Le forum dédié aux fans d'histoire du cyclisme, de palmarès de coureurs, de courses, mais aussi de nombreux jeux organisés par nos animateurs. Vous retrouverez aussi ici les débats autour du cycle historique mis en place par David

Modérateur : Modos HP

  • Page 3 sur 7
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 7
#2709587
Tentons un résumé de cette fameuse étape Alcala de Henares-Ségovie, 18è du nombre. Au départ, Robert Millar est leader avec 10 minuscules secondes d'avance sur le colombien Pacho Rodriguez et 1'15" sur Ruiz-Cabestany, les autres étant au-delà des 3' ( Delgado 6è à 6'03").

1 Dans le 1er col, José Recio s'envole, et Millar ne possède déjà plus que 2 équipiers, Pensec et Simon. Caritoux, Delgado et Bazzo s'échappent du peloton, puis Delgado distance ses 2 compagnons pour rejoindre Recio à l'avant.

2 Au pied du 2è col, Millar crève, et aussitôt Pacho Rodriguez se fait la malle !! Encore aidé de ses 2 équipiers, Millar parvient à rétablir l'équilibre, mais laisse bcp de forces dans cette opération. ( Précision: la course se déroule sous un temps dégueulasse et tout le répertoire disponible, froid, brouillard, pluie, neige sur les sommets.. )

3 Dans l'ascension de l'Alto de Los Leones, Millar a perdu Simon et Pensec, et au sommet, le duo Delgado-Recio possède 3'15" sur le convoi du maillot amarillo.

4 Plus personne pour aider Millar dans un groupe réduit à 11 unités, alors que nous sommes à 30 km de l'arrivée. Pacho Rodriguez explique qu'il préfère perdre contre un espagnol (il court dans la formation Zor), les autres ont des équipiers devant (notamment les Skil, avec Caritoux et Kelly partis dans une contre-attaque), et, en désespoir de cause, Roland Berland (DS de Peugeot) tente d'embaucher le mercenaire Gérard Vedscholten: " Désolé, les espagnols m'ont déjà parlé ".. :w00t:

4 Delgado et Recio accentuent leur avance dans les derniers km, le grimpeur ségovian faisant la majorité du travail dans les ascensions, son compatriote assurant des relais très efficaces sur le plat.

5 Recio l'emporte devant Delgado, le groupe Kelly, Parra, Caritoux termine à plus de 3', et celui des 3 premiers du CG (Millar, Pacho Rodriguez, et Ruiz-Cabestany, équipier de Delgado) à plus de 6'30" !!

6 A l'arrivée, très candidement, Perico remercie les DS espagnols de ne pas avoir fait rouler leurs coureurs avec Millar, et d'avoir ainsi permis à un espagnol de l'emporter. Plus tard, il ajoutera qu'il n'avait pas attaqué pour tenter de renverser la Vuelta, mais avant tout pour tenter de gagner chez lui, ou de servir d'éventuel relais à Ruiz-Cabestany.

Dans "Le livre d'or du cyclisme", Philippe Bouvet évoquera quand même la très grande impopularité d'un Robert Millar considéré dans le peloton comme un ultra-individualiste. :neutral:

Eddy Merckx expliquera la défaite de Millar par le naufrage collectif de l'équipe Peugeot avant toute autre considération. Il estime qu'avec simplement 1 équiper à ses côtés, il aurait remporté la course. Cet isolement ajouté au sabordage délibéré et très discutable de l'équipe Zor de Pacho Rodriguez ont favorisé la victoire de Delgado. Il me semble d'ailleurs que le DS de la formation Zor se nommait Javier Minguez, et bon, celui-ci a avoué qu'il préférait la victoire d'un compatriote plutôt qu'une 2è place derrière un étranger. :siffle:

Au final:

1 Delgado
2 Millar à 36"
3 Pacho à 46"
4 Ruiz-Cabestany à 1'51"
5 Parra à 3'40"
#2709654
-frangin a écrit :
03 nov. 2017, 20:25
Un coureur a roulé pour Millar dans les 30 derniers kilomètres, le haut-saônois de l'équipe Skil Eric Guyot qui déclara avoir été révolté par le sort réservé à l'écossais.
C'est sûr que voir 1 gars obligé de rouler 50 bornes dans la montagne avec 10 gars qui restent obstinément dans sa roue, ce doit être assez terrible à voir.

Mais en même temps, à part Pacho Rodriguez, personne d'autre n'avait de raison objective de rouler. Rodriguez aurait du rouler pour préserver sa 2è place menacée par Delgado, c'est une certitude. Il vaut toujours mieux finir 2è que 3è, c'est l'évidence même. Les autres n'avaient par contre aucun intérêt réel.

Comme le dit Eddy Merckx dans "Le Monde Fabuleux du cyclisme", il n'y aurait jamais eu d'histoire si Millar avait été bien entouré. C'est pas avec Molteni ou Sky que ce genre de chose serait arrivé. :non:
#2709659
P.Simon et Pensec ont été arrêté par un passage à niveau fermé alors qu'ils revenaient sur le groupe Millar. Pas de chance ...
Peugeot s'était attirée la rancoeur de Fagor qui aurait put l'aider dans cette étape. Un soir, des Peugeot se seraient fichu des Fagor en leur disant que eux avaient quelque chose à jouer sur cette Vuelta.
Et puis sur la Vuelta, rappelons la victoire de Janssen en 1967 au détriment de son coéquipier français Jean-Pierre Ducasse qui avait course gagnée. Les organisateurs voulant un vainqueur prestigieux, Ducasse fut prié de lever le pied lors du dernier chrono.
#2709664
-frangin a écrit :
03 nov. 2017, 21:08
P.Simon et Pensec ont été arrêté par un passage à niveau fermé alors qu'ils revenaient sur le groupe Millar. Pas de chance ...
Peugeot s'était attirée la rancoeur de Fagor qui aurait put l'aider dans cette étape. Un soir, des Peugeot se seraient fichu des Fagor en leur disant que eux avaient quelque chose à jouer sur cette Vuelta.
Et puis sur la Vuelta, rappelons la victoire de Janssen en 1967 au détriment de son coéquipier français Jean-Pierre Ducasse qui avait course gagnée. Les organisateurs voulant un vainqueur prestigieux, Ducasse fut prié de lever le pied lors du dernier chrono.
Tiens tiens. Tu as le même bouquin que moi, j'ai l'impression. :hehe: (Le Livre d'Or du Cyclisme 1985, de Philippe Bouvet, c'est bien ça ? :smile: )
#2709747
-frangin a écrit :
03 nov. 2017, 21:08
P.Simon et Pensec ont été arrêté par un passage à niveau fermé alors qu'ils revenaient sur le groupe Millar. Pas de chance ...
Peugeot s'était attirée la rancoeur de Fagor qui aurait put l'aider dans cette étape. Un soir, des Peugeot se seraient fichu des Fagor en leur disant que eux avaient quelque chose à jouer sur cette Vuelta.
Et puis sur la Vuelta, rappelons la victoire de Janssen en 1967 au détriment de son coéquipier français Jean-Pierre Ducasse qui avait course gagnée. Les organisateurs voulant un vainqueur prestigieux, Ducasse fut prié de lever le pied lors du dernier chrono.
La petite histoire/ la clé de cette Vuelta 1985 c`est Le directeur des Peugeot.
Luis Ocaña lui avait offert gentillement l`aide des Fagor, et parait-il, il a été vexé dans son orgueil par Roland Berland qui avait courru avec lui chez Bic.
Idem Javier Minguez qui avait des paroles peu agréable envers le francais.
Quand Perico attaque dans le plat entre Cotos et Navacerrada, Roland Berland dit á Minguez de faire rouler ses cyclistes pour défendre la deuxième place de Pacho. Que lui ne fera pas courir les siens car
Millar ayant eu un problème mécanique en grimpant Cotos, il avait fait travailler ses équipiers. Et l`actuel DS national lui a répondu que non.
Quelques jours plus tôt Minguez n`avait pas aimé la supériorité avec laquelle lui avait parlé le francais.
Lors d`une échappée de Millar et Pacho. Le DS francais était surnommé Mortadelo.
Le colombien Pacho Rodríguez qui avait seulement 24 ans ne s`en ai jamais remis psychologiquement,
car il pensait qu`il avait perdu sa 2e place ou la Vuelta . Il n`a pratiquement plus jamais eu ce niveau.
Quant á ma personne quel final et le compter des secondes á l`arrivée.
Perico Vencedor de la Vuelta.
Et á Frangin et cie qui parlent d`un complot, une année auparavant Eric Caritoux avait remporté la Vuelta 1984.
Et avec seulement 6 secondes d`avance sur l`idole du pelotón espagnol de l`époque Alberto Fernández "El Galleta". Lors des 9 dernières étapes le francais était maillot amarillo juste devant l`espagnol. Et là pas de coup de trafalgar, petite cassure, entourloupe, etc.
Dernière édition par GATO le 04 nov. 2017, 04:17, édité 3 fois.
#2709749
-frangin a écrit :
03 nov. 2017, 21:08
Et puis sur la Vuelta, rappelons la victoire de Janssen en 1967 au détriment de son coéquipier français Jean-Pierre Ducasse qui avait course gagnée. Les organisateurs voulant un vainqueur prestigieux, Ducasse fut prié de lever le pied lors du dernier chrono.
C`est lors du difficile chrono de Vitoria de 44 km (avec le dur puerto de Herrera), remporté par Poulidor en 1 h 05´08´´,
que Ducasse perd la Vuelta et non sur le dernier chrono de Zarautz.
Pierre Ducasse, alors maillot amarillo, perd 6 minutes et 33 secondes sur Jan Janssen.
Mais á ce moment les Aurelio González et surtout Gregorio San Miguel sont mieux classé que le hollandais.
Et lors du dernier chrono de Zarautz de 28 km Ducasse a seulement 53 secondes d`avance sur Janssen et 1´23 sur Aurelio González.
Tout le monde savait qu`il avait perdu la Vuelta mais il se défend et ne perd que 1´56.
Et lors de la dernière étape Pierre Ducasse a failli perdre sa seconde place en faveur de Aurelio González
Le francais perdant de nouveau 40 secondes sur les premiers
et ne conservant finalement que 2 secondes d`avance.
Classement Final Vuelta 1967 :
1 Jan Janssen
2 Pierre Ducasse á 1´43
3 Aurelio González á 1´45
@ Frangin d`ou sort tu que Ducasse perd la Vuelta sur le dernier chrono volontairement.
Tiens le Tour 68 Janssen le gagne aussi lors du dernier chrono aussi face á Van Springel et un spécialiste comme Bracke
et de nouveau Gregorio San Miguel.
Jan Janssen a été un des gars les plus intelligent en course de l`histoire du cyclisme.
Et Le francais n`est pas trop faché contre son leader on dirait ...
Image
#2709781
Merci Gato pour ce rappel de l'édition 67.
Quand à 84, pas d'entourloupes mais dans le dernier chrono, des mottes de terres dans les roues de Caritoux, des crachats et même un chat lancé sur son dos.
Pour être honnête, De Gribaldy resté en France voulait vendre la course, les coureurs ont refusé.
#2709796
Cette Vuelta 1985 matérialisait d'une façon évidente la nette différence de niveau entre le Delgado du printemps et le Delgado de l'été.

En Juillet de la même année, Perico était une jambe au-dessus de Millar, en montagne. Seul Herrera pouvait lui être supérieur, dans ses meilleures années.

Alors qu'en avril-mai, il ne parvenait jamais à être bon sur la durée. C'était une journée OUI, une journée NON. Et selon les dires de Delgado lui-même, lors d'un entretien dans Miroir du Cyclisme, il n'y avait rien à faire. C'était déjà comme ça dans les rangs juniors et amateurs, il devait toujours attendre l'été et les grosses chaleurs pour atteindre son meilleur rendement.

Lors de cette Vuelta, Pedro avait obtenu une victoire de prestige aux Lacs de Covadonga (au sommet desquels il avait pris le maillot amarillo) avant d'être inexistant le lendemain, sur l'Alto de Campoo. De même, la veille de son jour de grâce du côté de Ségovie, il avait été plus que moyen sur le chrono individuel en concédant plus d'1'30" sur des poids plumes comme Pacho Rodriguez et Millar.

Je suis persuadé que si Delgado avait pu disputer des Vuelta programmées en Aout-Septembre, il aurait remporté plus de 2 Vueltas, et d'une manière bien plus convaincante. :spamafote:
#2709821
Dans mes vieux souvenirs :gafauvel: , le Tour de Lombardie 1986 n'avait pas donné un final très très clair non plus.

J'étais un gamin de 10 ans fan absolu de Sean Kelly, et sa 2è place derrière le vieux Baronchelli m'avait énervé. Et pour une raison très simple: dans le groupe de tête, réduit à 6 ou 7unités, Kelly disposait d'un équipier solide en la personne du portugais Da Silva, et je ne comprenais pas comment la Kas avait pu laisser échapper une victoire aussi facile.

Plus tard, Ph Brunel avait révélé que le patron de la Del Tongo, équipe de Baronchelli, était intervenu pour que Kelly et Da Silva ne soient pas totalement perdants dans l'affaire.. :siffle: :paf-mur:

Rien de nouveau dans le petit monde du cyclisme professionnel, mais franchement, la victoire de Kelly aurait été le point d'orgue d'une saison fantastique de sa part, après ses victoires dans Paris-Nice, le Tour du Pays-Basque, Milan-San Remo, Paris-Roubaix, le Tour d'Irlande, le Tour de Catalogne et le Grand Prix des Nations ( auxquels on peut ajouter une 2è place au Tour des Flandres, une 3è place au Tour d'Espagne et une 5è place au championnat du monde ).
#2709987
@Frangin
Oui l`offre de l`équipe ZOR était de 100.000 francs (10.000 á chaque coureur) pour rappel le salaire de Eric Caritoux était á l`époque de 5000 francs.
Et le prix du Vainqueur de la Vuelta de 30.000 francs.
Et pour l` aider en montagne, le maillot amarillo, il n`y avait pratiquement que Bagot.
Le premier á refuser l`offre des espagnols commentée au repas du soir par Rumeau le DS des Skil, a été Patrick Clerc un des vétérans.
Mais Javier Minguez le DS de ZOR a toujours démenti cette histoire, et qu`il n`a jamais acheté une course disant aussi que cela était impossible car ils n`avaient pas d`argent. "Je le jure sur ma sainte mére" ...
Mais il faut aussi dire que le Jeudi soir avant l`étape reine de la sierra de Madrid avec Navafria-Canencia-Morcuera-Cotos.
Alberto Fernandez est allé voir Caritoux dans sa chambre pour pacter avec lui une Alliance commune pour se défendre des ataques des Reynolds et Teka,
et pour une lutte propre et se jouer la Vuelta lors du dernier chrono de Torrejón de Ardoz de 33 km.
L`étape de la Sierra será remportée par José Recio (tiens tiens l`ami de Perico voir Vuelta 85).
Le chrono fut remporté par Julian Gorospe, Francesco Moser étant tombé.
Caritoux perdant 31 secondes sur le coureur de ZOR mais gardait 6 secondes d`avance au général.
Alberto Fernández étant tombé lors du chrono á une rotonde/rond point.
Tant au départ que á l`arrivée le francais fut comspué par des imbéciles,
il y eu même une tentative d`agression avortée fort heureusement.
Le chrono en soirée 18e démi étape B : Torrejón de Ardoz de 33 km
1 Julian Gorospe REY 43'39''
2 Nico Emonds TEK 32''
3 Jesus Blanco Villar TEK 46''
4 Raimund Dietzen TEK 51''
5 Alberto Fernandez ZOR 54''
6 José Recio KEL 58''
7 Antonio Coll TEK 1'13''
8 Michel Pollentier SAF 1'24''
9 Eric Caritoux SKI 1'25''
10 Peio Ruiz Cabestany SEA 1'26''
Pedro Delgado perd sa place sur le pódium lors de ce chrono, lui porteur du maillot amarillo pendant cinq jours.
Au paseo de la Castellana, Alberto Fernández reconnaissait que le francais avait été le meilleur et un juste vainqueur.
Á la fin de cette année lá, Fernández perdait la vie dans un accident de voiture.
Dernière édition par GATO le 04 nov. 2017, 22:11, édité 9 fois.
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 7

C'est sur que même niveau trophée, la[…]

Hallucinant, de penser qu’au tennis ou[…]

Tour de France 2020

Ce serait sympa de retrouver le format du chrono […]

Logan Currie ça va pas être de la p&a[…]

Toute l'actualité cycliste sur notre site   Accéder au site