Le forum dédié aux fans d'histoire du cyclisme, de palmarès de coureurs, de courses, mais aussi de nombreux jeux organisés par nos animateurs. Vous retrouverez aussi ici les débats autour du cycle historique mis en place par David

Modérateur : Modos HP

#2833794
Un livre vient de paraitre sur la vie de ce cycliste belge méconnu.
Vainqueur des deux premières Vuelta a España de 35 et 36.
Malheureusement la guerre civile espagnole puis la deuxième guerre mondiale écourteront la carrière de ce fantastique coureur.
Passé á seulement 19 ans professionnel et donc á 26 ans la fin de sa carrière.
Palmares grosses lignes :
Vainqueur á 19 ans du Tour des Flandres des indépendants.
1er du Tour du Nord-Ouest du Brabant Hollandais 1932
4 ème du Tour de Belgique 1934
10ème de la Volta a Catalunya
Vainqueur de la Vuelta a España 35 et 36
2ème du Tour de Suisse 36
2ème de Liège-Bastogne-Liège 37
vainqueur 6e étapeTour de France 37 (comme indépendant !) et plusieurs fois 2e d`étape.
A noter que :
Mondial de Berna 1936, échappé avec Antonin Magne, il crève et laisse seul le francais qui sera le champion du Monde,
le plus grand regret du flamand car il est le plus rapide au sprint.

Gustaaf lors de la Vuelta a España roulant velo BH
Image

Prisonnier de guerre en Allemagne au Stalag II-B.
Il était un des soldats du fort soit disant imprennable de Eben-Emmael ...
Tous ses biens volés par les nazis, il émigre en France puis aux EE-UU.
Ou il parcourera avec son épouse grande partie de la route 66 y travaillant comme mécanicien sans parler anglais. Il arrivera a travailler pour La Marquardt Corporation et la NASA voir leprogramme ‘Rocket’.
Sa première epouse avait25 ans de plus que lui et sa deuxième epouse 25 de moins. Tout un cas ...
Reviendra terminer sa viedans son village natal de DeKlinge.
Amoureux de l`Espagne, egalement, il y reviendra en vacances.
Je n en dit pas plus car le livre écrit par Juanfran de la Cruz sera traduit sans doute en flamand.

Image
#2837051
Tu pourrais en profiter pour nous faire un récapitulatif du cyclisme espagnol d'avant-guerre. Que valait Canardo ? Quel contexte politique en 35-36 ? Moi c'est Edoardo Molinar, l'Italien de 35, qui m'intéresse. Il a couru à La Turbie et au Mont Agel, et c'était un très bon grimpeur. N'était-il pas le plus impressionnant ? Et les frères Trueba avaient quel niveau ?

http://hemeroteca.abc.es/nav/Navigate.e ... 5/055.html
#2837705
Un article de Wielermagazine (avril 2010; année 4 n°4) est consacré à Staf Deloor, intitulé "Gustaaf Deloor, een Flandrien?" et écrit Marko Heijl (PR chez Soudal). À noter que le magazine est néerlandais et non flamand. L'auteur suggère déjà dans le titre que Deloor est un oublié en Flandres, ne serait-ce que parce que son nom n'apparaît pas dans le livre de Karel Van Wijnendaele: "Het Rijke Vlaamsche Wielerleven" (littéralement "La riche vie cycliste flamande") qui est effectivement une anthologie du cyclisme flamand d'avant-guerre (publié en 1943, j'en possède un exemplaire et peut confirmer qu'il n'est pas fait mention de lui) et seuls les coureurs cités dans ce livre peuvent prétendre faire partie de "l'aristocratie du cyclisme flandrien". Son frère aîné Fons (Alfons) est pourtant bien cité dans ce bouquin de référence. Ce dernier est né en 1910 à Bois d'Haine en Wallonie car le père Deloor y est parti travaillé à la mine comme des centaines de milliers de Flamands entre 1850 et 1950 (même si beaucoup plus partaient dans le nord de la France où certains coureurs cyclistes sont nés comme Charles Deruyter à Wattrelos par exemple). Une fois qu'il avait assez bien gagné sa vie, Deloor sr est retourné en Flandres, à De Klinge (c'est en Flandre orientale alors qu'il semble que la famille soit ouest-flamande à la base et il est possible que Van Wijnendaele n'ait pas apprécié cela, lui qui était également Ouest-flamand d'où provenait la grande majorité des Flandriens de l'époque) où naquit Gustaaf en 1913. De Klinge est vraiment à la frontière néerlandaise. D'ailleurs, le premier champion du monde néerlandais Theo Middelkamp était un ami de la famille qui vivait juste de l'autre côté.

Autre point qui ne ferait pas de lui un Flandrien est qu'il affectionne la chaleur plus que le mauvais temps malgré une victoire au Tour des Flandres pour indépendants. Pourtant Staf était un dur au mal, il gagne son premier Tour d'Espagne malgré trois vertèbres cassés suite à une chute dans la onzième étape (Barcelone-Saragosse). Son destin aurait pu changer lors du championnat du monde de Berne. L'auteur de l'article est catégorique "Sur ce palmarès, il doit y avoir un titre mondial". Rien n'est moins sûr. Il était sans doute plus rapide au sprint qu'un Antonin Magne vieillissant mais rien ne dit que Tonin aurait attendu le sprint.

Deloor a été capturé dès le premier jour de l'invasion, le 10 mai 1940 à Eben-Emael (entre Liège et Maastricht) comme 1200 Belges dont également Émile Masson junior qui a également été déporté au Stalag 11B. Mais contrairement au coureur wallon, Deloor a été libéré bien avant la fin de la guerre en 1941 (politique pangermaniste d'Hitler et demande de libération des prisonniers flamands par le roi Léopold III) et, de retour à la maison, il s'est rendu compte que celle-ci avait été pillée et, entre autre, son vélo avait disparu et, par conséquent, sa carrière de cycliste était terminée. À la libération, il fit la connaissance d'un officier américain qui le conseilla d'aller tenter sa chance outre-Atlantique. De nombreuses familles belges se sont ainsi liées d'amitié avec des officiers alliés (y compris mes propres arrière-grands-parents). Cela doit être le cas aussi, en France. Dès lors, il émigre en 1949 à New-York. Il devient ensuite mécanicien automobile à Los Angeles avant de partir en 1956 pour Cap Canaveral où il travaillera pendant 12 ans comme mécanicien pour le programme spatial de la NASA. En 1980, 12 ans après avoir obtenu sa retraite de la NASA, il rentre en Belgique. Il n'est pas dit qu'il est retourné à De Klinge dans l'article mais, en tout cas, il a fini ses jours à Malines comme son frère.
Dernière édition par Crabtree le 08 juin 2018, 17:42, édité 1 fois.
#2837811
Crabtree a écrit :
06 juin 2018, 12:24
Un article de Wielermagazine (avril 2010; année 4 n°4) est consacré à Staf Deloor, intitulé "Gustaaf Deloor, een Flandrien?" et écrit Marko Heijl (PR chez Soudal). À noter que le magazine est néerlandais et non flamand. L'auteur suggère déjà dans le titre que Deloor est un oublié en Flandres, ne serait-ce que parce que son nom n'apparaît pas dans le livre de Karel Van Wijnendaele: "Het Rijke Vlaamsche Wielerleven" (littéralement "La riche vie cycliste flamande") qui est effectivement une anthologie du cyclisme flamand d'avant-guerre (publié en 1943, j'en possède un exemplaire et peut confirmer qu'il n'est pas fait mention de lui) et seuls les coureurs cités dans ce livre peuvent prétendre faire partie de "l'aristocratie du cyclisme flandrien". Son frère aîné Fons (Alfons) est pourtant bien cité dans ce bouquin de référence. Ce dernier est né en 1910 à Bois d'Haine en Wallonie car le père Deloor y est parti travaillé à la mine comme des centaines de milliers de Flamands entre 1850 et 1950 (même si beaucoup plus partaient dans le nord de la France où certains coureurs cyclistes sont nés comme Charles Deruyter à Wattrelos par exemple). Une fois qu'il avait assez bien gagné sa vie, Deloor sr est retourné en Flandres, à De Klinge (c'est en Flandre orientale alors qu'il semble que la famille soit ouest-flamande à la base et il est possible que Van Wijnendaele n'ait pas apprécié cela, lui qui était également Ouest-flamand d'où provenait la grande majorité des Flandriens de l'époque) où naquit Gustaaf en 1913. De Klinge est vraiment à la frontière néerlandaise. D'ailleurs, le premier champion du monde néerlandais Theo Middelkamp était un ami de la famille qui vivait juste de l'autre côté. Autre point qui ne ferait pas de lui un Flandrien est qu'il affectionne la chaleur plus que le mauvais temps malgré une victoire au Tour des Flandres pour indépendants. Pourtant Staf était un dur au mal, il gagne son premier Tour d'Espagne malgré trois vertèbres cassés suite à une chute dans la onzième étape (Barcelone-Saragosse). Son destin aurait pu changer lors du championnat du monde de Berne. L'auteur de l'article est catégorique "Sur ce palmarès, il doit y avoir un titre mondial". Rien n'est moins sûr. Il était sans doute plus rapide au sprint qu'un Antonin Magne vieillissant mais rien ne dit que Tonin aurait attendu le sprint. Deloor a été capturé dès le premier jour de l'invasion, le 10 mai 1940 à Eben-Emael (entre Liège et Maastricht) comme 1200 Belges dont également Émile Masson junior qui a également été déporté au Stalag 11B. Mais contrairement au coureur wallon, Deloor a été libéré bien avant la fin de la guerre en 1941 (politique pangermaniste d'Hitler et demande de libération des prisonniers flamands par le roi Léopold III) et, de retour à la maison, il s'est rendu compte que celle-ci avait été pillée et, entre autre, son vélo avait disparu et, par conséquent, sa carrière de cycliste était terminée. À la libération, il fit la connaissance d'un officier américain qui le conseilla d'aller tenter sa chance outre-Atlantique. De nombreuses familles belges se sont ainsi liées d'amitié avec des officiers alliés (y compris mes propres arrière-grands-parents). Cela doit être le cas aussi, en France. Dès lors, il émigre en 1949 à New-York. Il devient ensuite mécanicien automobile à Los Angeles avant de partir en 1956 pour Cap Canaveral où il travaillera pendant 12 ans comme mécanicien pour le programme spatial de la NASA. En 1980, 12 ans après avoir obtenu sa retraite de la NASA, il rentre en Belgique. Il n'est pas dit qu'il est retourné à De Klinge dans l'article mais, en tout cas, il a fini ses jours à Malines comme son frère.

petits HS : 1-stp, essaie de faire des paragraphes :smile:

2-"déporté" est un peu tendancieux dans le contexte. Prisonnier de guerre, il a été "fait prisonnier" serait plus idoine.

D'ailleurs, c'est bien le stalag 11 ? Si ça se trouve, mon grand père (juif) a connu émile masson jr :love:
#2839689
C'est bien le Stalag 11B pour Masson comme pour Deloor. Je ne suis pas un spécialiste mais je suppose qu'il doit avoir existé un 11A. Mes excuses pour le terme impropre, je n'ai pas trop réfléchi en écrivant. Pour les paragraphes, je tâcherai à l'avenir. J'ai édité mon commentaire avec deux espaces, en espérant que ce soit plus lisible.
#2839966
Et dire que G. Deloor est classé seulement 862e sur CyclingRanking, son frère Alfons à une meilleure cote avec une 810e place. En date d'hier, puisque les points de la saison en cours fait reculer les anciens d'une semaine à l'autre au profit des coureurs en activité. :siffle:
#2839977
runnz a écrit :
09 juin 2018, 09:06
Et dire que G. Deloor est classé seulement 862e sur CyclingRanking, son frère Alfons à une meilleure cote avec une 810e place. En date d'hier, puisque les points de la saison en cours fait reculer les anciens d'une semaine à l'autre au profit des coureurs en activité. :siffle:
Sur mon site (http://jeanmariec.e-monsite.com/pages/c ... -2012.html), Gustave Deloor est 368°. Et Alphonse, 584° (mais seuls les 500 premiers apparaissent). :smile:
#2892866
C'est une photo de la Vuelta 1936... Cette année-là les coureurs Espagnol portaient un maillot gris (et ceux du Real Madrid comme Berrendero arboraient un gros badge de leur club sur la poitrine ou les manches) alors que les étrangers portaient un maillot vert clair...
#2896367
Pendant la république pas de couronne á l`écusson du Real Madrid bien sur.
Et sur cette première Vuelta :
Les prix étaient de 300 pesetas par victoire d`étape et 15000 la victoire au général.
Bon lá si tu courrais pas avec un vélo BH comme Deloors ou un Orbea comme Cañardo rien á faire.
Ils feront un et deux au GC Final.
Une course montée en deux mois.
#2898772
Tiens un autre vainqueur de la Vuelta, Julián Berrendero, qui a été dans un camp de concentracion
et aussi aidé par un officier, ancien cycliste, qui le reconnu.
c`est le madrilène apodé : "El negro de los ojos azules".
Lui facilita la vie et surtout une meilleure alimentation.
Arreté á Irun en 1939, libéré en 1941.
Vainqueur Vuelta 41 et 42.
Vainqueur montagne Tour de France 36 et une étapeen 1937.

Image

Ricardo Vilela (Burgos-BH) proche de W52-FC Porto.

Groupama-FDJ 2020

J'avais jeté un coup d'oeil aux "stori[…]

Pourquoi il n'a pas gagné ?

Wilfried Nelissen parce que un policier a voulu le[…]

VUELTA en relais 2020

Relais de GARCIA SOSA Jhojan Orlando

Toute l'actualité cycliste sur notre site   Accéder au site