Le forum dédié aux fans d'histoire du cyclisme, de palmarès de coureurs, de courses, mais aussi de nombreux jeux organisés par nos animateurs. Vous retrouverez aussi ici les débats autour du cycle historique mis en place par David

Modérateur : Modos HP

Avatar de l’utilisateur
Par tuco
#2570411
runnz a écrit :Je reproduis le témoignage de Geminiani sur le championnat du Monde de 1953. Peu avant Coppi était depuis longtemps considéré comme ayant le plus beau palmarès sauf que le Mondial lui avait toujours échappé, souvent par malchance, absence sur blessure… Bref il ne pouvait plus trop attendre.


«J’ai réétudié minutieusement aussi la facilité dérisoire avec laquelle Coppi a gagné ce championnat mondial à Lugano. C’était à n’y pas croire : quand je l’ai vu démarrer avec son 47X21, sans crier gare, j’ai tenté de réagir, et je suis même remonté à quelque mètres de sa roue arrière. Impossible de recoller, car Fausto a relancé son action de plus belle… Il a remonté tout le groupe dans lequel je me trouvais en compagnie de Louison Bobet, et en cinq cents mètres, il nous en a mis deux cents dans la vue ! Croyez-moi, ce fut l’une des plus grandes surprises de ma carrière. Jamais je n’avais vu coureur assassiner tous ses pairs avec une telle maestria… On en parle encore entre anciens coursiers, quand on compte sur les doigts les exploits de légende. Celui-là en fait partie, comme l’échappée de Koblet, dans l’étape Brive-Agen du Tour 1951.

Je renforce l’anecdote par ce souvenir : à un tour et demi de l’arrivée, seul le Belge Germain Derycke s’accrochait par la grâce de Dieu à la roue de Coppi, sur les bords du lac de Lugano. Se sachant vite au sprint, le rouleur flamand distribuait des sourires, m’a-t-on rapporté, en passant devant la tribune de presse dans le sillage de Fausto. Mais celui-là lui ôta toutes ses illusions, en plaçant un second démarrage qui décramponna de Belge, vainqueur de Paris-Roubaix la même année. Tenez-vous bien : en un peu plus d’un tour du circuit Coppi distança Derycke de plus de six minutes ! Chapeau bas, Messeigneurs… » (1)


---

J'avais fait un concours basé surtout sur les CLM des étapes. Les chiffres c'est moins émouvant que les actions on est bien d'accord. Mais pour ne pas oublié ceux qui se sont souvent illustré sur les chrono, je remets le TOP10 via les calculs qui ne tranche jamais franchement les hiérarchies.

1 . J. Anquetil .. 1880
2 . B. Hinault .. 1840
3 . M. Indurain .. 1684
4 . E. Merckx .. 1675
5 . T. Rominger .. 1515
6 . R. Poulidor .. 1426
7 . F. Moser .. 1395
8 . F. Coppi .. 1350
9 . J. Ullrich .. 1334
10 . C. Boardman .. 1329

[i:13tthw2t]disq. L. Armstrong .. 1504[/i:13tthw2t]

---

(1) "MES GÉANTS DU CYCLISME" chez Calmann Levy, peut-être encore disponible.


obligé ici de quoter tout parce que plusieurs réactions à tout le texte, qui est passionnant :good:


1-Géminiani est un mec formidable, un conteur de légende, je suis frustré de savoir qu'il mourra bientôt sans que j'ai pu l'interviewer pendant des heures. Merci à lui pour toutes les fois ou je l'ai entenduer parler, c'était toujours passionnant.

2-son anecdote me donne une envie de malade de voir une vedeo de ce démarrage de Coppi.

3-même avec tout son talent, faut bien admettre que les routes impeccables et les vélos performants de nos jours nuisent au champion et favorise les moyens-bons, bien plus que le mythique combi [i:13tthw2t]mondialisaton/niveau qui s'est élevé[/i:13tthw2t]

4-chapeau bas encore et encore, et encore et encore à MERCKX, qui n'était ni le rouleur de légende, ni le grimpeur des cîmes,et qui pourtant écrase tout le monde. Et avec une blessure grave à Blois en plus. Non vraiment, il est hors de doute pour moi que ce mec est le plus grand,non pas cycliste, mais SPORTIF, de TOUS LES TEMPS. Inégalable dans le passsé, le présent et l'avenir. C'est pour moi un artice de dogme et de foi. :venerer:
Avatar de l’utilisateur
Par loloherrera
#2570518
Génial :good:

Coppi qui disait à la fin de sa carrière que tous ses raids solitaires lui avaient sans doute couté beaucoup et l'avaient usé prématurément.
Avatar de l’utilisateur
Par loloherrera
#2570557
marcella a écrit :Sans oublier ses 2 années de prisonniers de guerre en Tunisie et Algérie.
Et la Dame blanche :whistle:
Avatar de l’utilisateur
Par El_Pistolero_07
#2570561
tuco a écrit :
runnz a écrit :Je reproduis le témoignage de Geminiani sur le championnat du Monde de 1953. Peu avant Coppi était depuis longtemps considéré comme ayant le plus beau palmarès sauf que le Mondial lui avait toujours échappé, souvent par malchance, absence sur blessure… Bref il ne pouvait plus trop attendre.


«J’ai réétudié minutieusement aussi la facilité dérisoire avec laquelle Coppi a gagné ce championnat mondial à Lugano. C’était à n’y pas croire : quand je l’ai vu démarrer avec son 47X21, sans crier gare, j’ai tenté de réagir, et je suis même remonté à quelque mètres de sa roue arrière. Impossible de recoller, car Fausto a relancé son action de plus belle… Il a remonté tout le groupe dans lequel je me trouvais en compagnie de Louison Bobet, et en cinq cents mètres, il nous en a mis deux cents dans la vue ! Croyez-moi, ce fut l’une des plus grandes surprises de ma carrière. Jamais je n’avais vu coureur assassiner tous ses pairs avec une telle maestria… On en parle encore entre anciens coursiers, quand on compte sur les doigts les exploits de légende. Celui-là en fait partie, comme l’échappée de Koblet, dans l’étape Brive-Agen du Tour 1951.

Je renforce l’anecdote par ce souvenir : à un tour et demi de l’arrivée, seul le Belge Germain Derycke s’accrochait par la grâce de Dieu à la roue de Coppi, sur les bords du lac de Lugano. Se sachant vite au sprint, le rouleur flamand distribuait des sourires, m’a-t-on rapporté, en passant devant la tribune de presse dans le sillage de Fausto. Mais celui-là lui ôta toutes ses illusions, en plaçant un second démarrage qui décramponna de Belge, vainqueur de Paris-Roubaix la même année. Tenez-vous bien : en un peu plus d’un tour du circuit Coppi distança Derycke de plus de six minutes ! Chapeau bas, Messeigneurs… » (1)


---

J'avais fait un concours basé surtout sur les CLM des étapes. Les chiffres c'est moins émouvant que les actions on est bien d'accord. Mais pour ne pas oublié ceux qui se sont souvent illustré sur les chrono, je remets le TOP10 via les calculs qui ne tranche jamais franchement les hiérarchies.

1 . J. Anquetil .. 1880
2 . B. Hinault .. 1840
3 . M. Indurain .. 1684
4 . E. Merckx .. 1675
5 . T. Rominger .. 1515
6 . R. Poulidor .. 1426
7 . F. Moser .. 1395
8 . F. Coppi .. 1350
9 . J. Ullrich .. 1334
10 . C. Boardman .. 1329

[i:olb0v7il]disq. L. Armstrong .. 1504[/i:olb0v7il]

---

(1) "MES GÉANTS DU CYCLISME" chez Calmann Levy, peut-être encore disponible.


obligé ici de quoter tout parce que plusieurs réactions à tout le texte, qui est passionnant :good:


1-Géminiani est un mec formidable, un conteur de légende, je suis frustré de savoir qu'il mourra bientôt sans que j'ai pu l'interviewer pendant des heures. Merci à lui pour toutes les fois ou je l'ai entenduer parler, c'était toujours passionnant.

2-son anecdote me donne une envie de malade de voir une vedeo de ce démarrage de Coppi.

3-même avec tout son talent, faut bien admettre que les routes impeccables et les vélos performants de nos jours nuisent au champion et favorise les moyens-bons, bien plus que le mythique combi [i:olb0v7il]mondialisaton/niveau qui s'est élevé[/i:olb0v7il]

4-chapeau bas encore et encore, et encore et encore à MERCKX, qui n'était ni le rouleur de légende, ni le grimpeur des cîmes,et qui pourtant écrase tout le monde. Et avec une blessure grave à Blois en plus. Non vraiment, il est hors de doute pour moi que ce mec est le plus grand,non pas cycliste, mais SPORTIF, de TOUS LES TEMPS. Inégalable dans le passsé, le présent et l'avenir. C'est pour moi un artice de dogme et de foi. :venerer:
Oui j'ai souvenir de ses interventions dans les chroniques de JPO, captivant et sympathique ! Un vrai gars du terroir ! :good:
Par Crabtree
#2572263
À l'attention de Tuco, tout d'abord un méa culpa puisque le contre-la-montre du Col d'Eze remporté par Richie Porte date de 2013 et non 2012 même si dans le fond cela ne change pas grand chose car le chrono de Poulidor de 1972 l'aurait aussi classé dans les 10 premiers de l'étape en 2012 derrière Wiggins.

D'accord, je vais essayer de faire des paragraphes. Donc, la première fois que j'ai entendu que temps de Poulidor lors de cette édition de Paris-Nice était une référence, c'était pendant la retransmission en direct de l'étape similaire de 2012. Je l'ai vue sur Sporza. Michel Wuyts nous racontait qu'elle est effectivement longtemps restée une référence jusqu'à ce qu'elle soit battue par Sean Kelly en 1986 qui lui même a longtemps détenu le record de l'épreuve. Cela m'a effectivement donné l'idée de chercher des données précises et je suis tombé sur ce sujet sur Vélo 101: http://www.velo101.com/forum/voirsujet/ ... ice--13899

Donc apparemment, le contre-la-montre du col d'Eze à l'époque de Poulidor faisait 9,5km. À l'époque de Kelly, il faisait 10km. Donc Kelly est allé d'autant plus vite mais en 1986, il y avait déjà eu la révolution des vélos aérodynamiques. Je ne sais pas si il en montait un sur cette course même mais c'est tout de même fort probable. En 2013, la distance était de 9,6km. Ensuite, j'ai essayé de retrouver le classement de l'étape de 2013 en évaluant que Poulidor aurait couvert les 100 mètres de différence en 9 secondes (ce qui aurait me semble-t-il été faisable, il s'agit bien de 100 mètres de plat bien sûr). 20'04\" + 9\" = 20'13\". En 2013, ça le classe entre Spilak et Ulissi (deux coureurs plutôt sulfureux, si je ne m'abuse) à la septième place mais bien dans les dix premiers et sur un vélo de deux kilos plus lourd et sans les apports aérodynamiques au niveau des jantes, du guidon, et cetera, à 36 ans et même avec une combinaison qui n'était pas favorable. Autant dire que cette performance l'aurait placé beaucoup plus haut si il luttait à armes égales. Comme quoi il est faux de dire que les vitesses actuelles montrent que les contemporains auraient surclassé les anciens.

http://www.procyclingstats.com/race/Par ... _Col_d_Eze

1 PORTE Richie Sky Procycling 19:16
2 TALANSKY Andrew Garmin Sharp 0:23
3 QUINTANA Nairo Movistar Team 0:27
4 PERAUD Jean-Christophe AG2R La Mondiale 0:32
5 VAN GARDEREN Tejay BMC Racing Team 0:52
6 ŠPILAK Simon Team Katusha 0:55
7 ULISSI Diego Lampre - Merida 1:00
8 SCARPONI Michele Lampre - Merida 1:03
9 CHAVANEL Sylvain Omega Pharma - Quick-Step 1:05
10 IZAGIRRE Ion Euskaltel - Euskadi 1:06
11 KLÖDEN Andréas RadioShack - Leopard 1:16
12 JEANNESSON Arnold Equipe Cycliste FDJ 1:17
13 COPPEL Jérôme, Cofidis Solutions Crédits ,,
14 LOPEZ David Sky Procycling 1:18
15 DENIFL Stefan IAM Cycling 1:25

Pour le contre-la-montre de 2012: http://www.procyclingstats.com/race.php?id=112098

1 WIGGINS Bradley Sky Procycling 19:12
2 WESTRA Lieuwe Vacansoleil - DCM 0:02
3 PERAUD Jean-Christophe AG2R La Mondiale 0:33
4 ŠPILAK Simon Team Katusha 0:47
5 COPPEL Jérome Saur - Sojasun 0:51
6 VALVERDE Alejandro Movistar Team 0:52
7 KLÖDEN Andréas RadioShack - Nissan 0:58
8 MONCOUTIÉ David Cofidis Le Credit en Ligne 0:59
9 CUNEGO Damiano Lampre - ISD ,,
10 URAN Rigoberto Sky Procycling 11:06
11 NAVARRO Daniel Team Saxo Bank - Tinkoff Bank ,,
12 JEANNESSON Arnold Equipe Cycliste FDJ - BigMat 1:07
13 SZMYD Sylwester Liquigas - Cannondale 1:15
14 VAN GARDEREN Tejay BMC Racing Team ,,
15 BOUET Maxime AG2R La Mondiale 1:16
Avatar de l’utilisateur
Par GATO
#2645178
Question de la perf de Raymond Poulidor au col d`Eze par rapport aux cyclistes 2012.
Etonnant sans parler, que Poulidor, lui n`était pas un squelette tout le contraire même.

Perso tout jeune j`étais pas fan du coureur ou plutôt de la personne.
Par contre quand j`ai lu son livre : la gloire sans maillot jaune
Mon idée/opinión a changé du tout au tout. Je le posséde toujours et j`ai du le lire au moins trois á quatre fois ce livre.
Par fred30
#2998322
tuco a écrit :
05 avr. 2017, 12:55
Plus je lis sur ce champion, plus je suis fasciné.

J'ai honte de le dire, mais ce n'est qu'il y a quelques minutes que j'ai découvert la manière avec laquelle il a gagné LBL en 1966 :venerer:

(manière qui montre que s'il l'avait voulu, il aurait un palmarès de classiques énorme :paf-mur: )


EDIT ; et il gagne le TPB à 36 ans :venerer: :venerer:


je n'ai pas grand chose d'intéressant à dire sur lui, sorry.Par contre, s'il y en a assez âgés qui l'ont vu courir, j'aimerais bien avoir vos impressions.


Ah, et aussi, que disaient Merckx et Hinault de Anquetil ? J'aimerais vraiment le savoir, ça, j'ai pas trouvé sur le net.
Bonjour Tuco,
Ca fait deux ans que tu as posé cette question : qui a vu Anquetil ?
Je ne sais pas si tu liras cette réponse, ça fait longtemps que le sujet n'est plus actif, mais je peux te répondre : mon père l'a vu. J'ai 34 ans, mon père est né en 1954 et ... je crois pouvoir dire que c'est le fan le plus absolu de ce coureur. Il m'a donné la passion du vélo en me "saoulant" avec Anquetil. Il a même été reçu par Anquetil en personne, chez lui, à la Neuville Chant d'Oisel, et il a pu parler avec Anquetil pendant 1/2h environ. Il avait 19 ans, Anquetil venait de mettre un terme à sa carrière. Et jusqu'à sa mort en 1987, ils s'envoyaient leurs cartes de voeux pour le nouvel an ( véridique !)
La conséquence, c'est que je crois connaître assez bien sa carrière.
Si tu es fasciné par le champion, c'est normal. Un talent immense, une classe folle sur son vélo, qui contrastait avec parfois le manque de professionnalisme si l'on parle d'hygiène de vie et d'entraînement. Coppi et Bobet n'en revenaient pas. Beaucoup disaient qu'ils gagneraient quelques contre la montre et se grillerait car pas assez pro.
Résultat : le premier à gagner les trois grands Tours. Le premier Français à gagner le Giro, en 1960, puis 1964. Le premier coureur à faire le doublé Giro-Tour ...
On le disait (certains forumeurs te l'ont dit aussi) froid et calculateur, à la manière d'Indurain. Oui, il y a du vrai. Mais Indurain n'a jamais gagné une étape en ligne sur le Tour. Anquetil, oui. Calculateur oui.. Dans certaines biographies, il raconte que même en voiture, il anticipait et ralentissait quand il voyait un feu rouge au bout d'une ligne droite, de manière à ne pas avoir à s'arrêter et accélérer de + belle une fois le feu passé. Oui, c'était un obsessionnel.
Ce qui le caractérisait le mieux après avoir beaucoup lu sur lui, c'est l'orgueil. Il avait un gros ego, comme beaucoup de champions, mais avec un directeur sportif comme Geminiani qui appuyait là-dessus comme il fallait ... ça faisait souvent des étincelles.

Dans ses faits d'armes, il y a aussi les 9 GP des Nations remportés. Pour ... 9 participations. C'était le championnat du monde contre la montre de l'époque. La course sur laquelle il se révèle en 1953, à 19 ans. Comme la distance diminuait avec les ans, il a toujours atteint une vitesse moyenne supérieure à chaque participation.

Je veux surtout te confirmer que le choix de ne pas faire de classiques fait que le plus grand français, niveau palmarès, restera Hinault. Mais si Anquetil l'avait voulu ...
Tout cela date de Paris-Roubaix 1958. Il a voulu se tester, il était très fort, a crévé (plusieurs fois de mémoire) et a déclaré à la fin de la course : c'est terminé pour les classiques. C'est une loterie. Au moins dans un Grand Tour si l'on crève on peut se refaire à condition d'être le meilleur. Pas dans les classiques.
Malgré cela il en a gagné trois, et de quelle manière : Gand Wevelgem 1964 (dans une saison qui le voit faire le doublé Giro-Tour), Bordeaux-Paris 1965 (après avoir gagné le Dauphiné ! De Gaulle avait affrété un avion pour l'acheminer de la fin du Dauphiné à Bordeaux ...) et Liège Bastogne Liège 1966, dans les circonstances que tu as découvertes toi-même.

Je te souhaite de belles découvertes encore sur lui, au plaisir d'échanger si tu en as l'envie. :jap:
Avatar de l’utilisateur
Par Xav_38
#2998364
fred30 a écrit :
27 avr. 2019, 20:28

On le disait (certains forumeurs te l'ont dit aussi) froid et calculateur, à la manière d'Indurain. Oui, il y a du vrai. Mais Indurain n'a jamais gagné une étape en ligne sur le Tour. Anquetil, oui. Calculateur oui.. Dans certaines biographies, il raconte que même en voiture, il anticipait et ralentissait quand il voyait un feu rouge au bout d'une ligne droite, de manière à ne pas avoir à s'arrêter et accélérer de + belle une fois le feu passé. Oui, c'était un obsessionnel.
Merci Fred pour ton post très intéressant sur Jacques Anquetil.

Mais juste pour reprendre ce passage, si si Indurain a gagné 2 étapes en ligne sur le Tour :
1989 : Pau - Cauterets
1990 : Blagnac - Luz Ardiden

Il était tellement fort ce jour là en 1990 :
Image

Alors OK, c'était des Tour où il n'a pas gagné le général, puisque sa première victoire en général est en 1991.
Par fred30
#2998366
Xav_38 a écrit :
27 avr. 2019, 22:53
fred30 a écrit :
27 avr. 2019, 20:28

On le disait (certains forumeurs te l'ont dit aussi) froid et calculateur, à la manière d'Indurain. Oui, il y a du vrai. Mais Indurain n'a jamais gagné une étape en ligne sur le Tour. Anquetil, oui. Calculateur oui.. Dans certaines biographies, il raconte que même en voiture, il anticipait et ralentissait quand il voyait un feu rouge au bout d'une ligne droite, de manière à ne pas avoir à s'arrêter et accélérer de + belle une fois le feu passé. Oui, c'était un obsessionnel.
Merci Fred pour ton post très intéressant sur Jacques Anquetil.

Mais juste pour reprendre ce passage, si si Indurain a gagné 2 étapes en ligne sur le Tour :
1989 : Pau - Cauterets
1990 : Blagnac - Luz Ardiden

Il était tellement fort ce jour là en 1990 :
Image

Alors OK, c'était des Tour où il n'a pas gagné le général, puisque sa première victoire en général est en 1991.
Merci pour la correction. J'aime pas trop dire des bêtises, et j'ai eu un doute en écrivant cette phrase. J'ai dû les sortir de mon esprit car comme tu disais, ce sont des tours où il n'a pas gagné. Peu importe : ce sont de belles victoires qui comptent ! merci à toi
Avatar de l’utilisateur
Par tuco
#2998392
fred30 a écrit :
27 avr. 2019, 20:28
tuco a écrit :
05 avr. 2017, 12:55
Plus je lis sur ce champion, plus je suis fasciné.

J'ai honte de le dire, mais ce n'est qu'il y a quelques minutes que j'ai découvert la manière avec laquelle il a gagné LBL en 1966 :venerer:

(manière qui montre que s'il l'avait voulu, il aurait un palmarès de classiques énorme :paf-mur: )


EDIT ; et il gagne le TPB à 36 ans :venerer: :venerer:


je n'ai pas grand chose d'intéressant à dire sur lui, sorry.Par contre, s'il y en a assez âgés qui l'ont vu courir, j'aimerais bien avoir vos impressions.


Ah, et aussi, que disaient Merckx et Hinault de Anquetil ? J'aimerais vraiment le savoir, ça, j'ai pas trouvé sur le net.
Bonjour Tuco,
Ca fait deux ans que tu as posé cette question : qui a vu Anquetil ?
Je ne sais pas si tu liras cette réponse, ça fait longtemps que le sujet n'est plus actif, mais je peux te répondre : mon père l'a vu. J'ai 34 ans, mon père est né en 1954 et ... je crois pouvoir dire que c'est le fan le plus absolu de ce coureur. Il m'a donné la passion du vélo en me "saoulant" avec Anquetil. Il a même été reçu par Anquetil en personne, chez lui, à la Neuville Chant d'Oisel, et il a pu parler avec Anquetil pendant 1/2h environ. Il avait 19 ans, Anquetil venait de mettre un terme à sa carrière. Et jusqu'à sa mort en 1987, ils s'envoyaient leurs cartes de voeux pour le nouvel an ( véridique !)
La conséquence, c'est que je crois connaître assez bien sa carrière.
Si tu es fasciné par le champion, c'est normal. Un talent immense, une classe folle sur son vélo, qui contrastait avec parfois le manque de professionnalisme si l'on parle d'hygiène de vie et d'entraînement. Coppi et Bobet n'en revenaient pas. Beaucoup disaient qu'ils gagneraient quelques contre la montre et se grillerait car pas assez pro.
Résultat : le premier à gagner les trois grands Tours. Le premier Français à gagner le Giro, en 1960, puis 1964. Le premier coureur à faire le doublé Giro-Tour ...
On le disait (certains forumeurs te l'ont dit aussi) froid et calculateur, à la manière d'Indurain. Oui, il y a du vrai. Mais Indurain n'a jamais gagné une étape en ligne sur le Tour. Anquetil, oui. Calculateur oui.. Dans certaines biographies, il raconte que même en voiture, il anticipait et ralentissait quand il voyait un feu rouge au bout d'une ligne droite, de manière à ne pas avoir à s'arrêter et accélérer de + belle une fois le feu passé. Oui, c'était un obsessionnel.
Ce qui le caractérisait le mieux après avoir beaucoup lu sur lui, c'est l'orgueil. Il avait un gros ego, comme beaucoup de champions, mais avec un directeur sportif comme Geminiani qui appuyait là-dessus comme il fallait ... ça faisait souvent des étincelles.

Dans ses faits d'armes, il y a aussi les 9 GP des Nations remportés. Pour ... 9 participations. C'était le championnat du monde contre la montre de l'époque. La course sur laquelle il se révèle en 1953, à 19 ans. Comme la distance diminuait avec les ans, il a toujours atteint une vitesse moyenne supérieure à chaque participation.

Je veux surtout te confirmer que le choix de ne pas faire de classiques fait que le plus grand français, niveau palmarès, restera Hinault. Mais si Anquetil l'avait voulu ...
Tout cela date de Paris-Roubaix 1958. Il a voulu se tester, il était très fort, a crévé (plusieurs fois de mémoire) et a déclaré à la fin de la course : c'est terminé pour les classiques. C'est une loterie. Au moins dans un Grand Tour si l'on crève on peut se refaire à condition d'être le meilleur. Pas dans les classiques.
Malgré cela il en a gagné trois, et de quelle manière : Gand Wevelgem 1964 (dans une saison qui le voit faire le doublé Giro-Tour), Bordeaux-Paris 1965 (après avoir gagné le Dauphiné ! De Gaulle avait affrété un avion pour l'acheminer de la fin du Dauphiné à Bordeaux ...) et Liège Bastogne Liège 1966, dans les circonstances que tu as découvertes toi-même.

Je te souhaite de belles découvertes encore sur lui, au plaisir d'échanger si tu en as l'envie. :jap:


merci, merci beaucoup pour ton message :chimay:

Harper faisait déjà 6ème du L[…]

Je ne suis pas trop d'accord. Thomas n'a rie[…]

Tour de France 2019

Thomas était quasiment le favori au d&eac[…]

Team Jumbo Visma - 2019

Sur le recrutement je pense qu'il ne faut pas s'at[…]

Toute l'actualité cycliste sur notre site   Accéder au site