la ville fait partie du Royaume d’Italie.

• 1815 : chute de Napoléon, Bergame passe sous domination autrichienne selon le traité de Vienne.

• 1848 : année révolutionnaire. Les Bergamasques attaquent la caserne autrichienne. Visite de Giuseppe Garibaldi et de Giuseppe Mazzini. Retour des Autrichiens. Décès du compositeur Gaetano Donizetti.

• 1859 : Garibaldi libère Bergame et entre dans le règne d’Italie.

• 1860 : 180 Bergamasques participent à l'expédition des Mille. Ils forment la 8e compagnie. Elle sera appelée par Garibaldi, la « compagnie de fers ». Aujourd’hui, Bergame est toujours appelée la ville dei Mille.

• 1862 : la ville est équipée d'éclairage au gaz.

• 1872 : la municipalité quitte la ville haute pour se transférer dans la ville basse.

• 1887 : réalisation du funiculaire qui relie les villes haute et basse.

• 1889 : la ville est équipée d’éclairage à l'électricité.

• 1925 : construction de la première autoroute entre Milan et Bergame.

• 1936 : mort du héros Antoine Locatelli en Éthiopie.

• 1958 : Angelo Roncalli, premier Bergamasque élu pontife. Il choisira de porter le nom de Jean XXIII.

• 1962-1963 : l’Atalanta, l’équipe de football de Bergame, gagne la Coupe d'Italie.

• 1963 : mort du « bon pape », Jean XXIII.

1965-1976 : Felice Gimondi, cycliste bergamasque gagne trois tours d'Italie (1967,1969,1976) et 1 tour de France (1965).

• 1977 : Giacomo Agostini prend sa retraite de motocycliste. Il aura gagné 15 championnats mondiaux de 350 cm3 et 500 cm3.




SPORTS



Le Tour d'Italie est arrivé 8 fois à Bergame :






MONUMENTS



Piazza Vecchia

Elle fut décrite par l'architecte Le Corbusier comme la plus belle place d'Europe.
Au fond le Palazzo Nuovo et la bibliothèque Angelo Mai :






Porte San Giacomo

Elle fut construite au XVIe siècle. C'est une des quatre portes par lesquelles on entrait dans la ville haute. Le blason du Lion de saint Marc rappelle la domination vénitienne :







La Basilique Santa Maria Maggiore
, commencée au XIIe siècle et dont les travaux ont duré 500 ans.
Et sa Chapelle Colleoni, construite par l'architecte Giovanni Antonio Amadeo sur la commande du célèbre condottiere Bartolomeo Colleoni, c'est un monument remarquable de la Renaissance lombarde :









Sources principales texte : wikipédia




SPÉCIALITÉS GASTRONOMIQUES

Spoiler : :



Petit-déjeuner


Gâteau Donizetti :

Une gourmandise moelleuse qui recèle un cœur de fruits confits d'ananas et d'abricots.
Selon la légende de Bergame "si vous avez le mal de l'amour :mouchoir: , juste une tranche de Turta del Dunizet et tout passe" :hehe:





Goûter :baguette:


Salami de Bergame :

Utilisé comme moyen de paiement après la 2nd guerre Mondiale, ce délice salé fond littéralement dans la bouche et fait la fierté des bergamasques. Le goûter c'est l'adopter !





Déjeuner


Le midi c'est casoncelli :

Ces raviolis ont une forme de bonbon et une farce traditionnelle. Chaque famille bergamasque à sa recette et la garde bien secrète. L’assaisonnement, en revanche, il est bien connu : beurre fondu, pancetta et quelques feuilles de sauge ! La garniture est constituée principalement de viande, parmesan, amaretti, raisins secs et persil.





Le 4 heures :green:


Polenta et oseil :

C'est un dessert typique de la tradition bergamasque, à ne pas confondre avec la version salée. Si vous vous promenez dans la ville, vous les remarquerez partout ces cupcakes jaunes en forme de dôme décoré d'oiseaux en chocolat et en sucre. Il existe plusieurs variantes mais l'original est à base de polenta douce, de pâte d'amande et de chocolat noir.





Le Dîner


Polenta et Brasato :

Qui dit Bergame dit polenta : l'or jaune des pauvres reste un des aliments de la tradition paysanne des plus appréciés. Ici vous ne mangez pas de polenta simple, mais vous pouvez goûter cette taragne a base de farine de maïs et de farine de sarrasin qui sont mélangés avec de l'eau. Souvent avec une pâte visqueuse et granuleuse du beurre fondu et du fromage sont ajoutés (fontina ou branzi) pour créer la "polenta onta".
Que dire du brasato ? Lors de sa longue cuisson, ce plat à base de bœuf braisé produit une sauce succulente. L'astuce consiste à la verser sur vos parts de polenta pour qu'elles soient encore plus gourmandes.





Les Fromages


La province produit en effet Strachitunt, Taleggio, Salva Cremasco, Gorgonzola, Grana Padano, Provolone Valpadana, Bitto, Formai de Mut et Quartirolo Lombardo.





Le Déssert


Glace Stracciatella

Peut-être que tout le monde ne le sait pas mais la glace à la stracciatella est née à Bergame en 1961 quand Enrico Panettoni, dans son glacier, a décidé de ajouter des flocons de chocolat noir à la fiordilatte.





Les Vins :saoul:


Un verre de ValCalepio Doc sublimera tous vos plats. En accompagnement du dessert, optez pour un Moscato di Scanzo : un vin doux et envoûtant qui vaut la peine de déguster.


Sources : VisitBergamo & fortraveladvicelovers.com







CÔME













Côme (en italien Como et en lombard Còmm) est une ville italienne, chef-lieu de la province du même nom en Lombardie. Lors du recensement de 2018, elle comptait 83 320 habitants. Côme se trouve dans la région de la plaine du Pô, à 45 km au nord de Milan, au bord du lac de Côme.





HISTOIRE



Spoiler : :

Les collines entourant l'emplacement actuel de Côme ont été habitées depuis au moins l'âge du bronze, par une tribu celte des Orobii. Des vestiges d'établissements sont encore présents dans les bois des collines au sud-ouest de la ville, notamment une nécropole, dite « nécropole de Ca' Morta » attribuée aux environs de 600/550 av. J.-C. et comportant notamment une tombe à char princière, dite « Tombe III/1928 » ou « Tombe de Ca' Morta », laquelle est indexée aux alentours de 450 av. J.-C..

Autour du Ier siècle av. J.-C., le territoire a été soumis aux Romains. Le centre-ville était situé sur les collines voisines, mais il a ensuite été déplacé à son emplacement actuel par ordre de Jules César, sur ce qui était à l'époque un marécage près de la pointe sud du lac desséché. Le plan de la ville fortifiée est une grille typique de Rome avec des rues perpendiculaires. La commune nouvellement créée a été nommée Novum comum et avait le statut de municipe.

En 774, la ville se rendit lors de l'invasion dirigée par les Francs de Charlemagne, et devint un centre d'échange commercial.

En 1127, Côme perdit une guerre s'étalant sur dix ans avec la ville voisine de Milan. Quelques décennies plus tard, avec l'aide de Frédéric Barberousse, Côme eut l'occasion de prendre sa revanche lorsque Milan a été détruite en 1162. Frédéric décida la construction de plusieurs tours défensives autour de la périphérie de la ville, dont une seule, le Château Baradello, est restée intacte.

Par la suite, l'histoire de Côme par effet de résonance, a suivi celle des ducs de Milan (lesquels étaient détenteurs d'un territoire qui correspond approximativement aux actuelles limites de la région lombarde) voyant se succéder ainsi l'invasion française puis la domination espagnole jusqu'en 1714, lorsque le territoire a été attribué à l'Empire d'Autriche (Traité de Rastatt). Napoléon occupe la Lombardie en 1796, mais en 1815, la domination autrichienne a repris à la suite du Congrès de Vienne : la ville de Côme fait désormais partie du Royaume lombardo-vénitien, gouvernement de Lombardie, chef-lieu de la province du même nom. Enfin, en 1859, la ville fut libérée avec l'arrivée de Giuseppe Garibaldi, et elle fut intégrée au royaume d'Italie nouvellement formé (sous la Maison de Savoie).

À la fin de la Seconde Guerre mondiale, après avoir traversé Côme lors de sa fuite vers la Suisse, Benito Mussolini a été fait prisonnier, puis abattu par des partisans à Giulino di Mezzegra, une petite ville sur la rive nord du lac de Côme.




MONUMENTS



La cathédrale Santa Maria Assunta :





La Villa Olmo :

centre des activités culturelles de Côme, salle de concerts, de spectacles, de théâtre, de congrès et d’expositions sous le nom de « Centre Volta ».
:






Le château Baradello

Un château médiéval surplombant la ville et qui est tout ce qui reste de la forteresse construite par Frédéric Barberousse en 1158.



Sources principales : wikipédia




MUSIQUE :siffle:














CINÉ QUIZ SPÉCIAL LOMBARDIA :pompom:




Format légèrement différent de d'habitude, puisque cette fois-ci il faudra deviner à partir de photos des lieux de tournage, et non tirées des films eux-mêmes.

2 films connus sont au programme aujourd'hui, tous les deux tournés au bord du lac de Côme. Il y a donc 2 réponses possibles :









:jap:
Avatar de l’utilisateur
Par Delgato
#3529031
Bonne lecture :jap:
Merci à Albator pour son magnifique montage photo :super:
Ainsi qu'à MajorK03 pour l'idée de l'hommage à Nibali et Valverde
Comme expliqué dans le topic présentation, mon ordi m'a lâché juste avant la fin du montage vidéo ... il faudra donc attendre pour le teaser :spamafote:
Par -Vélomen-
#3529107
Je vois bien Enric Mas nous faire un Thibaut Pinot 2018.

Pogacar pourra jouer le rôle de Nibali, mais attention, le Slovène pourrait monter en puissance d'ici samedi et récupérer de son escapade Australienne.

Et puis, il y a Vingegaard.

Et Gaudu. :hehe:
Avatar de l’utilisateur
Par Bradounet_
#3529125
Bravo Delgato d'avoir fait charrette pour nous permettre de discuter de la SSR des cinq monuments sur le topic idoine. :applaud:

En regardant ta préz, je me souviens que Gianni Moscon est encore coureur cycliste et surprise, il n'est pas blessé actuellement. :w00t:
Sa saison est tout bonnement calamiteuse : 5 courses terminées à peine et 10 DNF dont 4 à la suite depuis le Tour de Suisse.
Ca, c'était certain qu'à un moment ou à un autre de sa carrière, il allait broyer du noir.
J'aimerais bien voir Fedorov aligné pour Astana, pour voir vraiment ce qu'il vaut en dehors du petit bassin.
Grokazakh ne semble pas être prévu non plus. Je le sentais bien, généralement les victimes de Remco brillent juste après et montrent qu'elles avaient en fait un énorme niveau face à Remco le magnifique. A surveiller aussi Skjelmose et Rota. :green:
Arensman n'a pas disputé la moindre course d'un jour cette année, je me demande bien ce que ça peut donner sur un monument lui qui a montré de bien belles qualités de résistance sur la Vuelta qu'il a terminée sur les chapeaux de roues.
Il avait terminé 3e de Paris-Roubaix chez les espoirs étant E1.
La DSM aura de quoi faire.
Par -Vélomen-
#3529128
Bradounet_ a écrit :
02 oct. 2022, 20:28
Bravo Delgato d'avoir fait charrette pour nous permettre de discuter de la SSR des cinq monuments sur le topic idoine. :applaud:

En regardant ta préz, je me souviens que Gianni Moscon est encore coureur cycliste et surprise, il n'est pas blessé actuellement. :w00t:
Sa saison est tout bonnement calamiteuse : 5 courses terminées à peine et 10 DNF dont 4 à la suite depuis le Tour de Suisse.
Ca, c'était certain qu'à un moment ou à un autre de sa carrière, il allait broyer du noir.
:hehe: :applaud:
Avatar de l’utilisateur
Par Delgato
#3529130
Merci Brad :wink:
Oui Rota à surveiller malgré le dénivelé et le Civiglio, car comme certains il devra anticiper en attaquant sur la Madonna (Mohoric dans la descente derrière ou la transition avant le Civiglio)
Par fred30
#3529164
Après le Vélo d'Or mondial, il faudrait penser à décerner la Prez' d'Or à Delgato pour cette saison stratosphérique.


Pour les films à deviner d'après les images. La première image montre une bien belle maison, qui me rappelle la scène finale de Casino Royale. Sans certitude
Avatar de l’utilisateur
Par Delgato
#3529170
fred30 a écrit :
03 oct. 2022, 11:09
Après le Vélo d'Or mondial, il faudrait penser à décerner la Prez' d'Or à Delgato pour cette saison stratosphérique.


Pour les films à deviner d'après les images. La première image montre une bien belle maison, qui me rappelle la scène finale de Casino Royale. Sans certitude
Merci fred30 ☺️
:applaud: :winner:
Bien vu, Il en manque encore un à deviner
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 15
Rivals Manager 2023

Est ce qu'on aura toujours deux transferts gra[…]

D’aimées et (ou) Cocquard contre du l[…]

Tour de France 2024

Autant pour moi alors 😉 J'ai la défense de […]

BMC 2023 ( Amady21)

Salut, je reviens vers toi pou PLAPP : PLAPP vs […]

Toute l'actualité cycliste sur notre site   Accéder au site