Le forum pour discuter du cyclisme et du cyclisme uniquement, entre passionnés . Actualité, transferts, débats, analyses et courses de vélo en direct. Toute les infos sur le forum des fans de la petite reine.

Modérateur : Modos VCN

#2721537
Si le néerlandais en étant que coureur du classement général ne s'est jamais exprimé fantastiquement durant ce laps de temps(3e semaine des GT),Aru connait ses difficultés depuis son sacre sur la vuelta en 2015
ainsi est ce un problème de préparation ou un problème inné?
Si vous pensez que l'échantillon de coureurs proposés est insuffisant vous pouvez l'élargir :super:
dissertons :jap:
#2721546
AlbatorConterdo a écrit :
07 déc. 2017, 12:37
Mollema, ça me parait moins évident. Le TdF 2016 où il cède, il n'était pas malade ?
:non: il a chuté et est a craqué(pas les effets de sa chute) suite au coups de forces du duo d'AG2R(Chérel Bardet) dans la descente de Domancy
Nonobstant au Giro 2017 il était super au Blockhaus et est redevenu l'ombre de lui même en 3e semaine
#2721561
Concernant Mollema sur le Giro, je pense au contraire qu'il a moins décliné que d'habitude. Il perd quelques secondes sur chaque étape de montagne, à part la blague d'Ortisei.
Ce sont certains de ses adversaires qui ont élevé le niveau de jeu au fur et à mesure de l'avancée de la course. Nibali-Zakarin-Pozzovivo-Pinot ont presque toujours évolué à un niveau bien supérieur à Mollema dans les cols, sauf que tous se sont troués au moins sur 1 étape, certains sur plusieurs. Mollema, lui, n'a jamais pesé sur la course, mais il a limité les pertes chaque jour et fait un bon CLM en 10ème étape. Mais son niveau en haute montagne, c'était toujours 7-8ème, sauf au Blockhaus où il devait être dans un grand jour, et ce jour-là, beaucoup ont perdu très gros, lui non.
#2721568
CaramelMou a écrit :
07 déc. 2017, 13:46
AlbatorConterdo a écrit :
07 déc. 2017, 12:52
Il décline, oui, mais sans s'effondrer toutefois. Moins qu' un Aru par exemple.
:wink:
C'est bizarre j'ai pas cette impression de déclin physique en troisième semaine chez Aru (sauf le dernier TDF) alors que chez Mollema ça me semble systématique depuis le TDF 2013.
Pour Aru, je pense que c'est davantage le fait qu'il se chope presque systématiquement un refroidissement voire un virus en plein milieu de GT et le déclin physique arrivant, il finit par lâcher dans la tête. A se demander s'il ne devrait pas se spécialiser à la Vuelta s'il ne parvient pas à renforcer son système immunitaire... :euh:
#2721569
Aru a craqué deux fois en fin de GT : Tour 2016 - Vuelta 2017. Sauf que ce n'était pas des baisses de forme mais des défaillances subites et spectaculaires, sur une étape. Par conséquent je ne vois pas quelle leçon on peut en tirer. C'est tellement brusque et soudain que c'est difficilement explicable. Et ça n'a donc rien d'une habitude ou d'une quelconque caractéristique.

Sur le Tour 2017, Aru n'a pas craqué mais a vu sa forme se dégrader lors de la traversée du dernier massif. Mais là encore c'est difficile d'en tirer des conclusions sur une quelconque incapacité à tenir trois semaines. Puisque cette baisse de forme est totalement logique et expliquée par sa blessure de début avril qui l'a empêché de bien rouler pendant plusieurs semaines, à une période primordiale pour la préparation du Tour. Il a clairement manqué de foncier, mais c'est explicable.

Cataloguer Aru comme un coureur qui ne tient pas 3 semaines, c'est oublier qu'il a très bien fini les Giro et Vuelta 2014 et 2015 (soit 4 GT consécutifs) en y remportant 4 succès et en y construisant ses podiums et victoire finale.
#2721570
TVG n'attend pas forcément la fin d'un GT pour s'écrouler :elephant:


Pour Aru et le mauvais temps, pas sûr : 5ème aux Tre Cime di Lavaredo (l'étape que gagne Nibali sous la neige) à 22 ans...
Après avoir été malade quelques jours.

Tour 2016 il s'est écroulé vers Morzine (sous la flotte) mais c'était une vraie défaillance, en 2017 il décline au fil du Tour mais sans s'effondrer, sans mauvais temps non plus ?
Malade aussi apparemment, sans équipe solide pour ne rien arranger.

Il a sans doute peu de marge pour être au top dans un grand tour, il est peut-être trop maigre aussi ? (souvenir d'avoir lu qu'il s'affamait à un point flippant),
En tout cas il a quasiment toujours un coup de moins bien, soit en deuxième semaine avant de finir fort, soit à la fin...
On le voit peu ou pas brillant sur le reste du calendrier d'ailleurs, à la différence de Pinot qui a comme lui des grandes qualités physiques sur trois semaines, mais qui tiennent souvent à un fil (...qui casse parfois du coup).


Pour Mollema, c'est une catégorie en-dessous, n'a pas du tout les mêmes références, pas même un podium en GT, meilleurs résultats 4ème d'une Vuelta et 6ème d'un Tour
(Aru a une Vuelta + deux podiums Giro + des top 5, des étapes à la pelle, a porté les trois maillots de leaders)

Soit Mollema faiblit en sauvant les meubles (Giro 2017, Tour 2013 où il était quand même 2ème avant les Alpes, finit 6ème), soit il s'effondre (Vuelta 2012, Tour 2014 avec son chrono final calamiteux, Tour 2016), le Tour 2015 fait presque exception, solide jusqu'au bout et 7ème à l'arrivée.
#2721576
Pour moi, Mollema est un très bon coureur de classiques et moins un coureur de GT, mais c'est un jugement qui date de l'époque Belkin, il a peut-être progressé en récupération mais ça victoire à San Sebastian me conforte dans cette idée. Concernant Aru, difficile à dire, il a tout de même gagner en GT ce n'est pas rien !
#2721690
Pour ma part, j'avoue que pour les coureurs étrangers, je ne sais pas trop quoi en penser.
Si les médias du Tour donnaient aussi souvent la parole aux leaders et DS ou managers étrangers qu'ils le font pour les français, j'aurais peut-être une idée + claire des raisons de leur baisse de régime lors des dernières étapes.
Quelquefois j'apprends bien + tard qu'ils ont été malades ou blessés sans + de précisions, mais il arrive aussi qu'on ne nous dise rien à ce sujet.
En outre, même quand il s'agit de français, c'est pas toujours évident de connaître la vérité lorsqu'on se rend compte que le manager dit que son coureur était malade alors que, dans le même temps, le coureur en question dit qu'il n'est pas malade. Qui croire ?
#2721693
Yep pas évident de centraliser toutes les déclarations auprès des divers organes de presse internationaux. Il y a tellement de petites interviews faites à l'arrache en fin d'étape qui peuvent être précieuses.

Concernant les maladies
- d'une part en fin de GT beaucoup de coureurs et d'organismes sont un peu affaiblis donc on peut vite crier à la "maladie"... qu'on appelle scientifiquement la fatigue. :elephant:
- d'autre part, un coureur qui ne performe pas au niveau attendu par lui même aura aussi très vite tendance à dire qu'il est malade à la moindre crotte de nez avalée de travers. Alors que d'autres fois il ne va pas le mentionner. Est-ce que sa contreperformance est vraiment liée à ça ? Ou est-ce que c'est juste pour se raccrocher mentalement genre "ça va s'arranger dans quelques jours" ? Difficile d'en être sûr. Et c'est valable aussi pour une crampe au petit orteil.
#2721697
Aru et Mollema, ce n'est pas du tout ni le même problème ni le même niveau.
Les défaillances d'Aru sont liées à des pépins physiques, des maladies, des retards de preparations ces deux dernières saisons.
Mollema, lui, illustre imparfaitement le principal de Peter. Il atteint au bout de deux semaines et demi de course son seuil d'incompétence. Il se fait péter le caisson. Problème de niveau.
#2721722
allezlasse a écrit :
08 déc. 2017, 01:17
Aru a gagné son seul grand tour en renversant tout sur l'avant-dernière étape :reflexion:
C'est la réflexion que je me suis faite aussi en lisant le topic, du coup, je comprends pas trop... :scratch:

Surtout que cette année, il devait faire le Giro, et enchaîne quand même avec la Vuelta et la campagne de classiques italiennes, donc niveau caisse, ça doit plutôt bien aller
#2722453
allezlasse a écrit :
08 déc. 2017, 01:17
Aru a gagné son seul grand tour en renversant tout sur l'avant-dernière étape :reflexion:
Oui mais cette vuelta il l'a renversé au mental avec surtout un Dumoulin qui était surtout complètement éreinté
pour preuve par la suite il ne pouvait plus accrocher la roue de Majka et Quintana
sa seule démonstration majeure s'est fait au Finestre en 2015 après avoir souffert foncièrement en début de 3e semaine
#2722457
charlix a écrit :
08 déc. 2017, 02:15
allezlasse a écrit :
08 déc. 2017, 01:17
Aru a gagné son seul grand tour en renversant tout sur l'avant-dernière étape :reflexion:
C'est la réflexion que je me suis faite aussi en lisant le topic, du coup, je comprends pas trop... :scratch:

Surtout que cette année, il devait faire le Giro, et enchaîne quand même avec la Vuelta et la campagne de classiques italiennes, donc niveau caisse, ça doit plutôt bien aller
mais c'est deux dernières années il y a une certaine récurrence qui s'est instaurée en 3e semaine
#2722472
Thor8_one a écrit :
08 déc. 2017, 07:42
Alors peut-être regardons l inverse.
Il y a des coureurs qui ont tendance à être plus fort en fin de tour qu' en début... Non?
Bonne question. Ca me fait penser au 400m de Marc Raquil : on a l'impression qu'il termine mieux mais en fait il termine moins mal :green:

Je pense que c'est la qualité première des coureurs de GT, d'être bon la 3ème semaine quand les autres explosent : Pinot, Bardet, Contador, Quintana, Zakarin, Nibali ... Froome est une énigme pour moi : est-ce-qu'il est bon pendant 3 semaines ou est-ce-qu'il fait un pic de forme sur 10jours suivant le parcours et bluffe grâce à son équipe le reste du temps ? :reflexion:

Mais certains designers et décideurs n'o[…]

Sports d'hiver

Merci beaucoup! Ca fait vraiment plaisir :smile: […]

Voilà c'est envoyé!

World Ligue pour moi (Naboleon24)

Toute l'actualité cycliste sur notre site   Accéder au site