Le forum dédié aux fans d'histoire du cyclisme, de palmarès de coureurs, de courses, mais aussi de nombreux jeux organisés par nos animateurs. Vous retrouverez aussi ici les débats autour du cycle historique mis en place par David

Modérateur : Modos HP

  • Page 7 sur 7
  • 1
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
#2998299
zwhisop a écrit :
27 avr. 2019, 15:04
On aime ou pas certains coureurs


CHAVANEL ET demare n ont jamais ete ma tasse de the. Une image pas tres sympathique tres eloignee de la mythologie et du romantisme.
C'est sur que Terminator qui enchaîne 7 tours de France avec son regard vide et sans expression, il est romantique lui :elephant:
#3005023
dolipr4ne a écrit :
26 nov. 2017, 23:29
Oui je comprends Lolo, l'absence d'oreillettes doit parfois donner lieu à des "injustices". Je trouve quand meme dingue que personne n'ait pu les prévenir et je pense que _de nos jours ce genre de choses n'arriveraient que tres rarement car il y a plein de moyens d'etre informés et d'informer en course.
Ceci dit, je pourrais etre plus ouvert au debat sur les oreillettes que sur les SRM par exemple.

Enfin bon, ils ont fait les cons quand meme devant, quoi qu'on en dise, oreillettes ou pas. :spamafote:
Je relis le fil de ce topic, et c'est marrant de relire ça à la lumière de l'Amstel Gold Race 2019 !! :wink:
#3009895
Je lis en ce moment le bouquin sur Anquetil écrit à partir du témoignage de Géminiani.
S'y trouve une anecdote que je ne connaissais pas au sujet du Giro 1955.
A deux jours de l'arrivée de celui-ci, à l'issue de la dernière étape de montagne, le jeune Nencini (alors 25 ans) est en tête. Le Vieux Fusil pointe à la seconde place, à 43 secondes, tandis que les "vieux" Magni et Coppi (35 ans chacun) sont respectivement 3ème et 4ème à 1'30 environ. Malgré la faiblesse des écarts, Nencini semble avoir course gagnée : les deux dernières étapes ne présentent aucune difficulté particulière.
Pour autant, la 20ème étape de cette édition va bouleverser la hiérarchie : Coppi et Magni parviennent à s'échapper et distancent de plus de 5 minutes le groupe Nencini. Le lendemain, Magni remporte cette édition (son 3ème Giro) pour 13 petites secondes devant Coppi (secondes que Coppi ne chercha pas à récupérer dans le final de la 20ème étape, jugeant déloyal d'attaquer Magni qui avait effectué la plus grosse part du travail).
Selon la version "officielle", un tel retournement avait pu avoir lieu car cette 20ème étape comportait une portion de route non bitumée, portion que connaissaient Magni et Coppi qui s'étaient équipés de pneus lourds et résistants afin d'éviter les crevaisons. C'est là, à 160 km de l'arrivée tout de même (!), qu'ils portèrent leur attaque. Nencini, équipé de pneus classiques, tenta de les suivre, creva et fut distancé. Par la suite, il ne put compté sur le soutien d'autres équipes du peloton pour rouler, Magni ayant multiplié les alliances la veille au soir (notamment avec Koblet auquel fut offert la dernière étape).

Dans le livre sur Anquetil, page 36, Géminiani présente les choses sous un aspect différent : "A deux jours de l'arrivée, je n'ai que quarante secondes de retard sur le leader Gastone Nencini, mais c'est sans compter sur l'imagination des Italiens pour fausser la course. La veille de l'avant-dernière étape, une portion du parcours a été secrètement empierrée pour provoquer des crevaisons en chaîne, sauf pour Coppi et Fiorenzo Magni. Informés de la manoeuvre, il se sont équipés de gros boyaux pour éviter le désastre. Je me contente de la quatrième place avec, tout de même, la satisfaction d'être le premier Français à porter le maillot rose."

Quoi qu'il en soit : 87 des 97 coureurs du peloton crevèrent dans la zone en question, dont Nencini, et Magni l'emporta.

Si l'on ajoute le Giro 1948 remporté dans des conditions non moins douteuses, cela fait tout de même beaucoup pour le Lion des Flandres !
Dernière édition par levrai-dufaux le 21 mai 2019, 00:41, édité 1 fois.
#3010150
Baignereau a écrit :
21 mai 2019, 08:48
Geminiani une légende vivante du cyclisme.

Une étape du Tour 52 raconté par ses soins.


[YouTube]https://www.youtube.com/watch?v=CVmsVF826wU[/youtube]
J’ai à peu de choses près rien compris :genance:

Sinon, pour l’histoire de la route empierrée, faudrait peut-etre rajouter « bonnes grosses tricheries bien sales » non, dans le titre du topic? :sylvain84:
#3010255
damienleflahute a écrit :
21 mai 2019, 18:44
marcella a écrit :
21 mai 2019, 18:35
Le Grand fusil, c'est un peu l'hôpital qui se fout de la charité, parce que c'était un sacré champion au niveau des coups tordus.
J'ai pas l'impression qu'il se plaignait trop de ça ceci dit, mais adorait le raconter.
Tout à fait. Parmi les aspects les plus bénéfiques de sa saison 1952 passée auprès de Coppi, Geminiani met précisément en avant son apprentissage des "ficelles" et autres petits arrangements alors d'usage au sein du peloton.

Et il demeure un formidable conteur, en témoigne la vidéo postée un peu plus haut :super:
  • 1
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7

Un autre profil https://twitter.com/Lasterketa[…]

Je me rappelle de ça en effet, un gra[…]

ZLM TOUR 2.1

Prologue 1 https://i.goopics.net/dpvdE.jpg A[…]

Total Direct Energie 2019

Un Van Der Poel du pauvre ou plutôt un _Cel[…]

Toute l'actualité cycliste sur notre site   Accéder au site