Le forum pour discuter du cyclisme et du cyclisme uniquement, entre passionnés . Actualité, transferts, débats, analyses et courses de vélo en direct. Toute les infos sur le forum des fans de la petite reine.

Modérateur : Modos VCN

  • Page 1 sur 48
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 48
#3385946
Image


Les Flandres se sont parées de leurs plus beaux atours afin de célébrer comme il se doit le centenaire de cette course mythique qui, depuis exactement un siècle, fait rêver le plus obscur des vélocipédistes, et dont le titre représente bien souvent l'accomplissement ultime de tant de légendes : le championnat du monde. Anomalie dans le paysage cycliste puisque couru par équipes nationales ( ce qui ne manque pas de créer de véritables psychodrames internes ), ce titre si prestigieux s'offre à l'issue d'une course sèche, et le vainqueur se réserve le droit d'enfiler une saison durant cette tunique reconnaissable entre mille, et qualifiée à tort d'arc-en-ciel, puisqu'il s'agit tout simplement des cinq anneaux olympiques, et que le ciel se déploie très rarement sous cette gamme chromatique.

Si le palmarès s'ouvre généralement en 1927 dans les manuels, il s'agit de rappeler que la première édition date bien de 1921, mais que les six premières courses n'étaient réservées qu'aux amateurs, avant qu'Alfredo Binda n'ouvre le bal chez les professionnels, et il n'y a sans doute pas plus prestigieux afin d'inaugurer une longue lignée de champions titrés : à quelques exceptions près, et toute grande course se doit d'avoir son lot de champions maudits, les plus grands cyclistes ont porté la sainte tunique depuis un siècle, de Coppi à Valverde en passant par Van Looy, Merckx, Gimondi, Moser, Hinault ou Bettini.

Les Flandres, dont l'attachement au patrimoine cycliste n'est plus à démontrer, se sont donc portées garantes des festivités centenaires, et ont pour l'occasion concocté un joli parcours casse-pattes, initialement promis à la caste des Flandriens, mais à bien y regarder, des profils plus punchy sont tout à fait capables de s'extirper avec succès du toboggan de bosses qui fera office de tremplin pour le titre suprême, à moins qu'un sprinteur habile ne profite d'un attentisme coupable.

Dessiné autour des monts sur lesquels se font la sélection lors de la Flèche Brabançonne, le kilométrage et la startlist promettent en quelque sorte une Flèche XXL. Bien évidemment, puisque tous les regards convergent vers la Belgique flandrienne, l'équipe nationale est plongée dans un chaudron médiatique à ébullition maximale, et Wout Van Aert s'avancera vers la ligne de départ avec sur des épaules qu'il porte larges le poids de tout un peuple. Les déclarations de bonnes intentions des uns et des autres tendent à pacifier l'atmosphère, car la responsabilité qui pèsera sur l'équipe nationale sera colossale, et gare à celui dont l'initiative décousue déchirera le rêve irisé de la nation. Les références incessantes au Mondial 1963, local lui aussi, consacré par la trahison de Beheyt au nez et à la barbe de son leader Van Looy, sonnent comme une mise en garde à peine déguisée à l'attention des compagnons de chambrée de Wout.

Depuis 1963 donc, plus aucun Belge ne s'est imposé à domicile, et une étrange malédiction guette les cadors du plat pays qui est le leur, à moins qu'il se s'agisse justement d'un enthousiasme trop mal contenu de la part du public, enthousiasme d'une foule déchaînée qui a provoqué la chute d'Eddy Merckx en 1975, et que le roi Eddy paiera dans le final. Et malédiction pour Claudie Criquielion, tassé contre les barrières à quelques mètres de la gloire, chez lui. Et le coupable, Steve Bauer, a assez cher payé en haine larvée, et pas encore totalement évacuée, le prix de l'infamie. Gare donc à celui qui viendra briser le rêve de toute une nation. Il ne faudra pas se risquer à un doigt d'honneur à la foule si jamais des relais trop appuyés permettaient à un Italien malin de déboîter victorieusement dans le final, au risque de quitter les lieux en pièces détachées.

Parmi les principaux adversaires de l'équipe noire-rouge-jaune, Wout trouvera bien évidemment sur son chemin l'éternel rival des labours, Mathieu Van der Poel, dont la préparation cabossée interroge mais qui a tout de même pris le temps d'aller décrocher un trophée avant de rejoindre Anvers. Le tout récent champion d'Europe, Sonny Colbrelli, fera figure d'épouvantail, tant pour ses adversaires que pour la lutte antidopage. Le champion sortant, Julian Alaphilippe, est généralement prêt pour les grandes échéances et cherchera habilement à tirer son épingle du jeu face des à des adversaires souvent plus rapides. Quant à l'équipe danoise, à qui quelqu'un a sans doute rappelé que le premier Mondial se déroulait à Copenhague et que ce serait une jolie manière de boucler la boucle, elle s'appuie sur un collectif hybride et très fringant ces dernières semaines, autour notamment d'Asgreen, Valgren et Mads Pedersen, qui cherchera à définitivement prouver qu'il n'appartient pas à la caste des champions du monde de seconde zone.

Car c'est le revers de la médaille : le prestige incommensurable du maillot offre à ses opportunistes titulaires une exposition constante, et les sarcasmes qui vont avec envers ceux qui ne sauraient pas s'en montrer dignes. Ce qu'on a pu parfois appeler la malédiction du maillot arc-en-ciel. Au point que Harm Ottenbros, par exemple, sans-grade vainqueur surprise en 1969, a accueilli avec un immense soulagement de pouvoir revenir à ses couleurs publicitaires originelles et lâcher cette maudite relique qui avait fait son malheur une année durant.

Le titre mondial est finalement la marque ultime de l'aristocratie cycliste, une divine tunique dont la charge écrase les manants et sublime ses plus glorieux chevaliers. Dimanche, aux alentours de 17 heures, un public connaisseur se chargera d'annoncer lui-même la sentence, et sous un ciel si bas qu'un canal s'est perdu, on écoutera le plat pays craquer ou chanter.




STARTLIST ET PALMARES



Image

Image





PARCOURS


Après 60 kilomètres de mise en jambes, les coureurs arriveront à Louvain, où ils alterneront entre deux circuits, celui de Louvain et celui dit Flandrien. Comme son nom l'indique, ce dernier proposera une belle suite de monts pour costauds, dont le Moskesstraat, 500 mètres à presque 10% de pente pavée. Ce rude circuit de 32 kilomètres ne sera à parcourir que deux fois. Moins indigeste et plus urbain, celui de Louvain, 15,5 kilomètres, verra une enfilade de petites bosses moins raides, entrecoupées de nombreux virages qui pourraient favoriser les desseins de deux ou trois échappées face à un peloton. Sint-Antoniusberg, à deux kilomètres d'une arrivée en faux plat montant, sera la dernière difficulté du jour, moins par son profil ( 230 mètres à 5,5 % ) que ses pavés et sa route très étroite qui ne manqueront pas de provoquer quelques escarmouches si la sélection ne s'est pas faite d'ici-là.

Bien évidemment, seules les élites hommes auront à se farcir une telle enfilade de réjouissances. Sur le premier document, vous trouverez le déroulé de chaque épreuve sur route.

Image

Image


Image

Image

Image


INFOS

Programme :

Vendredi 24 septembre 2021 :

Course en ligne Juniors Hommes
Louvain – Louvain : 121,4 km (8 tours) / 995 m de D+
Départ à 8h15

Course en ligne Espoirs Hommes
Anvers – Louvain : 160,9 km (1,5 tour de Louvain, 1 tour du circuit flandrien, 2,5 tours de Louvain) / 1049 m de D+
Départ à 13h15

Samedi 25 septembre 2021 :

Course en ligne Juniors Femmes
Louvain – Louvain : 75 km (5 tours) / 624 m de D+
Départ à 8h15

Course en ligne Elites Femmes
Anvers – Louvain : 157,7 km (1,5 tour de Louvain, 1 tour du circuit flandrien, 2,5 tours de Louvain) / 1047 m de D+
Départ à 12h20

Dimanche 26 septembre 2021 :

Course en ligne Elites Hommes
Anvers – Louvain : 268,3 km (1 tour de Louvain, 1 tour flandrien, 4 tours de Louvain, 1 tour flandrien, 3 tours de Louvain) / 2562 m de D+
Départ à 10h25






Télévision :

Vendredi 24 : Eurosport 1 à partir de 9h20
Samedi 25 : Eurosport 1 à partir de 8h15 et France 3 à 15h15
Dimanche 26 : Eurosport 1 à partir de 10h40 et France 3 à 13h30





HISTORIQUE


Image
Septembre 2020, un Français met fin à une longue disette en franchissant le premier la ligne d'arrivée d'un prestigieux circuit automobile italien. Tout le monde aura bien sûr reconnu Pierre Gasly.



Image
Philippe Gilbert déjà en position pour suivre ce Mondial.



Image
Bien avant Remco, la Belgique avait déjà déroulé le tapis rouge sous les roues d'un sprinteur italien.




Image
Le jour de gloire est arrivé.



Image
Le grand-père de VDP garde bien au chaud la future place de Wout Van Aert.



Image
Est-ce l'homme qui fait le maillot, ou l'inverse ?



Image
" Puisque vous ajoutez du noir dans l'arc-en-ciel, je peux me permettre d'ajouter un boyau. "



Image
" Mais qu'est-ce que je fous là moi ? "




Image
" Je suis sûr que cette année 1998 sera grandiose. "




Image
" Faites-moi penser à jeter tous mes disques d'Axel Bauer. "











Image
C'est le Monde à l'Anvers.



Image
Dernière édition par Tontontrotsko le 23 sept. 2021, 03:29, édité 1 fois.
#3385954
GinoBart a écrit :
23 sept. 2021, 06:20
Rien sur la météo ? Présentation bâclée :elephant: (les lames se fourbissent dès septembre).
Il a mis alaphilippe parmi les favoris donc il fera beau.
Par contre on sait pas sur quelle chaîne regarder. C'est vrai que ça manque, on galère toujours à trouver des retransmissions pour ce genre de ssr.
Okazou, le tour de Bretagne pour ceux qui auront pas le loisir de se faire une galette-pommeau à Dinan dimanche c'est un live accessible depuis directvelo.
#3385976
Excellente prez.

Dommage finalement que le circuit "flandrien" soit si peu emprunté. Tu inverses avec le circuit "Leuven" et tu as une infame boucherie.
#3385982
Le circuit de Louvain est très urbain avec beaucoup de relances, plutôt favorable à ce que des mecs devant gardent leur avance mais en soi peu favorable à des grosses manoeuvres collectives contrairement au circuit flandrien. Je vois donc la course exploser dans le dernier circuit flandrien et arriver en ordre déjà bien dispersé sur les circuit Louvain où là il sera difficile de vraiment organiser les choses niveau poursuite par exemple.
Dernière édition par veji2 le 23 sept. 2021, 11:06, édité 1 fois.
#3385983
marooned a écrit :
23 sept. 2021, 10:30
Le Danemark a vraiment une grosse équipe. Je suis curieux de voir comment ils vont essayer de manœuvrer.
Normalement le Danemark, comme la France d'ailleurs, doit faire partie des équipes qui veulent faire péter la course, et éviter une course maitrisée qui emmènerait WVA dans un fauteuil. Et pour le coup niveau gaziers ils ont vraiment de quoi faire.
#3386012
On a l'impression que le circuit urbain est un entrelacs conçu pour multiplier les virages . Le placement sera au moins aussi stratégique en ville qu'au pied des bergs. Il y a des risques de chutes si la course ne se décante pas trop tôt. Logiquement, le vainqueur devrait passer 75% de la course dans les 30 premières positions: on saura vite qui est en forme et qui ne l'est pas.
#3386028
GinoBart a écrit :
23 sept. 2021, 12:58
On a l'impression que le circuit urbain est un entrelacs conçu pour multiplier les virages . Le placement sera au moins aussi stratégique en ville qu'au pied des bergs. Il y a des risques de chutes si la course ne se décante pas trop tôt. Logiquement, le vainqueur devrait passer 75% de la course dans les 30 premières positions: on saura vite qui est en forme et qui ne l'est pas.
Le circuit urbain, il faudra être devant au moment d'y arriver, c'est pour ça que je vois les grands mouvements de course dans le circuit flandrien entre les kms 180 et 230. Une fois rentrés dans le circuit urbain le mec qui est pas dans le premier groupe (si ce sont des costauds devant) il va avoir énormément de mal à organiser une poursuite qui marche, faudra faire un gros jump et ça laissera des traces.

Je serais les Belges mon but est d'éviter un coup de trafalgar dès le début de course mais en revanche je veux moi la décanter en grande partie avant le circuit urbain. Sinon c'est un plan à être piégé.
#3386067
pascualito a écrit :
23 sept. 2021, 15:48
Quand on y pense, ce circuit est fait sur mesure pour le Eugène d'il y a quelques années.
Sauf que la course me semble très difficilement contrôlable. Je pense qu'on va avoir un coup gagnant qui partira d'assez loin, peut être que que quelques top favoris réussiront à faire le jump mais ça les aura usé et ça finira de manière assez tactique, avec un WVA réglant au sprint un groupe pour la deuxième place derrière le Danois qui aura filé au but...
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 48

Perso 1. Pogacar 2. Roglic 3.Van Aert Mais dans c[…]

photos insolites

Les belges Daniel Goens et Robert Van Lancker. Ph[…]

Tour de France 2022

Tu as un outil qui réussit à te donn[…]

VUELTA 2022

comme prevu pas de Andorra (une surprise) ni de […]

Toute l'actualité cycliste sur notre site   Accéder au site