Le forum pour discuter du cyclisme et du cyclisme uniquement, entre passionnés . Actualité, transferts, débats, analyses et courses de vélo en direct. Toute les infos sur le forum des fans de la petite reine.

Modérateur : Modos VCN

  • Page 1 sur 8
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 8
#3476741
Étape 19_Vendredi 27 mai 2022 : MARANO LAGUNARE - SANTUARIO DI CASTELMONTE (177 km) 3230m D+


HORAIRES DE DÉPART : 12h25 / HORAIRES D'ARRIVÉE : 17h00/17h30



DESCRIPTION
Spoiler : :


" Une étape de montagne difficile, qui passe par la Slovénie et se termine par une arrivée au sommet. En partant de Marano Lagunare, l’itinéraire traverse la plaine jusqu’aux collines morainiques autour de Fagagna et Majano. Le parcours traverse Buja, atteint les Préalpes juliennes, longe la Grotte di Villanova (une montée courte mais intense) et s’attaque au Passo di Tanamea. L’itinéraire entre en Slovénie par le col d’Uccea, menant directement à Kobarid (Caporetto). Ici, le peloton s’attaquera au mont Kolovrat, une montée à près de 10% sur 10km (avec des pentes s’atténuant sur un court tronçon à mi-chemin de la montée). Après avoir franchi le Passo Solarie, une longue descente en faux-plat ramène les coureurs en Italie en serpentant à travers les bois. Au départ de Cividale del Friuli, le peloton s’attaquera à la montée finale vers le sanctuaire de Castelmonte.

La montée finale est longue d’environ 7km, avec une courte descente après 2,5km d’ascension. Les pentes les plus fortes (jusqu’à 13%) se trouvent au pied de la montée, et lorsque la route recommence à monter à mi-ascension. La chaussée est large et bien goudronnée. La ligne droite est sur route goudronnée. "

CARTES / PROFILS / HORAIRES
Spoiler : :














DIFFUSION TV :


RP > 11h55 - 12h25 / E1 > 12h25 - 17h15


STREAMING




LIVE TEXTE





PRÉVISIONS MÉTÉO :


MARANO LAGUNARE : 🌤 27 degrés 🌬 5 - 15 km/h (S)

SANTUARIO DI CASTELMONTE ( PREPOTTO ) : 🌤 27 degrés 🌬 5 - 15 km/h (OSO)




FAVORIS DU JOUR :


⭐️ ⭐️ ⭐️

Poels, Kelderman, Carthy, Kamna


⭐️ ⭐️

Martin, Hamilton L., Dombrowski, MVDP, Formolo, Mollema, De Gendt

⭐️

Hindley, Carapaz, Landa,
Hirt, Nibali


Dernière édition par Delgato le 26 mai 2022, 20:29, édité 3 fois.
#3476742
PRÉSENTATION HISTORIQUE :study:



MARANO LAGUNARE




Marano Lagunare (Maran en frioulan) est une commune italienne de la province d'Udine, dans la région autonome du Frioul-Vénétie Julienne en Italie. Il s'agit d'une petite commune d'un peu plus de 2 000 habitants qui vit essentiellement de la pêche et du tourisme. On y retrouve d'ailleurs une réserve naturelle accueillant de nombreuses espèces d'oiseaux et de poissons vivant dans les lagunes entourant la commune.

" Dans le Frioul, le long de la route nationale entre Venise et Trieste, en tournant vers le sud, se trouve une petite bande de terre qui a sa propre extension naturelle dans un immense bassin d’eau, la lagune. Elle est protégée par une barrière côtière d’îles et de bancs de sable. C’est Marano Lagunare : le dernier bastion du continent avant la mer.

Un petit et ancien village dont les premières informations historiques remontent à 590 lorsqu’il fut choisi par le patriarche d’Aquilée pour être le siège du synode. Ancienne forteresse de la Sérénissime conquise au XVIe siècle, Marano Lagunare est resté presque intact au cours des siècles afin de prouver la gloire et l’histoire de cette communauté de langue vénitienne unique en terre de Frioul.
Une communauté de pêcheurs laborieuse et vivante fortement liée aux traditions religieuses séculaires. Tous les trois ans, la “Festa della Triennale” a lieu le 15 août en l’honneur de la Sainte Vierge de la Santé et chaque mois de juin se déroule la suggestive procession de “San Vio” à laquelle les habitants sont très attachés.

Marano est un territoire unique caractérisé par une histoire millénaire et grâce à sa position “suspendue” entre mer et terre, il a représenté pendant des siècles un point de passage stratégique et un lieu de rencontre pour différentes cultures. "


Image

Image

Image

Image


Le centre historique a l’apparence d’un motif en « arête de poisson » avec des ruelles et des petites places qui s’écartent depuis l’artère principale.
Avant d’entrer dans la route principale, le Sanctuaire de la Sainte Vierge de la Santé se trouve sur la droite. Il a été consacré en 1912 et abrite l’image en bois de la Sainte Vierge du XVIIe siècle.
Juste devant, on distingue l’Hôtel de Ville construit en 1929. Sa masse se détache de manière élégante et donne sur la place dédiée à Rinaldo Olivotto, qui fut maire de Marano à la fin du XIXe siècle.
Le visiteur peut s’immerger dans l’histoire millénaire de ce territoire unique au musée archéologique de la lagune de Marano, dont l’exposition va de l’époque pré-romaine à l’époque contemporaine.
L’église paroissiale de San Martino a été consacrée en 1768, mais elle est restée à peu près la même. À l’intérieur, parmi les peintures et les images saintes, il y a un orgue à tuyaux, œuvre d’un célèbre fabricant vénitien :

Image

Puis, après une dizaine de mètres, nous sommes au cœur de la vieille ville, sur la place centrale appelée « Granda » qui est dédiée à Vittorio Emanuele II. C’est ce qui reste de l’ancienne forteresse patriarcale et vénitienne après la disparition des murs (aujourd’hui il n’y a que le bastion de Sant Anthony et deux sections courtes et adjacentes). Ici, on peut observer le symbole de Marano, la Tour dite « Millenaria » qui domine avec ses 32 mètres de haut.

Image

De l’autre côté de la place se trouve le palais des Provveditori, construit au XVe siècle, lorsque Marano passa sous le contrôle vénitien.

Image

Le visiteur arrive ensuite au port de Marano et sur la gauche se dresse la « Vecia Pescaria ». Construite à la fin du XIXe siècle, elle est l’un des symboles de Marano en représentant l’importance de la mer dans l’économie du village.

Image

En visitant l’environnement lagunaire, nous pouvons découvrir des merveilles à couper le souffle comme la réserve naturelle régionale “Foci dello Stella”.

Image

La zone protégée a une superficie de 1377 hectares.

De retour au village, nous pouvons continuer notre voyage naturaliste entre les vallées de Grotari et de Vulcain qui sont deux petites vallées de pêche qui ont bénéficié de l’arrêt de la pisciculture.
Attenant au centre historique se trouve la réserve naturelle “Valle Canal Novo”, qui est constituée d’une ancienne vallée et de quelques terres arables.

Image

Enfin et surtout, il y a les bâtiments symbole de la lagune, les «casoni maranesi», qui sont toujours fidèles à la tradition avec leur construction typique recouverte de roseau.

Image

Ainsi est Marano Lagunare, avec son histoire qui se crée entre les ruelles et les monuments anciens, avec le charme de sa lagune et le poisson à zéro kilomètre.



GASTRONOMIE

Marano Lagunare a réussi à préserver au fil des siècles sa propre culture et ses traditions culinaires en valorisant les produits de cette terre qui ont été les personnages principaux des plats typiques sur la table de population locale.

Le roi incontesté de la cuisine traditionnelle est le « Bisato in speo », qui est une anguille cuite au feu pendant des heures à la broche de bois et assaisonnée de feuilles de laurier et de gros sel.
Il s’agit d’un plat unique au monde préparé par les pêcheurs de Marano, toujours présent sur nos tables et dédié aux journées spéciales et aux invités.

Image

Un autre plat traditionnel est le « Boretto alla Maranese ». C’est un plat très simple à préparer, autrefois on le trouvait typiquement sur les tables des pêcheurs et il était composé de nombreuses espèces de poissons différentes qui ne peuvent pas être commercialisées car elles ont été abîmées lors de la pêche.



Les “Molecche fritte” sont célèbres parmi les coquillages, c’est un plat bien connu même dans les lagunes vénitiennes. Ce plat est composé d’un crabe à carapace molle, recouvert d’une peau douce et veloutée.

Image

Même si ces plats traditionnels sont toujours présents sur nos tables, il existe plusieurs plats qui composent notre paysage culinaire actuel. Le centre historique de Marano Lagunare regorge de restaurants, trattorias et auberges. De nombreux restaurants renommés offrent la possibilité d’essayer des fruits de mer crus pêchés sur place ou vendus sur le marché aux poissons local, qui est le plus grand pour le poisson frais du Frioul-Vénétie-Julienne et l’un des plus grands du nord de l’Italie. En plus du poisson frais, les restaurants locaux proposent plusieurs types de mollusques bivalves. Les “fasolari” crus et cuits sont devenus de plus en plus célèbres sur les tables locales et ils sont utilisés dans les cuisines avec les “vongole veraci”, “peverasse” (palourdes) et “capesante” (pétoncle) afin de préparer différents plats allant des sauces, aux gratins et autres recettes plus raffinées.

Image

Image

Image


BOISSONS

La région entourant Marano Lagunare offre divers terrains pour la culture de la vigne et est riche en caves, dont certaines prestigieuses. Dans la zone DOC “Friuli Annia”, le territoire se prête très bien à la culture de la vigne grâce au climat toujours venteux en été et doux en hiver avec des températures annuelles moyennes de 13-15°C.
Une terre singulière où la lagune côtoie les vignes, qui, s’adaptant au territoire particulier, plongent leurs racines dans le sol argileux à haute salinité, donnant un aspect caractéristique et une saveur originale au vin produit.

Les premières vignes ont été plantées sur ces territoires par les Romains, comme en témoignent les observations dans la lagune et dans de nombreux sites archéologiques voisins, avec la découverte d’amphores destinées à contenir et transporter le vin.
Le nom de l’appelation “Friuli Annia” dérive de l’ancienne route Annia construite en -131 et qui reliait Aquilée à Concordia Sagittaria en passant par la plaine de l’actuelle Basse Friulana et en longeant la lagune et les territoires de Marano Lagunare.

La vinification dans ce domaine allie tradition et innovation dans un mélange unique et donne vie à de grands blancs tels que le Chardonnay, la Malvasia Istriana, le Pinot Bianco et le Grigio, le Sauvignon et le typique Friulano (anciennement Tocai), pour finir avec les aromatiques Traminer et Verduzzo Friulano . Le panorama des rouges est également d’une grande importance et comprend le Cabernet Franc et le Cabernet Sauvignon, le Merlot et le Refosco dal peduncolo rosso.

Sources : site officiel du Giro


#3476743
PREPOTTO



Image

Image

Image



Prepotto est une ville italienne d’un peu plus de 700 habitants dans le Frioul-Vénétie Julienne. Parmi les plus grandes communes de la province d’Udine, ses 34 quartiers couvrent une superficie de 34,24 km². Ce territoire a une frontière de 15km avec la Slovénie qui coïncide avec le ruisseau Judrio, qui était la frontière entre la République de Venise et l’Autriche dans le traité de Worms de 1521.
La frontière a une histoire particulièrement intéressante, synthèse parfaite des cultures et des populations qui ont animé cette région du Frioul.

En arrivant dans la commune de Prepotto, dans la province d’Udine, le Giro d’Italia fait escale dans la localité probablement la plus renommée de la région, symbole religieux pour les habitants de ces lieux.
Nous nous trouvons dans le Sanctuaire de la Beata Vergine de Castelmonte. Il est situé à l’extrême nord-est de l’Italie et est un lieu de transit historique important pour toutes les communautés qui voulaient voir la mer Adriatique.

Castelmonte est né d’une castelliere, sorte de village protohistorique fortifié. Ils sont toujours placés en hauteur pour garder un œil sur leur territoire environnant et se défendre des raids des communautés voisines. C’était alors un camp romain fortifié appartenant à la Claustra Alpium Iuliarum. Sa transformation en chapelle chrétienne puis en église fortifiée remonte à 1200. Successivement elle fut désirée par les Hongrois, par les Gothiques et les Ostrogoths, par les Lombards, voire par les Turcs.

Napoléon y arrive également en 1797, et dépouille le sanctuaire de presque tous ses biens. Sous l’empire austro-hongrois, c’était aussi un siège municipal jusqu’en 1870. À partir de 1913, le pouvoir passa des habitants, qui étaient à l’époque d’une certaine descendance slave, aux frères capucins de Vénétie. Aujourd’hui, c’est un lieu de culte très populaire, qui attire des fidèles de la région voisine de Triveneto, mais aussi d’Autriche et de Slovénie. Ils viennent déposer des ex-voto et demander grâce à la Vierge noire avec son enfant.

D’autres lieux d’intérêt religieux sont les églises des différents hameaux de la municipalité. Celui de S. Bartolomeo Apostolo à Ciubiz se distingue par son intérêt artistique, pour la voûte nervurée avec des bas-reliefs anthropomorphes et la statue en bois de la Vierge avec son enfant du XVIe siècle.

Le château privé de Gabrici à Albana est un exemple notable d’architecture fortifiée. Le village ouvert de Berda, rénové après le tremblement de terre de 1976 sur le thème de l’unité stylistique et environnementale, illustre l’architecture rurale.
En plus de la gestion prudente du territoire, qui est précieusement équilibré entre les zones sauvages et artificielles, on trouve des villages intéressants dans la municipalité de Prepotto.

Bosco del Romagno, établi à l’époque lombarde, s’est distingué par la production de vin, puis a été utilisé par l’armée italienne jusqu’en 1950 avant de devenir un parc de loisirs, partagé avec les zones de Cividale del Friuli et Corno di Rosazzo.

Compte tenu de ses qualités historiques et naturalistes, la région est très appréciée non seulement des randonneurs, mais aussi des cyclistes et des cavaliers. À tel point que quatre célèbres pistes cyclables s’y trouvent : le Sentiero Italia, l’Alpe Adria Trail, le Cammino Celeste et la Via dei Monti Sacri. Celles-ci s’enrichissent chaque été d’itinéraires alternatifs, parfois basés sur la cueillette d’herbes comestibles, permettant aux cyclistes de goûter agréablement à la fin d’une balade dans l’un des nombreux corps de ferme répartis sur le territoire.

L’orographie du territoire communal est assez complète. Plaines plates et zones montagneuses créent un paysage unique, riche en flore et en faune sauvage.
La fierté de la région de Prepotto est le Schioppettino, un cépage indigène né dans la vallée de Judrio qui fait partie de la famille Ribolla. Cette petite ville est célèbre non seulement pour le paysage, mais aussi pour le château et le sanctuaire de Castelmonte et les nombreuses exploitations qui font de Prepotto la ville du vin.
L’œnotourisme et le slow tourisme sont des piliers bien ancrés de l’économie du village.


Image

Image



GASTRONOMIE

La cuisine de Prepotto en tant que région frontalière a été fortement influencée par l’histoire et par l’échange avec les populations voisines, pour en faire une fusion. En particulier, les deux traditions culinaires avec la plus forte influence, comme dans toute la cuisine frioulane, sont slaves d’une part et austro-hongroises d’autre part.
La cuisine de Prepotto partage donc la plupart des plats que nous rencontrons dans le reste des vallées du Natisone et de la plaine frioulane.
C’est une cuisine qui réutilise les ingrédients, l’un de ses plats emblématiques est sans aucun doute le frico, qui est préparé à partir de restes, en les mélangeant avec des pommes de terre, des oignons et du fromage :

Image

La polenta à la semoule de maïs blanche ou jaune est très appréciable. Elle accompagne tous les plats traditionnels :

Image

Tandis que le toc’ in braidea accompagne une crème de fromages frioulans ou un ragoût de saucisse.

Image

Les soupes sont très importantes, notamment la soupe aux haricots et aux pommes de terre qui nécessite une longue cuisson et préparation. Parmi les entrées, les pâtes maison ne manquent pas, en plus des gnocchis de pommes de terre, d’épinards ou de potiron à l’automne. Avec une saveur contrastée on retrouve en fin d’été les gnocchis de pommes de terre farcis aux prunes, un plat unique et délicieux qui représente bien le melting pot des traditions :

Image

Au printemps on trouve des plats aux herbes sauvages, notamment le risotto au “sclopit” :

Image

ou aux “ruscolins” (asperges sauvages) :
Image

et l’omelette aux “urticions” (houblon sauvage) :

Image

La viande la plus utilisée est certainement le porc. Autrefois, les cochons élevés à la maison fournissaient à la famille de la viande et de la graisse tout au long de l’année. Comme le reste du Frioul, la commune de Prepotto possède un très riche patrimoine de charcuterie traditionnelle. L’une des saucisses les plus connues est le ‘musetto’ (museau).

Image

C’est presque un aliment rituel à Noël et au Nouvel An, qui est servi avec un autre symbole de la cuisine frioulane qui a reçu la protection DOP, la brovada : des navets aigres après une longue fermentation dans un marc de raisin aux baies rouges :

Image

Côté viandes, le bœuf, le gibier et la volaille, notamment le poulet et le lapin, ne manquent pas.
Prepotto s’étend dans la vallée de la rivière Judrio, donc parmi la cuisine traditionnelle, nous trouvons la truite et, autrefois, les écrevisses.
L’un des desserts les plus typiques est le Gubana, du slovène “Guba” (“pli”) en raison de sa forme. C’est un dessert à base de pâte levée fourrée de fruits secs, le tout agrémenté de grappa :

Image


BOISSONS

Si le Frioul-Vénétie Julienne est la région italienne la plus connue pour la production de vins blancs de qualité, le Schioppettino s’impose comme le cépage rouge autochtone capable de rivaliser avec les blancs.
L’élevage en fûts de bois est obligatoire pendant au moins 12 mois avant une mise sur le marché au plus tôt en septembre de la deuxième année suivant la récolte. En raison des caractéristiques aromatiques épicées, le vin est particulièrement typique de la relation unique entre le climat et le sol qui se crée dans la vallée de Judrio. Mais ce n’est pas seulement le terroir qui rend le vin unique : le vigneron aussi doit être capable d’interpréter le langage de la terre, en le transformant en parfums, saveurs et couleurs incomparables. C’est ainsi que, dans le verre, le Schioppettino de Prepotto révèle son authenticité : rouge rubis intense, un fort parfum de baies sauvages et de griottes et une note épicée singulière et précieuse de poivre. Elégant et complexe comme les grands vins du Frioul, il fait de la polyvalence son point fort. Il accompagne les plats de viande ou, s’il est vieilli, même le gibier. Il parvient également à étonner avec des plats de poisson ou des repas épicés.

Sources : Site officiel du Giro

Image

Image


#3476987
MonteGelbison a écrit :
26 mai 2022, 20:07
Moi ce qui m'intéresse c'est Roger Kluge : il n'a perdu que 7'31 aujourd'hui, ne risque-t-il pas de le payer demain ?

Il est un peu sur un nuage actuellement, et je crains l'excès de confiance.

Les 8 heures s'éloignent;
mais les 7h30 restent envisageables!

Go, Roger, tu peux le faire :love:
#3477059
Imaginez au réveil, on apprend qu'après une analyse plus approfondie des tests PCR du second jour de repos envoyés au labo de Cologne , la chance a encore curieusement frappé à la porte de Nibali : et Carapaz et Hindley et Landa sont tous trois positifs à la variole du singe, à force de se renifler l'arrière-train dira-t-on, et sont mis hors course manu macron miitari.
Nibali s'élance donc en rose pour deux jours alpestres de pure démence. :w00t:

#3477087
Excess a écrit :
27 mai 2022, 08:59
Le scénario de Bradounet me paraît le plus probable mais où s'insère la remontada de Guillaume Martin dans l'équation ? :jap:

PS : tiens bon Delgato t'es presque au bout :hehe:
Merci pour tes encouragements :smile:
C'est surtout que je suis malade depuis 2 jrs :genance:
Pas grand chose je vous rassure !
Du coup je fais les prez dans mon lit sur mon téléphone, mais ça j'ai l'habitude.
Je pense à Quintana qui n'a jamais abandonné une course sur maladie :elephant:
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 8

Stuyven pour moi :hole: Je savais qu'il avait co[…]

Il y avait aucune hostilité dans mon […]

Je suis en train de lire le topic de l'étap[…]

TotalÉnergies 2022

Deception, il fallait reagir au demarrage de Powle[…]

Toute l'actualité cycliste sur notre site   Accéder au site