Le forum pour discuter du cyclisme et du cyclisme uniquement, entre passionnés . Actualité, transferts, débats, analyses et courses de vélo en direct. Toute les infos sur le forum des fans de la petite reine.

Modérateur : Modos VCN

#3245511
dolipr4ne a écrit :
18 oct. 2020, 13:56
Je me permets de rebondir sur une phrase d’allezlasse, dans la prez de l’etape du Giro du jour, pour poser une question:

« La montagne fait moins de dégâts que les contre-la-montre au XXIe siècle. »

Etait-ce vraiment le contraire avant?
Je n’en sais rien hein, mais je me demande si on ne fantasme pas un peu ce que pouvait etre la bagarre en montagne avant. Par ailleurs, au vu de la place qui etait faite aux clm avant, et de leur longueur, j’imagine que ceux-ci devaient créer des ecarts bien tanqués, non?
Enfin bref, j’aimerais bien avoir vos avis à ce sujet. :wink:
Bien sûr et ce en dépit du faible nombre de grimpeurs purs à avoir gagné le Tour.
Il te suffit de regarder les écarts entre les favoris sur les étapes de montagne si tu en doutes. Cela peut se discuter pour l'ère Indurain car l'Espagnol a écrasé l'exercice contre-la-montre comme pratiquement aucun coureur avant lui. Mais, en dehors de ces années-là, c'est toujours en montagne que le Tour s'est gagné.
Si aussi peu de grimpeurs purs l'ont emporté, c'est parce que, dans la plupart des cas, les meilleurs rouleurs sont aussi les meilleurs grimpeurs (c'est le cas de coureurs comme Gaul et Ocana lors de leur année triomphante). Un Delgado avait lui aussi beaucoup progressé en contre-la-montre en fin de carrière. Et Thévenet gagne le Tour 1977 en remportant le chrono final de Dijon.
#3245701
Mais du coup, tu veux dire que la montagne faisait plus de dégats par rapport à ce qu’elle en fait aujourd’hui, n’est-ce pas?
Mais faisait-elle plus de dégats que les CLM? Car c’est le postulat de départ d’allezlasse (à moins qu’il voulait dire la meme chose que toi). :wink:

En tout cas, je te crois sur parole au niveau des ecarts en montagne. Je suis le premier à croire qu’il ne peut en etre autrement aujourd’hui, et j’arrive meme à me réjouir du peu de bagarres quand il y en a, puisque je considere que tout est fait, malheureusement, pour reduire les offensives en montagne (armadas, trains d’enfer, oreillettes, srm...).
Avatar de l’utilisateur
Par fred30
#3245724
Oui, Anquetil faisait de gros écarts CLM.

Il était incapable de porter une accélération en montagne, mais lissait son effort comme tout rouleur excellent qui sait se mettre à un haut rythme sans exploser.
Et il a tapé les grimpeurs à quelques occasions quand les arrivées n'étaient pas au sommet.
D'ailleurs les arrivées au sommet sont une invention postérieure à sa période.
Ca changeait la donne aussi.
#3245885
dolipr4ne a écrit :
18 oct. 2020, 16:45
Mais du coup, tu veux dire que la montagne faisait plus de dégats par rapport à ce qu’elle en fait aujourd’hui, n’est-ce pas?
Mais faisait-elle plus de dégats que les CLM? Car c’est le postulat de départ d’allezlasse (à moins qu’il voulait dire la meme chose que toi). :wink:

En tout cas, je te crois sur parole au niveau des ecarts en montagne. Je suis le premier à croire qu’il ne peut en etre autrement aujourd’hui, et j’arrive meme à me réjouir du peu de bagarres quand il y en a, puisque je considere que tout est fait, malheureusement, pour reduire les offensives en montagne (armadas, trains d’enfer, oreillettes, srm...).
Comme allezlasse, je voulais dire que les étapes de montagne faisaient beaucoup plus de dégâts que les contre-la-montre. Ce n'est nullement un fantasme et il n'y a pas besoin de remonter aux chevauchées de Bartali ou Coppi pour s'en convaincre : regarde les étapes de montagne sur le Tour de France dans les années 1970 ou 1980 et constate les écarts qu'elles provoquaient entre les favoris. C'était incomparable avec le contre-la-montre. Par exemple, sur le Tour 1977 puisqu'on parlait de Thévenet : sur l'arrivée à l'Alpe d'Huez, le 5e est à 4'40, le 10e à plus de 10 minutes. Sur le chrono de Dijon quelques jours plus tard, long de 50 km, le 5e est à 47 secondes, le 10e à 3'59. Et on peut multiplier de type d'exemples à l'infini. Bien sûr, on peut aussi trouver des étapes de montagne où il n'y a pas de telles différences mais, globalement, elles engendraient des écarts bien plus importants qu'en chrono.

Les rares contre-la-montre a avoir provoqué de très, très gros écarts sont les premiers disputés sur le Tour de France, du milieu des années 30 à l'immédiate après-guerre. De par leur longueur largement supérieure à 100 km, ce sont les seuls à avoir parfois provoqué des écarts proches de certaines étapes de montagne. Mais, pour les standards de l'époque, ces écarts étaient encore inférieurs à ceux générés par la montagne sur l'ensemble d'un Tour. Dès les années 1950, leur longueur est ensuite largement rabotée.
#3246208
Pourquoi pas la présence plus régulière de cronoescalata ?

Mais des vrais trucs, pas une petite bosse comme la Planche des belles nanas, mais sur des vraies ascensions comme le Ventoux, le Galibier via Télégraphe, la Bonette ou d'autres monstres.
#3246213
L'impression que ASO redoute que la comparaison des temps d'ascension avec ceux des EPOques anciennes nuise à la crédibilité de l'épreuve et fasse beaucoup de buzz négatif autour de l'épreuve.
La Planche des Belles Filles, c'est pratique, c'est une ascension récente dans l'histoire du TdF. Pas de risques.

Voir un Pogacar talonner le record de Mayo ou approcher à moins d'une minute de celui de Pantani, ce serait pas tip top pour l'image, faut le reconnaitre.
Lorsque c'est gravi en course, il y a moins de risques que les temps explosent.

Il y a aussi, je pense, une problématique liée à la sécurité. On a pu voir à quel point il était difficile de gérer les mouvements de foule sur le Ventoux. Les spectateurs sont de moins en moins disciplinés et ça ne s'arrange pas avec les smartphones. Là, on aurait une accumulation des spectateurs uniquement sur le Ventoux/Alpe d'Huez/Galibier et il faudrait "faire le ménage" avant le passage de chaque coureur.
Il faudrait tout barrièrer sur 15/20 km d'ascension, je ne sais pas si c'est possible.
Avatar de l’utilisateur
Par GATO
#3246224
Par exemple :Le Tour 78 sans les chronos Hinault ne gagne pas. Bon il y a aussi l histoire Pollentier .... En plus ...

Il faut des chronos plat sur le Tour car c est l epreuve reine du cyclisme et le Vainqueur doit etre le coureur le plus complet.
Annees 50 -60 il n y a pas d arrivees su sommet :siffle:
A part 1953 ...
Dernière édition par GATO le 19 oct. 2020, 16:53, édité 2 fois.
#3246225
Bradounet_ a écrit :
19 oct. 2020, 16:24
L'impression que ASO redoute que la comparaison des temps d'ascension avec ceux des EPOques anciennes nuise à la crédibilité de l'épreuve et fasse beaucoup de buzz négatif autour de l'épreuve.
La Planche des Belles Filles, c'est pratique, c'est une ascension récente dans l'histoire du TdF. Pas de risques.

Voir un Pogacar talonner le record de Mayo ou approcher à moins d'une minute de celui de Pantani, ce serait pas tip top pour l'image, faut le reconnaitre.
Lorsque c'est gravi en course, il y a moins de risques que les temps explosent.
Cette année, je pense que ces records auraient été battus
Dommage, l'occasion ne se reproduira peut être pas de si tôt. :rabbit:
La Science de la course 5.0 : Etape test

Y a des équipes qui ne se sont absolume[…]

super bilan merci tony :super:

TRANSFERTS 2020 - 2021 (8E ÉDITION)

:rieur: :rieur: :rieur:

Bilans plus ban de rondeville cela devrait le fair[…]

Toute l'actualité cycliste sur notre site   Accéder au site