Le forum dédié aux fans d'histoire du cyclisme, de palmarès de coureurs, de courses, mais aussi de nombreux jeux organisés par nos animateurs.

Modérateur : Modos HP

Par slava.borodin
#2632251
Bonsoir,

J'aimerais un avis des experts sur mon classement historique pour l'année 1946.

20 épreuves sélectionnées soigneusement, les 20ers coureurs de chaque épreuve récompensés. Le barème est mixte : épreuves par étapes (120-90-72, etc.) , courses d'un jour (120-72-60, etc.), championnats du monde (120-84-60, etc.) et course contre le chrono (120-66-42, etc.). Le TDF vaut 100%, le Giro 90%, la Vuelta 70%, les classiques 50%, etc. Je me suis un peu inspiré de Daniel Marszalek, mais j'ai affiné le système de sorte qu'il corresponde à la réalité historique (par exemple Liège-Bastogne-Liège ne vaut pas Paris-Tours en 46, et d'ailleurs l'épreuve ne sera pas choisie pour les 3 représentants la Belgique pour le Challenge Desgranges-Colombo en 48, mais bien la Flèche Wallonne, dont le parcours est d'ailleurs plus long). Mon but est plus ou moins de créer une encyclopédie des meilleurs cyclistes d'après-guerre, ni trop fournie, ni pas assez, si bien que tout coureur classé un jour dans le Top-20 d'une épreuve importante figurera dans l'encyclopédie. J'aime bien les seconds couteaux, et surtout il m'importe de pouvoir comparer ce type de coureurs sur des épreuves semblables à travers le temps. Si ça vous intéresse, je posterai ensuite le calendrier, puis je posterai mon classement pour 1947. Je soigne le travail autant que je peux.

Image
Avatar de l’utilisateur
Par JeanMarieC
#2632346
Par rapport au classement sur mon site, la grosse différence est Camellini qui, chez moi est 9°. Il n'apparait pas du tout ici. A quelle place figure-t-il ? Il a quand même gagné Paris Nice et A travers Lausanne notamment.

J'ai aussi du mal à comprendre la 10° place de Bonduel.
Par slava.borodin
#2632913
Camellini est 37ème avec 47,5 pts. Il a pris 42 pts sur Paris-Nice et 5,5 sur Paris-Tours. Il est 7ème en 47.
Bonduel prend 24 pts sur Paris-Roubaix, 5,5 pts sur Paris-Bruxelles, 29,4 pts sur Paris-Nice, 24 pts sur Paris-Tours et 9,6 pts sur la Flèche Wallonne.

Paris-Nice en 46 ne vaut que 35% chez moi (soit 120*0,35 pour son vainqueur). Les classiques où Bonduel a pris des points, sauf la Flèche wallonne, valent 50% (et la Flèche 40%, parce que courue exclusivement par des Belges, jusqu'en 48 et son entrée dans le Challenge D-C qui amène des Italiens, dont... Camellini qui l'emportera cette année-là et où l'épreuve sera cotée comme les autres classiques du Challenge.

J'ai oublié de dire que le vainqueur d'étapes des épreuves par étape prend 10% du barème (soit 12 pts*... selon le niveau de l'épreuve).
Avatar de l’utilisateur
Par runnz
#2633005
Ton travail s'annonce passionnant et très bien construit.
Mais ton calendrier sera difficile à tenir en approchant les années 70' et encore plus après 1988 où le nombre de courses importantes sera doublé par rapport à 1946. Ce fut mon grand soucis dans mon classement "les Coureurs de l'Année" en page 2. J'ai dû virer Paris-Bruxelles en 2010, et Paris-Tours en 2012 (remplacé par le GPE3 Harelbeke) pour ne pas dépasser ma limite de 30 courses. Mais tu verras et sans doute as-tu déjà une précise là-dessus.

En tous cas, ton exemple 1946 reflète très bien les coureurs les plus en vue cette année-là.

Je donne à titre de comparaison mon classement "annuel", puis, plus bas le TOP10 ayant servi de concours où j'ai incrusté mon propre barème avec celui de CyclingRanking pour favoriser les vainqueurs des grandes courses, aspect très négligé sur ce site.

1946
1 F. Coppi .. 238
2 G. Bartali .. 221
3 B. Schotte .. 119
4 G. Bresci .. 97
5 V. Ortelli .. 96
6 E. Masson jr .. 85
6 A. Ronconi .. 85
8 F. Bonduel .. 84
9 L. Teisseire .. 82
10 S. Crippa .. 81
11 M. Desimpelaere .. 80
12 H. Knecht .. 78
13 J. Berrendero .. 75
13 R. VanSteenbergen .. 75
15 M. Kint .. 71
16 S. Grysolle .. 69
17 M. Ricci .. 68
18 A. Baito .. 65
18 M. Demuer .. 65
20 G. Cottur .. 62
20 L. Vlaemynck .. 62
22 B. Pasquini .. 61
23 A. Leoni .. 60
24 E. Bertocchi .. 59
24 E. Cecchi .. 59

TOP10 1946
1 . G. Bartali 4007
2 . F. Coppi 3694
3 . D. Langarica 2047
4 . J. Berrendero 1844
5 . B. Schotte 1689
6 . V. Ortelli 1370
7 . G. Bresci 1259
8 . R. VanSteenbergen 1246
9 . A. Ronconi 1231
10 . H. Knecht 1223


Une question aussi, que feras-tu des nombreux cas d'ex-equo jusqu'à la fin des années 50' sur certaines courses ?


Le plus difficile pour moi restant de concilier un classement annuel où il faut valoriser "tous" les coureurs ayant eu certains succès, et un classement historique où doivent inévitablement se maintenir dans les premiers rangs les plus grands champions, or, avec l'addition des résultats annuels, des Rebellin, Bitossi et Lasa devancent même des VanSteenbergen, Koblet et autres légendes, tel Gaul ou Bahamontès.
Avatar de l’utilisateur
Par runnz
#2633012
Notez.
Si Langarica n'est pas dans les 25 premiers (plutôt 30e) c'est que c'est seulement à partir de 1955 que je donne les points actuels à la Vuelta, avant, cette course avait le même barème que Paris-Nice ou le Tour de Suisse.
Par slava.borodin
#2633220
Je sais que les difficultés vont arriver avec l'apparition de courses aujourd'hui importantes ou qui le furent (Amstel, Tirreno, Francfort, Semaine Catalane, Pays Basque, pour ne rien dire des plus récentes comme les courses du Québec ou les merveilleuses Strade Bianche). L'idée est globale est : jamais moins de 20 courses, jamais plus que 30, et peut-être un ajustement au niveau des points attribués globalement. D'un autre côté, ne pas perdre de vue ceci que le peloton des années 46/50 n'est pas très étoffé et qu'il était par conséquent plus facile de remporter le Tour de Suisse en 46 avec 60 partants qu'en 2017 avec le triple de coureurs au départ. Je suis attentif aussi à la valeur réelle des courses (leur réputation) à l'époque. Pour nous, Liège-Bastogne-Liège fait partie des "big 5", mais en 46 l'épreuve n'est pas très prisée, elle fait à peine 200 km et ne sera pas retenue pour le Challenge Desgranges-Colombo. Et curieusement, elle ne sera pas hautement considérée ensuite par le Super Prestige Pernod. Certaines anciennes courses sont aussi trompeuses. Prenons le Championnat de Zurich en 46 : Bartali vainqueur ! Ce doit être une grande course ! Or, la course ne fait que 180 km et il y a 30 mecs au départ. Autant dire une kermesse. Nous sommes parfois trompés par le palmarès. C'est comme si nous regardions aujourd'hui Halle-Ingooigem comme une grande épreuve historique parce qu'on trouve à son palmarès Van Steenbergen, Van Springel, De Vlaeminck ou Vanderaerden. Pas oublier que jusque dans les années 80, le salaire des coureurs n'était pas ce qu'il est devenu et que les primes de victoire n'étaient pas à négliger, d'où présence forte de cadors sur des courses de second et troisième niveau.

Si je n'avais pas voulu qu'il y ait au moins 20 courses minimum dans mon calendrier, j'aurais dû écarter le Championnat de Zurich, Liège-Bastogne-Liège (faible kilométrage par rapport aux standards de l'époque) et même la Flèche Wallonne (qui n'intéresse que les Belges avant 48, tout comme Gand-Wevelgem qui, jusque tout récemment, n'était jamais qu'une course de consolation, une séance de rattrapage pour les perdants de Ronde, et pas du tout un objectif, sinon pour les seconds couteaux comme Hoban, Karstens, Van Linden, etc.). Paris-Bruxelles et Paris-Tours étaient par contre des objectifs en 46. Mon idée, c'est qu'il est plus facile de faire un top-10 dans une classique en 46 pour un Prosper Depredomme qu'en 2017 pour un Van Avermaet. Sinon je pense que, à palmarès moindre, un coureur qui gagnait une course avec 10 minutes d'avance sera toujours plus considéré qu'un coureur actuel avec un plus gros palmarès mais qui gagne avec 12 secondes d'avance, parce qu'aujourd'hui on ne gagne plus avec même deux minutes d'avance. Alors évidemment, on regardera toujours des Coppi/Bartali avec des yeux grands comme ça.

L'internationalisation des courses est aussi un critère. D'où exclusion des semi-classiques italiennes. Je n'exclus d'ailleurs pas de revoir le calendrier ou le barème de certaines courses après coup (ma manière de travailler le permet sans y passer une année). Pour la valorisation de la Vuelta... Je l'ai mise à 70%, parce que si la course est peu achalandée (48 partants), elle dure trois semaines (23 étapes) et son kilométrage est de 3847 km (contre 3039 pour le Giro en 46, avec 79 partants). Pour moi, il y a trois niveaux de courses par étapes : les GT, les courses d'au moins une semaine, et le reste. Il n'est donc pas possible que le Tour de Suisse puisse valoir autant que le la Vuelta. Maintenant, si le TDF est à 100 et la Tour de Suisse à 50, à combien mettre la Vuelta en 46 ? 60, 70, 75 ? C'est peut-être d'ailleurs une mauvaise question pour cette année-là, puisque le TDF ne reprend qu'en 47. D'ailleurs si le TDF est la course-étalon, fixée à 100, est-ce que le Giro est à 90% ou à 80% ? Est-ce que désormais le Giro ne vaut pas autant que le TDF, et la Vuelta pas loin ? Je ne dois pas être le seul à trouver que le TDF est actuellement survalorisé et qu'il vit sur son passé. Autre remarque : la nationalité du compilateur. Je suis Belge, donc tendance à valoriser, parce qu'elles me sont plus familières, les courses de mon pays. Se méfier de ça.

Pour la problématique du classement historique global, il est certain que les coureurs à la longue carrière et toujours bien placés un peu partout (Zoetemelk, Poulidor, Bitossi, et) finiront toujours dans un tel classement devant les coureurs à la carrière plus courte et qui furent des cadors. D'un autre côté, est-il possible de comparer Ocaña, coureur génial mais pour le moins fantasque et à éclipses, avec, pour prendre un coureur de la même époque, et qui je crois se situe plus ou moins de même niveau question points pris, Raymond Delisle ? Est-ce que Indurain, coureur focalisé sur le Tour de France et qui en a gagné 5, est un plus grand coureur que Gimondi qui n'en a gagné qu'un seul ? Je ne pense pas, car Gimondi était présent partout ailleurs. Et était-il au fond un plus grand coureur que Nencini ou Bitossi ou Zilioli ? Au vu du TDF, oui. Sinon, ben, bof. Il y aussi ceci : nous nous accorderons pour dire que la période 65/75 était certainement la plus riche en cadors. Quel aurait été le palmarès des autres coureurs sans Merckx ? Est-ce que Merckx les a étouffés ou au contraire poussés ? Sans la volonté de battre Merckx, quid de Verbeeck, Godefroot, De Vlaeminck et consorts ?

Additionner les points purement et simplement pour faire un classement global ne doit pas être l'objet final, sinon, de fait, on va se retrouver avec des aberrations et une forte présence de coureurs à longue carrière et une dévalorisation apparente de coureurs à la carrière plus brève ou spécialisés. Mais doit-on punir Poulidor et Zoetemelk d'avoir duré tout en demeurant performants ? Après tout, Bartali aussi a eu une longue carrière, et malheureusement la guerre l'a pénalisé fortement. On ne saura donc jamais ce qu'aurait fait Bartali sans la guerre. Et les coureurs dont la carrière a été brisée (accident, décès prématuré), comment leur faire justice ? Rivière, Monseré ? Impossible.

Idéalement, il faudrait s'en tenir aux 20 meilleures courses d'une année donnée, en prenant pour base la valeur des mêmes courses les 5 années précédentes. Il existe une méthode pour y parvenir, mais c'est long. Cela signifierait aussi qu'une course ne pourrait pas être prise en compte avant d'avoir fait ses preuves au moins 3 années sur les 5 années précédentes. Pour utiliser cette méthode que j'ai mise au point, je dois attendre d'avoir 5 années, donc pas avant 51. Et cette méthode permet de connaître la réelle valeur d'une course à une époque (j'ai utilisé cette méthode à partir de 2011, donc en prenant comme base toutes les courses du calendrier, jusqu'aux courses 1.1 et 2.1, de 2006, 2007, 2008, 2009 et 2010). Et idéalement aussi, il faudrait qu'il y ait un ratio entre les courses d'un jour et celles par étapes (qui se multiplient depuis des années, inutilement à mon goût), afin de respecter une certaine équité. Ça veut dire que sur 20 courses de référence, il y aurait un ratio strict, calculé sur la réalité du calendrier, du genre 12/8, qui signifierait en pratique que je m'en tiendrait aux 12 meilleures épreuves en ligne et aux 8 meilleures par étapes. Avec ce système, on se passe du World Tour où la preuve est faite (mon expérience que certaines épreuves ne méritent pas de figurer à ce niveau : Tour de Pologne, Down Under et Tour du Benelux dans une moindre mesure, preuves sportives à l'appui.

Je pense que tout classement compilatif est à relativiser de toutes manières et qu'il faut toujours mettre en parallèle certaines données : le palmarès du coureur au moment de la course (quand Van Steenbergen gagne son premier Ronde en 44, il a 19 ans, si bien que pour les spectateurs de l'époque, ce n'était pas le grand Rik qui gagnait, mais un petit jeune, peut-être une erreur de parcours), les écarts, voire la météo, car cela joue : la Doyenne de Hinault sous la neige est entrée dans la légende, tout comme l'étape du Giro gagnée par Hampsten.

Si on regarde les autres sports, par exemple la F1 ou le rallye, ce n'est jamais le pur génie qui est récompensé en fin de saison, mais le plus régulier. Parfois, ça concorde. Alors s'il s'avère que Zoetemelk figure plus haut dans les classements que Bartali (j'ai un doute quand même), un coup d’œil sur le palmarès permet de rétablir la justice. On ne trompera de toutes façon pas un spécialiste. Tout le monde adorait Lucho Herrera. Mais voilà, ce n'était pas Gaul ni Bahamontès.

Pour les exæquos, je les traite normalement. Si la douzième place accorde 13 pts, eh bien les 8 coureurs classés 12ème auront chacun 13 pts (*0,5 dans le cas d'une classique). Je ne peux faire autrement, hélas ! Ou alors il faut additionner les points de la place 12 à 20 et faire la moyenne (donc 13 + 11 + 9 + 7 + 5 + 4 + 3 + 2 + 1 = 55 ; 55/8 = 6,875). C'est peut-être plus juste ainsi, d'ailleurs, je vais y réfléchir.

Pardon d'avoir été si long et peut-être confus.
Par slava.borodin
#2633244
Pour les exæquos, c'est en effet plus cohérent de faire selon ma dernière suggestion. Je viens de tester ça sur Paris-Bruxelles 1948. 18 coureurs exæquo entre la 9ème et la 27ème place. en suivant la méthode 1 : tous les coureurs ont 21 pts. Selon la méthode 2 : 109 pts/18 = 6,05.
Avatar de l’utilisateur
Par runnz
#2633258
Dans le genre, tu me semble un cador. :smile:

Le point que tu sembles cependant négliger c'est la valeur absolument supérieure du TDF au Giro (même les plus difficiles), surtout depuis sa diffusion planétaire. À en juger le nombre de journalistes, de télés, de fréquentations sur les sites du net dédié au sport, le Tour est 3 fois plus important que le Giro en terme de publicité. Cela se répercute inévitablement sur la pression des favoris qui veulent obtenir une réputation mondiale avec leurs équipes qui poussent derrière.
En fait le Tour ne peut presque pas se comparer aux deux autres en terme d'importance, le Tour de France à lui seul représente le cyclisme pour la moitié de la planète. Les Classiques restant inconnues hors de la vielle Europe je ne souhaites pas évaluer. Je comprends cependant que pour l'évaluation des champions entre experts et archivistes, on se doit de donner un portrait plus réaliste en accordant aux autres épreuves un barème permettant de comparer les meilleurs sur la saison complète. Juste pour dire que niveau pression médiatique (qui se reflètent sur la tension des favoris) le Giro à 90% du Tour (actuellement) c'est pas très sérieux puisque les candidats espérant faire podium en juillet misent toutes leur préparation hivernale en vue du Tour et rien d'autres pratiquement.
Mais bon 70 ou 75% me semble un bon compromis. Mon humble opinion. :jap:

La Vuelta de par son passé peu glorieux, est bien en dessous malgré leur orgie de courses de côte qui a la beauté de faire varier le CG presque à chaque jour, mais où la plupart n'y sont que pour se tester sur 3 semaines.
Avatar de l’utilisateur
Par JeanMarieC
#2633455
Je ne suis pas d'accord sur le passé "peu glorieux" de la Vuelta.
Certes, les participants étaient surtout espagnols à l'exception de quelques courageux (belges notamment), mais les parcours étaient très difficiles (voir l'histoire de ces Vuelta dans Coups de Pédales).
C'est pourquoi je donne le même score à la Vuelta depuis le début de son existence jusqu'à nos jours.
:wink:
Par slava.borodin
#2633855
J'ai mis au point une méthode très complexe pour connaître la valeur sportive d'une course. Elle demande énormément de travail, mais elle est fiable et c'est une excellente base de travail pour les courses historiques. J'explique en gros.

Elle consiste à admettre une convention au départ, pour les 5 premières années (car le système ne marche bien que si on juge une course sur les résultats des 5 années précédentes) : choisir "arbitrairement" 20 courses de référence pour les cinq premières années, ensuite ça roule tout seul. Mais il faut bien commencer quelque part.

Pour 1946, je prends les courses de mon calendrier (assez peu discutable, et d'ailleurs je pourrais enlever les plus faibles), et j'applique un barème strictement égal pour toutes les courses, aux 20ers :

100, 75, 60, 50, 45, 40, 35, 30, 25, 20, 15, 13, 11, 9, 7, 5, 4, 3, 2, 1. Étapes : 10% du vainqueur, dont 10 pts.

J'obtiens donc une hiérarchie de coureurs :

Image

Elle va me servir pour hiérarchiser les courses de l'année suivante. Je ne conserve pas les points bruts, tout d'abord. Je réduis le score du premier à la valeur 100 (donc Coppi 480 = 100). Et ainsi de suite, les suivants hiérarchisés par rapport à la valeur réduite du premier. Donc Bartali avec 403 pts obtient 403*100/480 = 83,96. On fait tout le classement 46 ainsi. Quand j'ai commencé cette méthode, je considérais les points bruts, mais Merckx cannibalisait tout et les trois-quarts des courses des années 66/75 devenaient des courses de la plus haute catégorie, parce qu'il suffisait que Merckx fasse un top-10 dans les courses pour propulser la course au sommet, même après 5 ans ! Ce c... (*) m'a foutu tout par terre.

(*) cannibale :genance:

Pour l'année 47 qui m'intéresse, voici la méthode. L'idéal est de faire tout le calendrier (et c'est là qu'il y a du travail !). Les points pris par les coureurs en 46 vont me donner la valeur d'une course donnée en 47. Je m'en tiens aux dix premières places. Le premier prend 100% de ses points, le second 75, le troisième 60, et ainsi de suite jusqu'au 10ème qui rapporte à la course 20% de ses points réduits de l'année précédente. Prenons un exemple concret avec Paris-Roubaix 47.

1. Georges Claes (100% de ses points 46, donc 27,08 pts)
2. Adolf Verschueren (75% de 3,13, donc 2,35 pts)
3. Louis Thiétard (60% de 18,75, donc 11,25 pts)
4. Raymond Impanis (50% de 0, donc 0 pts)
5. Albéric Schotte (45% de 65,63, donc 29,53 pts)
6. Olimpio Bizzi (40% de 2,08, donc 0,83 pts)
7. Edouard Fachleitner (35% de 12,5, donc 4,38 pts)
8. Maurice De Muer (30% de 38,13, donc 11,44 pts)
9. Lucien Teisseire (25% de 33,71, donc 8,43 pts)
10. Lucien Vlaemynck (20% de 26,25, donc 5,25 pts)

Avec cette méthode, plus un cador de l'année précédente est classé haut, plus il donne de points à la course.

On fait l'addition des points de la course : 100,54 pts. voilà ce que vaut le Tour des Flandres en 47. On peut comparer avec les courses au calendrier cette année-là. On obtient une hiérarchie annuelle précise, et des rapports de force entre les courses. Évidemment, une seule année pour juger une course, ce n'est pas assez, car il peut y avoir une année blanche ou faible (échappée bidon de 8 coureurs). D'où l'idée des 5 années (pour ma part, je considère qu'il faut au moins 3 courses sur les 5 années précédentes pour être pris en considération, ce qui revient à dire qu'une course qui existe depuis moins de trois ans ne peut pas être prise en considération : elle doit faire ses preuves). Si j'ai tous mes résultats sur 5 ans de toutes les courses du calendrier (je m'en tiens aux niveaux 1.1 et 2.1 et supérieurs pour les courses actuelles), je peux faire la moyenne pour chaque épreuve. Ainsi, si je fais ça (avec mes 20 courses de référence choisies "arbitrairement" ces années-là) pour 46, 47, 48, 49 et 50, j'obtiendrai pour 1951 une hiérarchie sportive stricte, et ainsi le problème de Runnz est réglé quant à connaître, pour aujourd'hui, les courses à considérer pour ses classements historiques, qu'il veuille s'en tenir à 20, 25 ou 30. Et si je continue, pour 52 l'année 46 tombera et 51 sera prise en considération.

Maintenant, nous n'avons que des chiffres et nous avons besoin de catégories pour appliquer un barème. C'est ici qu'apparaît la notion de course parfaite. La course parfaite serait une épreuve de 1947 qui verrait arriver dans cet ordre les 10 meilleurs coureurs de l'année précédente, ce qui n'arrive jamais. La course parfaite en 47 résulterait donc de l'addition :

100,00*1
83,96*0,75
65,63*0,6
52,08*0,5
47,92*0,45
43,96*0,4
38,13*0,35
37,46*0,3
36,46*0,25
33,71*0,2

Soit : 307,97 pts. C'est à partir de cette valeur que je positionne les courses de l'année pour déterminer les catégories. Pour mon exemple, le Tour des Flandres vaut 100,54 pts par rapport à la perfection qui est 307,97 pts. Je ne vous dis pas comment je fais pratiquement pour créer mes catégories (c'est mon petit secret breveté !), mais ensuite on peut faire pour les temps passés un classement UCI fiable, soit en prenant toutes les courses du calendrier ou seulement 50 ou 40 ou 30 ou 20, mais toujours les meilleures d'après la réalité et non reconstruit d'après les courses actuelles. Donc une fois que je sais ce que vaut le Tour des Flandres une année donnée (moyenne des 5 années précédentes), je sais ce qu'il vaut dans sa catégorie (courses d'un jour par rapport aux autres courses : Halle-Ingooigem, Plouay, Trois Vallées Varésines, etc.). C'est objectivement un travail fascinant à faire, et passionnant... mais loooooong !
Avatar de l’utilisateur
Par runnz
#2634049
Bravo, je comprends le principe et il est excellent. J'avais tenté une hiérarchie des courses aussi, mais je n'étais pas satisfait du résultat. Mais ton système sera très fiable, je n'ai pas trop de doutes là-dessus.
* C'est Paris-Roubaix ton exemple 1947, mais tu dis le Tour des Flandres par la suite, simple lapsus.

Pour le statut de la Vuelta, je juge que les premières éditions sans continuité, malgré leur dureté, avait d'un point de vue international (disons plus Europe des champions (France, Belgique, Italie, Suisse...)) la même valeur qu'on peut accorder au Tour d'Autriche aujourd'hui. Et puis elle favorisait beaucoup trop les Espagnols qui sont pratiquement seuls à ramasser de gros points durant la guerre ce qui fait une sacrée distorsion. C'est pourquoi mon choix de la mettre sur le même pied que le Tour de Catalogne qui était bien mieux organisé et plus régulier. Mais bon, finalement, par facilité, mes derniers classements historiques, je fais comme vous deux, je donne les mêmes points à la Vuelta 1942 qu'à l'édition 2016. Un cran en dessous des deux autres GT vraiment historique ceux-là.
Par slava.borodin
#2634081
On dirait que j'ai une particulière appétence pour le Ronde ! :belgique:

Mon système peut être adapté et surtout il ne faut pas trop de rigidité non plus. Je l'ai utilisé à partir de 2011 (sur base des saisons 2006, 2007, 2008, 2009 et 2010) jusqu'à 2015 et ça marche très bien. Seulement j'ai commis une erreur : choisir pour références les courses de l'UCI World Tour (dont le nombre augmentait chaque année) et utiliser les points bruts de l'année précédente. Je me suis aperçu du piège en faisant un test sur les années Merckx. Alors j'en ai eu gros sur la patate : mon beau système tombait à l'eau. Mais j'ai une petite cervelle et je m'en sers, et puis je suis têtu, donc j'ai persévéré, creusé et mis au point la méthode des 20 courses de référence (pour déterminer le niveau des courses de l'année suivante) et surtout celle des points réduits à 100. Je vais refaire tout le travail, mais à partir de 46, et de 51 pour les moyennes de courses sur 5 ans (il n'y a pas de dégât, puisque le choix des courses pour les premières années d'après-guerre n'est pas très difficile, donc fort peu arbitraire).

J'ai instauré quelques règles de base, comme par exemple que si la plus haute course (un GT, forcément) valait 100, une classique valait 50, jamais plus. Le plus faible des GT, jamais en dessous de 70 (sauf si très faible, c'est à voir : le cas de la Vuelta juste après guerre — mais alors 65 ou 60%). Pour les courses par étapes, j'ai 4 niveaux : les GT, les courses de la grande semaine (7 jours et plus), celle de la petite semaine (5 jours), et le reste. Par exemple une course de 5 jours pourrait valoir autant qu'une course de 7 jours et plus, mais pas une course de niveau inférieur, qui pourrait atteindre le niveau immédiatement supérieur (sur la base de la moyenne sur 5 ans). Ceci, pour éviter de se retrouver avec un Critérium International au niveau de Paris-Nice ou du Tour de Suisse. Pour les courses d'un jour, il est possible de protéger certaines épreuves, mais en réalité elle n'en n'ont pas besoin. Pour les années 2011/2015, j'avais protégé le C-5 (les 5 classiques historiques) et gagner l'une d'elle rapportait 280 pts au vainqueur (500 pts moins les étapes pour le TDF). C'était une super catégorie. La catégorie en dessous était à 240 pts, puis 200 pour les 2.HC. 4 courses d'un jour se détachaient : Liège-Bastogne-Liège, Amstel Gold race, Flèche Wallonne et CM s/route (barème particulier pour ce dernier).

PS - le critère "que des Espagnols" n'est pas forcément pertinent, parce qu'en 46, Milan San Remo, c'est un Top-20 de 19 Italiens et un Français. Top-20 de la Flèche Wallonne 46, 20 Belges. Top-20 de Liège-Bastogne-Liège 46, 19 Belges, un Français. 40 coureurs classés au classement final du Giro 46, tous Italiens ! J'entends bien toutefois que Bartali et Coppi, ça donne plus à rêver que Langarica et Berrendero, mais néanmoins, il n'y a pas un seul étranger classé au Giro 46. Le Top-20 de la Vuelta 46, c'est 15 Espagnols, 2 Hollandais, 2 Suisses, un Portugais. Comme quoi...
Par slava.borodin
#2652319
J'ai mis au point une méthode (qui marche avec celle explicitée plus haut) permettant de qualifier exactement des épreuves par étapes, les unes par rapport aux autres et à travers le temps, au lieu de le faire au gros doigt bien mouillé.

Le principe premier, donc, c'est de suivre ma méthode ou une méthode similaire (telle course vaut aujourd'hui la moyenne des 5 années précédentes). La moyenne des indices annuels me donne donc un chiffre que j'exploite ensuite. Que valent les 3 GT en 2011, sur la base de leurs indices annuels de 2006, 07, 08, 09, 10 ? Je vous donne les chiffres (je ne ramenais pas encore à l'époque les points pris par les coureurs sur les courses de référence à la base 100, mais c'est la démonstration qui importe ici et non la justesse du calcul).

TDF : 510,26 pts (base 100 = 100)
Vuelta : 450,28 pts (base 100 = 88,25, ramené au degré barémique 85)
Giro : 324,12 pts (base 100 = 63,42, ramené au degré barémique 60)

Vous comprenez tout de suite que si le TDF vaut 100 (c'est-à-dire 100% du barème de la classe GT, la Vuelta vaut 85% et le Giro 60%). En 2011.

Le truc embêtant en jouant avec les moyennes indicielles, c'est que des courses mineures (par rapport aux GT) obtiennent parfois plus de points que des GT. Ainsi en 2011 le Tour du Pays Basque (440,75 pts) et le Dauphiné (438,90 pts). Comme la Vuelta, plus que le Giro. Or, on ne peut pas décemment accorder plus de points au vainqueur du Dauphiné qu'à celui du Giro. C'était sans compter sur mon génie et ma tête chercheuse ! :pompom:

J'ai créé 4 catégories de barèmes pour les courses par étapes, en fonction de la longueur des courses (en jours).

GT : grands tours, 3 semaines de course
T1 : tours de la grande semaine et plus : 7 jours au moins
T2 : tours de la petite semaine : 5 jours
T3 : tours ou épreuves de 2, 3 ou 4 jours

Ces catégories correspondent à des barèmes classiques :

GT : 500, 375, 300, etc.
T1 : 240, 180, 144, etc
T2 : 160, 120, 96, etc.
T3 : 120, 90, 72, etc.

Appliquons la méthode Slava :

Le TDF en 2011 vaut 100% de son échelle barémique, donc 500, 375, 300, pour le podium, etc. La Vuelta vaut 85%, donc son vainqueur recevra 500*0,85 = 425. Et pour le Giro qui vaut 60% du TDF : 500*0,6 = 300. On peut s'insurger, mais impossible d'être plus près de la valeur sportive réelle des courses à un moment donné, basée sur le palmarès récent et calculé précisément. Si un Tour du Brésil de trois semaines voyait le jour et obtenait par exemple la faible moyenne sur 5 ans, de, disons 20 (sur base 100), eh bien son vainqueur recevrait 500*0,2 = 100 pts. Ce Tour serait dans la catégorie GT, mais accorderait logiquement moins de points que la meilleure épreuve de la catégorie T3 (Critérium International). La seule différence, c'est qu'au fil du temps et du succès, si des cadors y vont et s'y illustrent, la course pourrait valoir un Giro, une Vuelta, un TDF, mais pas le Critérium, bloqué dans sa catégorie par son nombre de jours de courses.

Si je suis ma méthode, la course qui obtient sur 5 ans le meilleur score de sa catégorie (GT, T1, T2, T3) vaut 100% du barème. Ce qui fait que le vainqueur du Tour du Pays Basque (catégorie T2) aura 160 pts, donc moins que le vainqueur du Giro (300), bien que la course aura eu une moyenne plus haute. et celui du Dauphiné 240 pts, malgré que la course ait une moyenne légèrement plus faible que le Tour du Pays Basque. Et chaque course suivante est réglée barémiquement sur la meilleure course de sa catégorie.

Exemple pour la catégorie T1 en 2011 (moyenne indicielle sur 5 ans ramenée en valeur 100)

Critérium du Dauphiné : 100
Paris-Nice : 85
Tour de Suisse : 75
Tirreno-Adriatico : 65
Tour de Californie : 55
Tour de Catalogne : 50
Tour de Pologne : 40
Eneco Tour du Bénélux : 40
Tour d'Autriche : 15

Un seul barème pour la catégorie, mais avec des degrés. Finies les catégories fourre-tout ! Les courses remises à leur juste place sportive.

La méthode doit être aussi appliquée aux courses d'un jour, mais là, c'est un chouia plus compliqué.

Pour les épreuves contre la montre, je pense qu'il faut considérer le kilométrage. Il serait absurde qu'un CLM de 45 km soit mieux rétribué que le GP des Nations de la grande époque (140 km). Donc créer des catégories CLM sur le modèle des courses par étapes. Du genre :

Cat. 1 : 126 km et +
Cat. 2 : de 101 à 125 km
Cat.3 : de 76 à 100 km, etc.

Avec barème correspondant. Donc si 140 km = 100% (des points du barème), alors 100 km (GP de la Suisse fin des années 40) = 71,42, donc 70%. Faut juste fixer un barème.

J'y réfléchis. Et aussi pour les courses spécifiques ou spéciales (courses de côte brèves : À Travers Lausanne, Montjuich), CLM en duo (Baracchi), voire Bordeaux-Paris qui méritent un traitement particulier (impossible de donner autant de points au vainqueur d'À Travers Lausanne -- 4,5 km en côte -- qu'au vainqueur de Paris-Roubaix ! Simple question de bon sens.

Mon système est donc un peu semblable au Super Prestige Pernod, sauf que chez moi c'est arithmétique, et surtout toutes les courses du calendrier sont prises en considération, à condition de valoir au moins 10% de la meilleure course de sa catégorie (donc pour les courses par étapes, le plus bas degré du barème serait 120*0,1, soit 12 pts pour le vainqueur d'une telle épreuve : en 2011, le Tour de la Communauté de Madrid). Et encore, je me demande s'il faut calculer ces 10% par rapport à plus forte épreuve par étapes (ce que j'ai fait dans mon modèle), ou seulement à celle de sa catégorie ? Parce que 10% du TDF (510,26 pts), ce n'est pas 10% de la meilleure course de la catégorie T3 (le critérium International : 266,64 pts). C'est à voir. Il y aurait plus de courses à considérer. Tout dépend ce qu'on veut faire. J'aimerais pouvoir faire des classements historiques dépassant les 10 à 15 courses considérées traditionnellement, sans prendre non plus en considération toutes les courses du calendrier, mais sans en éliminer arbitrairement non plus).

Some questions ? Ou des :colere: ?
Par slava.borodin
#2652485
Voici les 20 premières courses d'un jour pour 2011. On voit tout de suite qu'il n'est pas possible d'aligner toutes les courses sur la première d'entre elles. Il faut donc ici suivre la hiérarchie de l'UCI, en appliquant les degrés barémiques. Cela repousserait une course comme la Klasika Primavera, sinon supérieure à Paris-Roubaix, mais peut-on créer une hiérarchie entre les classiques ? Que Paris-Roubaix ait une moyenne inférieure à Lg-Bastogne-Lg est logique (fin des années 40, c'est le contraire) : les coureurs de tours ne s'y risquent pas, l'épreuve en plus d'être dangereuse a un côté aléatoire : crevaisons ou chutes plus nombreuses. D'un autre côté, des coureurs aussi de tours (Merckx, Gimondi, Kuiper...) ont brillé sur Paris-Roubaix. Alors, considérer qu'un Paris-Roubaix en 2017 vaut moins que la même course en 55 ou en 73 ? Après tout Lg-Bastogne-Lg vaut plus aujourd'hui qu'en 47 (à peine 200 km, non reprise pour le Challenge Desgranges-Colombo, au contraire de la Flèche Wallonne moins importante, elle, aujourd'hui qu'en 1950).

Image

Il y a aussi une solution. C'est de considérer qu'il existe toujours 8 classiques (en gros, les 8 épreuves d'un jour du Challenge D-C en 51), mais pas toujours les mêmes (au fil des années on verrait Paris-Bruxelles et sans doute Paris-Tours disparaître de la plus haute catégorie pour être remplacées par... l'Amstel sans doute, rapidement, Gand-Wevelgem ensuite, peut-être, et très certainement les deux courses québécoises aujourd'hui -- Paris-Roubaix sauterait du Top-8, j'en suis sûr. Les Strade Bianche deviendraient aussi rapidement une épreuve de tout premier plan. Bref, doit-on figer certaines épreuves au titre de classiques ? Et si oui, pourquoi admet-on la relégation de Paris-Tours ? Et pourquoi considère-t-on Lg-Bastogne-Lg comme une classique majeure pour tous les temps, alors qu'elle était une épreuve somme toute banale avant les années 50 et son kilométrage amélioré (en 49) ? Ma méthode refuse les préjugés. Ou bien encore, pour la période du CDC (48-58), faire la moyenne des 7 courses d'un jour (8 à partir de 51) et considérer cette moyenne comme la valeur étalon ( = 100% du barème) et mettre les autres courses en rapport. Les 7 (et 8) épreuves auraient ainsi la même valeur (par exemple 240 pts pour le vainqueur), sans l'application des degrés barémiques ? Possible, mais ensuite, après le CDC et en attendant les classifications de l'UCI ? Contrairement à la catégorie des courses par étapes, où le nombre de jours de course joue, il est difficile de décréter que x courses sont supérieures aux autres, surtout que si c'est vrai pour la supériorité, on ne saurait décider ainsi combien de courses et lesquelles exactement, en partant de 1946 à nos jours. Soit on surestime (Lg fin des années 40), soit on sous-estime (des épreuves qui n'existent plus depuis 40, 50, 60 ou 70 ans). Ma méthode veut précisément mettre tout cela à plat. Mais pas non plus en obéissant à un modèle mathématique rigide (dont j'ai démontré qu'il pouvait être absurde, appliqué strictement).

Any suggestion or idea ?
Avatar de l’utilisateur
Par runnz
#2653176
Très complexe mais je comprends puisque cette façon de faire varier la valeur des courses m'a déjà passionné, je me doutais bien que tu serais fatalement être obligé de faire des catégories pour les "petites courses" attirant des nombreux grands coureurs. Souvent sur invitation comme le Critérium des As, À travers Lausanne, le GP de Lugano et la plupart des épreuves CLM.

En passant dans la perspective d'obtenir un classement "ultime" que deviennent les victoires d'étapes ? Les meilleurs sprinters seront presque tous absents d'une éventuel TOP200.

J'ai retrouvé mes stats de 2012, sur une hiérarchie des courses les plus prestigieuses.
Elles sont basées sur une sélection des coureurs les plus importants qui sont régulièrement listé sur divers TOP200 en ajoutant quelques vedettes montantes pour ne pas pénaliser les courses actuelles. Les totaux sont le nombre de fois où un des coureurs "listé" est apparu dans les dix premiers de la course.

Il faut garder à l'esprit que ce classement n'est qu'un indicatif puisque des courses ont eu des éditions en moins.

Celles ayant le plus de présences de champions jusqu'en 1940.

1 . Paris-Roubaix … 263
2 . Tour de France … 247
3 . Milan San-Remo … 213
4 . Paris-Tours … 189
5 . Championnat d'Italie … 188
6 . Tour de Lombardie … 172
7 . Bordeaux-Paris … 164
8 . Paris-Bruxelles … 159
9 . Tour d'Italie … 157
10 . Championnat de France … 130
11 . Championnat de Belgique … 116
12 . Milan-Modene … 115
13 . Tour d'Emilie … 104
14 . Tour du Piemont … 99
15 . Tour du Milanais … 98
16 . Circuit de Paris … 95
17 . Tour des Flandres … 94
18 . Tour de Belgique … 91
19 . Rome-Naples-Rome … 78
20 . Milan-Turin … 72
21 . G.P Wolber … 70
22 . Tour de Romagne … 67
23 . Tour de Toscane … 66
24 . Liège-Bastogne-Liège … 64
25 . Championnat du Monde … 55
26 . Paris-St.Etienne … 52
27 . Championnat des Flandres … 49
28 . Criterium des As … 46
29 . Tour de Venetie … 45
30 . Tour du Pays basque … 43


1940 à 1950

Milan San-Remo … 72
Tour de Lombardie … 55
Tour de Toscane … 45
Championnat d'Italie … 44
Tour d'Italie … 42
Tour du Latium … 33
Tour de Venetie … 31
Coppa Bernocchi … 31
Tour d'Emilie … 30
G.P. des Nations … 30
Paris-Roubaix … 28
Tour des Flandres … 28
Paris-Tours … 28
Trois Vallées Varésines … 28
Tour de Romagne … 26
Tour de Campanie … 25
Championnat du Monde … 24
Circuit des régions Flamandes … 23
Tour de France … 22
Paris-Bruxelles … 21
Tour de Catalogne … 21
Tour du Milanais … 21
Criterium des As … 20
Tour du Piemont … 20
Championnat de Zürich … 20
A traves Lausanne … 20
Championnat d'Espagne … 19
Tour de Suisse … 18
GP de Prato … 17
Milan-Modene … 17
Trophée Baracchi … 16
Critérium national … 15
G.P de l'Escaut … 14
Mont Agel … 14
GP du Pneumatique … 14
Tour d'Espagne … 13
Milan-Turin … 13
Milan-Mantoue … 13
Tour de Romandie … 12
Coupe Sels … 12
Tour du Limbourg … 12
Gand Wevelgem … 11
Liège-Bastogne-Liège … 10
Paris-Nice … 10
Crit.du Dauphiné Libéré … 10
Tour du Luxembourg … 10


1951 à 1960

Trophée Baracchi … 95
Milan San-Remo … 83
Tour de France … 78
Tour d'Italie … 76
Championnat du Monde … 73
Rome-Naples-Rome … 71
Paris-Roubaix … 68
Criterium des As … 62
Championnat d'Italie … 56
Tour des Flandres … 54
Tour de Lombardie … 50
La Flèche wallonne … 49
Milan-Turin … 49
Paris-Nice … 48
G.P de Lugano … 48
Paris-Bruxelles … 45
Tour du Latium … 44
Tour de Calabre … 44
Liège-Bastogne-Liège … 43
Trois Vallées Varésines … 43
Championnat de France … 42
Tour de Romandie … 42
Critérium national … 41
Tour d'Emilie … 40
Tour de Suisse … 39
Tour de Campanie … 39
Paris-Tours … 38
Bordeaux-Paris … 37
Tour de Toscane … 37
Sassari-Cagliari … 37
Tour de Romagne … 36
Gand Wevelgem … 35
Tour du Piemont … 34
GP de Prato … 34
Crit.du Dauphiné Libéré … 33
Tour de Apennins … 33
3 Jours d'Anvers … 33
Coppa Bernocchi … 32
Tour de Venetie … 31
G.P Martini … 30
G.P. des Nations … 29
Tour d'Espagne … 28
Het Volk … 26
Tour du Sud-Ouest … 26
Championnat de Belgique … 25
Mont-Faron clm … 24
Gênes-Nice … 23
Tour de l'Ouset … 22
Championnat d'Espagne … 21
Circuit des 3 villes soeurs … 21
Tour du Tessin … 21
Midi Libre … 20
A travers la Flandre … 20
Circuit des Boucles de la Seine … 20
GP de l'Echo d'Alger … 20


1961 à 1970

Tour d'Italie … 77
Trophée Baracchi … 77
Tour de France … 73
Tour de Lombardie … 73
Criterium des As … 73
Paris-Roubaix … 72
Championnat du Monde … 67
Paris-Nice … 65
Tour des Flandres … 59
Milan San-Remo … 56
La Flèche wallonne … 56
Liège-Bastogne-Liège … 55
Tour de Sardaigne … 55
Paris-Tours … 46
Gand Wevelgem … 46
Tour du Latium … 46
Tour d'Espagne … 44
Tour de Venetie … 43
Henninger Turm … 42
Tour de Calabre … 42
Tour de Belgique … 41
Tour de Campanie … 41
Tour de Apennins … 40
G.P de Lugano … 40
Paris-Luxembourg … 40
Crit.du Dauphiné Libéré … 39
Escalade de Montjuich … 39
Coppa Agostoni … 39
Gênes-Nice … 39
Championnat de Belgique … 37
Tour de Romandie … 37
Trois Vallées Varésines … 37
Tour d'Emilie … 35
Bordeaux-Paris … 35
G.P. des Nations … 35
Tour de Romagne … 35
Quatre J. de Dunkerque … 34
Championnat de France … 32
Coppa Bernocchi … 32
GP E3 Harelbeke … 32
GP de Prato … 31
Critérium national … 31
A traves Lausanne … 31
Bruxelles-Meulebeke … 31
Tour de Catalogne … 30
Flèche brabançonne … 30
Trophée Matteoti … 30
Tour du Piemont … 29
Het Volk … 29
Milan-Vignola … 29
Midi Libre … 28
Trophée Laigueglia … 28
Milan-Turin … 27
Tour de Toscane … 27
GP de Forli … 27
Tour de Suisse … 26
Coppa Sabatini … 26
Coupe Sels … 26
Circuit des 11 villes … 25
GP de la banque Roeselare … 25


1971 à 1980

Paris-Roubaix … 80
Tour d'Espagne … 79
Tour de France … 78
Liège-Bastogne-Liège … 78
La Flèche wallonne … 78
Tour de Lombardie … 75
Championnat du Monde … 75
Gand Wevelgem … 75
Milan San-Remo … 74
Tour des Flandres … 73
Crit.du Dauphiné Libéré … 70
Tour d'Italie … 69
Het Volk … 69
Paris-Nice … 67
Criterium des As … 67
Tour d'Emilie … 65
Trophée Baracchi … 65
Amstel Gold Race … 65
Tour de Romandie … 61
Henninger Turm … 60
A travers Lausanne … 60
Paris-Bruxelles … 59
G.P. des Nations … 59
Milan-Turin … 58
Escalade de Montjuich … 58
Paris-Tours … 56
Tour du Latium … 56
Championnat de Zürich … 56
Midi Libre … 56
Trour des Pouilles … 56
Championnat de Belgique … 55
Tour de Belgique … 55
GP E3 Harelbeke … 54
Quatre J. de Dunkerque … 53
Tour de Sardaigne … 53
Coppa Agostoni … 51
Flèche brabançonne … 49
Tour de Calabre … 49
Coppa Placci … 48
Trophée Matteoti … 48
Tour de Catalogne … 47
Trophée Laigueglia … 47
Semaine catalane … 45
Tour de Venetie … 44
GP Union Dortmund … 44
Trois Vallées Varésines … 43
Tour de Campanie … 43
Tour de Suisse … 42
Tour du Piemont … 40
Coppa Bernocchi … 40
Ruta del Sol … 40
Tour de Apennins … 39
Milan-Vignola … 39
G.P de Wallonnie … 38
Tour de Toscane … 37
Tour du Haut-Var … 37
Overijse (course du raisin) … 37
GP de Prato … 36
G.P de Lugano … 36
Kuurne-Brussels-Kuurne … 35
Flèche de Leeuw … 35


1981 à 1990

Tour de France … 77
Tour d'Italie … 73
Championnat du Monde … 65
Criterium des As … 63
Liège-Bastogne-Liège … 62
Paris-Nice … 60
Trophée Baracchi … 60
Tour de Lombardie … 56
Tour des Flandres … 54
Paris-Tours … 52
Tour de Romandie … 51
Paris-Roubaix … 50
Amstel Gold Race … 50
La Flèche wallonne … 49
Tour méditérranéen … 49
Milan San-Remo … 48
Gand Wevelgem … 48
Championnat de Zürich … 48
Tour d'Espagne … 47
Tour de Catalogne … 47
G.P. des Nations … 46
Tirreno Adriatico … 46
Huit de Chaam … 46
GP Eddy Merckx … 46
Escalade de Montjuich … 45
Trois Jours de LaPanne … 44
Paris-Bruxelles … 43
Henninger Turm … 43
Crit.du Dauphiné Libéré … 42
Tour du Pays basque … 41
GP E3 Harelbeke … 39
Classica San-Sebastian … 38
Critérium International … 38
Tour d'Emilie … 37
Het Volk … 37
Midi Libre … 37
Championnat Pays-Bas … 37
Tour du Haut-Var … 36
Tour du Latium … 35
Trois Vallées Varésines … 35
Trophée Pantalica … 35
Tour de Suisse … 34
Tour du Frioul … 34
Tour du Piemont … 33
Semaine catalane … 33
Tour de Calabre … 32
Coppa Placci … 32
Coppa Agostoni … 32
Tour de Hollande … 32
Flèche brabançonne … 31
Tour de Campanie … 31
Coppa Sabatini … 31
Tour du Trentin … 31
Tour de Sicile … 31


1991 à 2000

GP Baden-Baden + … 79
Tour de France … 72
Tour des Flandres … 69
Championnat du Monde … 67
Liège-Bastogne-Liège … 64
Tour de Romandie … 60
Tour de Lombardie … 58
Tour d'Italie … 57
Championnat de Zürich … 57
Tour du Pays basque … 55
Paris-Nice … 54
Milan San-Remo … 53
Amstel Gold Race … 53
La Flèche wallonne … 51
Tour d'Espagne … 51
Classica San-Sebastian … 49
Paris-Roubaix … 47
Tour de Suisse … 44
Semaine catalane … 44
Tour de Hollande … 43
Trois Jours de LaPanne … 43
Escalade de Montjuich … 42
Paris-Tours … 41
Crit.du Dauphiné Libéré … 41
Het Volk … 41
Tour de Valence … 40
Milan-Turin … 39
Coppa Placci … 39
Tour du Trentin … 39
Classique des Alpes … 39
Tour d'Emilie … 38
Tour de Catalogne … 38
Henninger Turm … 38
Tour méditérranéen … 38
Paris-Bruxelles … 37
Tirreno Adriatico … 37
Tour de Galicie … 37
Gand Wevelgem … 36
Tour du Latium … 36
GP E3 Harelbeke … 36
Coppa Sabatini … 36
Quatre J. de Dunkerque … 35
Tour de Burgos … 35
G.P. des Nations … 34
Flèche brabançonne … 34
Critérium International … 34
Amsterdam derny race … 34
Midi Libre … 32
Trophée Laigueglia … 32
Leeds Classic + … 32
Classica Primavera … 31
G.P d'Argovie … 31
Tour des Asturies … 30
Bicicleta Vasca … 30
Trophée Puig … 30
Mémorial Voegeli … 30



2001 à 2012

Liège-Bastogne-Liège … 79
Tour de France … 75
Milan San-Remo … 68
Amstel Gold Race … 64
Championnat du Monde … 64
Tirreno Adriatico … 63
Tour de Lombardie … 61
La Flèche wallonne … 57
Tour du Pays basque … 57
Tour d'Italie … 55
Tour des Flandres … 54
Tour d'Espagne … 51
Paris-Nice … 50
Classica San-Sebastian … 49
Crit.du Dauphiné Libéré … 49
Tour de Suisse … 46
Paris-Roubaix … 43
Gand Wevelgem … 41
Classique de Hambourg … 41
Tour d'Emilie … 40
Critérium International … 38
Paris-Tours … 38
Championnat de Zürich … 36
Tour de Romandie … 36
GP E3 Harelbeke … 35
Tour d'Algarve … 33
Tour méditérranéen … 32
Klassica Primavera … 32
Tour de Murcie … 30
Championnat d'Italie … 28
Tour de Catalogne … 28
Tour du Trentin … 28
Het Volk … 26
Tour de Californie … 26
Henninger Turm … 25
G.P de Plouay … 24
GP Baden-Baden + … 24
Ruta del Sol … 23
Trophée Laigueglia … 23
Tour d'Allemagne … 23
Semaine Coppi-Bartali … 23
Trois Vallées Varésines … 22
Championnat mondial CLM … 22
Trophée Melinda … 22
Flèche brabançonne … 21
Tour du Haut-Var … 21
Tour du Latium … 21
Tour de Pologne … 21
G.P de l'Escaut … 20
Kuurne-Brussels-Kuurne … 20
Quatre J. de Dunkerque … 20
Tour de Valence … 20
Tour de Castille … 20
Circuit de la Sarthe … 20
Tour Down Under … 20
Par slava.borodin
#2653350
Pour la fin des années 40, certaines courses italiennes sont survalorisées du fait qu'elles servaient pour le championnat d'Italie (5 épreuves, changeantes chaque année) et donc étaient interdites de ce fait aux coureurs étrangers. Les années où elles ne comptent pas pour le C.I., on voit que les meilleurs coureurs les négligent, notamment le vorace Coppi. Les statistiques sont ainsi faussées. Je ne tiens pas compte des championnats nationaux dans mon système. Au fil du temps et des nouveaux pays du cyclisme, ça devient ingérable (course d'un jour et CLM pour chaque pays, d'où plus de 100 courses à encoder, avec la moitié de coureurs inconnus issus de nations improbables). Je ne tiens pas compte non plus des courses réservées aux nationaux, ainsi le Critérium National réservé aux Français, ensuite aux équipes françaises puis enfin à tous.

Pour les étapes, j'en tiens compte pour mes 20 courses de référence (10% des points du CG pour le vainqueur). Pour les classements annuels, toutes les courses par étapes qualifiées offriront des points aux 5 premiers, et toujours 10% des pts du général pour chaque vainqueur d'étape. Pour les 100% de la catégorie GT, c'est : 50, 30, 20, 10, 5.

Pour ce qui est des barèmes, je pense qu'il faut fixer le degré barémique non sur la meilleure course de la catégorie, mais sur la moyenne de la catégorie. Je reprends l'exemple ci-haut :

TDF : 510,26 pts
Vuelta : 450,28 pts
Giro : 324,12 pts

Moyenne : 428, 22 pts.

On règle les degrés barémiques non plus sur la moyenne indicielle de la meilleure course, mais sur la moyenne des 3 épreuves de la catégorie, ce qui fait que le TDF et la Vuelta en 2011 ont la même valeur (100% du barème), puisque leurs indices moyens sont supérieurs à la moyenne globale. Donc si 428,22 = 100, alors 324,12 = 324,12*100/428,22, soit 75%. Le Giro en 2011 vaut 75% du TDF et de la Vuelta.

J'avance. Je voulais commencer en 46, mais mon système a besoin de 5 années de références et les années de guerre sont impossibles. À mon regret, je vais donc commencer par la décennie 50, à partir de 51 et 4 années de statistiques (de 47 à 50). Pour 46, j'aurais eu besoin des courses de référence de 45, et ce n'est pas faisable. J'ai donc pris les 17 épreuves classées HC par CycleBase (qui m'offre le calendrier de chaque saison). Ce sont elles (les points pris par les coureurs en 46 sur ces courses-là) qui m'ont permis d'utiliser mon système à partir de 47. À la fin 47, j'ai 20 courses de référence pour 48, les meilleures de cette année-là en vertu de mon système. Pour 49, je me base sur la moyenne des courses de 47 et 48. Ainsi, pour 51, j'aurai une moyenne indicielle sur 4 ans (de 47 à 51). Et à partir de 52, sur 5 ans, ce qui veut dire que le système sera pleinement applicable à partir de 52. Je viens d'achever le listing des 260 coureurs qui ont pris des pts sur les 20 épreuves de référence de 49, et cette liste va me permettre de mesurer l'indice des courses de 1950. Dans quelques jours, je serai donc en mesure de tester mon système sur des données historiques, sans plus spéculer.

Ah oui : mes 20 courses de référence sont choisies au prorata du nombre d'épreuves encodées. Ainsi en 49, j'ai 16 épreuves d'un jour et 4 par étapes. Parce que ceci :

Image

Et pour la curiosité, voici mes 20 épreuves de référence de 49 (pour 50), basé non sur les indices de 49, mais sur la moyenne indicielle de 47, 48 et 49, pour éviter les trop grandes fluctuations, car il suffirait sinon d'une année creuse pour qu'une grande épreuve soit éjectée du catalogue référentiel :

Image

(À partir de 48, les 9 épreuves du Challenge D-C sont sélectionnées d'office : elles n'avaient même pas besoin de ce coup de pouce, puisqu'elles se sont toutes qualifiées ; itou les 10 épreuves du Challenge en 49. Après 58, il n'y aura plus aucune épreuve protégée : les 20 courses de référence seront celles qui auront eu les meilleures moyennes indicielles sur les 5 années précédentes -- en tenant compte de la balance --, et bien sûr les grandes épreuves en seront.)

Ce qui donne le top-20 suivant pour les coureurs (pts ramenés à la base 100) :

Image

Ma méthode est complexe, mais je l'expliciterai le plus clairement possible et en détails (la finalité, les moyens mis en œuvre et la méthode suivie) quand je publierai mon travail (sur site propre sans doute). On s'apercevra que sa complexité est finalement relative.

:jesors:

Lors de la prochaine course, verra-t'on pour la pr[…]

https://twitter.com/Federciclismo/status/91186987[…]

Dopage 2017

Sinon, même si on a pas affaire à du […]

Euskadi Murias 2017

Oui mais ça risque d'être difficile d[…]

Toute l'actualité cycliste sur notre site   Accéder au site