Le forum pour discuter du cyclisme et du cyclisme uniquement, entre passionnés . Actualité, transferts, débats, analyses et courses de vélo en direct. Toute les infos sur le forum des fans de la petite reine.

Modérateur : Modos VCN

  • Page 1 sur 23
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 23
#3122143
Tour du Rwanda 2020
I. Histoire & Parcours


Depuis son accession à l'échelon 2.1 en 2019, le Tour du Rwanda est la seconde épreuve majeure d'un calendrier africain longtemps dominé par la seule Tropicale Amissa Bongo. À près de 4 000 kilomètres de Libreville, la ville de Kigali accueillera une nouvelle fois la majeure partie des hostilités sur un tracé à l'opposé des festivités gabonaises : l'organisation annonce un dénivelé positif de 17 025 mètres !

Jusqu'en 2008, le Tour du Rwanda était une simple course régionale. L'arrivée de l'épreuve dans le calendrier UCI la voit adopter une place des plus désavantageuses à la fin du mois de novembre, à peine de quoi rassasier les suiveurs en manque. La course passe pour l'occasion de 4 à 8 étapes entre les différents districts rwandais. Les années en 2.2 sont dominées par les coureurs africains, avec pour seule exception l'édition 2011 marquée par le sacre de Kiel Reijnen devant son coéquipier Joey Rosskopf. Il faudra attendre une nouvelle promotion en 2019 pour voir Rein Taaramäe et Matteo Badilatti devenir respectivement les 3e et 4e coureurs non africains à accéder au podium. Par la même occasion, l'épreuve se replace à la fin du mois de février, d'où la précocité de la présente présentation. Côté africain, le Rwanda a connu son âge d'or par 5 victoires d'affilée de 2014 à 2018. Le vainqueur sortant, Merhawi Kudus, sera occupé aux Émirats et ne remettra pas sa couronne en jeu. De fait, Valens Ndayisenga demeure le recordman de l'épreuve grâce à ses 2 victoires en 2014 et en 2016. Si l'on remonte au temps où la course ne figurait pas encore dans le calendrier UCI, Abraham Ruhumuriza est alors le champion incontesté (2002, 2003, 2004, 2005 et 2007, dire que certains nous bassinent encore avec Eddy Merckx :elephant:).

Le Tour du Rwanda, c'est aussi un folklore certain. Le « Mur de Kigali », une ascension pavée qui n'a rien à envier aux monts flandriens, s'est fait une place parmi les suiveurs. L'engouement du public pour son tour national et l'incroyable dispositif publicitaire autour de Skol offrent chaque année de sacrées images, et l'épreuve a pu bénéficier d'une belle visibilité à ses débuts grâce à ProCyclingStats. Pour la parenthèse Cycloser, l'organisateur et Stephan van der Zwan étant désormais brouillés, nous devrions cette année encore assister à quelques échanges virils entre les deux parties. David Lappartient évoque même une fenêtre pour l'organisation des championnats du monde dans les rues capitale rwandaise.

Malheureusement, l'on en vient aussi à caricaturer le Rwanda et le résumer au seul « Mur de Kigali » (il s'agit en réalité du Kwa Mutwe), chauffé par un public en effervescence. C'est oublier un peu vite que la bête de foire n'a été en rien décisive dans le classement général de l'épreuve, ce qui peut inquiéter lorsque l'organisateur la met davantage en valeur pour cette édition 2020.

Étape 1 : Kigali - Kigali
Dimanche 23 janvier 2020 | 114,4 kilomètres et 1 273 mètres de dénivelé



Les coureurs sont directement jetés dans le grand bain avec un départ durci par rapport aux années précédentes. Si cette première étape autour de Kigali est courte et présente l'un des dénivelés les plus bas de l'épreuve, l'arrivée dans le quartier de Kimironko, réputé pour son marché, se fera au prix d'un effort long d'un kilomètre à 10%.

Étape 2 : Kigali - Huye
Lundi 24 janvier 2020 | 120,5 kilomètres et 2 411 mètres de dénivelé



Le même trajet, virage pour virage, avait été emprunté en 2019 et permis à Merhawi Kudus de s'emparer du maillot de leader. Les coureurs se dirigeront vers le sud du pays, non loin de la frontière avec le Burundi, pour arriver dans le district de Huye. Ils devront franchir le portique (1,5 kilomètre à 5%) avant de s'affronter pour un probable sprint en petit comité.

Étape 3 : Huye - Rusizi
Mardi 25 janvier 2020 | 142,0 kilomètres et 2 897 mètres de dénivelé



Entre les districts de Huye et de Rusizi, le peloton prendra part à l'étape la plus méridionale de l'épreuve qui longera le frontière avec le Burundi. Le profil favorise plutôt les baroudeurs, l'ultime difficulté au sommet de laquelle les coureurs arriveront à Bushenge et découvriront son hôpital rustique semble trop courte et isolée pour pousser les hommes forts à se découvrir.

Étape 4 : Rusizi - Rubavu
Mercredi 26 janvier 2020 | 206,3 kilomètres et 4 279 mètres de dénivelé



Voici l'étape reine, tant dans le dénivelé que dans le kilométrage. Le district de Rubavu accueillera une nouvelle fois le premier grand rendez-vous du Tour du Rwanda, mais son abord sera moins exigeant. Au lieu de passer dans le centre du pays depuis Huye, les coureurs longeront le Lac Kivu à l'Ouest et flirteront brièvement avec la barre des 2 000 mètres. Le scénario pourrait donc être un tantinet plus calme que l'an dernier où Rodrigo Contreras avait asphyxié et décimé les rivaux de son leader, Merhawi Kudus.

Étape 5 : Rubavu - Musanze
Jeudi 27 janvier 2020 | 84,7 kilomètres et 1 457 mètres de dénivelé



L'étape amenant les coureurs dans le district de Musanze, au nord du pays, est bien courte. Les échappées devraient une nouvelle fois briller dans cette traversée du parc national des volcans, réputé pour ses éruptions et ses gorilles qui ne devraient pas empêcher les coureurs de rallier le chef-lieu Ruhengeri. L'an dernier, le prodige Biniyam Ghirmay y avait levé les bras, réglant un groupe d'opportunistes qui n'avaient pas pu se départager dans les pentes de Sashwara.

Étape 6 : Musanze - Muhanga
Vendredi 28 janvier 2020 | 127,3 kilomètres et 2 394 mètres de dénivelé



Le départ pleine bourre devrait favoriser le sacre d'une nouvelle échappée. Il est peu probable que le classement général bouge sur cette étape où les coureurs rallieront le centre du pays grâce à la petite ville de Muhanga avant de prendre part à un week-end (voulu) décisif dans les rues de Kigali.

Étape 7 : Kigali - Kigali
Samedi 29 janvier 2020 | 4,5 kilomètres et 113 mètres de dénivelé



Il fallait bien un format exceptionnel pour un 29 février : c'est chose faite avec ce court contre-la-montre où les coureurs découvriront le quartier de Nyamirambo, l'un des plus célèbres de Kigali par son cosmopolitisme, avant de braver une première fois le terrible « Mur de Kigali ». Si les images seront belles sur ce demi-kilomètre à 12%, l'initiative relève plutôt du fan service et vient remplacer l'étape du MIC Building où le classement général avait pourtant failli basculer l'an dernier.

Étape 8 : Kigali - Kigali
Dimanche 1er mars 2020 | 89,3 kilomètres et 2 201 mètres de dénivelé



Cette ultime étape attendue de tous les suiveurs propose un parcours légèrement remanié. Cette année, le « Mur de Kigali » ne sera gravi qu'à deux reprises mais le nouveau circuit inclut une ascension pavée à travers le luxueux quartier de Rebero, pour un final d'un kilomètre à 8%. Espérons que ce final durci inspire mieux les leaders que l'an dernier où ce diable de Rodrigo Contreras en avait bien profité pour parachever son excellente prestation, revenu d'entre les morts dans le dernier tour.
#3122145
Tour du Rwanda 2020
II. Partants


Chamboulée depuis les premières annonces, voici ce qui devrait être la startlist définitive de ce Tour du Rwanda 2020. Le plateau est similaire à l'an dernier et l'épreuve semble avoir trouvé ses fidèles avec le retour de formations comme Israel, Total, Nippo et Novo Nordisk dont il s'agira déjà de la 6e participation. Contrairement à la Tropicale Amissa Bongo, l'accent est plutôt mis sur les formations Continental africaines, ne vous attendez donc pas à croiser des sélections nationales méconnues ici. En ce sens, le Tour du Rwanda est bien la course la plus « professionnelle » de l'UCI Africa Tour, et de loin.

Kigali accueillera donc 16 équipes de 5 coureurs.

1 WorldTeam

Israel Start-Up Nation aura du mal à faire aussi bien qu'Astana l'an dernier. La formation embarque son grimpeur Patrick Schelling, sorti d'une discrète campagne sud-américaine. Pour l'épauler, il pourra compter sur Awet Gebremedhin et Freddy Ovett, tout droit sorti de la réserve. De cette même réserve, on n'oubliera pas le secours d'Edwin Avila, vainqueur d'étape l'an dernier et convaincant en Colombie, qui pourrait bien sauver le bilan de l'équipe première.

4 ProTeams

Androni Giocattoli a elle aussi amené une grosse équipe. Francesco Gavazzi, Davide Gabburo et Jhonatan Restrepo seront deux épouvantails pour les étapes, alors que Daniel Muñoz voire Simone Ravanelli peuvent tout à fait convoiter le classement général. Avec Nippo, il s'agit de l'équipe la plus dense au départ.

Nippo Delko a de quoi faire aussi bien, voire mieux, que ses deux victoires en 2019. Si Fedeli et Kasperkiewicz ne seront pas présents, les pépites africaines Biniyam Ghirmay et Mulu Hailemichael seront bien de la partie. José Manuel Diaz et Rémy Rochas compléteront un excellent effectif de puncheurs et de grimpeurs, l'Espagnol pouvant être un véritable client pour la gagne s'il s'acclimate bien aux routes rwandaises. On n'oubliera pas non plus Dusan Rajovic, la course est a priori un peu dure pour le Serbe qui n'en demeure pas moins un formidable finisseur.

Novo Nordisk fera une nouvelle fois confiance à David Lozano, 6e en 2019 et 5e en 2018. Le légendaire Charles Planet sera lui aussi de la partie et devrait gratifier le public de belles échappées et pourrait bien s'illustrer sur des courses de mouvement, lui qui s'est montré très solide en Slovaquie.

Total Direct Énergie revient avec Rein Taaramäe, dauphin de Kudus en 2019. Difficile de voir l'équipe de Bernaudeau briller sans l'Estonien qui se sentira un peu seul dès que la route s'élèvera, à moins d'un coup d'éclat du facétieux Pim Ligthart. Difficile également de voir une opportunité pour Romain Cardis, sur des parcours auxquels il n'est pas habitué.

8 Continental Teams

BAI Sicasal connaît une autre dimension sur les routes africaines depuis le retour du Chilien Carlos Oyarzun, 7e de la dernière Tropicale. Il pourra compter sur les Angolais Dario Antonio et Bruno Araujo qui avaient dynamité le Tour du Faso l'an dernier.

Benediction Ignite est une formation rwandaise qui écume les pelotons depuis l'an dernier. On retiendra dans ses rangs la présence de Patrick Byukusenge, 5e en 2017 et en 2015, et de Didier Munyaneza, 8e en 2018 et en 2017. Ils avaient des fourmis dans les jambes l'an dernier, la recette ne devrait pas changer en 2020.

Bike Aid jouit déjà d'une belle réputation. L'effectif mi-allemand mi-africain retrouve l'UCI Africa Tour après plus de deux ans d'absence (!) et aura son mot à dire avec son baroudeur fétiche Nikodemus Holler et les Kenyans Suleiman Kangangi et Salim Kipkemboi. Ils pourront compter sur l'encadrement du plus célèbre coureur de la fratrie Debesay, Mekseb.

L'Algérie n'est pas en reste avec le Groupement Sportif des Pétroliers, mené par Azzedine Lagab, quadruple vainqueur d'étape au Rwanda. Le puncheur est en bonne forme, 9e de la dernière Tropicale. Ses coéquipiers devraient se montrer plus discrets.

ProTouch peut compter sur son grimpeur Kent Main, auteur d'une première saison prometteuse sous les couleurs de la formation sud-africaine. À noter la présence de l'Éthiopien Hafetab Weldu et de Gustav Basson, de retour à la maison après une expérience peu concluante chez TEG.

Skol Adrien, une nouvelle formation rwandaise dirigée par l'ancien professionnel Adrien Niyonshuti, 3e en 2009, aura du mal à exister à domicile. On citera Moise Mugisha parmi les alignés, coureur qui s'est montré offensif lors de ses précédentes tentatives. Heureusement, la présence du légendaire Sponsor Skol vient redresser la barre.

Terengganu prend le départ de sa troisième course hors du continent asiatique en 10 ans d'existence dans les pelotons professionnels. Pour l'occasion, la formation malaisienne emmène de sacrés noms, dont le quintuple vainqueur d'étape Metkel Eyob et le redoutable Carlos Quintero. Ce duo de choc pourra compter sur le soutien de Christopher Jurado et du grandissime Maral-Erdene Batmunkh.

Vino - Astana Motors est la seconde équipe asiatique au départ de ce Tour du Rwanda, avec des références de l'UCI Asia Tour dans ses rangs. Matvey Nikitin, Igor Chzhan, Stepan Astafyev et Yevgeniy Fedorov ont tous des arguments à faire valoir, même s'ils ne sont pas les meilleurs dans leurs domaines respectifs.

3 sélections nationales

L'Érythrée sera difficile à défaire avec des sprinteurs qui passent plus que bien les bosses tels que Natnael Tesfatsion et Henok Mulubrhan. Il faudra également faire avec des profils plus facétieux comme Sirak Tesfom, 5e l'an dernier, et Dawit Yemane, auteur d'une Tropicale honorable.

L'Éthiopie aligne notamment Temesgen Buru qui avait pris part à une éphémère aventure aux côtés des frères Jolidon, sans avoir eu l'honneur d'effectuer le moindre tour de roue en leur compagnie.

Le Rwanda jouit de ses meilleurs éléments dans sa sélection, qu'il s'agisse du vainqueur 2018 Samuel Mugisha, du vainqueur 2017 Joseph Areruya ou du vainqueur 2015 Jean Bosco Nsengimana. L'affaire sera malheureusement bien plus ardue face à un plateau bien plus dense qu'à l'occasion de leurs succès respectifs.


L'an dernier, les étapes du week-end (1, 7 et 8) avaient été diffusées sur RBA. Si lien il y a, il devrait être communiqué par l'organisation. Je vous invite à suivre le site et le compte Twitter officiels.
Dernière édition par Rondeville le 22 févr. 2020, 18:49, édité 3 fois.
#3122213
Nopik a écrit :
20 févr. 2020, 23:06
Je viens de découvrir que c'est un pays microscopique en fait :w00t:
A côté il y a le Congo :genance:
Comment peut-on faire un jour une remarque sur le fait que Lagos n'est plus la capitale du Nigéria, et le lendemain découvrir que le Rwanda est un pays minuscule ? :genance:

géographix :elephant:
#3122989
Très bonne présentation et plateau intéressant, voilà une épreuve que je vais suivre :super: . Sympa en tout cas ce mélange entre professionnels Européens et les meilleurs coureurs africains.

Par contre juste une remarque par rapport à la présentation des équipes, je ne crois pas que Moïse Mugisha soit le frère de Samuel Mugisha. Enfin en tout cas, j'ai cherché un lien de parenté et rien n'est indiqué nul part en ce sens :reflexion:
Dernière édition par LGDens37 le 22 févr. 2020, 18:30, édité 1 fois.
#3123012
LGDens37 a écrit :
22 févr. 2020, 18:29
Très bonne présentation et plateau intéressant, voilà une épreuve que je vais suivre :super: . Sympa en tout cas ce mélange entre professionnels Européens et les meilleurs coureurs africains.

Par contre juste une remarque par rapport à la présentation des équipes, je ne crois pas que Moïse Mugisha soit le frère de Samuel Mugisha. Enfin en tout cas, j'ai cherché un lien de parenté et rien n'est indiqué nul part en ce sens :reflexion:
Bien vu, c'est corrigé !
#3123055
Quef a écrit :
22 févr. 2020, 19:51
Rondeville a écrit :
22 févr. 2020, 19:26


C'était déjà le cas pour la Tropicale.
Doublement étrange. Il n’est pas dans son rôle là.
Il fait ça uniquement pour les courses africaines depuis des années, il tient à y venir personnellement à chaque fois, il avait expliqué ça dans une interview l'an dernier il me semble
#3123168
:hate:
Merci pour la prez :jap: .

J'espère qu'1 jour on aura on aura une diffusion de l'épreuve en Europe même un différé ferait l'affaire pour être honnête.

L'engouement semble important dans ce pays pour ce genre d'événement (selon les images que j'ai pu voir) mais si quelqu'un a des infos sur plus précise ou même a eu l'occasion de voir cette course ou de parlé du sujet avec un Rwandais je suis preneur !?! Le top serait qu'on ait des Rwandais parmi les VCNistes

Sinon juste dommage que les dernières étapes soit un peu trop courtes ( le clm aurait pu être un prologue au départ par exemple :spamafote: )
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 23
Coronavirus: topic fourre-tout

Mentir de la sorte à la population, &cce[…]

J'étais dans la rampe finale lors de l'arr[…]

Logique Doutey : quelle équipe ressemble le[…]

Dream Team VCN : votre choix de sprinter

J' ai choisi cavendish qui a quand meme surdomin&e[…]

Toute l'actualité cycliste sur notre site   Accéder au site