Le forum dédié aux fans d'histoire du cyclisme, de palmarès de coureurs, de courses, mais aussi de nombreux jeux organisés par nos animateurs. Vous retrouverez aussi ici les débats autour du cycle historique mis en place par David

Modérateur : Modos HP

  • Page 8 sur 8
  • 1
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
Avatar de l’utilisateur
Par gradouble
#3269340
Le seul qui avait râlé de cette neutralisation est Bjarne Riis; qui disait que c'était dommage, qu'il avait l'intention d'encore attaqué, qu'on pouvait rendre hommage en faisant la course. Mais il s'est vite écrasé.
Avatar de l’utilisateur
Par CPTmatros
#3269342
Stage 17 » Pau › Bordeaux (210k)


La course reprend ses droits aujourd'hui mais autant le dire tout de suite, il ne se passera pas grand chose.

La course ne commence qu'au kilomètre 158 avec une attaque de Thierry Marie qui se rappelle à ses belles heures. Son avance culminera à 2'40 au km 189.
Malgré la disparition de pas mal de sprinteurs sur abandon, il en reste encore quelque uns pour faire le taf et Thierry Marie est revu à 12 km de l'arrivée.
Le final était trop favorable à un sprint.

A Bordeaux, Zabel enlève sa deuxième victoire d'étape devant Abduzhaparov et Colage.
Jalabert prend part au sprint, 7e pour marquer quelques points au maillot vert.


Classement de l'étape

1 Erik Zabel (All) en 6h29’49’’
2 Djamolidine Abdoujaparov (Ouz)
3 Stefano Colage (Ita)
4 Giovanni Lombardi (Ita)
5 Johan Museeuw (Bel)
6 Maximilian Sciandri (Ita)
7 Laurent Jalabert (Fra)
8 François Simon (Fra)
9 Andrea Ferrigato (Ita)
10 Andreï Tchmil (Ukr) t.m.t.


Pas de changement au CG.
Avatar de l’utilisateur
Par levrai-dufaux
#3269370
Je viens de revoir le sprint : quel danger c'était Abdoujaparov ! Ce n'est même plus une vague à ce niveau :tonton:

A noter Museeuw, bien en retrait au sprint par rapport aux années précédentes. 1995 est probablement la dernière année où il prend part à l'emballage final sur le Tour de France.
Avatar de l’utilisateur
Par levrai-dufaux
#3269371
gradouble a écrit :
12 déc. 2020, 19:22
Sur le modèle de CPT, j'envisage de "faire" les Tours 90 (que j'avais vu en direct à 8 ans) et peut-être 83, que je découvrirai en partie, mais qui semble assez exceptionnel.
C'est juste pour prévenir, au cas ou certains auraient penser à ces 2 là. Dans les semaines à venir, voire début 2021.
:applaud: :applaud:
Avatar de l’utilisateur
Par CPTmatros
#3269372
levrai-dufaux a écrit :
15 déc. 2020, 15:59
Je viens de revoir le sprint : quel danger c'était Abdoujaparov ! Ce n'est même plus une vague à ce niveau :tonton:

A noter Museeuw, bien en retrait au sprint par rapport aux années précédentes. 1995 est probablement la dernière année où il prend part à l'emballage final sur le Tour de France.
Certainement déclassé aujourd'hui pour ces deux vagues.

Je ne l'ai pas précisé mais Ekimov a tenté le coup du kilomètre, de mémoire il était un coureur qui tentait souvent l'exercice.
Avatar de l’utilisateur
Par Gripp
#3269391
Très chouettes ces petites rétros, merci c'est très sympa à lire. :super:
L'échappée de Virenque était extraordinaire (même pour l'époque), mais la mort de Fabio Casartelli, c'était vraiment le choc. Par la suite, à chaque passage au Portet d'Aspet, le peloton du Tour mettait pied à terre en hommage, mais depuis quelques années la "tradition" s'est perdue.


Alors sur le sprint de Bordeaux, comme bien souvent la vue de face est très trompeuse et les images d'hélico sont plus parlantes.
J'y vois 2 choses vraiment pénalisables :

- Une fois Zabel lancé, son poisson pilote (Aldag ?) s'arrête en plein milieu de la route et force Abdoujaparov et Lombardi à s'écarter de part et d'autre pour continuer leur sprint.

- Puis le même poisson pilote fait un écart intentionnel sur sa gauche qui gêne Abdoujaparov, lequel est obligé de produire un 2ème effort. Sans cet incident, vraiment pas sûr du tout que Zabel gagne.

Ensuite, Abdoujaparov plonge sur la droite pour essayer de se mettre à la hauteur de Zabel. Aujourd'hui on peut considérer ça comme une vague, mais c'était la façon de sprinter de l'époque, d'être dans le duel direct avec son adversaire. Est-ce qu'il gêne Lombardi dans l'affaire ? Sans doute un peu, mais on voit aussi que Lombardi est beaucoup moins rapide, et c'est bien pour ça qu'Abdoujaparov y va.

Franchement, dans le contexte de l'époque, c'est vraiment un sprint tout à fait banal.
C'était pas toujours correct, mais est-ce mieux aujourd'hui ?
On a tout aseptisé au nom de cette sacro-sainte sécurité à tel point qu'après chaque sprint on est désormais obligé de décortiquer les ralentis avant de valider le vainqueur, et force est de constater qu'il y a toujours autant d'accidents et de très mauvais gestes.

Quant aux poissons pilotes qui jouent les chicanes ambulantes, pour ça, rien n'a changé : on leur laisse encore faire tout et n'importe quoi, et c'est bien ça le vrai point noir des sprints. Au lieu de taper sur les funambules (qui, certes, parfois, sont très limites), on ferait mieux de s'attaquer à ce problème, ça règlerait déjà beaucoup de choses.
Avatar de l’utilisateur
Par fred30
#3269400
En même temps, ça n'est pas si évident pour un poisson-pilote.
Dans le cas où il lance son sprinteur en étant lui-même le long des barrières, ok. C'est facile, il n'a qu'à rester là. Mais s'il lance en étant au milieu de la chaussée, que doit-il faire ?
N'est-ce pas plus dangereux d'aller du milieu de la route jusqu'à un côté que de rester où il est en décélérant ?

C'est une vraie question que je me pose, pas une critique de ton argument :chimay:
Avatar de l’utilisateur
Par marcella
#3269420
CPTmatros a écrit :
15 déc. 2020, 16:03
levrai-dufaux a écrit :
15 déc. 2020, 15:59
Je viens de revoir le sprint : quel danger c'était Abdoujaparov ! Ce n'est même plus une vague à ce niveau :tonton:

A noter Museeuw, bien en retrait au sprint par rapport aux années précédentes. 1995 est probablement la dernière année où il prend part à l'emballage final sur le Tour de France.
Certainement déclassé aujourd'hui pour ces deux vagues.

Je ne l'ai pas précisé mais Ekimov a tenté le coup du kilomètre, de mémoire il était un coureur qui tentait souvent l'exercice.
Pas touche à Abdou !

Ekimow était en effet le Jelle Nijdam des années 90.
Avatar de l’utilisateur
Par levrai-dufaux
#3269550
Je trouve que, même pour l'époque, Abdoujaparov avait une façon de sprinter tête baissée très dangereuse, en témoigne son accident sur les Champs. J'aimais bien son style "hargneux" cela dit.

En ce qui concerne le coup du kilomètre, ma mémoire me fait peut-être défaut mais je crois me souvenir que Brochard était aussi un habitué de l'exercice :scratch:
Avatar de l’utilisateur
Par marcella
#3269572
Ca ne m'a pas marqué pour Brochard.

Pour Abdou, c'est plus affectif qu'autre chose, vous avez raison il était tout de même dangereux sur la route.
Je préfère, et de loin, le plus classique Jan Svorada :love: .
Avatar de l’utilisateur
Par CPTmatros
#3269605
Stage 18 » Montpon-Ménestérol › Limoges (154k)


Au menu aujourd'hui, une étape vallonnée mais pas de moyenne montagne.

Le début d'étape est très rapide. Tout le monde veut sortir!
Riis et Jalabert ont un peu fait illusion en début d'étape, mais la Banesto les a ramené à la raison.

Un premier groupe sort avec F. Simon, Colage, Bugno et Sierra.
Mais trop de monde roule dans le peloton et les hommes sont repris au km 82.

Puis, km 83, un groupe de 12 hommes prend le large et on comprend vite que la victoire sera devant aujourd'hui.
Il y a là pas moins de 10 équipes représentées et du costaud: Armstrong (Motorola), Bruyneel (ONCE), Ekimov (Novell), Cenghialta (Gewiss), Dufaux et Robin (Festina), Tafi (Mapei), Lelli (Mercatone Uno), Sciandri et Jaermann (MG Technogym), Den Bakker (TVM) et Ferrigato (Telekom).
Pas de danger pour les coureurs du CG, Cenghialta est le mieux placé, 17ème à 32'.
En cas d'arrivée au sprint, Ferrigato semble pas mal (9e à Bordeaux).
Cette fois c'est le bon coup, le peloton laisse filer!

L'écart grimpera jusqu'à 10 minutes avec le peloton.

Au sommet de la Côte de Villeneuve, 4e catégorie, dernière difficulté du jour à 29 km de l'arrivée, Lance Armstrong porte une attaque fulgurante.
Derrière ça semble se regarder...
Puis dans un second temps, cela ne collabore plus mais on assiste à des attaques successives peu tranchantes.

Devant, Armstrong, lui, ne se pose pas de question.

Il file remporter une étape symbolique, qu'il dédiera à Casartelli, dans une arrivée restée célèbre.

Ferrigato prend la seconde place à 33 secondes... seul. Suivent Ekimov et Robin.

Pantani est sorti sur les 3 derniers km et prend une poignée de secondes anodine.


Classement de l'étape

1. Lance Armstrong (Usa) en 3h47'53" (moy : 43.838 km/h)
2. Andrea Ferrigato (Ita) à 33"
3. Viatcheslav Ekimov (Rus) à 44"
4. Jean-Cyril Robin (Fra)
5. Maarten Den Bakker (Hol) à 48"
6. Andrea Tafi (Ita)
7. Massimiliano Lelli (Ita) à 58"
8. Bruno Cenghialta (Ita) à 1'47"
9. Johan Bruyneel (Bel)
10. Maximilian Sciandri (Gbr)
11. Laurent Dufaux (Sui) à 2'20"
12. Rolf Jaermann (Sui) à 3'00"
13. Marco Pantani (Ita) à 7'35"
14. Laurent Brochard (Fra) à 7'54"
15. Stefano Colage (Ita)
16. Andrei Tchmil (Rus)
17. Bo Hamburger (Dan)
18. Erik Zabel (All)
19. Bjarne Riis (Dan)
20. Claudio Chiappucci (Ita)


Au CG, petite remontée pour Cenghialta, Ekimov et Dufaux.

1. Miguel Indurain en 88h07'39"
2. Alex Zülle (Esp) à 2'46"
3. Bjarne Riis (Dan) à 5'59"
4. Laurent Jalabert (Fra) à 6'26"
5. Ivan Gotti (Ita) à 9'52"
6. Melchor Mauri (Esp) à 13'02"
7. Fernando Escartin (Esp) à 14'03"
8. Hernan Buenahora (Col) à 14'07"
9. Claudio Chiappucci (Ita) à 14'35"
10. Richard Virenque (Fra) à 14'54"
11. Tony Rominger (Sui) à 15'41"
12. Laurent Madouas (Fra) à 17'22"
13. Marco Pantani (Ita) à 20'35"
14. Paolo Lanfranchi (Ita) à 23'11"
15. Bruno Cenghialta (Ita) à 25'01"
16. Alvaro Mejia (Col) à 30'33"
17. Bo Hamburger (Dan) à 31'05"
18. Viatcheslav Ekimov (Rus) à 35'30"
19. Laurent Dufaux (Sui) à 41'34"
20. Erik Breukink (Hol) à 43'44"
21. Vicente Aparicio (Esp) à 46'08"
22. Arsenio Gonzalez (Esp) à 47'49"
23. Jean-Cyril Robin (Fra) à 50'41"
24. Federico Muñoz (Col) à 51'55"
25. Laudelino Cubino (Esp) à 52'51"


2 Abandons à noter:
Gianluca Bortolami (Ita)
Hector Castaño (Col)

Il n'y a plus que 115 coureurs sur la Route du Tour.
Il me semble que ça fait vraiment beaucoup d'abandons cette année là non??
Avatar de l’utilisateur
Par gradouble
#3269633
Oui il y a eu beaucoup d'abandons lors des années Indurain-Riis-Ullrich, enfin disons de 92 à 98; où au moins un tiers du peloton disparaissait.
Un effet secondaire du dopage lourd :reflexion:

Il y en avait beaucoup moins entre 89 et 91 (150 "finishers"), ainsi que par la suite il me semble.
Actuellement ii n'y a jamais eu aussi peu d'abandons.
Coureurs optimisés médicalement avec du dopage juste parfait :elephant: :siffle:

Je ne me suis jamais expliqué cela :spamafote:
Avatar de l’utilisateur
Par levrai-dufaux
#3269706
gradouble a écrit :
16 déc. 2020, 18:37
Oui il y a eu beaucoup d'abandons lors des années Indurain-Riis-Ullrich, enfin disons de 92 à 98; où au moins un tiers du peloton disparaissait.
Un effet secondaire du dopage lourd :reflexion:

Il y en avait beaucoup moins entre 89 et 91 (150 "finishers"), ainsi que par la suite il me semble.
Actuellement ii n'y a jamais eu aussi peu d'abandons.
Coureurs optimisés médicalement avec du dopage juste parfait :elephant: :siffle:

Je ne me suis jamais expliqué cela :spamafote:
Par rapport à aujourd'hui, mon sentiment est que les étapes de montagne faisaient plus de dégâts en termes d'abandons et de hors-délais dans les années 1990 tout simplement parce qu'elles étaient plus longues et difficiles. J'ajouterais que les coureurs d'aujourd'hui, même s'ils sont spécialisés, me paraissent globalement plus complets qu'il y a trente ans. Rares sont les sprinters à être autant allergiques à la montagne que des Cipollini ou des Quaranta par exemple.

Par rapport aux années 1980, j'aurais tendance à penser que, dans les années 1990, les équipiers ne tournaient pas forcément à plein régime par rapport aux leaders niveau "carburation". De plus, on sait que l'EPO s'est répandu progressivement, d'équipes en équipes, des leaders vers les sans-grades. Si l'on peut dire qu'à partir de 1996, pratiquement l'intégralité du peloton tourne à l'EPO, ce n'est pas le cas avant, ce qui du accentuer les écarts de niveau entre les leaders et la masse.

Très bonnes fêtes CPT :champagne:
Avatar de l’utilisateur
Par marcella
#3269890
Le Re Leon était surtout allergique à la montagne :france:

Pour moi on a encore un paquet d'allergique, je ne citerai pas Tigrou :pompom: qui est en pré-retraite, mais le combo étape moins difficile et délais plus souple en sauve un paquet aujourd'hui.
Avatar de l’utilisateur
Par gradouble
#3269906
marcella a écrit :
17 déc. 2020, 17:49
Le Re Leon était surtout allergique à la montagne :france:

Pour moi on a encore un paquet d'allergique, je ne citerai pas Tigrou :pompom: qui est en pré-retraite, mais le combo étape moins difficile et délais plus souple en sauve un paquet aujourd'hui.

Je m'interroge quand même sur le fait qu'il finissait ses Giros (Giri si tu préfères); alors soit il était plus motivé par son tour national, soit les commissaires n'avaient rien vu :genance:
Avatar de l’utilisateur
Par JohanMusée
#3275030
Je ne sais pas si ça avait été posté ici, mais à l'occasion du départ du Tour à Bruxelles en 2019, le site de la RTBF avait accordé un article par belge porteur du maillot jaune. Il y avait souvent de très belles archives vidéos avec.

Ici le lien pour celle particulièrement chouette concernant un portrait de Hector Heusghem et le Tour 1922 :
https://www.rtbf.be/auvio/detail_portra ... 7535&t=420
La vidéo est géo bloquée mais ça passe avec n'importe quel VPN, les articles sont eux tous disponibles sans blocage. On peut y voir Heusghem témoigner des Tours de l'époque et notamment du quotidien des coureurs. Et il roulait toujours sur son vélo des Tours 1924 et 1925 en 1975 :519463336:
https://www.rtbf.be/sport/cyclisme/tour ... d=10135274 (le lien vers l'article consacré à Heusghem. De là, il est facile de tous les retrouver)
  • 1
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
Groupama - FDJ 2021

Sauf qu'ils l'ont monté combien de fo[…]

Mollema va être un client sur Tirreno. Mais[…]

Cyclisme et télévision 2021

En fait, on passe d'une diffusion en clair pour to[…]

CQRanking Recruiter 2021

Une 3ème étape où c'est le du[…]

Toute l'actualité cycliste sur notre site   Accéder au site